Archives Mensuelles: avril 2015

Nolife lance Nolife Mugen

Vous le savez, C2J et moi nous sommes connus grâce au forum de la chaîne Nolife, qui mine de rien dans un peu plus d’un mois fêtera ses huit ans d’existence, ce que personne (et certainement pas les dirigeants de grands groupes, notamment concurrents -pas d’noms, pas d’polémique-) ne comprend encore à l’heure actuelle. Trêve de plaisanteries douteuses, voilà que la chaîne de Messieurs Ruchet et Pilot va lancer officiellement Nolife Mugen ( « infini » en japonais), sur Twitch, ce vendredi premier mai, à 19 heures, avec une émission qui sera diffusée sur le canal d’origine et le stream. Ce sera une déclinaison de Nolife uniquement consacrée aux jeux vidéo et les émissions sur ce thème seront synchronisées avec la chaîne. Lorsqu’il n’y en aura pas à l’antenne, le canal Twitch rediffusera des émissions passées, et croyez-moi, vous aurez de quoi voir, parce que depuis les huit années de traversées de tempêtes, elle a produit beaucoup de contenu.

Vous y trouverez notamment l’émission quotidienne de la chaine, 101%, Superplay, Chez Marcus, Retro and Magic, et bien d’autres. De plus les tests critiques de jeux peuvent faire de 5 à 30 minutes selon la complexité et les choses à expliquer. Pas de formatage pré-établi.

Une des plaintes de ceux qui connaissent mal Nolife lui reprochent de passer trop de J-Music à l’antenne (et croyez moi, j’en ai lu sur les réseaux sociaux qui demandaient le retrait pur et simple de ce type de musique pour que la chaîne aille mieux), eh bien, ils auront de quoi se réjouir car ils n’en trouveront pas sur ce canal (à part peut être OTO compris dans 101%). Vous ne croiserez pas non plus des indés.

Nolife Mugen est également idéal pour ceux qui veulent découvrir la chaîne, son traitement du média jeu vidéo et qui sont trop éloignés de leur DSLAM pour avoir la télé par ADSL ou qui résident à l’étranger.Et ce d’autant que le stream proposera plusieurs standards de diffusion. Parce que mine de rien Nolife reste la chaîne qui dispose du plus gros volume de jeux vidéo en tant que chaîne musicale… Hé oui…

Techniquement, Nolife Mugen est la première chaine de télévision à diffuser sur Twitch en intégralité. Elle est en phase de tests depuis le 25 mars. (Le temps que cet article soit publié, la diffusion a cessé pour le moment, avec un écran indiquant le lancement).

Pour le moment, aucun programme exclusif à Twitch n’est prévu ni même de direct. Pour les pubs, c’est la plateforme de diffusion qui gère ça et nul doute qu’une partie sera reversée à Nolife.

Le visionnage du stream est totalement gratuit, mais vous pouvez souscrire au canal pour 4,99 dollars par mois, vous ouvrant de nouvelles fonctionnalités. Cependant, le meilleur moyen pour les aider et visionner encore et encore vous séquences préférées reste de vous abonner au catalogue Nolife via Noco.

On peut se prendre à rêver à terme, d’une diffusion de Nolife Mugen sur les réseaux de TV par ADSL/Câble… Oui on peut. Et ça vaudra toujours mieux que de reprendre une chaîne sur la vie des « pipole »… N’est ce pas Freebox TV ?* Mais comme le dit Cyril Lambin, le directeur technique, à terme, «rien n’est exclu».

Pour voir le stream, c’est ici

Pour voir le sujet du forum, c’est

Nolife est  toujours disponible chez les opérateurs suivant sans supplément de prix:

Free: canal 123

Bouygues Télécom :canal 221( ADSL et câble)

SFR : canal 176

Virgin Box: canal 74

Numéricable : canal 219

Orange: Canal 130.

*Lorsque j’ai rédigé cet article, l’opérateur venait de reprendre la chaîne Star 24. Je ne donnerai pas le numéro du canal.

