Archives Mensuelles: juin 2015

TFGA #9 : Nos peurs inavouables (Julius)

Le thème de ce Top Five Game Addict de ce mois donné par alex est « Nos peurs inavouables », autrement dit, nos craintes concernant les jeux vidéo. Autant vous dire que personnellement, je flippe à propose de plein de choses concernant cette industrie, mais ce top 5 permettra de mettre en lumière celles que je crains le plus. Attention, ça ne veut pas dire que ce que je crains de voir est une réalité… 

5-Shenmue III

Je n’ai pas attendu l’E3 pour avoir des craintes vis à vis de ce jeu, s’il se faisait un jour. Plus le temps passait, et plus les espoirs se sont amenuisés, jusqu’à ce que le jeu se montre lors de l’E3 de ces derniers jours. Pourquoi  avoir peur? Parce que le monde du jeu vidéo a évolué depuis 2002. Tout le monde loue Shenmue pour ses innombrables qualités. Pendant toutes ces années, combien de fois ai-je entendu «  ah ouais, Shenmue III, ce serait top ! » Mais combien y ont réellement joué et savent que ces titres contiennent aussi des contraintes dans ses règles ? Par exemple, dans le premier, passé 23 heures, Ryo devra aller se coucher. Il devra aussi s’entraîner à améliorer ses coups. Entre autres. Alors avant de vous jeter sur le troisième, et de donner votre argent aveuglément, voyez d’abord ce que les deux premiers ont à offrir, et si vous accrochez. De plus, que vont dire les fans si le jeu n’est pas à la hauteur des attentes ?

shenmue

4- La généralisation des Kickstarters pour des projets triple-A

Le cas de Shenmue III m’amène à celui-ci. Un Kickstarter a été lancé. En réalité, on a su ensuite que Sony était déjà prêt à financer le projet, et que cela n’était que pour tester le marché. Alors OK, c’est Shenmue, c’est assez particulier, mais il ne faudrait pas que cela devienne une sale habitude. Que des petits développeurs indés le fassent, je comprends parfaitement. Mais qu’un gros puisse demander des sous alors qu’ils ont de quoi faire, non. J’ai bien peur que l’exemple de Shenmue III fasse tâche d’huile. Imaginez-vous Ubisoft lancer une telle campagne pour financer leur prochain Assassin’s Creed ? Ou Activision pour un Call of ? Si des grands en arrivent là, c’est que le public n’adhérera plus spontanément à leur séries. Plutôt que de continuer sur d’innombrables suites, peut-être serait-il temps de tourner la page et de partir sur de nouveaux projets pour susciter de nouveau leur enthousiasme.

3- Ou est passé le multijoueur local, bordel ???

Ben oui… Un proverbe dit que «  plus on est de fous, plus on rit ». Et cela se vérifie en matière de jeux vidéo. Quelle joie de pouvoir jouer à plusieurs sur un canapé, à s’envoyer des carapaces à Mario Kart et à rivaliser de mauvaise foi, ou de faire un Bomberman à 4 ( voire à 10 sur la version Saturn) et d’exploser les autres à grands coups de bombes ! Une tendance hélas en voie de disparition, privilégiant le « Online » à plusieurs… Si certains jeux offrent la possibilité de faire des salons privés, ça ne m’enchante pas forcément de me retrouver avec des inconnus…

Saturnbomberman

Même Splatoon, qui offre des principes très originaux, ne propose que deux joueurs en local, pour des duels manquant de pêche . Il aurait proposé un mode 4 joueurs local avec diverses options, en plus du mode online très bien fait il faut le dire, il aurait pu devenir vraiment un très, mais alors très grand jeu. Pour Splatoon 2, peut-être ?

2- La généralisation des DLC et des pay-to-win

Étant un grand adepte de rétrogaming, je ne peux m’empêcher de penser qu’au moins, malgré certaines contraintes, on avait les jeux entiers. Pas besoin d’aller sur Internet pour avoir une carte de jeu supplémentaire. D’accord, Capcom sortait déjà ses itérations de Street Fighter II améliorées,d’une année sur l’autre, mais cela restait rare.

