Archives de Catégorie: TFGA

Nos top 5 mensuels, sur une idée d’Alex, un autre blogueur.

TFGA S03 E01 : Montons dans le train de la hype !

Alex semble bien décidé à faire revenir les TFGA à la vie et c’est tout à son honneur. Donc pour cette saison 3, vu que je ne me souviens plus de la numérotation, nous allons donc prendre le train de la hype en jeux vidéo.

De la quoi ? Il est vrai qu’une explication de texte s’impose. « Hype » est un terme anglais désignant un sentiment d’envie chez le joueur, le lecteur ou spectateur, en gros. Pour provoquer cela, il existe une arme redoutable : la communication sous toutes ses formes. Et donc, Alex nous invite dans le wagon «  jeux vidéo » pour un top 5 des jeux pour lesquels les éditeurs ont su se montrer très habiles, ou non. Parfois, cela a fonctionné. Pour d’autres, j’ai été déçu. Préparez vos billets, le voyage va commencer. Voici ma sélection.

Premier arrêt : Chrono Cross, ou comment une intro suffit à éveiller l’intérêt

Kid

Un TFGA sans Chrono Cross, ça vous aurait étonné, je suis sur. Mais ce n’est pas mon RPG favori d’entre tous pour rien, non plus… Ce qui m’a « hypé » pour ce jeu, c’est son introduction. Game One la diffusait de temps en temps dans ses plages de clips, et je dois dire que je trouvais cela magnifique. Un cadre paradisiaque au bord de la mer… Mais je devrai attendre quelques temps avant que je puisse avoir un exemplaire du jeu et qu’il devienne ce qu’il est pour moi…. Quand je dis qu’il a toutes les qualités… Dommage toutefois qu’il m’ait fallu passer par l’import. Allez Square Enix, sortez-le officiellement en Europe !

Deuxième arrêt : Final Fantasy VII, ou une claque un peu inattendue mais je n’ai pas perdu au change

sces_008-68_09022013_182945_0236

Une longue histoire avec ce jeu. Je laisse volontiers de côté les pleureuses du style «  ouin, ouin surcoté, ouin, ouin Sephiroth est un émo ». Comment expliquer qu’il ait reçu des notes frôlant la perfection s’il n’avait pas d’immenses qualités ? Et à vrai dire, ce titre ne devait pas être à l’origine mon premier choix. Je m’étais porté sur Tomb Raider II. Mais comme un autre membre de la famille le voulait aussi, j’ai accepté de changer mon choix. Et comme j’étais grand lecteur de magazines papier, je voyais qu’un autre titre avait eu des 97% chez l’un, 19/20 chez un autre, etc. Final Fantasy VII. Il fut pour moi un putain de choc à plusieurs niveaux. Une aventure épique sur 3 CD, un système de combat en béton armé, je le dis, pour moi il n’a qu’un seul défaut : sa traduction en français. Il faut noter que le spot de pub qui a été diffusé en France montre un gros spoiler… Bon, maintenant, tout le monde le connait. Et c’est sans doute parce que j’adore ce jeu que j’ai peur en ce qui concerne le remake actuellement en développement…

Troisième arrêt : Shadow Hearts : Covenant, ou comment un grand jeu de la PS2 est passé inaperçu

SH_covenant

Vous le savez, la série Shadow Hearts a toujours été dans l’ombre d’autres grosses licences du RPG. Et pourtant, elle mérite largement le détour, notamment pour son système de combat qui interdit de s’endormir ou de jouer de manière robotique.

Et c’est avec le deuxième Shadow Hearts que j’ai découvert la série. Pourtant le jeu n’a pas fait l’objet d’une communication monstre. La première fois que je l’ai vu, c’était lors d’un vidéo test du site anglophone GameSpot. Le testeur était enthousiaste, et après visionnage je me suis dit que je ferais bien de le prendre s’il sortait en France. Un peu plus tard, je le vois en test import d’un magazine spécialisé. Finalement, le jeu sort en France, avec des textes traduits. Je n’ai pas regretté mon achat, car il est à mon sens le meilleur jeu de la trilogie et un des meilleurs RPG de la PS2. Une suite, certes, mais quelle suite…

Voie de garage : Final Fantasy XIII : incohérences et mensonges de l’éditeur

Final_Fantasy_XIII_EU_box_art

Plus que Final Fantasy XV, que beaucoup décrient, moi, c’est contre  le treizième épisode je garde une dent dure. Pourquoi ? Parce qu’il est très loin des promesses faites par Square Enix, mis à part pour les graphismes. Inutile de nier, le titre est magnifique. Pour le reste, il y a un grand décalage, et c’est ça que j’ai du mal à lui pardonner. A quelques jours de sa sortie en Europe, le réalisateur et le producteur du jeu promettaient monts et merveilles, avec notamment, un monde ouvert, encore plus que dans le douzième qui faisait déjà assez fort dans le domaine. Ah… au vu du résultat final, on a pas du avoir la même conception de « monde ouvert ». FF XIII est un putain de couloir sur 90% de son parcours, et ce n’est pas l’évasion sur Grand Pulse qui me fera changer d’avis tant il y a peu de choses à y faire à part des chasses. Ajoutez à cela un univers incohérent, un scénario limite incompréhensible, un système de combat archi-bourrin, des héros à claquer, notamment Snow avec ses phrases nanardesques à souhait, du style «les vrais héros n’ont pas besoin de plan»… Bref. Quelques jours après, sortait Resonance of Fate. Bien que plus difficile, je l’ai largement préféré. Et le titre aurait pu être premier si un autre n’avait pas non plus eu sa place niveau déception…

Déraillement : Duke Nukem Forever, ou comment une attente de 15 ans finit par mettre à jour les lacunes du développement

dgn_duke_nukem_forever_logo

Eh oui. Duke se retrouve premier, mais pas pour de bonnes raisons. Alors que je suis archi-fan de l’épisode 3D, grâce à la variété des armes , dont certaines sont vraiment géniales, la qualité de level-design dans tous les chapitres du jeu, cette suite au développement chaotique qui s’est étalé sur 15 ans est un immense ratage. Oh, je ne m’attendais pas à une merveille graphique, loin de là, mais tout le monde sait que ça ne fait pas tout. Ici, le level design est pauvre, sans imagination, avec des idées mal exploitées. On se contente de suivre des couloirs. De plus, le pauvre Duke ne peut plus porter que deux (2, 1*2, 1+1, vous avez bien lu) armes à la fois. FUCK IT. Le problème, c’est que le jeu a connu un développement chaotique, avec comme point d’orgue la faillite de 3D Realms. Gearbox Software, qui avait repris le projet, s’est juste contenté de le terminer. Pourtant le nouvel éditeur n’a pas manqué de communiquer sur le titre au moyens de vidéos rigolotes… Mais le résultat est archi décevant, et l ‘édition collector une vaste arnaque au vu de ce qui a été proposé. Fail to the King, Baby…

Voilà, c’est tout pour ce TFGA. A bientôt pour un nouvel article et n’hésitez pas à aller voir celle des autres blogueurs ici même ça leur fera plaisir.

