Archives Mensuelles: septembre 2012

Guns of the Kikoolols épisode 19

Cas d’os surprise

Cette fois, c’est Microsoft qui prend. Comme vous le savez, maintenant, quand on joue à un jeu, il arrive parfois qu’on débloque des succès en réalisant certaines actions ou en remplissant certains  objectifs. Microsoft a mis cela en place depuis le lancement de sa Xbox360, si bien que Sony lui emboîtera le pas en 2008 et mettra en place le systèmes de trophées sur PS3.  On peut retrouver également ce système de succès sur certains jeux PC et Wii mais ils restent liés aux jeux et ne sont pas cumulés. 

Je me suis toujours demandé ce qu’apportait le fait de débloquer ses succès dans un jeu, et surtout le fait de les cumuler. On peut voir son score global de succès sur la console, tous jeux confondus. Voilà-t-y pas que Microsoft a décidé de récompenser les joueurs selon leur score global, compté en G.  Au vu de la chose, je me demande s’ils ne prennent pas les joueurs pour des imbéciles. Déjà, les récompenses sont réservés aux membres Gold, c’est à dire à ceux qui ont un abonnement payant.  Ensuite, il faut avoir 3000 G minimum pour avoir droit à un  » cadeau spécial » le mois de notre anniversaire.  Si vous en avez entre 10 000 et 19 999,  vous aurez droit au  » cadeau spécial » mais aussi  à… 1% de réduction sur vos achats de jeux sur le live.  ce taux grimpe à…2% si vous en avez plus de 20 000.  Merci  Microsoft, on peut dire que vous songez au pouvoir d’achat des joueurs !  Vous ne vous foutriez pas un peu de notre gueule, par hasard ?  parce que bon, gagner 1 ou 2 centimes grand max sur les jeux , pas sur que beaucoup de gens  voient la différence… Et le  » cadeau spécial », c’est quoi  ? Parce que ça veut rien dire et tout dire, qui me dit que ce n’est pas une réduction de 3%  sur les jeux ?  Sérieusement, vouloir donner des récompenses je ne suis pas contre, à condition que ça ne fasse pas dans le ridicule. un bon exemple, ce serait d’accorder des MS Points bonus, là, ça nous servirait vraiment pour l’achat des jeux.  Bref, des cadeaux tels que présentés ici, pas sur que cela motivera les joueurs à aller chercher le trophée ultime de chaque jeu…

Julius

Cinéréalité #1

Bienvenue dans Cinérealité, un article  pas du tout objectif qui permet de basher certains réalisateurs qui s’acharnent à massacrer le cinéma. Et on commence fort, en parlant de Michael Bay.  Surement frustré que l’un des auteurs du comics original des Tortues Ninja ait mis son grain de sel dans le script qu’il prévoyait de faire, et l’ait qualifié de   » bon pour la poubelle », voilà t-y pas qu’on annonce la sortie de Transformers 4 pour 2014. Et merde… Je me demande ce qui vaut mieux, en fait : massacrer une nouvelle licence, ou continuer à s’acharner le cadavre d’une  d’entre elles qui devra attendre pour  avoir un film digne de ce nom ? Une chose est certaine, il n’y aura plus de Shia LaBeouf  dedans. D’un côté,  j’ai du mal à le voir revenir en arrière après la performance  qu’il a faite dans Des Hommes Sans Loi

Puisqu’on est dans les tâcherons, tiens, laissez-moi vous raconter l’instant Kikoolol du jour aux abords d’un cinéma. Alors que je regardais le panneau des films diffusés pour la semaine dans les cinémas de ma ville, voilà-t-y pas que trois greluches se ramènent.  Et là, une d’entre elles sort texto en désignant le film du doigt :  » Han le nouveau Resident Evil, il a l’air trop bien , faut que j’aille le voir en revanche le reste c’est à chier! »  Me suis retenu de lui demander si elle avait joué ne serait-ce qu’à un seul jeu de la saga. parce que le Resident Evil Retribution,  il est fait par Paul W.S. Anderson, ce qui me fait craindre le pire, vu le massacre en règle des jeux dans les films. Mais kikoo, il est en troidé et ça c’est trop bien !  Perso je préférerais aller voir le dernier Oliver Stone, sorti le même jour…

La réalité du  monde du cinéma est actuellement celle-ci : Anderson et Bay , tâcherons des années 2000-2010 vivent dans leur villa peinards, avec des millions sur leur compte en banque. Pendant ce temps, John Mac Tiernan, réalisateur de certains des plus gros actionners  des années 80-90 ( Predator, Piège de cristal,  Une journée en Enfer ) a pris un an de prison ferme, impliqué dans une affaire d’écoutes illégales… Mais bon, fallait pas se comporter comme un imbécile, non plus…

L’histoire de Sonic The Hedgehog

Je me souviens encore lorsque j’ai introduit la cartouche du premier Sonic The Hedgehog  dans ma Megadrive… J’y joue toujours aujourd’hui. Ce jeu a été le début d’un saga capable de tenir tête à Mario. 