Maintenant, on nous vend des jeux à trous. Pire, des jeux à trous mais dont les données pour les boucher sont comprises SUR le disque de jeu. Mais si tu les veux, va falloir raquer mon coco ! Allez, c’est pas cher, 15 € le pack de cartes pour Call of chez Activision ! 5 € pour la tenue d’un combattant de Street Fighter chez Capcom !

Je vous signale que sur Super Nintendo, Super Mario World pouvait se terminer très vite. Ah c’est sur, après, tu étais le King du collège… du moins jusqu’à ce qu’on apprenne que le jeu possède 96 sorties et qu’il faut toutes les trouver pour être vraiment sacré… Mais au moins, ces ajouts étaient présents dès le départ dans la cartouche. Et si vous vouliez les faire, vous alliez en baver… Il serait sorti en 2015, je suis sur que Nintendo aurait proposé cela en DLC…

Ce qui m’amène à l’autre phénomène de cette deuxième place : les pay-to-win, c’est à dire l’évolution des DLC mais en pire. Avec le développement des smartphones, il y a eu foule de petits jeux et d’adaptations pour des contrôles tactiles. Certains sont gratuits… Sauf que cela cache une réalité souvent plus amère… Même Candy Crush propose ce genre de choses . En gros, vous avez un nombre de parties gratuites, mais une fois épuisées (en général, jamais plus de 5 par jour) vous devez soit attendre un délai qui s’allongera de plus en plus (30 minutes, puis une heure, puis deux, puis quatre), soit… vous faites péter la CB pour avoir une partie supplémentaire, allez 50 centimes, 1 ou 2 euros, c’est pas cher, comme ça mais à force de cumuler, ça fait des sommes. L’exemple le plus détestable du genre revenant à Electronic Arts avec sa version mobile de Dungeon Keeper. Tu veux continuer ? Faut payer. EA, ou comment massacrer un titre avec d’excellents principes.

Je sais ce n’est point obligatoire. Mais combien succombent à ça dans le but de prolonger leurs parties, leur expérience de jeu ? Sommes nous devenus esclaves de nos jeux ? Dire qu’il suffirait que les gens n’achètent plus pour que ça ne se vende plus… Perso je trouve ça scandaleux .

dlc symbole

1-La baisse de qualité globale des jeux vidéo.

Je sais que je ne suis pas le seul à le penser, mais cela résume bien mon TFGA. J’ai peur de voir une industrie où les FPS bourrins seraient la norme. Enfin ça encore c’est pas trop gênant mais j’ai peur de voir deux choses : qu’ils soient des clones des modèles déjà existants, sans aucune innovation, et la mentalité qu’ils transportent derrière. Pourquoi je n’aime pas les Call-of ? Pour le message sous-jacent dans les jeux.

De plus, est-il raisonnable de voir des suites à rallonge ? Assassin’s Creed s’essouffle, aussi bien dans ses histoires que dans sa finition. Quant aux jeux de foot… alors, pour 2015, Fifa ou PES ? Ni l’un ni l’autre, merci… Je n’ai jamais compris l’intérêt d’acheter chaque version d’une année sur l’autre…

En réalité, le jeu vidéo, ça allait très bien lorsque tout le monde avait en tête le mot «  créativité ». malheureusement, chez les gros éditeurs, il tend de plus en plus à être remplacé par «  rentabilité », ce qui explique le point précédent.

Heureusement, la scène indé se développe de plus en plus et c’est effectivement vers eux qu’il faut aller pour retrouver des trésors d’imagination. Mais ils ne disposent hélas pas d’un département communication comme peuvent avoir les grands…

Alors le public joue à ce qu’on lui montre. Mais ce serait bien que certains comprennent que la forme ne fait pas forcément tout. Il faut que l’industrie garde son côté créatif même chez les gros éditeurs. Je ne peux que saluer, par exemple Ubisoft qui a tout de même pris des risques avec Child of Light et Soldats Inconnus. Mais le meilleur exemple dans tout cela reste Deadly Premonition, jeu où le fond compte plus que la forme elle-même.

