Archives de Catégorie: Divers

[Critique jeux] Collection of Mana

La saga Mana  est une autre grande série faite par Squaresoft. Créée en 1991 sous le nom Seiken Densetsu au Japon , elle ne comporte pas moins d’une dizaine de jeux à l’heure actuelle.

En France, le jeu le plus connu est sans aucun doute Secret of Mana, qui fit un carton sur SNES lors de sa sortie. Il faut dire que les jeux du genre n’étaient déjà pas légion, Ses forces étaient d’avoir été traduit en français et la possibilité de jouer à trois, j’y reviendrai.

Après un remake du jeu qui n’a pas fait l’unanimité en 2018, mais qui reste toujours aussi agréable à trois, voilà que Square Enix a sorti l’été dernier une compilation regroupant les trois premiers jeux de la franchise dans leur état d’origine. Quels sont-ils ? Venez voir avec moi ce que ça recouvre.

Mystic Quest 

Le jeu qui a débuté la série, et qui change de nom selon la région : Seiken Densetsu au Japon, ou encore Final Fantasy Adventure en Amérique du Nord. Le jeu est sorti sur Game Boy, et reste l’un des grands jeux de la portable.

Certains avanceront qu’il est même supérieur à Link’s Awakening. Ce n’est pas mon cas, mais ça ne l’empêchait pas d’être excellent.

Lorsque l’histoire débute, vous êtes un esclave de l’empire de Glaive qui combat des monstres en arène pour le bon plaisir du Roi Noir. Un jour, votre ami Willy, mourant, vous dit dans un dernier souffle que l’arbre Mana est en grand danger et que vous devez trouver le dernier survivant des chevaliers de Gemme, l’ordre qui avait empêché autrefois l’empire Vandole de s’emparer de la puissance de l’arbre à des fins maléfiques. Malheureusement, le Roi Noir et son grand sorcier Julius s’apprêteraient à faire de même…

Mystic Quest se présente comme un JRPG en vue de dessus. Le héros se déplace avec la croix directionnelle, le bouton A permet de frapper les ennemis, et le bouton B d’utiliser un sort ou un objet.

Vous pourrez trouver six types d’armes et huit magies, qui sont cette fois gardées par certains boss.

Chaque fois que vous battez un ennemi, vous engrangez de l’XP et vous pourrez améliorer une des quatre caractéristiques principales du héros à chaque changement. Cela permet ainsi de varier les plaisirs : allez vous privilégier la puissance, la magie ou faire un guerrier équilibré ?

Vous aurez parfois un allié qui vous accompagnera lors de certains passages et qui sera contrôlé par l’IA de la console.

Techniquement, c’est du beau boulot pour la portable et son époque de sortie. Les sprites sont gros, certains boss sont impressionnants, les graphismes sont clairs. Le rendu sur Switch est excellent. Les musiques sont bonnes, mais les bruitages assez peu nombreux. Cependant, les deux plus gros bémols du titre sont une collision des sprites parfois douteuse et une traduction française qui fait dans le n’importe quoi.

Autre point à prendre en compte : les clés doivent s’acheter en boutique.

Niveau durée de vie, comptez une bonne vingtaine d’heures pour en voir le bout.

Le titre a fait l’objet d’un remake en 2004 sur Game Boy Advance , sous le nom de Sword of Mana. Toujours aussi poétique, le jeu, développé par Brownie Brown, a fait l’objet de jolis graphismes en couleur cette fois, d’une traduction révisée et vous pouvez incarner soit le héros ou l’héroïne.

C’est vrai que Mystic Quest, épisode fondateur, accuse tout de même son âge. Mais il reste une pièce de collection valable, d’autant plus que la cartouche d’origine est rare et vendue à prix d’or. Le fait de l’avoir mise dans cette compilation vous permettra de redécouvrir un des trésors de la portable monochrome, sur un écran plus grand et avec une meilleure résolution graphique.

Secret of Mana

Doit-on encore présenter Secret of Mana, le jeu le plus représentatif de la saga ? Bon allez, je le fais quand même.