TFGA Spécial : Renaissance

Alors que nous avons cru que le concept des TFGA serait enterré à jamais, voilà que Alex surprend tout le monde en annonçant leur éventuel retour, du moins au moins pour un numéro spécial, intitulé « Renaissance ». Renaissance ? Oui, du concept. Mais le thème vise essentiellement les remakes de jeux, ou les titres qui ont connu une seconde jeunesse. Il est vrai qu’en cette période de « remasters » et remakes à tout va le thème est d’actualité. Alors voici les 5 jeux reliftés, ou réédités, que j’ai sélectionnés. Pour certains, j’y ai joué, et d’autres devraient vite arriver et j’ai hâte de les voir de nouveau.

5-Day of the Tentacle Remastered : le summum des jeux Lucas Arts

Day of the Tentacle Remastered_20160501103004

Le temps de mes années collège et du club informatique transparaît dans cette cinquième place. Day of the Tentacle m’a marqué, par ses personnages, son humour, et ses énigmes bien tordues. Si vous ne connaissez pas le jeu d’origine, je ne saurai que vous conseiller de faire le remake, qui reste absolument fidèle à l’esprit de l’original même dans ses graphismes. Je connaissais tellement bien le jeu que j’ai réussi à le platiner sur PS4, et pourtant, je ne cours pas forcément après, parce que faire 500 pompes en 30 secondes sur 1 doigt dans un jeu pour le décrocher, ça me gave sévère. Alors il est vrai que j’ai bouclé l’aventure en 5 heures, mais si vous ne connaissez pas, comptez au moins le double. Et pour les fans, la version remasterisée de Full Throttle vient de sortir. Mais je me demande, pour les deux, si cela vaut vraiment 15 €  notamment pour les connaisseurs des originaux, ou s’ils ne méritent pas une petite baisse de prix, quand même…

4-Tomb Raider : Anniversary : Un remake pour presque un autre jeu

Tomb_Raider_-_Anniversary

Rejouer au premier Tomb Raider dans sa version d ‘origine de 1996 relève aujourd’hui du supplice.Décors en 3D pixélisés et polygones anguleux-allant jusqu’à la poitrine triangulaire de Lara, sauvegardes limitées par l’utilisation de diamants, et surtout, une jouabilité archi-raide. Le titre est témoin d’une époque, et si on savait s’en contenter, il accuse son âge. Depuis, la série a connu des reboots, avec une histoire de Miss Croft réécrite au fil des développeurs et éditeurs. En 2007 sortit Tomb Raider Anniversary, sur  toutes les consoles de l’époque. Le jeu reprend la base de l’original, mais en améliore le level design, je peux vous dire que certains niveaux sont nettement moins chiants à passer, il est devenu également beaucoup plus beau, instaure des checkpoints et des sauvegardes plus fréquentes, mais surtout,  il bénéficie d’une jouabilité beaucoup plus souple. Lara a de nouveaux mouvements, et peut même ralentir le temps pour éliminer les ennemis. Mieux, elle est équipée d’un grappin, ce qui permet de faire de nouvelles énigmes. Bref, un remake de qualité, comme on aimerait en voir plus souvent.

3-Final Fantasy XII : sa beauté viendra bientôt sur écran HD

Ff12cast

Je fais partie de ceux qui ont adoré Final Fantasy XII malgré ses défauts. Oui, il est différent. Oui, il a été fait par une grosse partie de la team à l’origine de Vagrant Story. Final Fantasy XII peut se vanter d’avoir un monde ouvert crédible, et plus vivant que celui de FF XV, qui s’est lamentablement planté sur ce point. Ce douzième épisode est également très beau… sur TV cathodique. Lorsqu’il est sorti, la HD commençait tout juste à arriver, et le consommateur devait choisir entre un HD ready et un Full HD en matière de téléviseurs. Mais justement, sur écran HD, le jeu ne passe plus du tout. Les textures bavent, les couleurs sont plus ternes et le tout pixelise pas mal. C’est pour cela que j’ai hâte d’être au 11 juillet prochain, pour voir comment le lifting graphique fera des miracles sur écrans HD, avec, en plus les ajouts de la version Zodiac Job System japonaise… Square avait bien réussi le lifting de Final Fantasy X, donc je me dis qu’il n’y a aucune raison qu’ils se foirent là dessus.

2-Star Ocean : Till the End of Time: Un lifting pour effacer les ravages du 50Hz ?

SO 3 cover

Le troisième Star Ocean a subi moins de dégâts que le jeu précédent, et fait l’objet d’un remake qui est déjà sorti au Japon. Sa sortie européenne, uniquement sur le PSStore ne devrait plus tarder, du moins je l’espère. J’aimerais voir les améliorations, ne serait-ce que visuelles. Parce que, inutile de le nier, le titre avait déjà subi des dégâts en passant en Europe, et bien que le 50 Hz n’ait pas fait autant de ravages que pour Final Fantasy X à l’époque ( les personnages qui couraient au ralenti!), l’optimisation s’est faite au prix de deux grosses bandes noires en haut et en bas de l’écran. Alors oui, ce dernier très bon épisode de la saga (comment ça, je suis méchant ? Mais non, c’est une vérité…) méritait bien quelques retouches. Attention toutefois, si vous voulez vous lancer dans le jeu : la difficulté est assez élevée, et vous mourrez si vos MP arrivent à zéro. Et les ennemis ne se priveront parfois pas de vous en enlever. Je crois que j’en ferai enfin une critique sur le blog, d’ailleurs…

1-Persona 4 Golden : un remake en or pour la Vita

2013-02-23-222139

Et c’est un jeu Persona qui occupe la première place ! P4G est une version améliorée de P4. Pas forcément sur le plan graphique, si ce n’est des effets de lumières et des graphismes lissés et adaptés à l’écran de la Vita, mais le jeu propose des arcanes de tarot et des Social Links supplémentaires, un nouveau personnage, ainsi qu’une histoire enrichie.  Vous pouvez aussi demander de l’aide aux joueurs connectés si vous êtes coincés dans les donjons ou si un boss vous cause des difficultés. Impossible d’oublier ce grand jeu de la Vita, qui est maintenant à 5 ou 6 €, si vous ne l’avez jamais fait, c’est le moment ou jamais. D’ailleurs, je vais en profiter pour dire quelques mots sur Persona 5. Je ne le testerai pas sur le blog, parce que je suis rédacteur pour JVL et je l’ai fait là-bas. Mais je peux toutefois dire que le jeu est une claque, définitivement. Qu’il est sans doute un des meilleurs RPG japonais jamais faits, et que vous devrez vous attendre à des surprises dans tous les domaines. De plus, si vous n’avez pas de PS4, il est également sorti sur PS3. Oui bon, l’anglais, tout ça… Arrêtez de m’énerver, merci, parce que quand je vois les prétendus joueurs lui mettre entre 0 et 5/20 dans les tests des lecteurs d’un certain site très connu, juste à cause de la langue, ça me met dans une rage que vous ne pouvez pas imaginer. S’ils savaient ce que coûte une traduction… Non, ne me parlez pas de l’excuse Google Trad, vous voulez vraiment me fâcher ou bien ?