L’histoire de Sonic The Hedgehog  aura mis du temps à sortir, mais force est de constater que les éditions Pix’nLove  ont fait un travail de fourmi pour aboutir à un ouvrage extrêmement complet sur le hérisson bleu. En gros, c’est tout ce que vous avez voulu savoir sur Sonic sans avoir jamais osé le demander!  On y retrouve la genèse du hérisson,  un historique et descriptif des jeux, TOUS les jeux, ainsi que des différents protagonistes de la saga. Le livre apporte de plus des réponses à certaines questions : quelles étaient les mascottes pressenties avant Sonic ? Quelles furent les contraintes techniques de l’équipe avant de sortir le premier épisode ?  Pourquoi la Saturn est-elle la seule console Sega n’ayant pas eu droit  à  un véritable jeu le mettant en scène ? Vous saurez tout! 

La maquette, juste et sobre, à dominante bleue et blanche, elle reste lisible et a su trouver un juste équilibre entre  textes et images d’illustration,  avec images des jeux, concept-arts et artworks. J’y ai trouvé  quelques trames d’impression décalées, sur mon exemplaire, mais c’est vraiment très rare.

Extrêmement complet, cet ouvrage se doit d’être possédé par tout amoureux du hérisson bleu, ou même par ceux qui veulent en apprendre plus sur lui. En effet, il est à ce jour l’ouvrage le plus complet en langue française sur la mascotte de Sega.

Julius

L’histoire de Sonic the Hedgehog

Auteurs : Marc Pétronille et Wiliam Audureau

Editeur : éditions Pix’n Love

296 pages

Prix: 30 €

Les 1001 jeux vidéo auxquels il faut avoir joué dans sa vie

Faire un tel ouvrage ne pouvait être qu’ambitieux. Il a été victime de son ambition. Pourtant, le potentiel était énorme, malheureusement il est mis à mal par un trop grand nombre d’erreurs et d’imprécisions pour prétendre à un ouvrage préférence dans le domaine, et franchement, de la part d’un ancien rédacteur en chef d’Edge, qui a supervisé le projet, ça fait mal. Soit les rédacteurs ne connaissent pas le jeu vidéo, soit l’ouvrage a oublié d’être relu avant publication , et pourtant, des correcteurs humains au chômage, il y en a. Vous savez quoi, j’ai bien peur que la vérité soit faite d’un peu de ces deux raisons. Je ne prétends pas qu’il devait être absolument parfait, dans un bouquin de cette épaisseur on en laisse forcément passer. Mais là, ce sont même des erreurs tellement grossières que le livre m’est tombé des mains plusieurs fois. Certains amis internautes en avaient déjà relevé pas mal, et c’est vrai qu’elles y sont, mais je vais prendre plusieurs exemples basé sur mon genre de jeu préféré, le RPG.

Prenons la série connue des Final Fantasy. Pourquoi ne commence t-il à en parler qu’à partir de 1994, année de sortie de Final Fantasy VI ? Je rappelle pour info que le premier FF a sauvé Square de la faillite, la moindre des choses aurait été au moins de le mentionner… Idem, il parle de Dragon Quest VIII l’Odyssée du Roi Maudit, mais quid du premier jeu de la franchise ?
Et la série des Suikoden, alors là, seul le troisième épisode, jamais parvenu en Europe sous forme de jeu au contraire de tous les autres ( LOL !) est mentionné. Bordel ça la fout mal pour une franchise apparue sur PlayStation avant même FF VII ! Ah, et ne cherchez pas des Terranigma, Wild Arms ou Shadow Hearts, ce n’est même pas la peine d’y penser, ils ne sont pas dans ce bouquin.
En revanche on tolère des jeux comme Spiderman 2 ou Transformers, sortis en 2004… Et qui n’ont rien d’extraordinaire en eux… Mais comme me le faisait remarque C2J, lorsque la partie consacrée aux années 2000 fait presque la moitié du bouquin on se dit qu’il y a un problème quelque part…