Publicités

TFGA #7 : En avant la musique! Partie 2 : C2J Edition

Comme vous avez pu le voir plus tôt dans la journée, Julius vous a proposé sa version du Top Five Game Addict, un concept initié par Alex sur son blog. Ayant été séduit par le concept (et aussi quelque peu name-droppé par erreur), j’ai décidé de relever le gant et de vous proposer aussi un Top 5 de mon crû. J’ai fait en sorte d’éviter les doublons avec Julius histoire que vous ayez un choix suffisamment varié. Des choix lourds ont été faits, des cheveux ont été arrachés mais 5 sons & musiques se sont finalement détachés. Je vous propose donc ma sélection :

5 – Le Jetpack de Sparkster dans Rocket Knight Adventures

Ceux qui me connaissent le savent, je considère Rocket Knight Adventures comme l’un des titres phares de la MegaDrive. Il fait partie aussi des jeux qui ont marqué ma jeunesse et je défie quiconque d’honnête intellectuellement de trouver ce jeu autrement qu’excellent.

Bien entendu, la bande-son ne fait pas exception (un exploit pour la MegaDrive, diront les mauvaises langues) et j’aurais pu prendre en exemple plusieurs musiques comme celles du Stage 1 ou du Stage 4, mais j’ai choisi ce qui est sûrement le son le plus emblématique du jeu, le bruit du Jetpack de Sparkster. C’est bien simple, c’est le premier son qui vous accueille dans le jeu (si on excepte le Logo Konami, bien sur) et ce son, vous n’êtes pas prêt de l’oublier…

4 – « Star Light Zone » de Sonic The Hedgehog

Ayant été un enfant biberonné à la MegaDrive depuis ma plus tendre enfance, je ne pouvais pas ne pas citer Sonic. Et des musiques marquantes, il y en a des pelletés dans la saga. Mais mon choix s’est porté sur une musique assez peu citée en général, celle de la « Star Light Zone » du premier épisode.

Pourquoi avoir choisi ce morceau en particulier ? Pour l’émotion qu’elle procure, tout simplement, laissez-moi vous expliquer : Star Light Zone est l’avant-dernière Zone du premier Sonic, prise en sandwich entre deux zones extrêmement difficiles que sont Labyrinth Zone (et ses zones aquatiques très éprouvantes) et Scrap Brain Zone (la dernière partie du jeu, avec la difficulté qui va bien avec). Or, la musique et l’atmosphère dégagée par cette zone est étonnamment apaisante, comme un dernier instant de quiétude et de repos avant de passer aux choses sérieuses. Cette musique procure alors un sentiment de bien-être qui la rend encore plus agréable qu’elle n’est et c’est pour cela qu’elle m’a marqué. Mais il faut avoir fait le jeu pour saisir cette sensation, ce que je vous enjoint de faire si ce n’est pas déjà fait.

3 – « Go Straight » (Stage 1) – Streets Of Rage 2

Si Kung Fu Master a inventé le Beat’em-up. Je peux dire sans coup férir que le genre a atteint sa quintessence avec Streets Of Rage 2. Les combattants sont charismatiques, le jeu est très fun à jouer, les graphismes sont à tomber et ce jeu propose sans nul doute la meilleure bande-son de la MegaDrive. Ici, Yûzô Koshiro livre une de ses plus belles compositions de jeu et ici, il fait cracher au processeur sonore de la MegaDrive tout ce qu’il a dans le ventre. Mais le titre qui tire son épingle du jeu pour moi ici, c’est la musique du tout premier niveau. Tout simplement parce qu’elle vous met dans le bain directement. Elle vous fait comprendre que vous êtes là pour botter des culs et que cela doit être fait de manière forte et puissante. Mais sincèrement, tout le reste de la bande-son est du même tonneau, à écouter d’urgence.

