Archives Mensuelles: septembre 2015

Les 25 ans d’une console

Hier, une console fêtait son quart de siècle. Je suis sur que vous allez me répondre que c’était la Game Boy. Oui, pour l’Europe. Mais c’est en Europe justement, ce jour même de l’apparition de la portable de Nintendo, qu’une console qui restera comme une erreur de l’histoire des jeux vidéo, fut lancée. Je veux souhaiter un bon anniversaire à une des consoles les plus pourries qui soient, la Amstrad GX-4000. Non, ce n’est pas 2000, ce n’est pas 3000, c’est 4000 ! Qui dit mieux ?

Le problème, c’est que Amstrad a multiplié les handicaps dès le départ. Si le design de la console pouvait être plaisant compte tenu de l’époque de sa sortie (1990), c’est surtout un CPC camouflé dans un boîtier à brancher sur la télé. La raison est simple, Amstrad, entreprise britannique compte surfer sur la gamme de ses ordinateurs qui ont eu un énorme succès, notamment en France. Seulement, la firme n’a pas su anticiper l’évolution de la technologie des ordinateurs, qui ne cessera de progresser de façon fulgurante au cours des années 90 (composants plus performants et moins chers). Pour garder la main, Amstrad se dit que ce serait bien de mettre un pied sur le marché des consoles.

La GX-4000 est présentée à l’été 1990, avec le soutien des éditeurs du Vieux Continent, dont Loriciel. Amstrad prévoyait de vendre entre 150 000 et 200 000 machines rien que pour l’année en cours. La console est lancée en septembre, à temps pour les fêtes de fin d’année. D’autant qu’avec un prix attractif de 990 francs (150 €) il y avait de quoi attirer les acheteurs.

Amstrad-GX4000-Console-Set

Mais voilà, ce fut un flop. Début 1991 à l’heure des comptes une fois les fêtes passées, la France compte moins de 13 000 GX 4000 vendues. Certains éditeurs, par conséquent, quittent le navire et gèlent le développement de leurs jeux en cours. Dans un ultime effort, la firme baissera le prix à 690 francs (105 €) mais rien n’y fait. Au final, la GX 4000 s’éteint fin 1991, avec moins de trente jeux dans son catalogue.

Voici le cas typique d’un opportunisme cynique. Amstrad savait-il qu’il allait se planter ? Certes, la console était un CPC en plus évolué (plus de couleurs, gestion de la transparence), seulement, sortir une console 8 bits dont le marché est déjà saturé avec notamment, la NES de Nintendo ,la Master System de Sega, et même Atari dans une moindre mesure, c’est aller au casse-pipe. D’autant que ses concurrentes avaient pour elles une ludothèque diversifiée et de qualité. Celle de la GX-4000 n’était pas mirobolante, c’est le moins qu’on puisse dire. Entre portages paresseux du CPC à son lancement et de mauvais jeux, comment voulez-vous faire le poids… Tout n’est ce pendant pas à jeter, il y avait même de bons titres. Mais ils sont sortis assez tard ,cela n’a donc pas suffi. Au total, ce sont 27 jeux qui sortiront sur la console. Cela n’est pas allé sans poser de problèmes, notamment la duplication des jeux qui se comptaient en mois et non en semaines.Forcément, ça n’a pas aidé.

De plus, tout le monde savait que les consoles de génération supérieure, la Super Nintendo et la Megadrive, allaient arriver. La 16 bits de Sega fut lancée en Europe, territoire d’Amstrad, en novembre 1990 soit seulement deux mois après la GX-4000. Le public n’a donc pas été dupe et a préféré attendre le saut de génération.

Non seulement, la GX-4000 est sortie à un très mauvais moment, mais Amstrad n’avait pas non plus la puissance financière pour rivaliser avec les deux géants japonais. Et on le sait, sans argent, un constructeur n’est plus rien, et Sega est encore là pour nous le rappeler.

La seule raison d’acheter une GX-4000 à un gosse était d’être d’une radinerie crasse.

Cet échec, combiné à celui de la nouvelle gamme d’ordinateurs du constructeur, amenèrent Amstrad à se retirer définitivement du marché des consoles et de la micro-informatique.