Mais ma colère a été d’autant plus grande, lorsque j’ai lu ce qui a été écrit sur Chrono Cross. J’ai fini le jeu plusieurs fois. J’ai la boîte du jeu avec moi. au dos, il est clairement marqué « Twenty years after the events in Chrono Trigger… « Si CT est mentionné c’est qu’il y a une raison, non ? Alors pourquoi oser prétendre que Chrono Cross n’est pas sa suite ? Aahh oui, certes, niveau apparence, ce n’est plus le même character-designer, les graphismes sont plus beaux, mais d’un côté, on est passé sur consoles de la génération supérieure, et Square ne se privait pas pour utiliser au maximum l’espace qu’allouait le support CD. Le jeu tenait d’ailleurs sur 2 d’entre eux. D’accord le système de combat est différent. Mais pourtant, des ressemblances subsistent, tels les combats non-aléatoires, et l’exploration des paradoxes… Apparemment celui qui a rédigé les lignes est tombé dans le piège du jeu et n’a pas dû aller bien loin, pour peu qu’il y ait joué, même pas dans le lieu Sea of Eden du premier disque. Parce que là, il aurait eu les prémices de ce qui n’est confirmé qu’à la fin du jeu : Chrono Cross EST la suite de Chrono Trigger. Puis la musique en reprend certains airs, de plus.( la carte de l’île principale du Home World). Si le mec n’a pas été capable de voir un signe avec ça, je ne sais pas ce qu’il lui faut.

La liste des jeux répertoriés est elle -même sujette à caution avec des jeux qui, à mon humble avis, n’ont rien à faire dans cette liste. Unirally sur Super Nintendo, pour ne prendre que lui, est un bon petit jeu mais ne peut prétendre au statut de hit incontestable.
Elle est incohérente, et certains épisodes fondateurs de grandes séries, si ce n’est les grandes séries elles-mêmes, manquent à l’appel. Ou alors, on zappe les épisodes , un exemple criant sera celui de Tekken : le premier figure dans l’ouvrage. OK, pas de soucis. Plus loin, on trouve Tekken 3,avec une photo du jeu à l’appui. Euhh oui, mais où est le deuxième épisode ?

Sans compter des erreurs grossières, comme Virtua Racing sur Super Nintendo… c’est peut être pour ça que le jeu dispose d’une puce spéciale faite par Sega , le SVP ( pour Sega Virtual Processor) ?

La traduction est aussi sujette à questions, avec certains textes à la limite du compréhensible. Pire le titre de certains jeux n’ont pas été traduits en français, alors qu’ils en disposaient d’un lors de leur sortie !

Mais ce qui me fait le plus mal, c’est que la préface est signée par Marcus, LE Marcus que pourtant j’apprécie et qui bosse depuis longtemps dans le milieu…  
J’ai du mal à croire qu’un FPS actuel soit plus culte aux yeux des auteurs qu’un jeu comme Day of The Tentacle

En tant que gamer, adepte du rétrogaming, je ne pouvais que vous avertir et je parle en connaissance de cause. Car l’ouvrage, plutôt bien exposé dans les rayonnages attirera le gamer averti et curieux, qui l’ouvrira…Et qui le refermera, en colère.

Bourré d’imprécisions, d’erreurs, non relu, présentant de grosses lacunes notamment en rétrogaming, bénéficiant d’une traduction approximative, on se retrouve au final avec un bouquin boursouflé, sorti à la va-vite pour Noël ne justifiant aucunement qu’on y investisse 32 €. Trop ambitieux, il rate finalement sa cible pour viser l’autre, celle des casuals. Mais d’un côté, le livre montre bien comment évolue le jeu vidéo : dans le mauvais sens. Il en est le parfait le reflet.

Julius

Les  1001 jeux vidéo auxquels il faut avoir joué dans sa vie

Auteur : Tony Mott

Préface de Marcus

Editeur : Flammarion 

Prix : 32 €

 

 

Achievement Unlocked : 10 000 visiteurs uniques

C2J se joint à moi pour dire merci à tous ceux qui ont contribué, d’une manière ou d’une autre, à atteindre les 10 000 visites unitaires sur ce blog, 9 mois jour pour jour après l’avoir créé. C’est déjà un bon début, je trouve. Et les statistiques prouvent que vous nous lisez de très loin, même de pays dont j’ignorais l’existence sur la carte, avec des occurrences de recherches parfois bien barrées. Nous en relevons quelques unes et pensons vous en faire un best-of pour l’anniversaire du blog, histoire de rigoler. Ou pas. 

Bref, un immense merci à tous, merci de votre soutien, et sachez que si ce blog sent encore un peu le ciment et l’enduit, que tout n’ a pas pu encore être fait, on y travaille. 

Julius