2 – Monkey Island Main Theme

Dans ma vie de gamer, j’ai fait pas mal de Point ‘N’ Click et les jeux de LucasArts ont été ceux qui m’ont le plus marqué. Mais j’ai été carrément conquis par la série des Monkey Island et par leur bande-son envoûtante. De plus, elle tape sur une de mes cordes sensibles qu’est le monde des Pirates. J’adore l’univers de la Flibuste et l’ambiance musicale qui s’en dégage, mélange d’influences européennes et caribéennes. Le Thème Principal des Monkey Island ne pouvait que devenir une de mes musiques favorites. Bien sur, ce morceau a connu diverses orchestrations et celle qui me fait le plus vibrer est celle du 3, « The Curse of Monkey Island » pour une raison toute bête : L’utilisation des Steel Drums. J’adore le son de cet instrument et la version de cet épisode en regorge, donc cette version l’emporte haut la main pour moi.

1 – Bloodlines – Castlevania Rondo of Blood

J’ai découvert les Castlevania sur le tard, mon premier fut « Circle of the Moon » sur GBA. Mais un jour, je suis tombé sur une émission qui traitait de la franchise et j’ai découvert ce qui est encore aujourd’hui l’un des épisodes les plus méconnus de la saga puisque sorti sur PC-Engine à l’époque : CastleVania X : Rondo of Blood. Et je suis instantanément tombé amoureux du thème du premier niveau. Tout simplement parce qu’elle vous fait déborder d’adrénaline dès le départ. Elle vous donne l’envie de saisir le fouet le plus proche et de péter les os du premier squelette qui vous passe à portée de main. Elle sonne très Beat’em-Up et c’est normal puisque les CastleVania était encore dans cette veine alors, mais cet épisode est aussi celui qui a enclenché le passage aux MetroidVania, une évolution dans la série entérinée par la célèbre suite de Rondo Of Blood : Symphony of the Night.

J’aurais pu citer tellement d’autres bandes-sons, comme l’intégralité de l’OST de GTA : Vice City, le thème des Mario Circuit de Super Mario Kart ou encore le thème de Duckburg dans Quackshot, mais il fallait faire un choix. J’espère que ma sélection aura ravi vos oreilles et on se dit à très bientôt pour d’autres aventures…

C2J

TFGA #7 : En avant la musique! Partie 1 : La sélection de Julius

Une fois n’est pas coutume, j’ai décidé de participer à ce Top Five Game Addict initié par le blog d’Alex parce qu’au niveau des musiques de jeux, j’en ai entendu beaucoup. Alors déjà, c’est dur de ne choisir que 5, mais en plus pour moi une autre difficulté sera de ne pas faire cette playlist qu’avec des musiques de RPG japonais dedans… Voici donc mon top 5 des musiques et sons que je n’oublierai pas, mais sachez que le choix a été très, très difficile.

5- Le «  cling » des anneaux de Sonic

Sonic sur Megadrive a été mon premier jeu. Masato Nakamura du groupe Dreams Come True en a composé les musiques, tout comme celles du second épisode. Alors le « son » des anneaux je l’ai entendu plein de fois et maintenant, il a un effet «  pavlovien » sur moi, c’est à dire que si je l’entends, je sais que quelqu’un est entrain de jouer à un Sonic.

4-QuackShot-Transylvania

Les jeux Disney des années 90 sont dans l’immense majorité de très grandes réussites, bien que certains soient trop faciles. QuackShot fut le premier jeu Megadrive à mettre en scène Donald Duck en 1991, par la même équipe qui fit Castle of Illusion. Ce fut une réussite totale avec une réalisation de toute beauté et une aventure non-linéaire.

On retient notamment du jeu le niveau de la Transylvanie, qui est réussi non seulement dans son level-design mais aussi dans sa musique. Ce thème, bien qu’un peu court, n’en reste pas moins totalement adapté à l’ambiance du lieu : sombre et lugubre, il donne en permanence un sentiment de malaise.

3-Psycho Fox -Mystical Mountains

Cet excellent jeu de plates-formes de la Master System sorti en 1989 soit deux ans avant Sonic vous faisait incarner un renard qui pouvait se transformer en singe, tigre et hippopotame pour franchir les obstacles de ce jeu de plates-formes très bien pensé. Les niveaux étaient grands, et le jeu disposait de «  warp » comme dans Mario. Les musiques étaient également un des points forts du titre, notamment celle des mondes 1 et 4, très enjoué et mélodieux.En revanche la jouabilité pouvait paraître un poil rigide même à l’époque de sa sortie.