Heureusement, ces visions ne sont qu’hypothétiques et nous n’en sommes heureusement pas là, tant qu’il y aura de quoi satisfaire tout type de public. Pour le moment  le jeu vidéo est suffisamment riche pour satisfaire tout le monde. Qu’il soit indé ou triple A.

deadly-premonition-600x300

A vrai dire, cela est un sujet tellement vaste, que j’aurais pu aussi parler de certains éléments de la communauté des joueurs… Mais ce TFGA n’y suffirait pas. Je m’arrête là pour celui-ci.

Voilà, c’est tout pour ce TFGA numéro 9, j’espère qu’il vous aura plu. Le prochain se fera sans doute avec du retard étant donné que je risque d’être absent quelques jours…ou alors, je le publierai juste avant. Je verrai.

Publicités

[critique film d’animation ] Vice Versa

Inutile de tourner autour du pot plus longtemps : Vice-Versa est sans doute un des films d’animation les plus inventifs et drôles que j’ai vu ces derniers temps.J’étais curieux de voir ce qu’allait donner ce nouveau Pixar, le sujet était assez périlleux, mais le studio à la lampe s’en est sorti de façon brillante. Le film nous conte les aventures de Riley, ou plutôt de ses émotions qui contrôlent son comportement et ses réactions. Elles sont au nombre de 5, la chef s’appelle Joie et est assistée par Tristesse, Colère, Dégoût et Peur. Tous personnifiés par une apparence et une couleur propre ainsi qu’au caractère qui leur correspond. Si Joie est jaune et brillante et svelte, Tristesse sera bleue, ronde avec de grosses lunettes et un pull gris. Des codes qui permettent d’identifier directement à qui on a affaire. Ces émotions gardent un souvenir qui est ensuite stocké et dont la couleur dépend de qui l’a provoqué. Mais lorsque Joie et Tristesse disparaissent dans les limbes, c’est le prétexte à une très grosse crise d’adolescence avec trois émotions totalement opposées.
Dans la tête de Riley, nous découvrons donc un mode de rêve, et chaque scène nous fait découvrir un nouveau lieu, dans un pays des merveilles cérébral. Mais il aussi un côté plus sombre : l’oubli. Pixar a bien compris que l’imagination des enfants et ados se forment dans le cerveau, et les trouvailles sont nombreuses.Je dirais même que c’est un festival. Le tournage des rêves, ou encore le train de la pensée pour ne prendre que celles-ci sont autant de bonnes idées qu’elles sont très bien exploitées.Le passage dans la tête des parents qui ont eux aussi des émotions, bien entendu, et bien que vu dans la bande-annonce, frôle le génie. Mais il y en a d’autres, dont un que je ne vais pas vous révéler ici. Mais sachez que chaque nouvelle scène signifie une nouvelle idée, et ce jusqu’au générique.
De plus, c’est également très drôle, avec des dialogues parfois absurdes et des situations qui confinent au burlesque. Merci Docter, on se sent mieux après Vice-Versa.
On ne s’ennuie pas une seule seconde durant ce conte très rythmé et ingénieux qui au final, laisse un beau message : grandir permet de faire des souvenirs.

affiche vice-versa

Vice-Versa (Inside Out)

Réalisation : Pete Docter

Genre : chef d’oeuvre d’animation

Durée : 1 h 34

Distribution : The Walt Disney Company France

En salles depuis le 17 juin 2015

[Interview] Riku

trombi2

Riku, c’est une amie Tourangelle que C2J et moi connaissons depuis longtemps. Cette experte ès Nintendo peut vous mettre minable à Mario Kart (quelle que soit la version) mais je me souviens aussi qu’elle nous en a fait voir à Bomberman (NdC2J : Sauf moi, j’ai déjà réussi à la vaincre;) NdJul :ouais je sais, tu as inauguré le sacrifice de kangourou, j’étais là.). Nous lui devions bien une interview .

