Archives Mensuelles: août 2014

Guns of the Kikoolols épisode #62

Le TRÈS petit Journal

Cette fois ci, c’est Canal+ que j’épingle et son Grand Journal.  Enfin, grand…  Quand je vois la séquence d’hier de Mathilde Serell,  j’ai envie de dire pas étonnant que ça ne commence pas fort niveau audiences en cette nouvelle saison.  Qu’elle parle du fait que Twitch  se soit fait racheter par Amazon, pourquoi pas. Encore faut il connaitre son sujet et  prendre un bon angle d’attaque. A Canal qu’est ce qu’ils ont fait ? Rappel , c’est un « média de masse »… Eh bien oui, ils ont pris ça sous l’ange de « l’addiction ». Putain de bordel, mais c’est quoi ça ???  Un dénigrement de plus, je sais … Mais quand une présentatrice commence par dire, tout sourire «  on connaissait l’addiction aux jeux vidéo, maintenant, il y a une addiction aux vidéos des gens  qui jouent aux  jeux vidéo, ça s’appelle Twitch » ça commence très très mal.  elle balance ensuite  un extrait de PewDiePie entrain de jouer. Elle explique que « c’est un phénomène  » et qu’il y a 5 millions d’utilisateurs… Grand étonnement de De Caunes, qui tente de saisir le concept, pourtant simple, et de conclure  » il faut vraiment avoir rien à foutre de sa vie, quoi!« . Elle  » Ouais, ou avoir envie de passer des niveaux à Pokémon! »  De Caunes: «  c’est une désolation totale, ce que vous me racontez, Mathilde! »  » C’est ça le monde en 2014, Antoine! » Lui, offusqué «  j’en veux pas! »J’en veux pas de ce monde! » 

Bon alors chers chroniqueurs et présentateurs du Grand Journal, outre le fait que cette chronique était affligeante, permettez-moi de de  vous rappeler deux ou trois choses qui vont peut être vous faire mal mais qui à mon sens sont d’utilité publique :

D’abord, c’est bien beau de raconter  quelque chose. Encore faut il en comprendre le sens et POURQUOI des gens regardent ce type de vidéos.  Il peut y en avoir pour des speedruns, et les commentateurs expliquent aux gens les meilleures techniques pour avancer plus vite, etc. Ou encore l’envie tout simplement de faire découvrir un jeu dont on a pas forcément entendu trop parler à la date de sa sortie, tout en expliquant les principes. Ou pour donner son avis. Il y en a plein, des raisons qui poussent à  faire des vidéos, et avec les technologies actuelles, ça facilite grandement la tâche.  Ensuite, quel mépris pour les spectateurs! J’ai jamais vu ça. Un manque de respect pur et simple, et il en est de même pour les streameurs

Donc, je me permets de rappeler aussi que Canal+ croyait  dans les nouvelles technologies, elle avait une animatrice virtuelle, Cléo, une émission quotidienne ( Cyberflash), une mensuelle ( Cyberculture) et qu’elle détenait la moitié des parts de Game One. Et elle a même développé et distribué quelques jeux ! Mais comme Vivendi l’a exigé, elle a tout laissé tomber, allant jusqu’à céder sa technologie de cryptage.

Ensuite, question : Combien vous payez Pierre Ménès pour qu’il regarde lui aussi des gens entrain de jouer au ballon, même qu’ils sont 22 sur le terrain et surpayés ( 750 millions d’€ pour un championnat qui en vaut moitié moins) par une Ligue professionnelle dont le dirigeant refuse la montée  acquise sportivement en Ligue 2 à un village  ariégeois car pas assez  » glamour » , hein ?  Et les abonnés, devant leurs écrans, ils font quoi ?  Le but n’est pas de stigmatiser ceux qui regardent le foot,  mais en réalité c’est le même principe que ce que vous dénoncez là…   On se retrouve spectateur… Football ou jeu vidéo, c’est pareil en fait. Donc pour du foot, ce serait normal, mais pour des jeux vidéo, oh non, pensez donc!  Sauf qu’au moins, pour aller sur Twitch, on ne nous demande pas un abonnement hors de prix, vu que c’est gratuit. 

