[Démo] Tales of Arise, un nouveau départ pour la saga ?

Un nouveau Tales of, c’est toujours un événement tant la saga est une des plus prolifiques du RPG japonais qui existe depuis 1995, le premier, Tales of Phantasia, étant apparu en fin de vie de la Super Famicom. Et mine de rien, Bandai Namco n’a pas sorti de nouveau Tales of depuis 2017, avec Tales of Berseria. Un très bon titre, très sombre, mais qui n’allait pas assez loin dans le changement voulu par le développeur et commençait vraiment à accuser un retard technique flagrant. Mais Bandai Namco l’a promis, Tales of Arise sera un nouveau départ pour la série. La démo jouable sortie sur le PSN m’a permis d’en avoir un premier aperçu.

Tales of Nouveau Départ

Cette démo vous permet de la parcourir avec le personnage de votre choix parmi six Le duo principal, de ce que le jeu me donne à croire, est composé d’Alphen, un guerrier, et de Shionne, une mage. Il faut noter que pour une fois, le rôle principal masculin est plus âgé que la moyenne des héros du genre. Un duo assez complémentaire par ailleurs, car lui ne peut sentir la douleur, tandis qu’elle inflige des souffrances à ceux qu’elle touche. De plus, les deux viennent de deux contrées qui semblent être en conflit.

On démarre en haut d’une falaise, en suivant un chemin sinueux pour ensuite atterrir dans une vaste plaine.

Les ennemis sont toujours visibles et il est possible des les éviter. Le terrain regorge de coffres et autres choses à débusquer. Nous évoluons désormais dans un monde qui semble plus ouvert, et si vous avez joué à Final Fantasy XII, vous devriez en avoir une idée. En effet, s’il y a un reproche qu’on pouvait formuler aux derniers Tales of, au moins depuis la PS3, c’était de proposer de vastes salles, mais souvent vides de contenu, faisant naître plus de frustration que de satisfaction chez le joueur.

L’objectif principal de cette démo vous sera donné par un garde aux portes de la ville des environs. Il consistera à éliminer la bestiole qui terrorise les environs.

Lorsque vous rencontrez un ennemi, cela lance un combat directement sur l’aire de jeu.

Vous pouvez changer de personnage à la volée en appuyant sur un bouton de la croix directionnelle. J’ai quand même eu une sensation assez étrange : j’ai l’impression que les persos au corps-à-corps ne connaissent pas l’esquive et du coup perdent rapidement leurs HP. Je n’ai pas trouvé non plus de raccourci permettant d’utiliser des objets rapidement, m’obligeant à appuyer sur le pavé tactile pour utiliser une fiole de résurrection, par exemple. Il faut avouer que cela est guère pratique et casse un peu le rythme des combats.

Les ennemis les plus résistants ont des parties brillantes, qui représentent leurs points faibles. Il vous faudra donc attaquer ces parties pour les affaiblir plus rapidement. A force d’attaque, les ennemis sur le point de vaciller subiront une « rupture » qui les étourdira.

Vous pourrez aussi lancer un combo à deux, et la croix directionnelle servira alors à choisir votre partenaire, permettant de varier les super-attaques. Il ne faut pas les négliger, car les dégâts sont ravageurs. Les combats sont globalement vifs et assez rythmés.

Tales of Evolution

Des efforts ont été faits pour la narration : par exemple : arrêtez vous sur le promontoire qui domine la plaine au début de la démo , et votre personnage s’extasiera de la beauté du paysage. On notera aussi que les saynètes facultatives ont également été retravaillées : désormais, il y a un effort dans les animations et la narration, les différentes vignettes donnant l’impression de voir un manga ou une petite BD se former sous nos yeux. Et certaines seront disponibles lorsque vous ferez la cuisine, qui est une constante de la saga depuis longtemps. On notera aussi des dialogues entre les différents personnages lors de vos déplacements.