2-Jet Set Radio Future-Fly like a Butterfly

JET SET RADIOOOOO !!! Le premier fut un des grands jeux de la Dreamcast, et le deuxième, sorti sur Xbox, arriva même à le transcender. Toutefois, JSRF changera le système de tags. Dans les deux cas, l’OST, mixée sur cette radio pirate par le Professeur K, est variée, avant-gardiste et bien réalisée. Si je devais n’en retenir qu’une, ce serait celle-ci, rythmée, elle est un excellent morceau d’electro.

1- Final Fantasy VI – Terra

Hé oui… Je suis sur que vous vous en doutiez si vous connaissez un peu mes goûts, mais le thème du World of Balance de Final Fantasy VI est LE thème que je retiendrai de toutes les musiques de la saga, même si toutes les OST sont excellentes. Mais dans FF VI on sent un Uematsu inspiré et au sommet de son art, y compris pour le morceau de la carte. Le thème est juste épique et je peux vous dire que s’il a résonné dans la maison familiale, il le fait maintenant dans mon autoradio lorsque je ne refais pas le jeu. Oui, il a gagné sa place comme numéro 1 des musiques les plus marquantes des jeux vidéo pour ma part.

Voilà… Sachez que en tant que joueur de longue date , la plupart des musiques de jeux vidéo que j’ai eues ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd et qu’il a fallu n’en retenir que 5 parmi… des centaines de plages.

J’aurais pu choisir, si j’avais eu plus de choix, un morceau issu de Chrono Cross, de la saga Streets of Rage, ou de MediEvil, par exemple… Bon, j’arrête de me faire du mal, j’espère que cette modeste sélection vous aura plu.

Retour sur Tomb Raider : Deuxième Partie

Vous l’avez attendue, et la voici enfin, la suite et fin de ma rétrospective sur la saga Tomb Raider. Nous aborderons cette fois ci les adaptations cinéma et les « renaissances » de la licence. 

Grand écran, gros navets

Nous sommes en 2000 et la saga semble avoir vécu. La série n’est toutefois pas totalement morte, et entre 2000 et 2002 sortiront trois épisodes sur Game Boy Color et Game Boy Advance. Ils sont pour le moins anecdotiques par rapport à la série canonique. Tomb Raider, licence délaissée dans les jeux vidéo, va se voir adaptée au cinéma.

Affiche Tomb Raider filmLe premier film, Lara Croft : Tomb Raider, avec Angelina Jolie dans le rôle-titre, fut réalisé en 2001 par Simon West. Le métrage confirme que les adaptations de licences de jeux vidéo en films, ce n’est pas ça du tout. Ce film dispose d’un scénario incohérent et d’un montage à la hache rendant certaines séquences incompréhensibles. Bref, oubliez le, et vite. Ceci dit j’ai été content de voir Chris Barrie, qui jouait le rôle de Arnold J. Rimmer dans la série britannique culte Red Dwarf, le temps d’une scène… On notera que la chanson de fin, Elevation, est signée U2.

Et ne comptez pas sur le deuxième film, Le berceau de la vie, cette fois ci réalisé par Jan De Bont et sorti en 2003 pour affiche tomb raider film 2relever le niveau… Bref, pour le moment, Tomb Raider au cinéma, c’est plus que dispensable. On les aurait confiés à Uwe Boll que ça n’aurait pas changé grand chose… comment ça, je suis méchant ? Cependant, je me dois de préciser qu’un lien sur Allociné laisse traîner l’idée d’un reboot de Tomb Raider en film pour 2016…affaire à suivre, en espérant qu’ils arrivent cette fois à en faire quelque chose de vraiment potable.