J’en ai sérieusement marre  de cette stigmatisation,  parce qu’on regarde des vidéo sur  Internet, nous ne serions pas des gens normaux, voire même drogués ??? ARRÊTEZ ENFIN!  Si vous saviez ce que je pense des lois comme la « Chronologie des médias »  qui n’est là que pour protéger votre business de chaîne payante qui n’a pas su ou voulu s’adapter à temps aux nouvelles technologies … C’est d’autant plus hypocrite de la part d’un De Caunes qui joue les indignés alors qu’il est passé il n’y a pas si longtemps sur la chaine CyprienGaming! Sur qu’il ne devait avoir  » rien d’autre à foutre »…

J’en ai marre que les médias nous prennent pour des débiles, et voient les jeux vidéo et leur culture sous l’angle  d’une addiction et non d’une culture comme une autre. Les cultures changent, pas les mentalités vieillottes des chaines de télé françaises, à qui cette case doit être  uniquement réservée à certains thèmes. Les drogués vous saluent bien.

Julius

Mise à Jour du 31/08/2014

Antoine De Caunes s’est excusé via Twitter d’avoir froissé les gens, et Monsieur Poulpe a promis de lui en reparler lundi. C’est tout à leur honneur, mais s’il vous plait, au Grand Journal,  il serait possible d’avoir un sujet jeu vidéo/Internet sans passer par le mot  » addiction » ?  merci d’avance. Et les gens, notamment les gamers, on devrait tout de même apprécier ces petits gestes  qui vont dans le bon sens. Arrêtez d’insulter même si l’offense a été grande.  Là, vous passez vraiment pour des idiots.

Ensuite, mes propos sur le football ont fait parler.  Le but n’était pas d’insulter  les supporters ou amateurs de ce sport, ( même si Canal et BeIn surpayent, et que Thiriez en profite ), mais  si accepter de regarder un match est considéré comme un loisir , tout comme regarder des films, pourquoi ne pas regarder des gens faire des performances aux  jeux vidéo, ou même y jouer, ça ne mériterait pas d’être traité sur un même pied d’égalité ?

 Mise à Jour du 1/09/2014 :

Antoine De Caunes et sa chroniqueuse ses sont excusés dans Le Grand Journal d’aujourd’hui. Pour moi cela va dans le bon sens et De Caunes a tenu parole après s’être excusé via Twitter. On ne va pas se plaindre, c’est bien de reconnaître qu’on a fauté, donc, amis gamers, même si la rubrique vous a mis en colère, comme moi, il est temps d ‘arrêter le délire  et les insultes non fondées. On tourne la page.

Publicités

[Gros Coup de Gueule] ASSEZ!

J’adore les jeux vidéo, c’est même une raison d ‘être de ce blog.  Mais les événements des derniers jours me donnent envie de crier  ceci :

ASSEZ!

Parfois,  le fait d’être joueur me donne envie de vomir.  Le  » QuinnGate »  qui fait parler sans que la plupart des gens ne sachent vraiment quels sont les tenants et aboutissants de cette affaire ( c’est pour ça qu’on en parle pas sur le blog, mais « Indépendance 5/5 » a pondu deux articles qui trouvent le moyen de passer à côté du sujet), l’alerte à la bombe dans un avion alors que le directeur de Sony Online Entertainment  s’y trouve par un groupe de hackers, les menaces de mort envers certaines personnes (dernières en date, celles contre Anita Sarkeesian)… Je n’en peux plus.  Ce n’est pas l’image que je me fais de la communauté.  Vous rendez-vous compte de l’image que vous donnez ?  Je veux dire, sérieusement ?  