Ne vous étonnez pas de quelques familiarités entre nous.

Avé Grande Lapine ! Peux-tu te présenter aux lecteurs du blog ?

Chalut Julius et C2J ! Je suis LaLapine, geekette de la génération fin 80, picarde de racine, expatriée en Touraine depuis 7 ans cette année. Je suis une bombe de joie sur pattes, pattes qui tâtent de la manette et du clavier depuis quasiment 25 ans…ah mes ptits bonhommes ça nous rajeunit pas cette histoire ! Dans la vie je bosse dans le secteur thérapeutique, et je partage une chouette maison avec deux colocataires adorables dont la geekattitude nous a fraternisé pour l’éternité ! Bon, j’allais vous parler de mon amour du saucisson sec et de pourquoi je mets des boxers pour homme, mais je préfère ne pas lâcher trop d’informations pimentées pour commencer.
I-Grande-2581-saucisson-sec-de-porc.net

Tu vas reprendre (ou as repris) tes activités sur Youtube. Quels nouveaux défis comptes-tu relever ?

A l’heure où je fais cette interview, les vidéos ne sont pas encore publiées, je suis toujours en phase d’apprentissage sur les logiciels d’édition vidéo, et j’ai énormément de contenu graphique à terminer. Oui, il y a quelques années (9 ans aïe aïe aïe!) j’avais déjà montré ma trogne et mon univers sur Youtube et Dailymotion en proposant des vidéos bien débiles façon journal intime et sketches geeko-absurdes, ces vidéos étaient mal montées, mal filmées…mais bon c’était il y a 9 ans hein ! Je ne regrette rien, ça m’a permis de me familiariser depuis avec le milieu de l’image et du son, ainsi que de me construire une petite communauté. J’avais presque 3000 personnes qui me suivaient régulièrement sur mon blog en 2008 ! A l’époque c’était énorme pour moi.

Ensuite, la vie a fait que j’ai tout mis de côté pour me concentrer sur d’autres projets. Et voilà qu’aujourd’hui je suis amenée à revenir d’entre les morts, plus fraîche et enjouée que jamais, pour partir à nouveau à la conquête de la toile !

Mon projet, c’est de faire du game testfaçon revival sauvage. Ça paraît assez abstrait dit comme ça, mais pour être plus claire, je veux montrer aux gens, qu’ils soient familiers ou non avec le jeu vidéo, l’intensité émotionnelle que l’on peut vivre quand on plonge dedans. Les émotions, c’est toute  ma vie, et je l’ai compris au plus profond de moi il y a quelques mois seulement. Partager mes émotions, révéler ce qu’il y a de brut, d’authentique, et de beau en chacun de nous, c’est ce qui m’a toujours mue dans la vie. Je l’ai testé à travers différents moyens, professionnels ou hobbies, et maintenant c’est le jeu vidéo, que j’avais plus au moins lâché ces deux dernières années, qui est revenu à moi comme LE média à exploiter à fond pour offrir mes tripes et ma sincérité.

D’ailleurs quand j’ai annoncé sur les réseaux sociaux que j’allais reprendre du service pour de bon avec quelque chose de nouveau, j’ai été très touchée de voir que les gens qui m’avaient connue sous sur une autre identité m’ont fait un excellent accueil et manifesté de l’impatience pour mon retour. Je vous love les gars.

Et le Label Saucisse © il est aussi de retour ?