Mais Jul, tu n’as pas parlé de Final fantasy VII remake, et pourtant, dieu sait combien tu adores aussi ce jeu… C’est vrai. Mais je n’en ai pas parlé parce que j’ai peur. Enfin, peur… disons que j’éprouve vis à vis de ce remake, qui apparemment n’est pas près de sortir, un sentiment de curiosité de d’attente. Le fait qu’il soit découpé en épisodes me refroidit grandement. Et j’espère que les scénaristes, s’ils promettent d’explorer d’autres facettes et d’autres lieux, n’ont pas enlevé l’événement majeur de la fin de la première partie du jeu original. Que tout le monde connait, depuis 20 ans, mais bon…

Voilà, c’est tout pour cette fois, je vous dis à bientôt pour un nouveau TFGA.

Pour terminer, quelque chose qui n’a rien à voir avec cet article, je veux juste faire une mise au point par rapport à un commentaire qui m’a particulièrement déplu concernant Jeux Vidéo Pratique. On a le droit de ne pas être d’accord, bien que je soupçonne cette commentatrice d’être quelqu’un de l’équipe rédactionnelle. Mais pas d’affirmer que nous sommes payés pour dire du mal, ou du bien de quoi que ce soit. Ce blog est fait à titre bénévole, et ce sont nos sous qui sont investis lorsque nous parlons de quelque chose. Donc, si nos mains ne sont pas remplies d’argent, au moins, elles sont propres.

TFGA #24 : Voilà, c’est fini…

« Voilà, c’est fini », chantait Jean-Louis Aubert. Eh bien là c’est pareil, pour le TFGA, auquel Alex a décidé de mettre un terme. J’ai participé à l’aventure pendant un an et demi et je prenais plaisir à vous faire partager ce que j’aimais ou pas. Ce fut une belle expérience et il vaut mieux, effectivement arrêter sur une bonne note (Alex vous explique les raisons ici), mais du coup je ne sais pas quoi faire comme classement… Un sur les meilleures ou pire fins dans les jeux vidéo, selon moi ? Nope, trop classique et risque de spoil majeur pour ceux qui n’y ont jamais joué. En faire un sur les raisons pour lesquelles j’ai participé à l’aventure ? Ça ferait redite par rapport à ce que j’ai écrit il y a pile un an pour son anniversaire. Alors, quoi faire ? Philosopher un peu sur le concept de fin, que tout ce qui commence doit finir, et que même si selon La Fontaine, il faut la considérer en toute chose, peut-être qu’elle n’est qu’un début… Je risque d’en perdre quelques uns en route.

Je ne sais pas, peut-être que le TFGA perdurera par l’entremise d’une autre personne, auquel cas cela ne serait qu’un simple passage de relais…

Alors non, je ne vais pas vous spoiler des fins de jeu. Je vais plutôt choisir les 5 mots ou expressions qui ont compté dans l’aventure TFGA.

5- Écriture

Power of Words

Le TFGA m’a redonné le goût d’écrire pour faire découvrir des choses aux lecteurs, à un moment où je m’interrogeais vraiment sur comment relancer le blog. Rien que pour ça, merci. Un point court, mais efficace. Et puis, à chacun son style, sa façon d’écrire les choses. J’apprécie un article du moment qu’il est lisible et qu’il n’est pas truffé de fautes. Heureusement, les participants au TFGA savent tous très bien écrire à tel point que je me sens parfois un peu ridicule par rapport à eux.  

4-Deadly Premonition

Francis_York_Morgan

Jamais je n’aurai autant parlé du jeu que dans les tops du TFGA, si on exclut la critique faite sur le blog, bien entendu. Le jeu figure dans pas mal de mesTFGA et j’espère que cela vous aura donné l’envie de vous intéresser à ce titre certes clivant, raté d’un point de vue technique mais au scénario qui met une claque à pas mal de ses congénères. D’autant qu’il n’est, du moins pour le moment, pas trop cher, et traduit en français. Alors si vous le voyez sur 360 ou PS3, surtout, n’hésitez pas, et jouez-y jusqu’au bout. Vous vous direz ensuite que celui qui a osé le revendre était un fou.

 

 

3- Libre arbitre

lenneth

Si Alex nous donnait un thème défini, sauf pour le TFGA précédent, il nous laissait toutefois carte blanche quant à l’interprétation de celui ci et la façon de le traiter. Résultat : Il y avait autant d’articles que de participants différents. On appelle ça la diversité. Et ça c’est bien, ça prouve que nous avons tous un passé différent dans le domaine des jeux vidéo. me concernant, vous avez pu voir mon amour inconditionnel pour certains jeux, dont celui cité au dessus, les RPG japonais, Sonic et bien d’autres. 

 

 

 

 

2-Découverte

shadowhearts2_conceptart_vxQ7H

L’avantage du TFGA c’est qu’il y avait plusieurs participants. Grâce à lui, j’ai découvert des blogs et des articles vraiment très intéressants. J’espère que l’arrêt de ces articles participatifs ne signera pas l’arrêt des blogs, parce que j’espère continuer à les lire encore longtemps et déposer le cas échéant un petit commentaire. C’est dire l’utilité de ce genre de démarche. Et merci à vous qui avez également connu le blog, voire laissé un commentaire grâce à ce concours participatif. Ce point résume bien certains précédents. J’espère  également vous avoir aidé à découvrir des titres, auxquels vous n’aviez pas forcément songé , tout comme vous m’avez fait découvrir des choses. Parce que le mot qui pourrait entrer en corrélation avec « découverte » n’est autre que « échange« .  Et ça j’espère que cela va perdurer encore longtemps.

