Archives de Catégorie: Jeux vidéo

Voilà la PC Engine Mini

Puisque nous sommes en plein dans les consoles « Mini », restons-y. Lors de l’E3 de Los Angeles qui vient de se terminer, Konami a annoncé, entre autres, l’arrivée d’une PC Engine Mini. Si vous croyiez que ce serait terminé avec la MD Mini, vous vous trompiez.

Et Konami ne fait pas les choses à moitié, puisque l’éditeur japonais a annoncé pas moins de trois versions de sa console, selon le nom qu’elle portait dans les régions du monde ( Japon-Europe-Amériques) et une fois de plus, une liste qui diffère par entre le Japon et l’Occident. Par exemple, les premiers auront, à coup sur Rondo of Blood, c’est-à-dire un des meilleurs Castlevania existant, sur support original.

La console, conçue par NEC et Hudson sortie en 1987 et considérée comme appartenant a là catégorie des 8-bits, était pourtant techniquement plus avancée que la NES ou la Master System. Et ce grâce à un processeur graphique 16 bits. Mais alors me demanderez-vous, pourquoi est-ce Konami qui sortira cette mini-console ? Tout simplement parce que Hudson a été rachetée par l’éditeur de Probotector et PES il y a quelques années.

Mais je voudrais surtout revenir sur ceux qui râlent. Du genre  » encore une console Mini, y’en a marre, ça ne sert à rien. » J’avoue, c’est vrai que Sony a tout fait de travers avec sa PlayStation Mini, mais ce n’est point un exemple à suivre, et Sega l’a sans doute bien compris ( mouahaha… pour info, la console Mini de Sony se retrouve à 10 € dans Espace Culturel Leclerc de Gironde), et s’il y a bien une mini console qui peut servir et que serait sans doute la « moins inutile », c’est bien la PC Engine Mini.

Je m’explique : Cette console, connue chez nous sous le nom commercial de PC Engine Core GrafX et aux US en tant que Turo GarfX 16, en jouant pour le marketing sur le processeur graphique et non central qui lui, est 8 bits, n’était pas une rolls comme avait pu l’être la Neo Geo. Mais en France tout du moins, elle a été très mal distribuée par Sodipeng, entreprise qui a fait faillite en 1993. La console ne bénéficiait pas des circuits de Sega et Nintendo et a été distribuée en petit nombre. Dans les années 90, c’était très rare de tomber sur un possesseur de PC-Engine ! Et pourtant, elle aurait mérité un tout autre traitement. La console bénéficie d’une ludothèque assez originale, de près de 600 jeux, de shoot’em up, et c’est sur celle ci que Bomberman a vu le jour. Rien que ça. Je pense que c’est une console qui mérite d’être redécouverte, ne serait-ce que pour réparer l’injustice.

Alors, on ne sait pas combien de jeux seront présents, ni le prix de la PC Engine Mini à l’heure actuelle, mais si la liste est de qualité, que Konami ne prend pas l’occident pour la cinquième manette de la console, qu’elle n’est pas vendue trop cher ( Sony, mon amour!) et que la technique suit ( Re-coucou Sony! ) j’estime que celle-ci a besoin d’être réévaluée à sa juste valeur. Peut-être découvrirons nous des titres qui sont sortis exclusivement sur les extensions hors-de prix tels que le CD-Rom ( 3000 francs de l’époque!) ou la PC Engine GT ( 2 450 francs)… Je sais, je rêve sans doute…

Publicités

Mega Drive Mini : une compilation de jeux de qualité, et…quelques daubes

Ne nous voilons pas la face, la Mega Drive Mini aura une compilation de jeux de qualité. L’intégralité du roster a été dévoilée et désormais je sais que dépenser 80 € pour cette console mini ne ressemblera pas à une arnaque faite à la va-vite, sous réserve d’une technique qui suit. Mais ne nous voilons pas la face, même si elle propose du beau, il y a tout de même quelques jeux qui font tâche. Voici , selon moi, les jeux qui n’ont rien à y faire ou qui prennent la place d’un qui aurait mérité d’y figurer :

Les daubes : Premièrement, commençons par les titres qui n’ont strictement rien à y faire et qui ternissent la qualité de la compil’, catastrophes à la fois techniques et ludiques.