Hahahaha le Label Saucisse ! Vous n’avez pas oublié ! Pour les gens qui ne connaissent pas ce pseudo-concept, à l’époque de mon blog je posais un label-saucisse sur tout ce qui constituait une arnaque pour moi. Je me souviens d’une paire de bottes en cuir en magasin qui coûtait plus de 400 euros, mais aussi des boissons Bounty à boire… tout y passait ! Hahaha, qu’est-ce que c’était con.

bountyshit

 Au vu des termes employés, peut-on dire de façon cash que « ça va ch*** des marmottes»   ? #GrosClinDoeil

Grave. Ça va chier dans le cerveau des marmottes même. Non en fait je sais pas si ça va chier tant que ça… j’espère que si, car j’aime le caca de tout mon cœur, et je tiens à vous convertir tous à la scatophilie. Disons que, si vous vous la jouez en mode soft, faudra pas écouter mes vidéos avec le son à fond. Mais je tiens à ce que ce soit pas trop le bordel, c’est pour ça que mon come-back prend du temps. Je veux faire du caca propre. Oui, c’est possible. Comme Hassan Cehef.

hassan céhef

Comptes-tu te cantonner à YouTube ou n’est-ce que la première étape du plan de domination du Monde de la Lapine ?

Youtube est mon choix de prédilection car…tout le monde va sur youtube. Toutefois il est possible que je sois emmerdée avec l’usage de musiques et de sons, je sais que la politique de Youtube est devenue assez pénible avec les créateurs sur ce point. Je verrai bien si je ne ferai pas un petit tour sur Vimeo ou Daily, ou bien du côté de chez Swann. Hahahaha. J’ai mal à mon humour.

 dave

Si c’est le cas, quels sont les suites envisagées (Twitch, Gaming Live,…) ?

Il y aura du streaming, ça c’est la good news. Je suis très attachée à ma communauté, et le streaming est pour moi un excellent moyen d’interagir ensemble et de s’amuser en direct. Au cas où des gens ne seraient pas convaincus de mon authenticité dans les vidéos revival, ils comprendraient que je suis vraiment un gros bébé quand je joue : Pleine de larmes, boudeuse, gourmande, et full energy (sauf quand y a plus de viennoiserie chez moi, ou là ça sera seulement la rage!) 😉

En tous cas je ne vous cache pas que j’ai trop hâte de commencer. Je suis prête à m’en prendre plein la gueule par les trolls et à recevoir des câlins des autres. En revanche, je ne me suis pas décidée sur la plateforme de streaming : Twitch ou Hitbox.tv ? L’avenir nous le dira !

Redevenons un peu sérieux : Quels sont tes premiers souvenirs de jeux vidéo ?

Mega Man III. C’est spontané. Je jouais à Mega Man III chez mes grand-parents avec mes grands frères, alors que j’étais encore en grande section. Ce jeu je l’adore. Mega Man à l’époque, je le voyais comme un petit enfant robot (oui bon c’est ce qu’il est plus ou moins hein), un enfant comme moi, mais avec des super-pouvoirs, déterminé à faire le bien ! Mon héros. Je m’identifiais beaucoup à lui, et aux ambiances dans les différents niveaux…d’ailleurs les musiques, mon dieu les musiques, elles sont terribles ! D’ailleurs Mega Man III a été salvateur pour moi, dans le sens où il m’a tout de suite sevré des crises de colère suite aux game over répétés. Je suis tellement habituée à perdre aux jeux-vidéo…même si j’y ai intensivement joué toute ma vie… d’ailleurs ça m’a donné un level d’acharnement mais genre coréen, quoi. Merci Mega Man.

Megaman III (U) [!] 201506110751303

En bref, mes premiers souvenirs, c’était la NES. Gremlins 2, Robodemons, Bugs Bunny, Spy vs Spy, Tortues Ninja, The Legend of Zelda et tutti frutti…heu quanti…heu vous comprenez hein !

Nous savons que le rétro-gaming, comme dirait Omar Sharif, « c’est ta grande passion ». Qu’est-ce qui te botte là-dedans?

Je suis très touchée que vous citiez Omar Sharif, en ma présence, parce que c’est mon dada.