Voilà pour l’histoire de cette console dont la durée de vie n’aura duré qu’un an. Je ne passerai pas sur la pub raciste de l’époque pour Amstrad Expo, où un des crocodiles de la marque assomme un prétendu Japonais ( avec bandeau et katana… sympa les clichés) avec une massue en disant «On ne touche pas à ma GX-4000 !». Il y avait sûrement moyen d’éviter ça car là c’est le degré zéro de la communication.

Une chose amusante : dans le Tilt hors-série fait pour Auchan fin 1991, consultable sur le site abandonware magazines, la console y figure, avec ses points forts et ses points faibles. Dans cette catégorie, il y est marqué « un avenir plutôt flou ». Le rédacteur ne croyait pas si bien dire.

Publicités

TFGA #12 : Et si on se posait ?

Comme cela fait un an que Alex a lancé le concept du Top Five Game Addict, il propose une sorte de méta-TFGA ou plutôt une rétrospective sur nos TFGA préférés.

LennethÉtant un nouveau venu dans le concept, je n’ai hélas pas plus de cinq TFGA à mon actif, alors comme il s’agit d’une rétrospective, je ne vais pas faire de classement, pas cette fois, mais je vais vous dire pourquoi j’ai choisi de participer au concept.

La première raison était de découvrir des choses.Le fait de participer à un projet collectif m’a permis de lire et de connaître de très bons blogs, de très bons classements.

La deuxième, c’est qu’en tant joueur de longue date, je voulais aussi vous faire découvrir les choses qui me plaisent selon le thème abordé. Bien que n’étant pas adepte des tops à tous crins, j’avais parfois mis des classements, comme les meilleurs thèmes de ville dans les RPG japonais.

Centraliser les classements a permis d’apporter de nouveaux lecteurs au blog, et les commentaires sont très positifs, merci encore à ceux et celles qui en ont laissé.

Donc le TFGA est basé sur la réciprocité : On lit d’autres blogs, et nous sommes lus. Cela peut même donner envie de découvrir ou de rejouer à certains jeux.

La troisième, c’est que le TFGA révèle une chose importante : en matière de jeux vidéo, nous avons tous des parcours Sergedifférents. Nos références, nos jeux qu’on voudrait faire connaître, ceux qui nous ont marqué, en bien ou en mal. Et c’est peut être là sa plus grande force. Nous venons de divers horizons vidéoludiques, n’avons pas forcément les mêmes goûts, commencé au même âge,mais au moins, nous revendiquons le fait d’être joueurs. Tant que cela perdurera les jeux vidéo et les blogs qui en parlent ont encore de l’avenir.

La quatrième raison est que le TFGA me donne une raison supplémentaire de continuer à vous parler des jeux qui me plaisent ( et C2J de ceux qui lui plaisent aussi), et je vous prévois dores et déjà d’autres articles sur les jeux rétros et actuels,même si je suis assez occupé.

La cinquième raison… Il n’y en a pas. Mais ça m’a donné l’occasion de faire un TFGA tout de même…

Guns of the Kikoolols épisode #68

Danser sur un cadavre

Lundi, j’ai fait un article sur la rentrée de Nolife, disant qu’elle n’avait failli ne pas voir le jour.  Ce que je ne savais pas encore, c’est que Sébastien Ruchet, PDG de la chaîne, allait annoncer le lendemain de très mauvaises nouvelles concernant la santé financière. En clair, elle s’arrêtera à priori en décembre. Elle ne verra pas 2016. 

Vous allez me dire « encore un article sur Nolife ? mais Jul, ça en fait deux à la suite ça fait beaucoup non ? » Sans doute. Mais je ne peux passer sur ceux qui la voient déjà morte. Sébastien a bien précisé qu’il cherchait des pistes et qu’il en avait épuisé beaucoup. Trois mois pour une éventuelle fermeture, c’est à la fois très long et très court. DONC, il y a encore un mince espoir que la chaîne survive à 2015. Quant aux solutions pour sauver la chaîne, je dirais que chaque téléspectateur a la sienne…  Sur le forum de la chaine, on suppose, on pérore, on gamberge. 

