Archives Mensuelles: octobre 2013

Guns of the Wise Men épisode #7

AHL sur TF1, tu le crois, ça ?

En ces temps où certaines communautés de jeux ne savent plus se tenir, voici un article qui saura vous réconforter.  Deux reporters de TF1 ont décidé de faire un reportage consacre à Alain Huygues-Lacour, alias AHL, un homme pour qui j’ai et aurai toujours un immense respect. Pionnier et fondateur de plusieurs titres de presse dans le domaine des jeux vidéo, il mérite amplement qu’on s’intéresse à lui. Le reportage que lui a consacré TF1  dans le 13 heures de Jacques Legros  dure près de quatre minutes et est très bien fait.  Et à 67 ans, il prouve qu’on peut être un passionné à n’importe quel age. 

Lien: 

http://videos.tf1.fr/jt-13h/2013/a-67-ans-il-est-expert-en-jeux-video-8301689.html

 

Julius

Publicités

Guns of the Kikoolols épisode #49

Paris Games Week : Les jeux vidéo vus sous l’angle du pire ?

Allez, cette fois je ne vais pas rater la Paris Games Week. Je dirais que la France veuille avoir son propre salon de jeux vidéo, pourquoi pas, après tout. En fait ce n’est pas l’organisation que je vais viser ( enfin si, un peu) mais plutôt le public de ce salon. Je m’étais élevé, l’année dernière contre l’organisation d’un événement consacré à Call of Duty. Notamment que des gens fassent 5 heures de queue pour y jouer. Eh bien, ça n’a pas servi de leçon. La PGW remet ça concernant le prochain épisode de la franchise, Ghosts. A l’heure ou j’écris ces lignes, c’est à dire la veille de la publication une émeute à eu lieu dans le salon italien de la Milan Games Week, le pendant transalpin de la convention parisienne.  Il y aurait déjà des gens qui feraient la queue rien que pour ce jeu ! Vous allez me rétorquer que j’ai bien fait moi, plus de 20 heures de queue pour assister à un concert de Perfume au Bataclan cet été.  Je vous répondrai que ce n’est pas pareil. Le concert en question était unique en France, et n’est pas près de se répéter. Là, un Call Of, Activision en pond un par an!  Et à chaque fois, c’est une des meilleures ventes de l’année. Je ne comprends pas comment des gens peuvent faire des heures de queue pour jouer à un jeu qu’ils auront au plus tard le 25 décembre.  Et l’immense majorité  des acquéreurs n’a pas 18 ans. Qui a mis en place la norme PEGI déjà ? Ben oui le SELL et ses partenaires européens, qui organise la PGW.  Mais bon on a le public qu’on mérite, hein…  je rappellerai une fois pour toutes que les jeux vidéo ne se résument ni à Call Of Duty, ni à Battlefield, dont le quatrième épisode vient juste de sortir. Il y a tant de licences qui mériteraient l’attention des joueurs ( au hasard: Dragon’s Crown).  Pour moi, Call Of Duty est une licence qui a fait son temps. Largement.  Mais tant que ça rapporte de l’argent, chez Activision, ils auraient tort de se priver. Bienvenue dans un monde capitaliste!!!  Leur vision des jeux  vidéo me dégoûte.  Celle du public cible aussi.  Non, ce n’est pas nul s’il n’y a pas  de flingue et de cibles en vue subjective.  Je suis prêt à parier que ceux qui font la queue pour Call of ne viendront à la PGW que pour ça.  Si je vais à un tel salon, c’est pour voir un maximum de choses!  Pas pour jouer à un jeu qui atterrira quoiqu’il advienne chez moi ( enfin, admettons)!  Mais… doit-on s’en étonner, lorsqu’on voit comment les accréditations presse ont été distribuées ( une pensée amicale pour les amis de chez Gamingway, qui  couvraient le salon depuis deux ans  et qui cette année n’y ont pas eu droit!) ?  S’il faut avoir un blog ou une chaine Youtube avec des milliers de vues, surtout si on fait  du Call of, désolé, mais non. Je ne cautionne pas.  On a le public qu’on mérite.  Il y a du chemin  à faire avant de prétendre rivaliser avec l’E3.

MàJ avant publication : Mes craintes semblent être confirmées.Selon Laurent Charier du blog Fanboy Area, la foule venue pour Call Of Duty est hors de contrôle des vigiles. 

MàJ du 30/10/2013 14:45 : la situation est même pire que ce que je craignais. la Police a été obligée d’intervenir sur le salon. Sympa, l’image des jeux vidéo que donnent une poignée d’imbéciles pour jouer à une licence qui a fait son temps! Moi,ça me dégoûte d’être joueur. 

Au fait, je vous ai dit qu’avec C2J, nous avons été invités à tester la démo de Knack sur une borne PS4 ( oui, nous l’avons vue, et pris en main sa manette) à la Fnac la plus proche de nos domiciles  ? Temps d’attente : Trois secondes. le temps de s’emparer de la manette de jeu. Sans violence.