Le rétro-gaming c’est clair que c’est ça qui me fait vibrer, peut-être un peu moins depuis que The Witcher 3 est sorti mais…:-B

Il y a deux choses qui font que j’ai le rétro-gaming dans la peau. Premièrement, il y a la valeur affective. J’ai découvert les jeux-vidéo vachement tôt (époque Atari / NES) et j’ai beaucoup regardé mes grand frères y jouer, ça me passionnait. Et quand j’ai pu saisir une manette et appuyer dessus, je me suis tellement mise à fond dans les jeux que mon cerveau s’est rempli d’aventures riches et variées, avec toutes sortes de sentiments, de colorations, d’arrière-goûts, d’échos… je n’ai rien oublié des jeux que j’ai testé, émotionnellement parlant. C’est pour ça que je ne pourrai jamais m’en lasser, et j’ai encore tant de jeux de la vieille époque à faire/finir/rager !

Deuxièmement, le rétro-gaming me botte car il est le reflet d’une époque où l’on développait les jeux différemment de ceux d’aujourd’hui (cette pensée est complètement subjective et assumée). On n’aime pas le rétro-gaming par nostalgie des graphismes qu’on juge aujourd’hui limités, pour ne pas dire moches. La beauté de ces jeux réside à mon sens dans le souffle de vie que les développeurs mettaient dans leur travail. Récemment j’ai testé Clock Tower sur SNES, qui est un survival horror. J’ai pas pu y jouer plus d’une heure tellement j’ai eu les jetons, véridique. Et pourtant les graphismes sont d’un autre temps, le gameplay est pourri, mais l’ambiance me cisaille les boyaux et je paniquais dès que le psychopathe arrivait. Brrrr j’en ai encore des sueurs froides en y repensant. Mesdames Messieurs, si vous replongez en vous-même, et que vous accueillez l’enfant intérieur qui rêve d’aventures, de sensations, franchement, vous pouvez jouer à n’importe quel vieux jeu pour vibrer un max. C’est mon défi et je compte bien le réussir pour redonner envie aux gens plus jeunes de jouer à ces jeux, et pour rappeler des souvenirs intenses chez nos camarades plus vieux 🙂

 Clock_Tower_(video_game_box_art)

Quelle est ta console culte, et pourquoi ?

La super Naintando ! Seriously, la Super Nintendo reste ma chouchoute. Parce que des putains de bons jeux, des musiques enivrantes, une manette parfaitement conçue… SECRET OF MANA ! A LINK TO THE PAST BORDEL DE M**DE ! Y a eu masse de jeux excellents qui m’ont marquée à jamais… d’ailleurs j’en testerai pas mal sur Super Nes. J’aime cette console, j’aime tous les bons moments qu’on a eu ensemble, les souvenirs de multi avec mes frères et mes copains… Et je continue de découvrir de super jeux aujourd’hui sur cette console que je n’avais pas eu l’opportunité de tâter à l’époque (Secret of Evermore, Illusion of Time, Bahamut Lagoon, etc…)

685px-SNES-PAL-Console-Set

Quels sont les titres qui t’ont marquée ?

Ha ! Je vais devoir faire preuve d’esprit de synthèse, parce que sinon je vais vous pondre un vrai pavé de bœuf mariné aux 3 poivres (c’est malin, maintenant j’ai faim…).

Secret of Mana (Super Nintendo)

Un RPG féérique que je trouve toujours aussi jouissif et plein de couleurs. C’est vraiment le jeu qui m’a fait pousser mon esprit d’aventurière. Même si la traduction française était aussi discutable que comique, j’étais vraiment le héros, la princesse, le petit elfe… j’affrontais des lapins (oh non >_<), des blobs, des chimères, des serpents géants, même un mur vivant (bon sang il me stressait celui-là) ! Et puis c’était une aventure pleine d’amitié ! Non vraiment, ce jeu est divin pour moi. Et ne parlons même pas de la suite, Seiken Densetsu 3…. MON DIEU. J’ai joui avec ce jeu. Duran était toujours dans mon équipe. Oui, j’aime les gros chevelus nobles chevaliers complètement clichés.
SecretOfMana2(fr)_00032