Le problème c’est que d’autres sites ont repris la nouvelle et voient déjà la chaine morte. Notamment Gameblog, qui omet de dire dans son article qu’il est toujours possible de s’abonner à Noco pour 5 €/mois. Bravo les mecs… la moitié des infos en moins, c’est génial…

A vrai dire je ne sais pas vraiment ce qui pourrait la sauver. Je n’ai pas de solution miracle. Je ne m’y connais pas non plus en économie et gestion. Mais  la reprise de la mauvaise nouvelle par d’autres n’est rien par rapport aux commentaires de celles-ci.  Les haters  s’en donnent à cœur joie, entre  les  » bien fait pour leur gueule » et les « Yakafokonfallaikeu » qui connaissent mieux que les concepteurs la programmation à adopter. Ce que ces gens oublient, c’est que Nolife correspond à une vision,  voulue par Messieurs Ruchet et Pilot. Qu’elle n’ a pas vocation à devenir un clone de Game One ou J-One. Ceux qui ne voient que de la J-Music ou des Idols se trompent. Idem s’ils disent qu’il  ne fallait pas en mettre.  Nolife a ses qualités, et ses défauts, mais ne voir qu’une partie de la programmation prouve que ces gens ne s’intéressent pas à la chaîne. parce que comme ça, on y parle jeux vidéo et littérature, entre autres…  Mais messieurs-dames les haters de Nolife, si vous pensez que c’est si facile que ça, lancez-vous à votre tour. je vous souhaite bon courage pour lancer une chaîne de télé en 2015! Je n’ai jamais compris cette haine exacerbée envers l’une d’elles. 

Maintenant, admettons que Nolife survive. Admettons. L’aventure se prolonge. Pour combien de temps en 2016 je ne sais pas , mais supposons qu’elle continue. Ceux qui la voient déjà morte  vont ils se déjuger d’un coup ? Que vont ils dire pour leur défense, car je ne manquerai pas de leur rappeler au besoin ? Parce que le problème n’est pas la programmation, ni l’audience (1 million de téléspectateurs pour une chaîne de niche qui n’a pas accès à la diffusion satellite, c’est très loin d’être honteux), mais le marché publicitaire. Nolife souffre des stratégies marketing des grandes marques, qui ont recentré leur stratégie sur les chaines de la TNT et la venue de nouvelles fin 2012 n’a pas arrangé les choses. Elle n’est pas la seule à subir cela. Le problème est que Nolife n’a personne pour soutenir les pertes dues à ce déficit de publicité. Je ne peux m’empêcher de penser que sans MTV derrière, Game One et J-One ne seraient pas non plus rentables (surtout la deuxième, qui tourne à pertes). 

Alors Nolife vivra ou Nolife mourra. Mais se réjouir d’une éventuelle mort en se trompant de problème, je me dis que certains devraient apprendre à savoir lire. Quoi qu’il en soit, nous avons trois mois pour nous y faire, à une éventualité comme à l’autre. Danser sur un cadavre, très peu pour moi, notamment si le blessé vit encore. Plutôt que de lui mettre des coups de pieds alors qu’il est à terre, si nous l’aidions plutôt à se relever tant qu’il le peut ? 

Si vous voulez les aider, n’oubliez pas le service de vidéo à la demande noco où vous pouvez vous abonner au catalogue pour 5 € par mois. 

 

Il y aura bien une rentrée 2015 pour Nolife

Nolife fait sa rentrée 2015 ce soir à 19 heures. Je ne vais pas tout vous révéler des programmes qui vous attendent, je vais vous en laisser la surprise, mais sachez que  cette rentrée a bien failli ne pas avoir lieu.

Maintenant que cela est dit, sachez que l’anime de rentrée ne sera autre que Wolf’s Rain, un anime que je vous conseille de voir, d’autant qu’il sera diffusé en VOST. Aussi, 101%, l’émission quotidienne de la chaîne, fait l’objet de changements: outre les nouvelles rubriques,  l’émission du lundi s’appellera désormais 101 Pur 100 et sera, sauf ce soir, tournée en direct avec un(e) invitée. Les membres du forum peuvent d’ailleurs lui poser des questions. Une bonne évolution, parce qu’on voyait de plus en plus de  » guests » sur les plateaux de la quotidienne, si on excepte le vendredi, car « le vendredi, c’est n’importe qui ». Chez Marcus, émission présentée par l’animateur du même nom, revient pour une saison supplémentaire. Je vous laisse la surprise des autres nouveautés de la rentrée.

logo-nolife

La chaîne est toujours fragile, mais vivante, et je pense qu’il faut s’en réjouir qu’elle soit encore là. Si vous aimez les programmes, rien ne vous empêche de vous abonner au catalogue Nolife sur Noco pour 5 €/mois (ou montant libre si vous choisissez l’abo soutien) et vous aurez accès à tous les programmes  que vous pourrez revoir sans limite de temps. Ce serait une belle preuve d’encouragement au projet lancé par Messieurs Pilot et Ruchet. N’oubliez pas aussi que le contenu jeux vidéo de Nolife est diffusé en permanence sur  Twitch, sur la chaine Nolife Mugen, dont certaines émissions sont en synchro avec l’antenne. Juste comme ça, sachez que les critiques de jeux durent entre 5 et 30 minutes…parfois plus.