1-Avenir

megadrive_sonic_the_hedgehog_2058

Le TFGA s’arrête en pleine apogée. Certes. Mais si finalement, la fin n’était pas celle d’un début, celle d’autres concepts qui je l’espère réuniront aussi les blogueurs. Et ce d’autant qu’Alex promet d’autres concepts participatifs. Parce qu’il ne faut pas oublier que tant qu’il y aura des blogs, il y aura des moyens de s’exprimer sur les loisirs qu’on aime, notamment les jeux vidéo. Au final, c’est peut être maintenant que tout commence…

 

Au départ, je n’y croyais pas lorsque Alex a annoncé la fin du TFGA. Alors oui, une page se tourne, et je me sens un peu comme lorsque je termine un jeu : avec le sentiment du devoir accompli. Je suis fier d’y avoir participé et j’espère vous avoir fait découvrir des choses. Mais j’ai deux certitudes: la première, c’est que le blog que vous lisez ne s’arrêtera pas, et la deuxième, je vous dis simplement « à bientôt » parce que je suis convaincu que nous serons sûrement amenés à nous revoir.

Bien entendu n’hésitez pas à voir les TFGA finaux de mes collègues blogueurs ici car Alex les rassemble tous. Et si vous alliez souhaiter la bienvenue à Pixel Rose, une nouvelle dans le concept, bien qu’arrivant un peu tard il est vrai ? Comme j’ai dit, une visite fait toujours plaisir. 

TFGA #23 : en août, on fait ce qui nous plait

Bonjour chers lecteurs et bienvenue dans ce vingt-troisième TFGA. Cette fois, nous sommes en août et Alex nous a laissé libre cours quant au sujet à traiter dans ce TFGA intitulé « réappropries-toi le TFGA ». Alors, comme sujet quatre pistes de sujets me sont venues d’abord en tête : les plages dans les jeux vidéo, pour être raccord avec la saison ( et cette canicule), les jeux avec des chiens (inspiré par @BlackyStorm, je ne m’en cacherai pas), les endroits où passer l’hiver, prenant à contre-pied la saison,ou…les plus belles intros de RPG. Eh bien, rien de tout cela en fait ! Puisque Alex a décidé de renverser un peu les règles du TFGA, je vais faire de même et donc, je vais vous parler des personnages qui ont compté pour moi dans mon expérience de joueur.

Et puisqu’on doit se réapproprier le TFGA, je vous propose deux «  Tops Fifteen » ( je respecte le « F » du sigle, ranafout’) car il sera divisé en deux parties. L’une sera sur les personnages hors RPG japonais, parce que je ne joue quand même pas qu’à ce genre de jeu, et l’autre aux RPG japonais eux-mêmes parce que je ne vais pas pour autant renier mon genre de prédilection. Autrement dit, si vous rassemblez les deux, vous obtenez un « top 30 ». Elle est pas belle, la vie ? Accrochez vos ceintures, ça va être long. Je précise aussi que bien que j’ai évité de le faire le plus possible, certaines descriptions peuvent contenir des spoilers.

15-Wario

250px-Wario_MP10 (1)

Wario méritait bien une place dans ce classement. Présenté comme le méchant de service, double maléfique de Mario dans Super Mario Land 2, Nintendo a su l’en détacher et faire un personnage à part entière. Certes, il a des méthodes expéditives et ne fait jamais dans la finesse, a presque tous les défauts de la terre, ne vit que pour l’argent, mais finalement, Wario est terriblement attachant. Le savoir-faire Nintendo, encore une fois…

14-Hatsune Miku

img_MIKU_us

Une jeune femme virtuelle créée pour un logiciel de musique électronique, permettant aux musiciens en herbe de donner libre cours à leurs talents. Les jeux de rythme qui en sont issus, faits par Cryton Future Media et édités par Sega sont très bien faits et proposent des défis dignes de ce nom. Idéal pour travailler sa coordination et ses réflexes. Donc oui, notre adolescente aux cheveux bleus et ses amis ont leur place ici, d’autant que j’aime bien faire une partie de temps en temps.

13-Rayman

rayman-ready-for-battle_6797857

Rayman revient de loin. Après trois jeux, ils ‘est fait voler la vedette à la fin des années 2000 jusqu’à être progressivement effacé par Les Lapins Crétins. Il a heureusement opéré un retour dans deux jeux qui rappellent les beaux jours du personnage, avec Rayman Origins et Rayman Legends. Et rien ne pouvait me faire plus plaisir. La création de Michel Ancel se devait bien d’être ici. Et il n’est jamais meilleur que lorsqu’il est le héros de ses propres jeux.

12- Tails

Sonicchannel_tails_cg

Notre petit renard à deux queues (pas de remarque déplacée, c’est un blog correct, merci), a toute sa place ici : Compagnon de Sonic depuis toujours, Tails est un as de la mécanique et est un personnage très attachant. Parfois, je me refais Sonic 2 rien qu’avec lui, pour changer un peu.De plus, Monsieur se paye le luxe d’être sur la page de présentation de toutes les versions, et même sur celle de présentation des niveaux dans les verison 8-bits alors qu’il est prisonnier d’Eggman. D’accord, il est moins rapide que Sonic, mais on ne peut pas tout avoir, non plus… Et il a son propre jeu, Tails’ Sky Patrol, un peu anecdotique mais il fait de lui un héros.

11-Earthworm Jim

Eartworm-jim

Un ver de terre dans le classement ! Mais attention,cette fois, c’est un lombric en combinaison spatiale et armé d’un blaster qui est héros de jeux totalement loufoques. Dans le premier Earthworm Jim sorti en 1994, l’absurde était tel qu’on explosait souvent de rire… Le bonhomme de neige comme demi-boss dans un volcan, le lancer de vache, les toilettes téléporteuses, les courses contre psy-crow, le hamster, le saut à l’élastique…et cette putain de capsule sous-marine ! Mais je ne vais pas tout vous décrire,parce que pour tout comprendre, ou pas, il faut y jouer… Le deuxième poussera le délire encore plus loin, mais semble avoir moins marqué.Le tout programmé par David Perry, qui a monté pour l’occasion sa boite, Shiny Entertainment. Le personnage, lui, a été créé par Doulas TeNapel. Quant à l’épisode 3D sorti sur Nintendo 64, il est malheureusement en deçà de ce qu’on pouvait en attendre, malgré de bonnes idées. Au moins, il n’aura pas viré comme Bubsy… Comment ça, je suis méchant ? Non, juste réaliste…

10-Ryo Hazuki

Ryo

Shenmue. Ryo porte sur lui l’héritage de cette licence. Après deux jeux en avance sur leur temps sur une console, la Dreamcast, qui ne l’était pas moins, son histoire est pour le moment inachevée. Heureusement elle va se poursuivre dans Shenmue III mais même si nous savons que le jeu existe bel et bien après une longue période d’absence, reste à voir quand il sortira et ce que cela va donner. Parce que depuis 15 ans, les mécaniques de jeu qu’il a pourtant initiées ont évolué. Shenmue pourra t-il s’adapter ? Quoi qu’il en soit, Ryo reste un personnage inoubliable de ce classement. J’espère toutefois que le fardeau dont il a la charge n’est pas trop lourd à porter…

 

9-Duke Nukem

Duke_Nukem

« Hail to the King , Baby ! » Pas tout à fait. Parce que si Duke est dans ce classement, c’est bien parce que je suis fan de l’épisode 3D dont je connais quasiment tous les recoins. Je pardonne moins le fait que Forever soit un mauvais jeu. Parce que vraiment ce personnage, véritable caricature du héros américain (mix entre Schwarzy et Dolph Lundgren, un temps pressenti pour l’incarner au cinéma), avait vraiment du potentiel. Alors peut-être faut-il attendre pour voir le retour du Duke en pleine forme avec un jeu innovant… Mais pas 14 ans de nouveau, j’espère… Pour le moment, on va se contenter de la remasterisation/remix de Duke Nukem 3D… C’est désormais officiel, et c’est apparemment pour célébrer les 20 ans du jeu, la saga ayant elle commencé en 1991. Le retour du roi serait-il pour bientôt ?