Super Metroid (Super Nintendo)

Par les balloches du cornu, Metroid est le premier jeu qui m’a vraiment donné envie de tuer le boss de fin. Mais genre de l’éviscérer, le trucider, le pulvériser, l’atomiser, l’exploser ! Je ne peux pas vous dire pourquoi car ce serait spoiler un peu l’intrigue, mais ce jeu m’a oppressée du début jusqu’à la fin, et j’ai pas pu décrocher. Et puis Samus étant une femme, c’était ma première héroïne solo que je pilotais dans un monde hyper hostile et glauque. Bravo à Nintendo pour avoir pondu ce chef d’œuvre.

Super Metroid_00000

Suikoden (PS1)

Le RPG qui m’a fait apprendre l’anglais, sans vous mentir. Déjà que les jeux vidéo précédant celui-ci m’avaient donné énormément de notions, Suikoden a été une révélation pour moi. Tant de personnages à recruter, et une intrigue de tous les dieux ! Des retournements de situation, des trahisons, tragédies… wouah…et une ambiance sonore à tomber. Suikoden occupe une très grande place dans mon cœur de joueuse et ne sera jamais détrôné.

SLES_005.27_28052013_232631_0485

J’ai fait le II ensuite, quand j’étais pré-ado (et même ado car j’ai recommencé le jeu au moins 4 fois à l’époque), et je me suis reprise une claque, tellement le scénario m’a emmenée loin… Et puis voilà quoi, y avait Jowy. Et Jowy c’est le plus beau, c’tout.

SLES_024.43_15072013_203053_0829

Y a Resident Evil aussi, qui m’a empêché de dormir la nuit pendant des mois quand j’étais gosse. Merci Capcom ! Heureusement, je vous ai pardonné le jour où vous avez sorti Ôkami.

Y’ a t-il un jeu ou une saga que tout le monde aime, sauf toi ? Ou inversement…

Halo. Je déteste Halo. Je n’ai jamais pu me lier au héros, ça n’a jamais marché. Pourtant je reconnais que la saga est intéressante, qu’il y a un background passionnant à découvrir, mais j’ai jamais pu jouer à Halo plus de vingt minutes tellement ça m’emmerdait de ne pas me sentir « dans le jeu ». La sauce ne prend pas à tous les coups, c’est comme ça 🙂

Halo-Logo

Mass Effect, j’ai adoré mais vraiment adoré le premier volet. Et quand ils ont sorti le deuxième jeu avec les modifications de gameplay combat etc… J’ai rangé le jeu et j’ai tué le chien. J’ai tué le chien dans ma tête car j’ai pas de chien, en fait. J’ai été trop déçue de retrouver un gameplay standardisé, alors que le 1er m’avait tellement plu. Mais au vu des critiques de la masse des joueurs, je devais être la seule à avoir apprécié ce système. Bande de troululus. Du coup j’ai jamais eu le courage de faire la suite…mais après avoir vu une run du 2 et du 3 sur Internet, je me dis que j’ai rien raté:-p

Mass_Effect_logo

Il y a les shoot-em-up que j’adore, mais que mes contemporains ont du mal à comprendre. J’ai déjà entendu quelqu’un me dire (attention c’est du lourd), qu’une VRAIE fille ça NE PEUT PAS aimer les shmups. Ca laisse souvent perplexe, mais je m’en moque, j’adore me faire du Mushihimesama, du Dodonpachi, Ketsui, R-Type, un bon vieux Gradius, etc…

En revanche, là où la plupart des joueurs apprécient de jouer aux shmups pour le scoring (faire le plus de points possible), moi je joue pour l’ambiance. Je me souviens, à l’époque où je traînais sur le forum de Shmup.com, j’avais envoyé une vidéo à la communauté pour savoir si j’avais de bons réflexes de shmupeuse… quelqu’un m’avait répondu en me taquinant que j’avais une façon de jouer qui correspondait exactement au mot « insensée », car je bouge tout le temps mon vaisseau, chose qui est très imprudente dans ces jeux où les projectiles pleuvent à différentes vitesses. Mais moi je rêve d’aller dans l’espace à bord de mon Javelin Vell-Os (les joueurs d’Escape Velocity capteront le clin d’oeil… on doit être genre 20 joueurs francophones à avoir connu le jeu, lol), alors la static-attitude, très peu pour moi. Faut que ça bouge, que ça esquive, que ça poutre, que ça vive ! Oh yeah !