Passons à l’aspect technique. Premier constat : le jeu est beau, même sur PS4. Un bond a été fait par rapport aux épisodes précédents, c’est certain. La profondeur de champ est là et on voit très loin Mais les personnages et les ennemis ont eux aussi fait l’objet de plus d’efforts, les proportions sont plus réalistes. Tales of Arise sera t-il enfin digne des consoles actuelles sur ce plan ? Il semblerait bien, oui.

Les musiques sont magnifiques, et je connaissais le thème principal du jeu, Blue Moon, depuis un moment, mais là elles s’annoncent encore plus en phase avec l’esprit du jeu. Il sera bien entendu possible de mettre les voix en japonais, je suis content qu’on impose plus aux joueurs uniquement le doublage anglais dans les RPG. Dommage toutefois que toutes les conversations ne soient pas doublées. Résultat, on voit les persos remuer les lèvres, les sous-titres, mais pas le son, notamment lorsqu’on s’adresse à des PNJ secondaires. Ca fait bizarre, de nos jours.

Le jeu est très jouable et les déplacements sont très fluides. Il est toutefois dommage de ne voir que le leader du groupe lors des déplacements sur la carte mais les autres se manifestent via des dialogues qu’on peut entendre et voir la teneur en bas à gauche de l’écran. Une fonction de saut a été implémentée, ce qui évite de se retrouver coincé devant un muret sans savoir quoi faire… Oui je sais c’est un cliché mais il est tellement utilisé celui-ci…

Si vous savez où aller, cette démo devrait vous prendre environ une heure, sachant qu’elle s’arrête juste après avoir vaincu la grosse bête qui fait office de boss. Le lieu où elle était située devrait être entre une dizaine et une quinzaine d’heures de jeu, les personnages démarrant tous au niveau 25. Il ne sera donc pas possible d’importer ses exploits dans le jeu final, évidemment. Parce que je ne connais pas beaucoup de RPG où le joueur commence à un niveau élevé, le seul exemple me venant en tête étant Trails of Cold Steel II, où le joueur commence au niveau 40, mais c’est une suite directe du premier et le scénario justifie cela.

Cependant, Bandai Namco a su donner une certaine rejouabilité à sa démo. En effet, si vous faites les six personnages, vous verrez à la fin le trailer qui leur est dédié, de quoi mettre encore plus l’eau à la bouche lors de la sortie officielle du titre.

Conclusion : Convaincu

Évidemment, Tales of Arise aurait rejoint ma ludothèque PS4 qui qu’il advienne, en tant que fan de la saga. Mais répond t-il à la question du nouveau départ pour la série ? Cette démo, qui reste une démo, ne permet pas d’y répondre franchement, à cause d’éléments manquant encore à l’appel comme l’histoire du jeu. Mais on peut noter des évolutions dans le présentation, la narration, et le système de combat. L’exploration semble même plus ouverte qu’avant. Il est donc trop tôt pour voir si le nouveau départ promis aura bien lieu, mais les bases semblent bien y être présentes. Rendez-vous donc le 10 septembre pour la sortie officielle du jeu.

[coup de gueule] Lettre aux coincés du Q

Ce matin je suis particulièrement énervé. Une fois de plus, me direz-vous, au vu de l’article précédent. C’est vrai.

J’aime les jeux vidéo, sinon ce blog ne serait pas, et je n’hésite pas, de temps à autres, à publier des photos de ma collection, pour une raison ou pour une autre. Mais alors, pourquoi les réseaux sont-ils des nids à trolls ? Hier une connaissance de Twitter a vu le terme Game Cube en TT et a publié une photo de sa collection pensant bien faire. Ca n’a pas raté: deux pauvres types ont joué les trolls de bas étage. L’un d’eux n’hésitant pas à qualifier cela de  » perte de temps ». Mais de quoi je me mêle ? J’ai bien essayé de lui montrer que son troll n’était pas légitime, ce branque me répondait à chaque fois « moi je ne suis pas une victime ». Ben si, sinon tu n’insisterais pas dessus. Bref, je viens de le bloquer, y’avait pas moyen de discuter, il était de plus persuadé que les joueurs ne savent pas faire la différence entre virtuel et réel, en m’opposant, tenez vous bien… Ernest Cline. S’il savait ce que je pense de Ready Player One, qui est certainement l’un des pires livres jamais écrits en utilisant le média jeux vidéo… Et je vous rassure, c’est pareil pour Ready Player Two ( oui, il y a eu une suite). Mais bon, qu’attendre d’un type qui met dans sa bio Twitter que l’Occident est en déclin ?