Julius

La Megadrive franchit le quart de siècle

Eh oui, la Megadrive fête ses 25 ans aujourd’hui ! La 16 bits de Sega  a en effet été lancée le 29 octobre 1988 au Japon. Elle s’exporte l’année suivante aux Etats-Unis, ou elle prendra le nom de Genesis, et arrive dans la deuxième moitié de 1990 en Europe, et reprend son nom d’origine.  Elle a su tenir vaillamment tête à la Super Nintendo, avec 40 millions d’exemplaires vendus, contre 49 pour  sa rivale. Les ventes ne décolleront vraiment qu’avec l’arrivée de Sonic en 1991, qui détrôna sans mal Alex Kidd de son rôle de mascotte. Elle est arrivée chez moi à Noël 1992, dans un bundle avec deux manettes et deux jeux : Sonic et Streets of Rage. Vous comprendrez pourquoi les jeux du hérisson bleu ont une place particulière dans mon cœur…D’autant que peu après je cassais ma tirelire de jeune collégien pour m’offrir Sonic 2…  Combien d’heures passées à y jouer… Et je l’ai rebranchée hier, pour voir. Elle fonctionne toujours, et ce, même si mon câble péritel a déjà bien vécu… C’est solide! Et au début des années 90, Nintendo ou Sega, il fallait choisir son camp, et on ne se privait jamais de vanner quelqu’un de l’autre bord pour prouver qu’on avait la meilleure console.  On se souviendra aussi des pubs françaises hallucinantes avec le punk et  » C’est Maitre Sega qui te parle », ainsi que le slogan qui aura su marquer toute une génération : Sega, c’est plus fort que toi.

La Megadrive, bien programmée, a su prouver qu’elle pouvait afficher des choses merveilleuses. Ses exclusivités valaient à elles seules l’achat de la console.  Elle a fait son temps, mais on lui découvre une nouvelle vie, avec le rétrogaming et les speedrunners qui font des performances sur ses jeux. Bon anniversaire donc à cette console qui a sur marquer son époque. 

Julius

Megadrive_no_shadow

Nolife en HD!

Juste une courte news pour vous annoncer que Nolife est enfin en HD chez free, si vous redémarrez vos box.Le canal ne bouge pas, c’est toujours 123.  Pour les autres FAI, ça viendra dans les semaines qui viennent.

Julius

[Critique BD] Astérix chez les Pictes

Lorsqu’un nouvel Astérix sort, c’est un événement. Notamment lorsqu’un nouveau duo décide de reprendre en main notre petit gaulois.  A vrai dire, il eut été difficile  de faire pire que celui sorti avant lui :  Le ciel lui tombe sur la tête , sorti en 2005 était d’une nullité absolue, le degré zéro de la BD franco-belge, avec un scénario que même un gamin de 10 ans n’aurait osé  écrire, rétrograde, à la gloire de la culture américaine avec un racisme anti-japonais prononcé. Pour moi, il était juste bon à nourrir un feu de cheminée ou en cas de pénurie de papier toilette, il pouvait  aussi servir. je m’arrête là, sinon je deviens encore plus méchant. Cependant, le fait que l’éditeur n’ait pas voulu fournir d’exemplaires du nouvel album par avance à la presse de peur de mauvaises critiques est quelque chose de hautement contestable.

Heureusement, cette fois, ce sénile d’Uderzo a enfin passé la main, et nous retrouvons donc un nouveau duo, composé de Jean-Yves Ferri pour le scénario et Didier Conrad pour le dessin. Que dire sur l’album ?  Qu’il n’est pas si mal, en fait.  Cette fois, nos deux gaulois, sans Idéfix, pour une fois, vont visiter la Calédonie -l’Ecosse, de nos jours- après qu’un picte ait été retrouvé dans de la glace sur la plage du village.  Le scénario offre de bonnes idées, mais aussi de mauvaises. Certains gags font mouche d’autres tombent à plat. Je pense notamment aux jeux de mots sur les noms.  Ceux des romains sont assez faibles, voire nuls ( Zaplézactus…non, vraiment), mais Ferri se rattrape avec  ceux des pictes ( Mac Robiotix,  entre autres…). Il y a une bonne exploitation du monstre du Loch Ness. En revanche le recensement du village est inutile.  Il est aussi dommage que les batailles soient si peu nombreuses, et certaines vite expédiées, comme la fin, d’ailleurs. 

Niveau dessin, Didier Conrad fait du bon boulot pour que son trait ressemble à celui d’Uderzo.  Il n’y  pas de changement radical de style. Un bon point.

On le sent, cet album navigue entre deux eaux. Celui du semi-réussi ou du semi raté, au choix. On peut le voir comme le verre à moitié plein comme à moitié vide. Allez, je vais être gentil, et dire que c’est un début encourageant pour le nouveau duo. En matière de potion magique, ça manque un peu de gout, mais j’espère vraiment que Conrad et Ferri sont sur la pente ascendante, et qu’ils  se libéreront plus sur les  albums à venir…

Julius

astérix pictes

Astérix chez les Pictes

Scénario: Jean-Yves ferri

Dessin: Didier Conrad

48 pages

Éditeur:  Editions Albert René

Prix : 9,41 €