Si des fois vous ne savez plus quoi faire de votre ancien abonnement à Canal+, j’ai une idée de ce que vous pouvez en faire… je dis ça je dis rien, hein…

Je termine en rappelant que  Nolife est disponible dans l’offre de base des opérateur TV ADSL, c’est à dire sans supplément de prix :

Freebox TV : canal 123

SFR Neufbox :  canal 176

Virgin Box :  canal 74

Orange TV : canal 130

Bouygues : canal 221

Numéricable : canal 220

Zeop ( câble de La Réunion) : canal 40

Réglo TV ( service OTT de Leclerc) : canal 47

Super Mario Bros. fête ses 30 ans

Super_Mario_Bros

Eh oui, cela peut paraître dingue, mais le premier Super Mario Bros.  est sorti le 13 septembre 1985 sur la NES japonaise, c’est à dire la Famicom. En Europe, nous devrons attendre jusqu’en 1987 avant de pouvoir bénéficier de ce jeu qui  imposa les règles du jeu de plateformes à défilement horizontal. D’un point de vue plus général, beaucoup de séries de jeux vidéo encore existantes vont devenir trentenaires dans les mois et années à venir… 

Cependant, la présence de Mario dans les jeux vidéo est attestée depuis 1981, où il apparut dans le jeu Donkey Kong sous le nom de Jumpman, donc cela n’est pas l’anniversaire du personnage lui-même, contrairement à ce que j’ai pu lire ce matin dans la presse.

Super Mario Bros. se décomposait en 8 mondes composés chacun de 4 niveaux, dont le dernier était un château. A la fin de celui-ci, il y avait un combat contre Bowser (plus précisément un de ses clones), et il fallait  appuyer sur le bouton qui détruisait la passerelle qui le soutenait, afin qu’il tombe dans la lave. Mais jusqu’au monde 7, la Princesse était  dans un autre château. Depuis, les bonus historiques sont toujours de la partie (champignon, fleur de feu, étoile, pièces), et d’autres se sont ajoutés au fil des épisodes.

Les plus jeunes demanderont surement ce que signifie le mot  » Bros. » du titre. C’est l’abréviation de « Brothers » car au départ, Luigi était prévu dans le jeu, mais il n’apparaîtra dans la série que dans Super Mario Bros. 2  ( ou plutôt : The Lost Levels, qui n’apparaîtra en Europe qu’en 1993 avec la compilation All Stars sur Super Nintendo).

Super Mario Bros. aura droit à des graphismes refaits dans la compilation Super Mario All Stars en 1993.

Super Mario Bros. aura droit à des graphismes refaits dans la compilation Super Mario All Stars en 1993.

Depuis, les jeux Super Mario sont reconnus comme des références du jeu de plate-forme, aussi bien en 2D ( Super Mario World et ses 96 sorties à trouver, entre autres), qu’en 3D. Oui, Mario fut un des héros  à avoir réussi son passage à la troisième dimension et  Super Mario 64 est là pour en témoigner. Ce ne fut hélas pas le cas de Sonic, son rival le plus direct.

Trente ans, et toutes ses dents, sans aucun doute. La série du plombier ne compte pas s’arrêter là et Super Mario Maker vient de sortir  pour la Wii U. Le jeu permet aux joueurs de créer leurs propres niveaux et de les partager en ligne. Je n’ai pas encore testé, mais les possibilités semblent impressionnantes.

Bon anniversaire donc à un jeu qui a su laisser une empreinte dans l’histoire mouvementée des jeux vidéo. En revanche, pas sur que nous fêtions les trente ans du film du même nom datant de 1993, resté dans l’histoire du cinéma mais pour de mauvaises raisons. Lui, on préférerait l’oublier.