Le retour avorté

Mais 2003 était décidément une année maudite pour la licence. Alors que personne ne s’y attendait vraiment, Core Design annonce le retour de Lara Croft en jeu vidéo en 2002. Il fut même présenté à l’E3 de cette année. Intitulé Tomb Raider : l’ange des ténèbres, et arborant le même logo que les films, il fut le premier de la série à sortir sur PlayStation 2. Le jeu fut une déception immense. Inachevé par manque de temps, techniquement inepte et perclus de bugs, le jeu, qui fut sorti à la hâte, s’éloigne des fondamentaux de la série, dispose de plus d’un level design atroce. La communication autour n’a pourtant pas manqué dans la presse et certains médias, et je dois vous avouer que je voulais moi aussi célébrer le retour de Lara. Mal m’en a pris. Le titre reste à ce jour sans doute le plus mauvais des Tomb Raider.

Vous n'avez pas joué à celui-ci ? Pas grave, vous ne manquez rien.

Vous n’avez pas joué à celui-ci ? Pas grave, vous ne manquez rien.

Les conséquences furent visibles sur plusieurs plans. Dans le monde du cinéma, Paramount imputa l’échec du Berceau de la Vie à la médiocrité du jeu plutôt que de récriminer sa propre bouse (cf.plus haut). La volée de bois vert reçue provoqua la démission d’un des co-fondateurs de Core Design, qui de plus, se vit un mois plus tard retirer l’exploitation de la licence par Eidos. De ce fait, la trilogie dont l’Ange des ténèbres était le premier jeu ne vit jamais le jour. Ce fut Crystal Dynamics qui récupéra la licence. Pour le meilleur ?

Une nouvelle dynamique

Les plaies laissées par les échecs du dernier film et du dernier jeu furent longues à cicatriser. Comment arriver à convaincre les joueurs d’acheter un nouveau Tomb Raider ? De plus, Crystal Dynamics n’est pas au mieux financièrement. Le développeur choisit alors de moderniser la formule avec Tomb raider : Legend en 2006 sur Xbox 360 et PS2 . L’aventurière enquête sur la disparition de sa mère et se met en quête d’Excalibur, la légendaire épée du tout aussi légendaire roi Arthur. Elle voyagera autour du monde et cette fois, la belle utilise les dernières technologies : elle communique par radio avec Zip, son assistant ( doublé en VF par Omar Sy), et nous faisons la connaissance d’une rivale, Amanda Evart, qui a une sacrée rancœur envers Lara… Le titre signe un retour au sources avec de l’exploration, des acrobaties de haut vol et des énigmes à résoudre. La belle est maintenant équipée d’un grappin qu’elle peut lancer en plein saut. Le jeu offre une jouabilité plus souple, et mieux pensée au niveau de la gestions des objets. Un système de visée a fait son apparition. Mais l’archéologue dispose de nouveau mouvements : elle peut attaquer les ennemis au corps à corps et lancer des grenades. De plus, certaines séquences ce font en Quick Time Event, très bien pensés et le jeu n’en abuse pas, un bon point. On sent toutefois qu’un certain Resident Evil 4 est passé par là… S’il est un assez court, le jeu est dense dépoussière une licence qui avait tendance à tourner en rond. Tomb Raider renoua avec le succès et permit à Crystal Dynamics de retrouver une meilleure santé financière.

Jaquette TRL

Tomb Raider : Legend signe le vrai retour de Lara et sera le premier jeu d’une nouvelle trilogie.

Et puis en 2007, CD sort Tomb Raider : Anniversary , qui est un remake du premier jeu et qui en réalité s’inscrit maintenant dans une nouvelle trilogie. Mais les programmeurs ne se sont pas contentés d’une simple réédition avec des graphismes remis au goût du jour. Non, là, ils ont complètement repensé les niveaux. Ils ont retravaillé l’architecture interne des lieux, pour les rendre plus homogènes et il en est de même pour certaines énigmes et certains pièges. L’histoire évolue également un peu tout en restant fidèle au jeu d’origine, pour s’inscrire dans la nouvelle série. Lara conserve les mouvements et le grappin de l’épisode précédent, mais ne communique pas avec Zip. Les programmeurs ont revus certains passages, comme celui du T-Rex qui se transforme en véritable combat de boss à abattre avec le réticule de visée, et je me souviens encore de celui contre les centaures. Le jeu est moins frustrant avec l’implémentation de points de passage (c’était le cas aussi de Legend) et de sauvegardes à volonté. Bref, des remakes comme ça, j’en voudrais tous les jours. Ce fut le dernier jeu de la licence à sortir sur PS2, la relève étant déjà présente.