Sorti en 1993, Secret of Mana débute lorsqu’un jeune habitant du village de Potos, Randy, trouve l’épée Mana dans un rocher au milieu de la rivière alors qu’il se retrouve séparé de ses amis. Encouragé à enlever l’épée de son socle, Randy ne se rend pas compte qu’en faisant cela, il réveilla les monstres, notamment la créature vivant dans les profondeurs du village…

Notre héros se retrouve par conséquent banni de son lieu de vie, étant considéré comme un danger public.

Il rencontre alors Jean, un chevalier, qui l’emmène voir Lucie, la gardienne du temple de l’eau. Cette dernière le charge de retrouver les huit graines mana, afin de restaurer la puissance de l’épée. Ces dernières sont gardées dans huit donjons différents. Durant son périple, Randy rencontrera Prim, une princesse à la recherche de son fiance, et un elfe, Popoï, un être capricieux et qui ne pense qu’à manger. Ces deux personnages décident d’accompagner Randy dans sa quête.

Secret of Mana implique donc trois personnages, dont deux gérés par l’IA… ou par deux autres amis au besoin. En effet, une des particularités du titre est qu’il pouvait se jouer à trois joueurs ensemble. Un bon moyen d’éviter les errements de ordinateur qui parfois se coince dans le décor, obligeant parfois à relancer la dernière sauvegarde étant donné que le personnage coincé empêche tout le monde d’avancer à l’écran suivant. Oui, ça m’est arrivé.

Le jeu innove au niveau du gameplay et de son ergonomie globale. Chaque type d’arme dispose désormais de huit niveaux de maîtrise, tout comme les différentes magies. Autrement dit, les perfectionnistes en auront pour leur argent. Toutefois, pour qu’un coup soit efficace, il faut attendre que le 100% soit atteint dans la jauge en dessous des points de vie et de magie des personnages. Ce qui donne un petit côté tactique pas déplaisant aux combats.

Ensuite, le jeu introduit les menus circulaires, nettement plus ludiques et pratiques que les simples pages austères de textes. Le jeu s’interrompt lorsqu’un des menus est affiché, et vous pouvez passer de l’un à l’autre en appuyant sur les touches haut et bas de la croix directionnelle.

Les autres choses qui arrivent pour la première fois dans le jeu du jeu sont  le voyage en canon et Chacha, le chat marchand itinérant.

Le jeu exploite bien les capacités de la SNES : outre de jolis graphismes, on notera de jolis effets spéciaux, des zooms, et l’utilisation du mode 7 pour les déplacements notamment à dos de Flammy.

Secret of Mana, c’est une trentaine d’heures de jeu de plaisir.

Le titre a fait l’objet d’un remake en 2018. Autant dire qu’il est loin d’avoir fait l’unanimité tant on n’y retrouve plus le charme du jeu d’origine.

Trials of Mana

Voilà la surprise de cette collection : Seiken Densetsu 3, désormais renommé Trials of Mana, sort enfin des frontières japonaises ! Et si les deux autres titres ont bénéficié d’une traduction en français, lui aussi en bénéficié d’une, et c’est donc la première fois que le titre est traduit officiellement.

Et rien que pour ce jeu, Secret of Mana Collection vaut le coup, tellement le jeu pousse le concept encore plus loin que son prédécesseur.

Je ne vais pas refaire la critique présente sur ce blog, mais Trials of Mana, c’est six personnages principaux, pour autant de scénarios de départ. Trois dénouements différents, quatre changements de classes possibles et un système de combat révisé.

On retrouve les menus en anneaux.

Dans la deuxième partie du jeu, le titre offre une totale liberté au joueur pour vaincre les sept premiers dieux destructeurs (rebaptisés « Bénévodons » dans la traduction).

Un titre magnifique à tous points de vue, et sans doute un des plus beaux de la SNES. Les musiques sont marquantes, l’aventure épique et qui offre une rejouabilité conséquente.

Pour plus d’informations sur le jeu, je vous renvoie à cette critique

Trials of Mana fait aussi l’objet d’un remake, qui sortira en avril 2020. Le titre a l’air plus travaillé que celui de Secret of Mana.

Maniaques de Mana

Cette collection est sortie sur Switch, et offre donc quelques fonctionnalités sympathiques, comme la possibilité de choisir les langues du jeu, ou encore des sauvegardes à tout moment sans passer par celles présentes dans les jeux. La console restitue bien les feelings de l’époque. Et si je dis cela, ça veut dire que les qualités énumérées sont belles et bien présentes… et les défauts de l’époque aussi.