8-Nathan Drake

Drake_U4_Render

Y a t-il un chasseur de trésors plus intrépide que Nathan Drake ? L’homme a le don de s’attirer des ennuis auxquels il ne s’attendait pas forcément. La dure vie d’un chasseur de trésors… Il n’en reste pas moins que Naughty Dog l’a mis en scène dans une saga de quatre jeux formidables, Uncharted, bourrés d’action, qui sont un plaisir à jouer. On notera aussi que le doublage français, fait par Bruno Choël, donne encore plus de vie au personnage. Une humanité, sans doute, et qui fait du bien. Et aussi, qui fait voyager le joueur dans différents pays. Drake devrait se reconvertir en guide touristique, il connaît bien l’Amérique du Sud, le Népal, le désert… entre autres…

7-Francis York Morgan

Francis_York_Morgan

Si vous me lisez, notamment si vous suivez les différents TFGA que j’ai écrits, vous savez que je suis un ardent défenseur de Deadly Premonition, jeu qui a clairement divisé. York fait partie de ce pourquoi j’aime le jeu. Personnage posé, il souffre toutefois d’un dédoublement de personnalité et parle à un personnage imaginaire, Zack, qui est en réalité incarné par le joueur. Ceci dit, York reste sans doute le plus humain parmi la galerie de personnages bizarres qui habitent à Greenvale, le joli port de pêche où il est chargé de mener une enquête sur des meurtres particulièrement sordides. Il se devait donc de figurer ici même.

 

 

6-Daniel Fortesque

daniel fortesque

Le héros de la saga MediEvil m’a marqué, notamment pour le premier jeu. Héros d’une légende erronée, « Sir » Daniel Fortesque reprend du service pour prouver qu’il est bien le héros de celle-ci, une fois que Zarok se montre de nouveau. Son voyage dans Gallowmere s’annonce mouvementé, dans une aventure remplie de magie. Bien que méprisé par ses pairs, notre héros est très attachant par son « humanité », bien qu’il soit décharné depuis longtemps. Je rejoue encore au premier titre, mais j’ai moins aimé le deuxième. Sans doute l’époque ne m’a t-elle pas plu… Toujours est il que Dan est quelqu’un de très attachant.

5-Crash Bandicoot

crash bandicoot

Notre marsupial ne pouvait pas être hors d’ici. Combien de temps passés sur Crash Bandicoot 2 et 3, à le voir avec ses animations délirantes, notamment en cas de mort ? Combien de courses dans Crash Team Racing, avec un héros qui semble à premier vue, totalement idiot, mais qui ne l’est pas tant que ça ? Bref, Naughty Dog avait frappé fort avec sa première mascotte. Rigolo et évoquant également TAZ de chez Warner avec son attaque tourbillon, Crash, c’est le fun incarné. Dommage que cela se soit dégradé niveau qualité lorsque Crash ira chez Universal. Ce n’est pas bien d’abandonner les animaux, Naughty Dog !

4- Solid Snake

SOLID_SNAKE_2

Le départ de Kojima n’en finit pas de faire des remous chez Konami. Et pourtant, faire connaissance avec Solid Snake a été une rencontre des plus marquantes. Il faut bien dire que le premier Metal Gear Solid sur PlayStation a été une claque à tous les niveaux : excellence de réalisation, scénario en béton armé… et son héros. Ouais…1999 c’était bien, bordel. Il faut dire que Snake faisait son retour après quelques années d’absence. Depuis, j’ai tous les jeux MGS, sauf Ground Zeroes. Parce qu’il faut dire que MGS a un héros qui est dans des jeux qui sont un plaidoyer pour la non-prolifération nucléaire. Et ça c’est bien. L’écologie, les armes nucléaires, la guerre… Maintenant, en 2016, après avoir viré les créatifs en plus de Kojima, Konami n’ arien trouvé de mieux que d’exploiter de nouveau la licence…en faisant un survival zombies en co-op. Mon pauvre Snake, qu’ont-ils fait de toi ? Allez, viens donc à cette jolie place du classement pour te consoler…

3-Lara Croft

lara ps1

On attaque le podium avec Lara Croft. Qui d’autre que cette femme archéologue pour occuper la médaille de bronze ? Lara, c’est une icône qui va sur ses 20 ans, qui fait partie du patrimoine vidéoludique. Nul joueur ne peut ignorer que Miss Croft est encore dans le coup malgré des histoires réécrites au fil des reboots. Mais je me souviendrai toujours du premier Tomb Raider sur PlayStation. Y rejouer aujourd’hui relèverait de la torture mentale pour bien des joueurs, tant les graphismes bien qu’en 3D aient pris un sacré coup de vieux, et la jouabilité ultra rigide, mais j’y ai passé des heures. Depuis Lara est devenue une icône. Dommage que la qualité des jeux, ait depuis varié de l’excellent, au très mauvais ( l’Ange des Ténèbres…quelle purge!). Je ne parlerai même pas des deux bouses cinématographiques…

2- Mario

Super-Mario-01

« It’s a me ! Mario ! » Et notre plombier italien occupe la seconde place de mon classement. Pourquoi ? Parce que j’ai grandi avec. Mario, Cela fait plus de 30 ans qu’il est présent et qu’il amuse des millions de joueurs. Avec des jeux à la qualité très souvent irréprochable, cela s’appelle sans doute le « savoir faire Nintendo », je sais, je me répète. Mario et sa bande sont inoubliables, et Nintendo a su, par petites touches lui adjoindre d’autres personnages. Et s’il n’est « que » deuxième c’est que le premier est…

1-Sonic

Sonic-the-Hedgehog-character-001

Oui, Sonic, le hérisson bleu, occupe la première place ce classement. Parce que je ne l’oublierai jamais. Parce que le premier Sonic a été la première cartouche à squatter ma Megadrive. Parce que j’ai passé des heures sur ses suites. Et je refais les épisodes MD sans jamais me lasser. Je l’ai retrouvé plus tard sur Dreamcast. Et même si la transition en 3D n’a pas été aussi fluide que le plombier juste au dessus, et que la qualité des jeux varie grandement, on se doit de reconnaître que malgré les différents déboires de Sega, Sonic est toujours là et avance, vaille que vaille.