Alex Kidd in Enchanted Castle. je veux dire… sérieusement ? D’accord le héros aux grandes oreilles avait fait sensation sur Master System, surtout avec son premier jeu, Alex Kidd in Miracle World. Malheureusement, le monde de la plate-forme a évolué depuis 1986 et l’épisode MD était ringard avant même sa sortie. Graphismes indignes, musiquettes de piètre qualité, et jeu injouable avec une gestion des collision catastrophiques, jouer à Chifoumi avec le boss, ça va un temps. N’est là que grâce à son illustre premier jeu, et rien d ‘autre. Je ne comprends pas pourquoi Sega s’acharne à le mettre dans chaque compilation relative à la Megadrive.

Columns : Je n’ai jamais compris l’intérêt de ce sous-Tetris de seconde zone, lent et doté d’une réalisation plus que moyenne. Et d’autant plus que la version MD de Tetris y sera !

Virtua Fighter 2 : Un trop gros morceau. Trop ambitieux pour la petite 16 bits, alors que la version Saturn envoie du bois, elle. Cette version s’avère horrible graphiquement, difficilement jouable, pas fluide et se retrouve amputée de deux personnages. Difficile de tenir la comparaison, notamment face à Street Fighter II’ et Eternal Champions, également présents dans la mini console.

Les « Mouif » : pourquoi pas, mais soit il y avait mieux à y mettre, soit le jeu divise clairement. Ou alors, ça va être dur d’y jouer…

Altered Beast et Space Harrier 2 : Deux jeux qui sont là par leur histoire et qui étaient vendus en bundle avec la machine. Pas forcément mauvais mais en deçà de leurs versions arcade et surtout, très datés même pour l’époque de leurs sortie…

Super Fantasy Zone : Pas spécialement mauvais, mais fait pâle figure, face à Thunder Force III présent dans cette même console.

Ecco The Dolphin : Le jeu divise toujours. Pas pour sa technique, il est irréprochable au niveau graphismes, musiques et jouabilité, mais à cause de sa difficulté qui en a fait criser plus d’un à l’époque. Mais avec les slots de sauvegarde instantanée, peut-être que le jeu sera moins douloureux à passer.

ToeJam & Earl : Là aussi, jeu controversé. D’une réalisation pas forcément exceptionnelle, mais pas non plus mauvaise ce jeu  » funky » manque hélas d’indications claires et laisse le joueur livré à lui-même pour chercher des pièces de vaisseau dans des niveaux répartis en plusieurs étages. Certains apprécieront l’aspect exploration, tandis que d’autres regretteront d’être laissés dans le flou le plus total.

Street Fighter II’ : Adaptation du jeu culte de Capcom en réponse à la version « Turbo » sur Super Nintendo, SF II’ est très bien réalisé sur MD malgré des musiques et des voix largement en dessous de la version concurrente. Mais avec le pad trois boutons livré avec la console, ça ne va pas être évident d’y jouer, car le jeu impose d’appuyer sur Start pour passer des poings aux pieds. Donc, impossible de mettre sur pause… Quelque chose me dit que Sega mettra peu de temps après des manettes 6 boutons compatibles avec la MD Mini. Histoire de nous faire passer un peu plus à la caisse alors que la version japonaise aura directement ces pads…

Ghouls’n’Ghosts & Strider : de bons jeux en eux-mêmes, aucun doute. Mais un peu en dessous des versions d’origine et surtout, Super Ghouls ‘n’ Ghosts sur Super Nintendo y est plus fidèle, car adapté directement par Capcom . Là, c’est Sega qui s’est chargé d’adapter les deux jeux.

Les absents : Voici les jeux qui auraient également mérité d’y figurer, dans cette console :

Ristar : Quel dommage que la petite étoile toute mignonne de Sega n’y soit pas ! Un jeu sorti très tard il est vrai, mais qui démontrait que la console, bien programmée, pouvait faire très mal. Dommage.