C’est M2, spécialiste japonais de l’émulation, qui a fait les portages des trois jeux et le résultat est fidèle à ce qu’on avait à l’époque. Même si nous étions en droit d’en attendre un peu plus que des simples portages.

On regrettera par exemple l’impossibilité d’afficher les jeux en plein écran. Certes, vous avez le droit à deux formats principaux (et plusieurs modes graphiques pour Mystic Quest), mais les titres restent en 4/3 d’époque même en mode portable. De fait, vous aurez deux grandes bandes verticales, certes bien décorées, mais on a quand même l’impression de jouer en mode « réduit ». De même, on regrettera aussi l’impossibilité de mettre des scanlines comme à l’époque pour les jeux SNES. Quant à Mystic Quest, on ne peut que regretter que la traduction n’ait pas été révisée. Si vous vous plaigniez de celle de FF VII, sachez que toute mauvaise qu’elle soit, elle n’est rien par rapport à celle ci (oubli d’articles, de mots, expressions et ponctuations inappropriées)…

Et quelques jeux en plus, comme Sword of Mana, je n’aurais pas été contre non plus…

Mais ne nous plaignons pas trop, vu les heures que vous réserve cette compilation, RPG oblige, même si le prix (40 €) est quand même assez élevé pour trois jeux.

Conclusion : Une pièce de collection

Si vous ne connaissiez pas la saga Mana, Collection of Mana est une bonne occasion de refaire votre retard, d’autant plus que Trials of Mana est un inédit et est vraiment excellent. Les connaisseurs retrouveront les sensations d’époque, ce qui inclut beaucoup de qualités et un peu de défauts. Les jeux se présentent tels des joyaux bruts de leur époque. Trois RPG japonais de choix pour des heures de plaisir.

Points Positifs :

Les trois Seiken Densetsu réunis

Trials of Mana, inédit chez nous

Les trois jeux en français

Sauvegarder quand on veut

Points Négatifs :

Prix assez élevé

Mystic Quest a techniquement mal vieilli

Et sa traduction est toujours aussi mauvaise.

Jeu testé sur Switch dans une version achetée par mes soins dans le commerce.

Le Desert Bus de l’Espoir reprend la route ce week-end

Depuis 2012, c’est devenu une habitude en France : le marathon Desert Bus de l’Espoir reprend la route en cette fin d’année 2019. Cette année encore, à partir de demain 11 h, l’association Loisirs Numériques récoltera des dons pour l’association Les Petits Princes, qui réalise les rêves d’enfants malades. Pendant une soixantaine d’heures, personnalités médiatiques, des streameurs, ou encore des artistes, viendront conduire le bus du jeu le plus ennuyeux du monde. Cette année, cette septième édition dispose d’une marraine et d’un parrain qui sont respectivement Brigitte Lecordier et Alex Goude, qui ont déjà conduit le bus plusieurs fois. Un « Warm-up » fait par des streameurs a eu lieu les week-ends précédents pour avoir déjà une petite somme de départ

Pour rappel, l’année dernière, le marathon avait battu son propre record avec 50 300 € de dons, et cette fois, tout le monde espère faire encore mieux. Bien évidemment, des lots seront à gagner tout le long du week-end. Et pour les suivre, ou mieux encore, faire un don, ce sera via Twitch à cette adresse : https://www.twitch.tv/desertbusfr .

Rendez-vous donc demain, vendredi 29 novembre, à 11 heures, et jusqu’au dimanche 1er décembre 23 heures sans interruption .

Sonic & Knuckles fête ses 25 ans

On le sait, les jeux Sonic sur Megadrive sont quasiment tous incontournables. Et le 18 octobre 2019, c’est Sonic & Knuckles qui a fêté ses 25 ans d’existence. Retour sur un jeu de dingue à tous les niveaux.