A un moment, je n’ai plus envie d’être poli avec ce genre de type. Qui croient s’acheter une crédibilité en usant de rhétorique à la manque. Heureusement qu’il existe la fonction « bloquer  » sur Twitter parce que quand on a (quasiment) pas de filtre à ce niveau, je monte vite dans les tours.

Alors, à ceux qui comme lui ont le don de m’énerver dès le matin, à ceux qui jouent les trolls sur les collections de jeux vidéo, à ceux qui les considèrent comme des pertes de temps: soit.

Mais bordel, laissez-nous kiffer. Laissez-nous aimer ce loisir, que les jeux soient récents ou anciens. Laissez-nous publier les photos de nos collections si ça nous chante. Laissez nous dire notre amour de ce loisir, parmi d’autres.

Parce que vous savez, aimer les jeux vidéo n’empêche pas d’aimer d’autres choses. Ce n’est pas parce qu’on est joueur que nous sommes incultes, ou que nous n’avons aucun diplôme. Ni même que nous n’avons aucune activité à côté. Par exemple, j’adore la photo, le cinéma, les vieilles pierres. Et ne vous inquiétez pas, la vie, la vraie, trouve toujours un moyen de se rappeler à nous.

Bref, laissez les gens avoir des passions et aimer celles-ci. C’est trop vous demander de passer votre chemin dans le cas contraire ? Et si certains qui considèrent les jeux vidéo comme des pertes de temps, s’ils savaient combien j’ai adoré perdre mon temps à apprendre les différents types de gameplays de mes jeux et les subtilités de ceux-ci… Combien j’ai adoré me perdre dans les niveaux de Tomb Raider, sur une carte d’un RPG en quête de trésor, de battre les derniers boss, d’avoir un sentiment d’accomplissement derrière et d’y revenir ensuite. Mais pour certains coincés, c’est trop leur demander. Alors les aigris, on se passe de vos commentaires à la manque.

Et je n’ai pas que ça à faire moi, d’écrire à l’arrache un article qui normalement n’aurait pas dû se retrouver là, sur le blog. J’en profite pour dire qu’il y aura un retour des jeux vidéo sur le blog, peut-être même des critiques ciné, lui qui est délaissé depuis longtemps.

Bref, laissez nous aimer nos loisirs et en parler. Un proverbe dit « ne faites pas aux autres ce que vous n’aimeriez pas qu’on vous fasse », et certains feraient bien de s’en rappeler. A bon entendeur…

[Coup de Gueule] Soldés

Vous le savez, les soldes d’été ont débuté depuis mercredi. Les baisses de prix touchent tous les domaines, sauf le livre (loi Lang sur le prix unique), y compris les jeux vidéo. C’est idéal notamment dans les hypermarchés pour écouler des invendus. Et si je dis « invendus », je veux simplement dire « jeux restés en rayon » qui sont de plus très bons pour la plupart. Et certains l’ont bien compris. C’est vrai, trouver de bons jeux entre 5 et 15 € ça ne se refuse pas. Mais lorsque je vois sur les réseaux qui certains font clairement une razzia dans les rayons en prenant plusieurs exemplaires d’un même jeu, pour ne pas dire tous ceux dispos en rayon, il y a de quoi être dégoûté.

Et encore, je n’ai pris qu’un exemple, mais il y a clairement certains qui n’ont pas de respect. Sur l’exemple, il y en a pour 1592 € de jeux, soit l’équivalent à peu de choses près d’un SMIC… Il aurait pris un exemplaire de chaque, j’aurais pas dit, j’aurais même compris qu’il veuille compléter ses collections à moindre frais. Mais là; pourquoi avoir pris TOUS les exemplaires de CHAQUE jeu ? Je me demande même si c’est légal d’accepter une telle vente dans un hypermarché de détail ( le logo sur DQ Builders 2 indique que la photo a été prise dans un Carrefour). C’est limite du commerce de « gros » et ce type là est réservé aux professionnels comme les restaurateurs, par exemple.