QuackShot : Rageant. Alors que les superbes Castle of Illusion et World of Illusion seront inclus dans la console, il est dommage que Sega n’ait pas poussé la démarche jusqu’au bout pour y inclure les trois Disney emblématiques de sa 16 bits. Puisqu’on est dans le domaine héros Disney, je me dis aussi que Mickey Mania n’aurait pas dépareillé. Heureusement, on a échappé à Fantasia.

Aladdin : Critère absolument pas objectif car fan de la version Sega du titre. Mais avec sa superbe réalisation, et avec la sortie du film live, ça aurait été une belle occasion de le mettre, non ? Après, il y est peut-être question de droits…

Shining Force II : il sera présent sur la console japonaise. Pourquoi pas chez nous ? SF II est beaucoup plus long, complet et même mieux réalisé que le premier Shining Force, qui y sera. Mais bon, le premier épisode vaut lui aussi le détour. On s ‘en contentera.

Rocket Knight Adventures : Parfois injustement sous-estimé lors de sa sortie dans la presse spécialisée de l’époque, Konami offre à la Mega Drive un nouveau héros dans un jeu varié qui bouge dans tous les sens et doté d’une excellente réalisation. Je suis certain que C2J aurait grandement apprécié en bon fan qu’il est.

Streets of Rage : Seul le 2 sera présent dans la console mini. Dommage, le premier fait partie de mes tous premiers souvenir de jeu en co-op sur MD. Et j’y rejoue aussi. Mais je comprends le choix : le deuxième épisode est de loin le préféré des joueurs.

Voilà. Il faut garder à l’esprit que la Mega Drive a eu des tonnes de Méga Hits et que tous les inclure aurait de toute façon été mission impossible. Niveau daubes, nous avons échappé à quelques pièces de choix comme Fatal Labyrinth, ou Super Hydlide. La compilation ne fera pas que des heureux, mais franchement, je ne pense pas qu’il faille bouder cette mini console au vu de la qualité globale proposée. La MD Mini rivalise sur ce point aux consoles Mini de Nintendo, même s’il n’y avait que très peu de daubes chez eux, pour ne pas dire pas du tout. Au moins, ce n’est pas fait de fonds tiroir… oui vous voyez qui je vise en disant cela. D’ailleurs sa mini console serait maintenant aux alentours de 30 € d’après des rumeurs…

[Jeux] Final Fantasy VII Remake refait surface… mes craintes aussi

Depuis l’annonce de Final Fantasy VII Remake lors de l’E3 2015, peu d’informations ont filtré sur le développement d’une nouvelle version d’un des épisodes les plus emblématiques de la saga Final Fantasy.

Et cette nuit il est réapparu, après presque 4 ans d’absence. Il est vrai que Tetsuya Nomura et Yoshinori Kitase ont dit qu’il y aura des révélations sur le jeu en 2019. Et c’est à l’occasion d’un State of Play, comprenez un « Nintendo Direct » de Sony en gros, qu’un nouveau trailer a été diffusé. Evidemment, le bruitage indiquant le lancement de l’événement donnait déjà un indice. Et Final Fantasy VII Remake est apparu à la fin. La première phrase que nous avons vue était « Le retour approche ». Ensuite, nous avons une séquence mettant notamment en scène Cloud, Barret, Aerith et Sephiroth. Ainsi que des petites séquences de gameplay.

La première chose que je peux dire, c’est que c’est beau. FF VII Remake fait honneur à la PS4 pas de doute. Ensuite, le système de combat sera porté sur l’action. Et là, j’ai encore des questions. Certes, je ne demande pas un retour au tour par tour. Mais je me demande toujours comment les matérias, qui sont au cœur du système, seront intégrées. Un système à la Kingdom Hearts ou à la Crisis Core ne serait pas pour me déplaire ( avec cependant l’absence de la roulette aléatoire du second).