Une cartouche particulière

Je me souviens, j’ai eu cette cartouche pour mon anniversaire en 1994, alors que je n’avais pas eu Sonic 3, étant donné son prix très élevé par rapport à la moyenne des cartouches Megadrive ( 549 francs de l’époque, contre 400 en moyenne pour un autre jeu). Mais qu’importe. Je me souviens aussi de la pub française de l’époque, où nous voyons un jeune garçon attaché sur une chaise, avec ces lignes en dessous :  » votre petit frère regrettera longtemps d’avoir échangé vous anciens jeux Sonic ».

La forme de la cartouche en elle-même est particulière : en effet, elle s’ouvre sur le dessus, permettant d’insérer une autre cartouche de la MD en elle : c’est le « lock-on ». Pourquoi cette particularité ? En réalité, Sonic & Knuckles est la deuxième partie de Sonic 3. Le jeu a été coupé en deux parties pour des raisons de délai, d’autant plus que le troisième épisode de Sonic avait déjà manqué les fêtes de 1993. Ainsi, sortit en février 1994 Sonic 3 avec les 6 premières zones, et le 18 octobre de cette même année, S&K avec les 8 zones manquantes. Projet plus vaste, et plus ambitieux que les deux premiers épisodes, SEGA n’avait sans doute pas anticipé le fait qu’il lui aurait fallu plus de temps pour achever son oeuvre.

Une suite directe

Le personnage choisi par défaut est Sonic, et le scénario du jeu se poursuit avec lui : le hérisson bleu a réussi à faire échouer le lancement du Death Egg, et ce dernier s’écrase sur le cratère du volcan de l’île Flottante, sur lesquelles se trouvent également les émeraudes du chaos. Eggman sait que ces dernières feraient une source d’énergie inépuisable pour son satellite… d’autant plus que la rumeur dit que l’Emeraude-Mère s’y trouverait. Sonic devra traverser 8 zones immenses qui sont dans l’ordre : Mushroom Hill, Flying Battery, Sandopolis, Lava Reef, Hidden Palace, Sky Sanctuary, Death Egg et Dooomsday Zone. Si vous enchaînez depuis Sonic 3, vous n’aurez pas droit à la forme ultime du dernier boss de Launch Base, et le jeu enchaînera sans interruption sur la première zone de S&K.

Bien entendu, le hérisson bleu devra toujours composer avec Knuckles, qui lui mettra des bâtons dans les roues jusqu’à un certain point, lorsque notre échidné comprendra finalement que le véritable ennemi n’est pas Sonic, mais bien Eggman. A ce titre, les efforts de mise en scène initiés par Sonic 3 se retrouvent ici amplifiés. Certes, il n’y a pas de cinématiques, mais les mouvements sont suffisamment compréhensibles pour comprendre de quoi il retourne.

Mais une des nouveautés de cet épisode, c’est que Knuckles dispose désormais de sa propre aventure. Chronologiquement, elle se déroule après celle de Sonic sur l’île, comme semblent en témoigner certains détails des niveaux. Qui lui a envoyé cette bombe, et pour quelle raison ? Notre échidné décide d’aller tirer tout ça au clair. L’aventure est toutefois un peu plus courte que celle de Sonic.

Knuckles dispose de pouvoirs tels que planer dans les airs et s’accrocher aux murs, lui permettant de passer par des chemins la plupart du temps inaccessibles au hérisson bleu. En revanche, il saute moins haut. Vous l’aurez compris, ajouter Knuckles donne une belle rejouabilité au titre.

Des changements dans la continuité

Sonic & Knuckles n’est pas tout à fait comme Sonic 3. Les changements se voient notamment au niveau des tableaux bonus. Certes, les « Blue Spheres » en 3D dans les anneaux géants existent toujours, de quoi donner encore plus des maux de tête aux joueurs pour la récolte des émeraudes, ce qui porte le total à 14 avec celles de Sonic 3,mais cette fois, si vous passez un reverbère étoilé avec 20 ou 50 rings, vous aurez droit à deux séquences bonus différentes. La première est « les boules brillantes » : tout en verticalité, vous devrez prendre de l’élan auprès de boules brillantes pour monter le plus haut possible et faire attention à ne pas tomber en bas de l’écran. La seconde est un mélange entre le niveau bonus du premier Sonic et Casino Night de Sonic 2, avec une machine à sous présente dans un labyrinthe tournant sur lui-même. Très utile pour glaner des continues. Il faut noter que vous conservez tous vos anneaux et éventuellement votre bouclier si vous sortez des zones bonus.