Les médias nous affublent déjà d’une image ultra négative, et apparemment vous voudriez que ça continue… Parce que ces affaires, largement reportées et commentées, qui parfois prennent des dimensions énormes, sont les actes d’une minorité, mais qui suffisent à pénaliser tout le monde.  Par nos actes, nous avons les moyens de donner une meilleure image des joueurs. Mais nous avons aussi le pouvoir de nous auto-détruire. le terme est fort, mais réfléchissez deux minutes. Il n’est pas normal de demander qu’un site mette un message d’avertissement avant un speedrun.  Tout ça parce que l’apparence physique du speedrunner ne convient pas à quelques uns. Ou de s’en prendre à lui/elle sous prétexte de son orientation ou qu’elle soit une femme. Les joueuses, ça existe. Et je vais vous révéler un scoop : elles sont désormais (légèrement) plus nombreuses que les hommes… A vrai dire, je me fous de l’apparence physique de celui/celle qui joue lorsque je regarde ce type d’émission, ce n’est pas ce qui compte. Homme, femme peu importe. Ce sont avant tout des joueurs/euses.  Je ne remercierai jamais assez Kayane, DamDam, Louffy et bien d’autres pour ce qu’ils apportent  au jeu vidéo. J’aime que les gens nous fassent découvrir des choses, des jeux, des techniques . Je n’aime pas que des mal intentionnés appellent le SWAT pour nuire à quelqu’un qui streamait ses performances via Twitch. J’aime que des blogueurs  parlent de ce loisir, et nous donnent à leur tour de quoi découvrir.  Je n’aime pas que certains prennent plaisir à nuire à leur prochain.

C’est un fait : en 2014, les médias nous collent toujours une sale image. Et cela depuis plus de vingt ans. Mais maintenant, cette image, c’est nous qui la fabriquons. C’est nous-mêmes qui nous abaissons aux rangs des hooligans au football. Nous leur donnons de quoi se nourrir avec notre propre intolérance.  Il faut que cela cesse, sinon le cycle sera sans fin. Est-ce vraiment ce que vous voulez ?

Julius

 

[critique ciné] Expendables 3

Je préfère annoncer tout de suite la couleur: j’ai été déçu. Et pour que je sois déçu d’un actionner qui ne donne pas à réfléchir, il fallait y aller.
Pourtant, la scène d’ouverture fait toujours autant dans l’action qui promet du lourd pour la suite. Mais justement c’est après que ça se gâte. L’idée de départ, c’est à dire vieux de la vieille VS bleus de la bande, était bonne, mais elle a été malheureusement trop mal exploitée. Les jeunes n’ont aucune personnalité. Lors du recrutement, on se dit  » qui c’est celui-ci ? » Certains acteurs ne font qu’un caméo de quelques secondes. Ça valait bien la peine. De plus, Schwarzy est réduit à un rôle archi-mineur,  et Harrisson Ford remplace Willis dans le rôle de représentant de la CIA. En revanche, Antonio Banderas en moulin à paroles, comment dire… Vouloir exister à tout prix ne signifie pas arriver dans l’histoire comme un cheveu sur la soupe et être autorisé à saouler tout le monde. Stallone ou Lundgren auraient pu lui en mettre une… Un duel Banderas/ Lundgren, qu’est ce que j’aurais aimé le voir!
On retrouve certes les scènes d’action over 9000 où ça pète de partout et la dernière demi-heure offre de quoi voir, mais le film souffre d’une histoire moins bonne et moins cohérente que le deuxième, qui lui se tenait sans artifices. Expendables 2 reposait sur un postulat simple, mais assez efficace. Et ça marchait. Ici, on sent qu’il manque quelque chose pour que la sauce prenne. Le duel final, réduit à une baston de même pas une minute, manque clairement de gueule, pourtant Mel Gibson en méchant, ça aurait été l’occasion d’avoir une sacrée baston. Reviens, Jean-Claude… Ah mince, tu est mort dans le film précédent…
Le film manque aussi cruellement d’humour. Il y a beaucoup moins de vannes et de références que par le passé, et si on appréciera la mise en abyme de Wesley Snipes (qui s’est réellement fait choper par le fisc US pour fraude fiscale), les fois où on sourit restent assez rares. Le fait de trop se prendre au sérieux fait perdre beaucoup à la série. Les vieux héros sont sans doute fatigués, mais la relève n’est sans doute pas prête. Le film n’en reste pas moins honnête, sans plus. A vous de voir…

Julius

affiche expendables 3

Expendables  3

Réalisation : Patrick Hughes

Genre : action, explosions, bastons

Avec : Sylvester Stallone, Jason Staham, Mel Gibson, Arnold Schwarzenegger…

Distribution : Metropolitan Filmexport

Durée : 2 h 07

En salles depuis le 20 aout 2014.