Beaucoup craignent une version « allégée » du scénario d’origine. Que Square Enix laisse tomber certains pans peu essentiels, pourquoi pas. J’espère cependant qu’il y aura toujours le Gold Saucer (et SVP Square Enix, PAS de micro- transactions avec de l’argent réel s’il est présent), et la plupart des quêtes annexes comme celles de Wutaï ou la Méga-Matéria. Et perso, je ne serais pas contre certains ajouts d’arcs narratifs, un approfondissement de l’histoire ou de meilleures explications que la VF foireuse occultait dans le jeu d’origine, comme ce qui se passe chez les Turks ou chez Avalanche. Rien n’indique pour le moment que le jeu sera vendu sous format épisodique.

Mais ce ne sont là que des conjectures, étant donné que le trailer nous donne rendez-vous en juin pour en savoir plus. Très probablement lors de l’E3 lors de la conférence Square Enix. Bref, le « Wait &See  » est toujours de rigueur…

La Mega Drive Mini arrive t-elle trop tard ?

Je vais être clair, la Mega Drive aura été la console qui aura accompagné une bonne partie de mon adolescence. Je l’ai toujours d’ailleurs. Et je suis persuadé qu’elle possède la meilleure version d’Aladdin sur 16 bits. Même si le level-designer en chef avouera qu’il aurait voulu faire mieux, mais que finalement, il s’en est pas si mal tiré pour un jeu réalisé en trois mois et demi. Oui vous avez bien lu… Imaginez, vu l’excellent qualité de soft, ce qu’ils auraient pu faire en 6 ou 12 mois ! Ou sinon, lisez le Retro Gamer Collection de ce trimestre (avril-juin 2019), c’est de là que je tiens l’info.

Bref, cette console respectable et trentenaire avait une ludothèque de qualité, et beaucoup s’en souviennent. Entretemps, de l’eau a coulé sous les ponts, des constructeurs majeurs ont sorti des consoles miniatures : Nintendo, avec la NES Classic et la SNES classic, dont la qualité générale et la ludothèque sont de grande qualité, SNK avec la Neo Geo Mini qui a au moins le mérite d’être une curiosité, et Sony qui a sorti la PlayStation Mini… à la qualité et à la ludothèque plus que discutable (Rainbow Six putain !!!). Evidemment, Sega ne pouvait laisser passer l’occasion, et a décidé, à son tour, de sortir une… Mega Drive Classic, avec 40 jeux inclus. Pour le moment, les 10 jeux qui ont été révélés s’avèrent intrinsèquement excellents pour au moins 8 d’entre eux. Sonic, Shining Force, CastleVania : Bloodlines, Gunstar Heroes, Ecco the Dolphin, Comix Zone, Doctor Robotnik ‘s Mean Bean Machine, Space Harrier 2, EarthWorm Jim, et Altered Beast ont été les premiers jeux annoncés. De plus, la console sera livrée avec deux manettes trois boutons filaires. Le tout pour 80 €, ce qui reste correct, du moins pour le moment. Même si des manettes 6 boutons comme au Japon, ça n’aurait pas été de trop, notamment pour le line-up présenté, avec Comix Zone qui est ainsi bien plus pratique à jouer concernant l’utilisation des objets.

Mais voilà… Sony avait lui aussi sorti une liste de dix jeux et quand on voit ce qui s’est passé ensuite, ça en a refroidi plus d’un , notamment pour 100 €. Pour info, la Neo Geo Mini n’en coûtait que 30 de plus pour 20 jeux en plus inclus… De plus, la technique ne suivait pas. Résultat : La console est bradée à 50 voire 30 € et Sony ne communique pas sur les chiffres de ventes, comme c’est bizarre… Pour en revenir à Sega j’espère que les 30 jeux qui seront dévoilés plus tard vaudront également le détour… Et je pense aussi que l’échec technique de la PS1 Mini a dû servir aux équipes. Mais voilà… Pour Sega, il y a aussi d’autres problèmes, ce qui amène à se poser la question : La MD Mini n’arrive t-elle pas trop tard ?