Le fait qu’il est la suite directe de Sonic 3 se sent directement : même police d’écriture pour les niveaux toujours divisés en deux actes immenses se terminant tous par un boss à la fin ( un robot dans l’acte 1 et Eggman dans une des inventions farfelues dans l’acte 2), et le HUD. Et quand je dis « actes immenses », ce n’est pas pour rien. Combien de fois n’ai-je pas eu de vies perdues pour dépassement de temps (toujours limité à 10 minutes par acte), dans la pyramide de Sandopolis ? On y retrouve les mêmes bonus contenus dans le même type de télés, à savoir le Super-Ring qui offre dix anneaux supplémentaires, les vies supplémentaires, les espadrilles magiques mais aussi les trois boucliers de Sonic 3 à savoir le bouclier de feu ( très utile dans Lava Reef, notamment face au boss), le bouclier électrique, qui attire les anneaux environnants et dévie certains projectiles, et le bouclier bulle qui permet de respirer sous l’eau indéfiniment, bien que ce thème soit absent de S&K. Le titre introduit cependant pour la première fois de la saga un niveau situé dans le désert.

Un jeu magnifique

On comprend pourquoi les programmeurs ont eu besoin de temps pour peaufiner cette deuxième partie : le jeu est encore plus poussé que Sonic 3 techniquement. Le titre est magnifique, avec de belles couleurs, des dégradés dans certains niveaux . La Megadrive poussée dans ses derniers retranchements, à une époque où les 32 bits pointaient déjà le bout de leur nez. Mieux encore, certains niveaux peuvent changer d’un acte à l’autre : l’acte 2 de Lava Reef se passera dans des tunnels de lave cristallisée, par exemple. Et l’animation n’est pas en reste. Sonic, c’est rapide, et là encore nous sommes servis, avec des loopings, des voies tortueuses dans des niveaux gigantesques, ça va dans tous les sens, et ça ne ralentit jamais. Bien entendu, les programmeurs, malins, ont souvent posé des pièges exactement là où vous êtes sensé atterrir…

Les musiques sont encore meilleures que dans Sonic 3, pour lequel certaines étaient de qualité inférieure aux standards attendus pour un jeu de la saga ( Launch Base… mon dieu…), et faites par les musiciens de Michael Jackson, voire le King of Pop lui-même, bien que non crédité, mais là, le compositeur du jeu est Howard Drossin (qui signera ensuite les musiques de Comix Zone). Il y a toujours une variation du thème de zone entre l’acte 1 et l’acte 2, quand il ne change pas du tout au tout. Les bruitages sont fidèles à ce qu’on attend et les fans n’ont pas été dépaysés.

Quant à la jouabilité, là encore, c’est exemplaire. Sonic se manie bien, et dispose toujours des mouvements présents dans Sonic 2 et 3 : le spin dash, mais aussi  » l’insta -shield » qui permet de faire un bouclier contre un projectile en appuyant deux fois sur une touche de saut, ou de se transformer en torche avec le bouclier de feu… Les mouvements de Knuckles s’apprivoisent très vite. Attention toutefois, notre échidné saute moins haut que le hérisson bleu... on ne peut pas tout avoir… Le gameplay varie aussi selon les niveaux : vous devrez par exemple rallumer la lumière dans l’acte 2 de Sandopolis, ou encore jouer avec la gravité dans Death Egg

Une durée de vie immense

Terminer un Sonic n’est pas très difficile, et celui-ci ne déroge pas à la règle. C’est vrai, boucler les actes vous prendra un peu plus de temps que d’habitude, mais l’aventure reste globalement assez courte, notamment avec Knuckles qui n’aura pas accès aux dernières zones et s’arrêtera à Sky Sanctuary (même si le méchant de son scénario est bien trouvé). La dernière zone avec Sonic, Doomsday Zone, ne s’ouvrira que si le joueur a trouvé au moins 7 émeraudes du chaos permettant la transformation en Super Sonic. Mais avoir deux personnages permet une belle rejouabilité.