Le genre de chose qui vous écœure, en tant que joueur, de faire les soldes. Que faire si un gars prend tout sous votre nez? Pour empêcher ça, et sans doute beaucoup de reventes ensuite (jeux qui seront repris une misère dans des cash), il faudrait limiter le nombre de jeux par client et passage en caisse. Mettons : deux jeux MAXIMUM en solde, et à partir du troisième, c’est payé au prix de vente plein. Ca limiterait sans doute les ambitions de certains et permettrait aux autres d’en profiter. Parce que là, ce que je vois, c’est que ce client a fait preuve non seulement de cupidité, mais aussi d’égoïsme. Imaginez, un papa/une maman sort de son boulot, et veut acheter la trilogie Spyro soldée pour ses enfants mais ne la trouve pas parce qu’un connard a pris tous les exemplaires en magasin ? Ou des joueurs qui veulent jouer à moindre prix parce qu’ils n’ont pas trop de sous à mettre plein pot? Je sais, les prix baissent vite dans le JV, le marché de l’occasion existe, mais tout de même.

Bref, quand je vois ça, je me demande si ce n’est pas l’humanité et l’altruisme de certains qui ont été soldés.

Putain, 30 ans…

BON ANNIVERSAIRE MON HÉRISSON BLEU !!!

Putain, 30 ans, mon Sonic, tu te rends comptes? 30 balais, trois décennies faites de hauts, de bas, et pourtant, je t’aime toujours autant. Tu es comme un ami qui ne nous aurait jamais quittés et ce malgré la défaite de SEGA dans le monde des consoles. 23 juin 1991 Bordel. J’étais tout minot, je n’avais même pas 10 ans alors que les images de ton premier jeu sur Megadrive me faisaient baver!

Les cousins, eux, jouaient déjà à ton jeu mais sur Master System. Ceci dit, cela aura été suffisant pour que tu t’invites dans la maison familiale, c’était décidé, moi aussi après voir joué à ton premier jeu, je voulais une SEGA. Et je n’ai pas été déçu, tu es arrivé fin 1992 avec ton premier jeu, Streets of Rage et une manette supplémentaire, soit le meilleur pack Megadrive jamais fourni, je sais j’en ai déjà parlé dans l’article précédent.

Toujours là, bon sang…Et quel kiff, mais quel kiff, de refaire une de tes aventures en 2D. Que ce soit Sonic 1,2,3& Knuckles ou Mania, un Sonic à l’ancienne ça ne se refuse jamais. Bon, j’avoue que j’ai eu un peu plus de mal avec les épisodes en 3D. Il n’empêche, tu as fait de moi le joueur que je suis. Amateur de jeux de plateformes 2D, de jeux rapides, rétrogamer invétéré… Tout ça c’est à toi que je dois, espèce de souris à pics! Et aussi le fait que si j’entends le « cling » d’un anneau, je tourne la tête dans sa direction?

Ben oui mon hérisson, parfois tu es hérissant. La faute à certains jeux discutables, mais bon, je ne sais pas, tu es comme un ami, et on ne laisse jamais tomber un ami. Un vrai ami de 30 ans, comme on dit. C’est reparti pour 30 autres années tu crois?

Quoi qu’il en soit, bon anniversaire Sonic.

[Rétrogaming] Sonic, un ami de 30 ans

Voilà, nous sommes en juin. Et ce mois de juin 2021 qui rime avec rhume des foins, est particulier. En effet, Sonic, la mascotte de Sega, va fêter ses 30 ans. Et pourtant, j’ai l’impression que le hérisson bleu m’a toujours plus ou moins accompagné dans ma vie de joueur.