 

Voilà pour la première partie hors RPG japonais. Maintenant, qui sont les heureux élus de ce deuxième « Top 15 » spécial ? Descendez la liste, et vous aurez les réponses. Une fois de plus, je rappelle que cela est totalement subjectif et que mon classement ne sera peut-être pas le vôtre, et qu’elle est basée sur mon expérience de jeu.

15-Justin

Justin

Le héros du premier Grandia. Il ouvre le bal parce que sous ses aires enfantins, le jeu est une formidable ode au voyage et à l’expérience. Aux côtés de Sue et Feena, entre autres, Justin apprendra à grandir et devenir plus responsable. Voilà pourquoi il est ici , il y a une évolution franche du personnage. Et rendons à César ce qui lui appartient, Grandia est à l’origine un jeu sorti sur Saturn. Ce n’est qu’après, qu’il sera adapté et traduit en français sur PlayStation.

14-Elma

elma

Elma est la jeune femme qui vous accompagnera dans Xenoblade Chronicles X. Elle est de plus un des persos les plus réussis du jeu, aussi bien par son design que dans son écriture. Le jeu d’ailleurs fait une révéléation à la fin sur son sujet mais je ne vais pas vous le révéler ici. Et si Xenoblade Chronicles X est un excellent RPG japonais, il est hélas arrivé bien trop tard pour sauver la Wii U. J’espère toutefois que Monolith travaille sur un autre épisode destiné à la NX…Donc, elle est ici en souvenir du jeu.

 

 

13-Leanne

Leanne1

La jeune femme du trio de Resonnace of Fate est pour moi la véritable héroïne du jeu. L’histoire tourne d’ailleurs autour d’elle. Et elle a du caractère. En effet, les séquences dans lesquelles elle ne se laisse pas faire face aux taquineries de Vashyron et Zephyr sont nombreuses, et elle n’hésite pas à les frapper (lorsque le premier a répondu à un question en faisant allusion à son physique, ça a bardé). Bref Leanne, c’est une jeune femme forte avec des flingues, au centre d’un excellent RPG, au système de combat original qui n’a hélas pas rencontré le succès qu’il aurait dû avoir, surtout face à un Final Fantasy XIII des plus médiocres. Et j’assume.

 

 

12-Koudelka Lasant

Koudelkaconcept

Ceux qui ont joué au jeu le savent, Koudelka est une femme qui a marqué leurs esprits. Elle est un personnage vraiment bien pensé comme on en voit peu dans les jeux vidéo. Si le titre éponyme n’est hélas pas dénué de défauts, la faute à des dissensions entre le réalisateur du jeu et l’équipe de développement. Sachez le : la jeune gitane est en réalité une femme dépravée. Cependant, une héroïne avec de tels vices ce n’est vraiment pas courant.Mais elle a aussi des qualités : elle est médium et capable de prédire l’avenir.Mais pour survivre, notamment après les événement du jeu, elle vendra également son corps au plus offrant en plus de ses services de médium. De plus, la jeune femme sera de retour dans le premier Shadow Hearts, ce sera elle qui guidera Yuri pendant une partie du jeu en communicant avec lui par télépathie. Ce dernier la délivrera des griffes d’Albert Simon. Tant et si bien que Koudelka est considéré comme faisant partie de la licence SH. La jeune femme mérite bien une place dans ce classement, assurément.

11-Crono

Crono

Non, je ne pouvais pas oublier le héros de Chrono Trigger. Déjà, pour son aventure extraordinaire qu’il vit à travers différentes époques et fera la connaissance d’autres compagnons de voyage issus de différentes époques. Ensuite parce que CT, c’est un peu Square Enix 8 ans avant la fusion, ayant été fait par une « dream team » issue des deux développeurs. D’ailleurs, son look ne vous rappelle rien ? San Goku ? C’est normal étant donné que c’est Akira Toriyama qui s’est occupé du character design du jeu. Pour toutes ses raisons, il a sa place ici.

 

 

10- You Narukami

Yu_Narukami_render

Le héros de Persona 4 et Persona 4 Golden compte, en effet, parce qu’il est le héros d’un des meilleurs RPG existants. Bref. Toujours est il que ce héros ne s’attendait pas à vivre des aventure extraordinaires et à se retrouver à résoudre une série de meurtres. Ni à développer des relations parfois amoureuses, avec les filles de sa classe… De plus il se révélera combattant hors-pair dans Persona 4 Arena, et danseur dans Dancing All Night. Il sait tout faire. Yu a toute sa place dans ce classement parce qu’il faut bien le dire, c’est un peu vous…

 

 

 

9-Ramza Beoulve

Ramza1

Le héros de Final Fantasy Tactics ( pour moi seule la version PS existe, comment ça il y en a eu sur GBA?) est un homme bon. Et dans tout le jeu ils e posera la questions de savoir qu’est ce que le bien, mais surtout comment faire le bien. Mais cela n’est qu’une ramification du scénario complexe que renferme le jeu… Ramza trouvera également des réponses aux questions qu’il se pose. Personnage génial et très bien pensé, dont le destin est lié avec celui de Delita Himral.

8-Riou Genkaku

S2_Riou

Ah mais bien entendu que le héros de Suikoden II fait partie des héros qui m’ont marqué ! Avec sa sœur adoptive, Nanami, et son meilleur ami Jowy, il fait partie du trio le plus inoubliable du RPG. Notre héros va vivre une aventure que quelqu’un de son âge ne devrait pas avoir à subir. Il repoussera les armées de Highland, la contrée ennemie,formera des alliances et aura avec lui une armée de 107 étoiles pour venir à bout de son épopée extraordinaire.

 

 

7-Ashley Riot

Vagrant_Ashley

Comment pouvait on oublier Ashley, le héros de Vagrant Story ? Le personnage lui-même est complexe. Ayant perdu sa femme et son fils à cause de bandits, il s’engage dans la section RiskBreaker, unité d’élite du royaume. Lorsque Vagrant Story commence, il est chargé de pourchasser Sydney Losstarot, gourou d’une secte qui a kidnappé le fils du Duc. Mais son arrestation échoue, et Ashley se retrouve donc à Léa Mundis, une ville abandonnée. Néanmoins, Sydney lui servira de catalyseur et l’aidera ainsi à accepter son passé. Personnage complexe et mature se trouvant au centre d’un jeu qui ne l’est pas moins, Ashley a sa place ici.