Mais surtout, la technologie du « Lock-On » permet de prolonger le plaisir , notamment si vous mettez Sonic 3. Un jeu immense vous attend et 14 zones à traverser, rien que ça, avec Sonic, Tails, et Knuckles, au choix. Le nombre d’émeraudes est porté à 14 et permet la transformation ultime de Sonic. Encore faut-il ne pas devenir fou avant de toutes les trouver. Quoi qu’il en soit, Sonic 3& Knuckles signe l’aventure la plus longue d’un épisode Sonic en 2D, le véritable Sonic 3 prévu par les programmeurs.

Et si vous mettez votre cartouche de Sonic 2 à la place, Knuckles est jouable dans le jeu. Bon, on ne peut plus jouer que lui, mais ses facultés permettent notamment de dénicher quelques vies haut perchées.

Tout autre jeu fiché dans la cartouche verra marqué « No way » à l’écran, mais si vous appuyez sur A, B et C en même temps, cela vous donnera l’occasion de vous entraîner pour la récolte des emeraudes…

Je terminerai sur un regret : On ne trouve plus S&K, tout comme Sonic 3, dans les différentes compilations, ni même dans la Megadrive Mini. La faute à une question de droits sur les musiques… ce qui renforce la thèse d’une probable participation de MJ à certains morceaux… c’est regrettable, mais c’est ainsi, hélas…

Conclusion : Un Sonic de dingue

Sonic & Knuckles est un excellent Sonic dans tous les sens du terme. Seul, il offre déjà un très bon contenu, mais sa technologie « Lock-On » permet de rallonger le plaisir notamment avec Sonic 3, pour obtenir le plus long jeu 2D de la saga jamais créé. Brillant aussi bien ludiquement que techniquement, S&K est un must-have de la console noire.

Z Event 2019 : plus de 3,5 millions d’euros récoltés et un record du monde !

Alors qu’un écrivain en mal de promotion pour un bouquin accusait de nouveau les jeux vidéo d’abrutir les gens, voilà qu’un événement caritatif, le ZEvent , qui a lieu tous les ans, vient de prouver une nouvelle fois que les gamers ont du cœur. En effet, ce sont plus de 3 500 000 € qui ont été récoltés lors de cette édition 2019 qui aura duré 50 heures. Les dons iront à l’Institut Pasteur, qui fait des recherches sur les maladies et les vaccins. Un nouveau record, et c’était beau. Très beau, même. Les jeux vidéo réunis pour le plus beau, la générosité et la solidarité. De plus, il est devenu l’événement caritatif qui a levé le plus d’argent sur Twitch au monde, battant un sacré record de plus de 3 268 000 €. Oui vous avez bien lu : ZEvent est devenu le plus grand événement caritatif au monde en terme de somme récoltée, et cet événement, il est français. Même Emmanuel Macron s’est fendu d’un Tweet pour féliciter les organisateurs. Reste à voir maintenant comment l’événement pourrait grandir encore plus et donner une image encore plus positive du gaming.

Mais n’oubliez pas qu’il y a aussi d’autres événements caritatifs du genre notamment en France, tels que Choeur de Gamers ou Le Desert Bus de l’Espoir qui ont aussi battu leurs records lors de leurs dernières éditions. Ça prouve bien que la commu gaming sait être généreuse pour de bonnes causes

Level One de retour sur Game One le 25 septembre

Le 25 septembre, une émission qui a marqué la chaîne dès ses débuts fera son retour. En effet, Level One revient, et avec son présentateur emblématique, Marcus. Donc ce sera tous les mercredis à 17 h30 sur Game One. La chaîne ne s’est d’ailleurs pas privée de l’annoncer dans un Tweet avec une séquence qui rappelle bien des souvenirs…

Voilà vous le savez, et maintenant, on va se pencher brièvement sur l’histoire de l’émission.