Notamment par le fait que Sega, qui n’est plus constructeur depuis presque 20 ans, a laissé AT Games envahir le marché de MD au rabais avec prétendument 80 jeux dont seuls 40 étaient vraiment issus de la machine, pour le reste, c’était soit des versions brésiliennes, soit des trucs minables. Le pire dans tout ça, c’est que la qualité ne suivait pas. Jeux ralentis, musiques grésillantes au possible, je ne vous raconte pas le massacre. Côté purement hardware, c’était aussi un joli tableau avec des manettes de piètre qualité, avec boutons qui grincent et utilisation de piles pour les faire fonctionner! De plus, depuis son arrêt en tant que constructeur, nous avons pu voir fleurir beaucoup de « Ultimate Collections » compilant les grands classiques de la 16 bits de Sega sur un seul disque. A chaque fois, il y a au moins 40 jeux. Dans la dernière itération, sortie sur toutes les consoles actuelles et PC, on y trouve même des hits qu’on attendait plus tels que LandStalker ou Beyond Oasis (La Légende de Thor chez nous). Alors, quelle valeur ajoutée pour cette Megadrive Classic ? D’accord, Castlevania et EarthWorm Jim n’étaient dans aucune compil auparavant ,et c’est même fort de la part de Sega d’avoir réussi à les ajouter à la liste. Mais doit-on vraiment investir 80 € dans une machine dont on ne connaît pas l’aspect technique, ni les trois quarts des jeux ?

Je vous conseillerai d’attendre d’en voir plus avant de précommander. Même si Nintendo a créé la pénurie sciemment pour ses consoles mini, perso je vais attendre avant de mettre mes sous dans cette machine même si la nostalgie et les souvenirs font que ce serait très tentant. Parce que côté hardware, on ne sait pas grand chose. Quelles seront les fonctionnalités proposées ? Sera t-il possible d’interrompre chaque jeu à la volée et de faire une quicksave dans plusieurs slots pour chacun comme c’est le cas chez Nintendo ? Les jeux seront ils tous en 60 Hz , ou au moins compatibles ? Certains titres de la PS1 mini sont quasi-injouables à cause du 50Hz que Sony a imposé à certains titres. On avait pas vraiment besoin que les joueurs américains nous prennent en pitié… Bon, on sait que Yuzo Koshiro, le compositeur de la saga Streets of Rage (entre autres) fera la musique des menus, c’est déjà ça de pris. Je ne vous ferai pas ma liste de souhaits pour les autres jeux de la liste, mais j’espère que le très bon suivra. Il est évident que comme les autres consoles « mini », elle ne pourra satisfaire tout le monde, mais j’ose espérer qu’elle ne décevra pas la quasi totalité des acheteurs comme chez Sony qui a vraiment raclé les fonds de tiroirs. Et si Sega pouvait aussi remettre à l’honneur quelques perles oubliées mais également très bonnes à jouer, ce serait super. Tiens, pourquoi inclure dans le line-up occidental Pulseman, jeu de Game Freak fait avant même Pokémon et jamais sorti officiellement en Europe ? Pour tout cela, on se donne rendez vous le 19 septembre…

L’AGDQ 2019 bat un nouveau record

J’écris sans doute ça chaque année, mais une fois encore, l’Awesome Games Done Qick 2019 qui s’est achevée tôt dans la matinée, a encore battu un record de dons par rapport à 2018. Au total, ce sont 2 394 668 dollars qui ont été récoltés pour la Prevent Cancer Foundation, une association de lutte contre le cancer, alors que le montant de 2018 s’élevait à 2 261 823 dollars. Ce qui était déjà stratosphérique, il faut l’avouer.

Une semaine de marathon de jeux vidéo avec les meilleurs speedrunners de la planète pour lutter contre une saloperie qui nous touche tous à divers degrés. Alors que certains médias s’acharnent sur les jeux vidéo en les accusant de tous les mots, l’AGDQ prouve qu’ils sont montrés sous leur meilleur jour, et sur ce blog nous adorons qu’un de nos loisirs préférés serve une bonne cause. Une fois encore, tout était disponible en direct gratuitement via Twitch avec un restream dans la langue de Molière. Le public français a encore une fois été très présent.

Voilà, bravo encore aux donateurs, aux organisateurs et aux commentateurs, et le prochain marathon de Games Done Quick aura lieu du 23 au 30 juin 2019 avec la Summer Games Done Quick (SGDQ).

Comment ça j’ai remis une photo de Vanille ? Mais non…