Pour moi, tout commence à Noel 1992, où je reçois ce qui fut sans doute le meilleur pack de Megadrive 1 n’ayant jamais existé: le pack avec Sonic et Streets of Rage et deux manettes, pour 1290 francs. Je connaissais un peu le hérisson avant d’avoir la console, via les pubs, n’oubliez pas que Sega, c’est plus fort que toi, mais j’avais déjà joué à la version Master System du premier chez les cousins qui habitaient le même village. Alors forcément, l’être humain ayant tendance à reproduire les schémas qu’il vit, j’ai vit demandé la console avec le jeu pour le Noël suivant. Ma mère, très réticente à cette idée, finit par céder et me dit que le Sonic de la Megadrive est plus joli tout de même, et que le pack avec deux jeux et deux manettes n’est pas si cher. C’est certain… Donc, finalement elle est d’accord pour ça, sous condition de bulletin de premier trimestre satisfaisant pour l’élève de 6ème que j’étais.

Sonic The Hedgehog a été le premier jeu à squatter le port cartouche de ma console. Alors, forcément, ça marque. Un jeu beau, bien réalisé…Je n’ai pas passé la deuxième zone, Marble, mais j’étais bien décidé à aller loin. Quelques semaines plus tard, je m’offrais Sonic 2. Je n’ai jamais eu Sonic 3 à l’époque de sa sortie, à cause de son prix très élevé, et je suis donc passé directement à Sonic & Knuckles. Autant dire que je me suis éclaté, au propre comme au figuré, comme une bête. Combien d’heures passées sur le mode deux joueurs de Sonic 2 avec ma soeur? J’ai aussi eu Sonic 3D: Flickies Island, qui est pour le moins particulier et ne s’inscrit pas pour moi dans la ligne des « Sonic ».

Et ça, juste avant de passer à la PlayStation. Autant dire, pas de Sonic chez Sony. Même si la console grise et les consoles de Sony m’ont offert des heures de jeu et de joie, cela ne m’empêchait pas de rebrancher ma Megadrive et de rejouer aux différents épisodes. Lorsque j’ai dit récemment à ma mère que je me faisait encore des runs Sonic, cela l’a faite sourire. Elle non plus n’a pas oublié le bruit des anneaux qu’on récolte en jeu… Je n’ai pas eu la Dreamcast au moment de sa sortie. En effet, j’ai ensuite continué sur PS2 et là, coup de tonnerre début 2001 : Sega arrête la production de la console à spirale et décide de devenir simple éditeur de jeux. Une page de l’histoire vidéoludique se tournait, mais Sega aura fini son aventure hardware avec une console qui a su marquer les esprits par la grande qualité des jeux sortis. Mais la firme paie très cher certaines décisions comme le développement de la Megadrive 32X ou le semi-échec de la Saturn. Cependant, c’était désormais une évidence, Sonic allait venir chez les autres constructeurs. Imaginez juste si un visiteur du futur m’avait dit en 1993 que Sonic allait ensuite se retrouver sur consoles Nintendo! Nintendo récupérera les deux Sonic Adventure, en version améliorées pour la Gamecube. Le premier jeu Sonic hors console Sega que j’achèterai sera Sonic Heroes sur PS2 en 2004. J’allais enfin retrouver le hérisson bleu et il n’était pas seul. Même si j’ai eu plus de mal avec les Sonic en 3D, certains jeux mériteraient tout de même une petite réhabilitation, j’ai bien dit « certains ». Parce que pour Sonic 2006 ou Sonic Boom, je ne peux hélas rien faire. J’ai enrichi petit à petit ma collection de jeux mettant en scène le hérisson bleu, même si j’en conviens, il m’en manque encore beaucoup. En général, ils ne coutent vraiment pas très cher.

Ce qui est formidable, c’est que même si les jeux en 3D sont de qualité irrégulière, mon amour du hérisson n’a pas faibli. J’ai également adoré les jeux de courses All Star Racing et All Star Racing Transformed. Et j’espère que Sonic continuera encore longtemps à m’accompagner dans ma vie joueur. Comme un vrai ami de trente ans, en fait. C’est reparti pour le même nombre d’années, allez…