Je ne vous cacherais pas que lorsqu’on a connu le Game One des débuts ( 1998-2002), en plus de Nolife pendant près de 11 ans, j’ai du mal avec le Game One version MTV qui brasse large. Cependant, que Game One revienne à plus de « Game », pourquoi pas. Level One, c’est une émission qui était présente sur la chaîne dès ses débuts, à la rentrée 1998. Le nom de code lors des maquettes de présentation, était « Inside » et le tout premier Level One était sur GoldenEye 007, alors LE FPS du moment sur Nintendo 64. Ça ne nous rajeunit pas. Level One, c’était un concept alors inédit à la télévision, et même au monde. On regardait littéralement un animateur jouer au début d’un jeu dans les conditions du direct! Maintenant, nous avons des chaines Twitch à ne plus savoir qu’en faire, avec la possibilité d’interagir avec les joueurs via un tchat, mais à l’époque les Z’internets et les débits n’étaient pas aussi élevés qu’aujourd’hui. Très vite, Marcus est devenu l’animateur emblème de l’émission. On riait souvent de son manque de skill, et lui aussi. Il invitait parfois des amis soit de la chaîne, comme pour faire un Mario Kart à 4 joueurs, ou du showbiz comme Christophe Lambert sur SoulCalibur, ou encore Tom Novembre. On se souviendra aussi d’un Level One sur Ready 2 Rumble, un jeu de boxe sur Dreamcast, où il affrontait Pierre Lescure, son patron et accessoirement également celui du groupe Canal+. Sachez-le, entre 1998 et 2002, Game One était un vivier où tout ou presque était permis, j’ai déjà parlé de @Game One avec El Didou un peu plus tôt. un flambeau qui sera ensuite repris par Nolife quelques années plus tard.

Malheureusement, tout a une fin, et c’est un après-midi de février 2002, lors d’un Level One sur Metal Gear Solid 2, que Marcus annonça son départ de Game One. Un moment où Canal+ avait vendu ses parts à Infogrames, un développeur de jeux vidéo, qui détenait Game One à parité avec la chaine cryptée. Dès lors, Infogrames a de plus en plus mis la pression sur l’équipe de départ, exigeant de relire les tests, faisant fi de l’éthique et de l’indépendance rédactionnelle avec des pratiques douteuses comme de la censure ( le Level One sur Lucky Luke, un mauvais jeu signé de l’actionnaire de la chaine, est passé une fois, pas deux), la vente du temps d’antenne aux éditeurs. Cela provoquera le départ de l’équipe d’origine et Marcus fut l’un des derniers à partir, pour ne pas mentir, à terme à ses téléspectateurs. (« A force, je finirai par mentir, non seulement à moi-même, mais aussi à vous »). Le pire, c’est que malgré les preuves, le CSA n’a pas bougé. Opposé à la reprise du concept qu’il avait déposé, Infogrames entamera une procédure contre l’animateur pour « dépot de marque frauduleux ». Pour la petite histoire, l’abruti de commercial de l’époque à la tête de Game One que je ne nommerai pas supprimera également l’émission Mémoire Vive de la chaîne, consacrée au rétrogaming et qui ne lui coûtait quasiment rien. Bref.

Tandis que Marcus allait vivre d’autres aventures, dont l’ouverture de son propre forum (et dont j’étais membre), Level One a donc continué contre sa volonté, sur la chaîne. Mais voilà, l’émission est devenue à l’image de la chaîne de l’époque : elle faisait faussement jeune, animée par deux animateurs, Yohann et Gérard, et sur la fin, c’était 20% de jeu pour 80% de pitreries absolument pas drôles à la gloire des deux animateurs qui n’hésitaient pas à forcer le trait, du genre « Regardez comme on est drôles »! Quand je vois que certains réclament leur retour sur l’antenne, là je dis NON. Level One, le vrai c’est avec Marcus. Sinon, c’est un peu comme si Burger Quiz était animé par un certain animateur de C8. Et ça a failli arriver, en plus.

Comment expliquer un retour de Level One en 2019 alors que l’émission était absente de l’antenne depuis longtemps, même après le rachat du capital par MTV Networks et le retour de Marcus sur la chaîne ? D’après Patrick Sarréa, un homme très bien informé et ayant vécu les premières années de Game One de l’intérieur, c’est le directeur lui même, Jean-Marc Dupire, qui aurait proposé l’idée de relancer Level One. Pour info, M. Dupire avait commencé à C: comme monteur stagiaire. Il aura connu une belle évolution depuis.

Voilà. J’ai du mal avec Game One version MTV, comme je l’ai dit. Mais reste à voir comment sera cette version modernisée d’une des émissions les plus emblématiques à jamais liée à la chaîne. Pour finir, cet article n’a été ni commandé ni sponsorisé par qui que ce soit.