 

 

[Critique ciné] Les Gardiens de la Galaxie

Marvel sort plusieurs films par an. Et comme le studio a exploité pas mal de héros de son catalogue ( sans compter ceux exploités par d’autres studios, notamment Spiderman chez Columbia), il leur fallait  exploiter des voies alternatives. C’est ainsi qu’un groupe de cinq héros issus d’une histoire mineure devient sans doute le film le plus fun de l’été … et du studio.

J’ai parlé de « héros »  mais à première vue, ce serait plutôt une équipe de bras cassés. Voyez plutôt : un humain du nom de Peter Quill  marchant souvent à côté de ses pompes, une tueuse  à la peau verte, une grosse brute se baladant torse nu ( Dave Bautista, un ancien catcheur professionnel), un arbre humanoïde ne connaissant que trois mots de vocabulaire, mais surtout un raton-laveur à la gouaille pas possible armé et dangereux.  Tous vont se rencontrer dans  des circonstances particulières, mais ils sont tous à la recherche d’une étrange sphère… Ce qu’ils ne savaient pas, c’est qu’elle contient un grand pouvoir de destruction et est aussi recherchée par des gens particulièrement dangereux. Donc, ils vont être forcés de s’allier pour empêcher une catastrophe. On notera aussi l’apparition de Glenn Close en tant que présidente de Nova.

Ce que ça donne à l’écran ? Du fun à l’état pur. James Gunn nous fait un film à la fois épique  et  drôle. Le casting, déjà improbable, donne souvent à rire, entre un Rocket Racoon  complètement barré, et les vannes qui fusent ajoutent au tout. On voyage, en plus…  Le film est un habile mélange entre comédie, film d’aventure et de Space-Opera. Les héros, à défaut de l’être, carburent au super,donnant au film toute son énergie. le film tient en effet plus grâce à ses personnages plus qu’à son intrigue.

Côté réalisation c’est coloré, les décors sont beaux, les  effets spéciaux sont magnifiques. La Bande Originale vaut aussi l’écoute. on comprend pourquoi Quill tient tant à son baladeur à cassette… On ne s’ennuie jamais, en plus. Le film enchaîne les séquences et les moments où on peut souffler sont rares.  On ne voit pas le temps passer, et on en arrive à regretter  que ce soit déjà fini. Mais comme annoncé, ils reviendront…  Et si la suite est aussi drôle et énergique, je signe tout de suite.

Julius

affiche gardiens de la galaxie

Les Gardiens de la Galaxie

Réalisation : James Gunn

Avec : Chris Pratt, Zoé Saldana, Dave Bautista…

Genre : Science-Fiction

Durée : 2h01

Distribution : The Walt Disney Company France

En salles depuis le 13 aout 2014 .

Robin Williams rejoint le cercle des acteurs disparus

Une news cinéma bien triste, ce matin… L’acteur Robin Williams  a été retrouvé mort dans la nuit. Selon plusieurs sources, il se serait suicidé. Il a joué dans de nombreux films,  dont certains ont marqué l’enfance et l’adolescence des gens de ma génération, comme Hook, Le cercle des poètes disparus,  Good Morning VietnamJumanji, ou encore Will Hunting pour lequel il gagnera  l’Oscar du meilleur second rôle. Et encore j’en oublie, mais cet acteur savait se transcender quand il le fallait. Sachez que l’homme,mort à l’âge de 63 ans a quand même gagné 7 prix et 12 nominations lors de diverses cérémonies.  Pour la petite histoire, c’était aussi un fan de jeux vidéo. Il a nommé sa fille Zelda en hommage à la saga de Nintendo, dont il était fan et il est même apparu dans certaines pubs. 

Bref, salut l’artiste, merci pour tout, et avec toi part une partie de l’innocence du spectateur qu’il y avait en moi…

Julius