 

 

6-Yuri Bort Hyuga

Yuri

J’ai parlé de Koudelka plus haut dans ce top, eh bien voici maintenant Yuri, qui appartient à la même série. Il apparaît dans le premier Shadow Hearts, guidé par une étrange voix… celle de Koudelka. Mais contrairement ce qu’on pourrait penser, Yuri n’est pas son fils . Au delà de ça, Yuri est un homme qui a toute sa place dans ce TFGA tant le personnage est sans doute un des plus travaillés du RPG japonais. Cynique, il a vécu pas mal de choses, notamment la mort de sa copine, qu’il sauve des griffes d’Albert Simon, une relation ambiguë avec sa mère ( une fois de plus, non, ce n’est pas Koudelka), et fini maudit par une Secte appelée Sapientes Gladio. Tout cela dans les deux premiers Shadow Hearts, qui sont je le rappelle, absolument à faire sur PS2. Le troisième aussi, mais il est très différent.

5-Fei Fong-Wong

Fei

Évidemment, Fei se devait d’être présent. Héros amnésique d’une grande, très grande aventure, celle contée dans Xenogears. Des robots géants, un conflit qui le dépasse, et Fei court à la recherche de son passé. Rien que ça. Ça ne l’empêche pas d’être vraiment quelqu’un en or… Mais attention toutefois à ce qu’il en se mette pas en colère, il peut faire très mal… Les survivants de l’événement de Lahan s’en souviennent encore, les pauvres. Personnage à la fois complexe et complexé, bénéficiant d’une certaine profondeur d’écriture, Fei avait toute sa place ici. Et le saviez-vous, au départ, le scénario de Xenogears aurait dû être celui de FF VII. Mais,  jugé trop complexe et sombre pour saga, il a été refusé.

 

 

 

4-Lenneth

lenneth

La Valkyrie du premier Valkyrie Profile se rapproche de la tête du classement. Héroine d’un jeu fantastique en tous points, Lenneth n’a pas oublié de rester humaine. Il faut dire qu’elle fait un métier qui n’est pas facile : recruter les hommes sur Midgard qui sont sur le point de mourir pour en faire des guerriers au Valhalla en vue du Ragnarök, la grande guerre qui signe le crépuscule des Dieux de la mythologie scandinave. Même si voir la scène la plus touchante demande d’avoir une soluce sous la main ou à portée d’écran, certaines actions ne pouvant être devinées par elles-mêmes… La dernière séquence de l’introduction animée est révélatrice : Platina était ce qu’elle fut, et la Valkyrie, ce qu’elle est. Juste magistral.

 

3-Serge

Serge

Le héros de Chrono Cross monte sur le podium ! La rencontre avec Serge, et plus précisément le jeu en lui-même, a été une claque qui fait qu’il reste mon préféré d’entre tous les RPG. Serge, c’est le garçon sympa, mais qui a une particularité : à cause d’une séparation temporelle, il est vivant dans un monde et mort dans un autre. Il devra donc explorer les sombres recoins de son paradis pour savoir quelle en est la cause. Serge arrive à la troisième place, parce que c’est un brave garçon qui n’avait pas demandé ce qui lui arrive et parce que Chrono Cross bah… vous savez bien ce que j’en pense, je viens de l’écrire plus haut, et il ya une critique sur ce blog. Mais s’il n’est « que » troisième, qui sont les deux autres médaillés de ce classement ?

 

2-Terra Brandford

Terra_Branford_Dissidia_(Arcade)_2015

Eh oui. Terra Brandford, héroine de Final Fantasy VI, remporte la seconde place. Cette jeune femme est au centre d’un jeu extraordinaire. Fuit des amours entre un Esper et une humaine, esclave de l’Empire au début du jeu, Terra n’arrivera pas à accepter, au départ son côté « non humain ». Mais l’amour sauve de tout…Elle mérite cette seconde place par son humanité, sa sensibilité, et il est clair que tous ceux qui ont joué à FF VI ne l’oublieront jamais. Une deuxième place amplement méritée. Plus que des mots, dérisoires, la place parle d’elle-même…

 

 

1-Cloud Strife

Cloud-FFVIIArt

Et c’est Cloud Strife de Final Fantasy VII qui occupe la première place ! Pourquoi ? Parce notre Cloud a beau être un menteur patenté, il n’empêche que c’est Final Fantasy VII qui m’a fait découvrir la saga et plongé dans le J-RPG. Et pour ça je me devais de le remercier. Alors je sais « ouin, ouin, FF VII est surestimé », «  C’est un jeu pour kikoos où il n’y a que des émos »… VOS. PUTAINS. DE. GUEULES. Sérieusement. Ces remarques sont venus avec la généralisation d’Internet, parce que croyez-moi, en 1997, si on pouvait reprocher aux héros d’avoir les mains carrées, non seulement le jeu était magnifique pour son époque mais proposait un intérêt énorme, un système de combat proposant des combinaisons ravageuses… le seul reproche à faire au jeu étant sa traduction en français, affreuse. Pour le reste, on jouait et on ne se lançait pas dans des polémiques qui n’apportent rien. D’ailleurs, certains de mes camarades de lycée hésitaient à s’y lancer, parce qu’il craignaient d’y être encore l’année d’après… Que diraient-ils 20 ans plus tard, des MMO ? Toujours est il que pour m’avoir lancé dans le JRPG avec le jeu dont il est le héros, Cloud méritait bien cette première place. Point Barre.

Voilà, j’espère que cette réappropriation du TFGA vous aura plu. Il m’aura demandé encore plus de travail que d’habitude, prend près de 6 pages Word en taille, ce qui en fait le plus long que j’ai jamais réalisé. On se retrouve le mois prochain pour les 2 ans du concept et donc sans doute un TFGA spécial. Que nous réserve Alex ? Je ne sais pas, mais toujours est-il que vous pouvez voir sur cette page les autres amis blogueurs qui ont eux aussi repris en main le TFGA. Allez leur rendre visite, ça leur fera plaisir..

TFGA #22 : les 5 péchés capitaux

Depuis qu’il avait proposé aux participants d’avoir le choix des sujets, Alex avait mis le thème «  les 5 péchés capitaux » comme possibilité. Celle-ci était sur le point de l’emporter, mais finalement ce sont « nos amies les bêtes » qui a remporté le morceau, d’une très courte tête. Alors voilà, le sujet revient cette-fois ci sur le devant de la scène.