TRA jaquette

Anniversary, ou comment faire un excellent remake.

L’année suivante sortit Tomb Raider Underworld, cette fois sur PS3 et Xbox 360. Une fois de plus, une jolie réussite. Lara enquête toujours sur la mort de sa mère et se met en quête du Valhalla. Elle arpentera le monde dans huit grands niveaux qui mettront sur sa route de nouveau Amanda mais aussi Natla, vue dans l’épisode précédent.

Remise à zéro

Crystal Dynamics se fit racheter par Square Enix en 2009. Le nouvel actionnaire n’abandonna pas pour autant la licence, et  CD décida de reprendre Tomb Raider de zéro. Un reboot, après la fin d ‘une trilogie qui a relancé la licence, sans doute pour ne pas répéter les erreurs de Core Design, avec un épisode racontant la première expédition de Lara avec une équipe d’archéologues en quête du Royaume de Yamataï qui se situerait dans le « triangle du dragon ». Mais le bateau fait naufrage lors d’une tempête. Nous voici donc avec un épisode qui n’entre plus dans ce que nous connaissions de la chronologie des deux autres séries faites jusque là. Reprenant certaines idées de Uncharted, série qui s’inspirait déjà de Tomb Raider et ne s’en cachait pas, c’est de nouveau un très bon épisode, très bien réalisé et orienté survie, qui mérite qu’on s’y attarde.

TombRaider2013

On signalera aussi que Lara est apparue dans des épisodes spin-offs qui sont Lara Croft and the Guardian of Light et Lara Croft and the temple of Osiris, deux épisodes plus orientés scoring et en se rapprochant d’un hack’n’ slash dans leurs mécaniques de jeu. Ils sont bien pensés et les énigmes s’adaptent aussi selon le nombre de joueurs. Ils apportent une expérience différente de ce qu’on connaissait de la saga.

Voilà où en est la série actuellement : Dix épisodes majeurs d’une série qui se cherche encore, avec des hauts, des bas, et le onzième, Rise of the Tomb Raider, est prévu pour la fin de l’année en exclusivité pour les consoles de Microsoft, au moins temporairement. On peut s’interroger de l’opportunité d’une telle stratégie sachant que l’épisode reboot n’a pas fait les ventes escomptées en étant sur PS3 et 360… En tout cas, une chose est sure, Tomb Raider est une série qui a beaucoup apporté au monde des jeux vidéo.Lara Croft est là j’espère encore pour longtemps, le tout étant de ne pas tomber dans le piège de la routine. Ne pas lasser les joueurs, voilà le problème que connaît chaque grande saga.

Suikoden III bientôt sur le PSN européen

Pour une bonne nouvelle, c’en est une. Le seul épisode  qui ne soit jamais sorti sur le sol européen en jeu vidéo sera disponible prochainement sur le sol européen.  Suikoden III sera disponible dans la gamme des classiques de la PS2 uniquement via la PS3 . Le jeu est le seul à mettre en place trois héros différents, avec Chris, Geddoe et Hugo, et celui qui se passe le plus tard dans le temps de la saga. Reste à savoir s’il sera uniquement en anglais ou traduit dans les principales langues européennes, ainsi que son prix. 

En attendant, vous pouvez toujours vous procurer Suikoden  et Suikoden II pour 5 € chacun via le PSN ( en anglais), lire les mangas ( treize tomes) de Suikoden III en français,  et aussi  jeter un œil aux critiques des jeux de la saga auxquels j’ai joué  (I, II, IV, V)  sur ce blog… 

Suikoden_3