En plus c’est l’été, c’est l’époque où on mange des pêches et ses dérivés. Alors oui, les pêchers sont pour moi capitaux, parce que leur fruits me rappellent l’été et le Tarn de mes origines. Mais de là à sélectionner 5 arbres qui comptent… comment dire, il n’y a rien qui ressemble à un arbre en bois qu’un autre arbre… Comment ? Ah, il ne s’agit pas de sylviculture mais de référence à la Bible ? Donc les « péchés » et non les « pêchers » ? J’ai failli confondre !

peche-6

Plus sérieusement, et sans faire un cours d’histoire des religions, les « péchés capitaux » modernes sont au nombre de 7. Il s’agit de l’orgueil, l’avarice, l’envie ( dans le sens « jalousie »), la colère, la luxure (comprendre : plaisirs sexuels), la gourmandise et la paresse. Tout excès de celui ou celle qui s’y était adonné(e) entraînait la peine « capitale », c’est à dire une condamnation à mort.

Mais de là à voir ce qui pourrait correspondre en termes de jeux vidéo, c’est au autre paire de manches, d’autant qu’il ne faut en choisir que 5. En effet, c’est un « Top Five » et non un « Top Seven »…

L’envie : la Neo-Geo

Windjammers_(Neo_Geo)_Game_play

 

Premier péché capital : l’envie. Et je ne vais pas parler d’un jeu en particulier, ou d’un personnage mais d’une console que pratiquement personne, à moins d’être un fils à papa, pouvait s’offrir : la Neo Geo. Depuis, j’y ai joué en convention, mais quand j’étais au collège, les tests dans les magazines me faisaient baver d’envie. Le pire dans tout ça, c’est que j’en ai vu une dans une boutique de jeux, allumée, et qui faisait tourner World Heroes 2. Une console énorme, avec des cartouches de très grande capacité tout aussi énormes, et des pavés en guise de manette avec un joystick et 4 boutons qui se tenaient sur les genoux. Mais le prix aussi, était énorme : 3000 francs la console. Et 1500 francs pour les jeux. Évidemment, un tel prix impliquait de ne pas acheter n’importe quoi. Parce que pour 1500 balles, tu avais une Super Nintendo ou une Megadrive, avec sans doute une deuxième manette et un jeu compris. De toute façon, sur Neo Geo, il n’y avait que des jeux de baston et les Metal Slug, allez-vous me dire. C’est faux, il y avait aussi un jeu de compétition de frisbee. La preuve avec la photo d’illustration.

La Luxure : Tifa

Tifa-FFVIIArt

Et allez, encore un personnage d’un de mes RPG préférés dans un TFGA. Il faut dire que l’arrivée de la PlayStation avec sa 3D a aussi amené à l’hypersexualisation du corps de la femme. Lara Croft, avec Tomb Raider, aurait également fait une bonne candidate, mais Final Fantasy VII m’ayant durablement marqué, je ne pouvais pas m’empêcher de mettre Tifa en représentante de ce péché. Il faut dire que Square a tout fait pour. Etait-il nécessaire de la vêtir simplement d’un T-shirt blanc qui arrive juste en dessous de sa poitrine, et d’un mini-short aussi court ? Sans compter les zooms lors des combats et des poses de victoire… Mais Tifa ne sera que la première, d’autres dans les RPG, suivront la tendance. On sait à qui les programmeurs s’adressaient en priorité… J’aurais pu citer aussi les filles de Dead or Alive mais cela aurait été trop facile.

Je dois avouer que je ne savais pas comment traiter ce péché, qui semblait un peu complexe pour moi. Mais une partie de FF VII m’a donné l’illumination.

L’orgueil : Duke Nukem

the duke

Plus imbu de sa personne, je ne connais pas en jeux vidéo. Cette caricature de macho américain aimant les aliens, surtout lorsqu’ils sont morts et qu’il peut s’en faire un barbecue, ça tombe bien c’est l’été, a une cathédrale (de préférence celle d’Amiens, c’est la plus vaste de France) en guise d’ego surdimensionné. Tout le laisse paraître : il se parle à lui-même, n’hésitant pas à dire des phrases telles que «  Damn I’m Good », mais la plus connue est sans aucun doute « Hail to the King, Baby ! », empruntée à un film mais je vous laisse deviner qui est le roi dans cette histoire…

D’ailleurs, il a même fait un livre, intitulé Why I’m So Great (Pourquoi je suis aussi génial), que l’on peut voir dans Duke Nukem Forever. De plus, il joue au début de cette suite de sinistre mémoire, à son propre jeu ( la séquence de fin lors de l’affrontement avec l’Empereur Cycloide sur le stade de foot américain), et la barre de santé est renommée barre d’Ego. Pour la faire grandir, il faut faire des actions stupides. Orgueilleux, le Duke ? Non, juste un peu.

La colère : Max Payne

MaxPaynepic1

« New York. Fugitive Undercover Cop. A Man with Nothing to lose. ». Voilà ce qu’on peut lire sur la jaquette du premier Max Payne. Flic new-yorkais, dans une ville rongée par le trafic de drogue, il retrouve un soir sa femme et son bébé assassinés par des junkies victimes d’une nouvelle drogue, la Valkyrie. Ivre de rage, Max décide alors de nettoyer les quartiers de Big Apple de la pègre qui l’infeste, quitte à violer les lois, un comble pour un policier. Mais comme on le sait, la colère est mauvaise conseillère et Max s’enfonce de plus en plus dans la douleur, jusqu’à se perdre lui-même… La saga Max Payne est intéressante notamment pour le développement du personnage lui-même. Un digne représentant de ce sentiment qui peut parfois nous amener à commettre l’irréparable…

La paresse: Tous ces héros de JRPG qui se lèvent tard pour démarrer l’aventure de leur vie

Serge

Pour ce péché capital, j’aurais pu laisser un vide, dire que je n’avais plus d’idée au bout de 4 et pas envie de chercher un cinquième, mais non, comme je joue le jeu à fond je vais exploiter un cliché maintes fois répandu dans l’univers du RPG japonais : la paresse, dans le sens « théorie de Serge et Crono ». En effet, le point de départ de pas mal de jeux du genre est : le héros qui se lève trop tard. Mais au final, je me demande s’il ne devrait pas rester couché parce qu’à chaque fois, cette journée commencée tardivement sera le point de départ de tout un tas d’emmerdes, mais c’est toujours valorisant de sauver le monde, voire l’univers… Bien entendu, le fait de se lever tard donne lieu à d’autres clichés par la suite : la jouvencelle que le héros connaît à peine et qui porte sur elle l’objet capable de sauver le monde ou de le détruire, et que ledit héros veut protéger alors qu’il ne la connaît pas depuis une minute, ou le village de départ se retrouve incendié par les méchants…Parfois,ça se cumule. Mais, au vu du destin qui les attend, cela ne vaut-il pas le coup de se lever ?

Allez, debout tas de feignasses ! Le Monde vous attend, butez-moi ce salaud d’Archi-Demon !

Voilà pour ce TFGA. Mais comme c’est l’été, et qu’il faut manger des fruits, et que j’aime les pêches, vous aurez quand même droit à un « pécher » capital.

le pecher