Parodius - Non-Sense Fantasy (E) [b1]_00004

Quel est ton souvenir marquant de jeu vidéo, que ce soit pour de bonnes ou de mauvaises raisons ?

En fait, à une époque de ma vie, j’étais en profonde dépression, et devant la glace, un jour, je me suis surprise à me dire que si je me foutais en l’air, je n’aurai plus la chance de voir comment le jeu vidéo évoluerait. J’en ris maintenant, mais il y eut un moment où l’univers du jeu vidéo m’a littéralement sauvée de mes crises suicidaires. Jamais je n’oublierai tout ce que ce média m’a apporté.

Revenons dans le présent, quels sont tes jeux qui te plaisent en ce moment ?

Je m’intéresse de plus en plus aux jeux indépendants, d’ailleurs en ce moment je ne joue qu’à ça.

Il y a Crypt of the Necrodancer, qui est un rogue-like musical diablement hard et addictif ; il y a aussi Drifting Lands, encore actuellement en démo, qui est un shmup hack’n’slash avec une direction artistique de ouf, et des musiques clairement orgasmiques. Et c’est pur produit français, messieurs ! Cela satisfait la part de chauvinisme dans mes mamelles. Le studio Alkemi, qui développe Drifting Lands, a tout mon soutien et ma tendresse. Je les love completely.

CryptoftheNecrodancerGameLogo

Que penses-tu de l’état du jeu vidéo actuel, qu’il soit mainstream ou indépendant ?

Je ne sais pas trop, honnêtement je me sens en dehors de cette réflexion. Je vois que de plus en plus d’indépendants tentent leur chance et c’est très bien. On dit que le marché sature, c’est peut-être vrai, mais c’est aussi là où c’est toujours bon d’avoir des potes et de mater des vidéos, lire des articles de testeurs et passionnés, qui sauront vous conseiller sur le prochain jeu à faire. Après, j’ai rien contre les licences AAA qui permettent aussi aux grosses boîtes de survivre. Chaque type de jeu trouve son public, bien que pour les indépendants ça soit plus difficile d’être sous le feu des projecteurs. Personnellement j’aime tous les genres de jeux, que ce soit NaissanceE, Myst, Gears of War,

En dehors des jeux-vidéo, t’intéresses-tu à d’autres domaines ayant trait à l’imaginaire ? Que ce soit en livres, films, etc. 

J’avoue avec une certaine pudeur que j’écris énormément, de la poésie romantique (pas du gnangnan, mais du style romantique, au XIXème siècle). Je touche à plein de choses côté artistique (chant, dessin, danse…) mais l’écriture est ma plus fidèle alliée. Bien que je ne sois absolument pas une lectrice assidue, je vois dans les mots un pouvoir oublié, ou utilisé à des fins hypnotiques dans notre société de consommation. C’est pour ça que je n’ai plus de télé depuis 2 ans, je coupe la radio systématiquement quand il y a des publicités, et je me suis jamais aussi bien portée qu’aujourd’hui ! Internet me suffit amplement. Et j’écris, encore et encore…et ça continue, d’accord d’accord…

Sur quels réseaux sociaux et plateformes gaming  peut-on te retrouver  ?

Pour l’instant il y a Facebook, Twitch et Hitbox.tv ! Cherchez LaLapine c’est pas dur à trouver ^^

Merci d’avoir répondu à cette interview, cela nous a fait très plaisir de t’avoir. Maintenant si tu as un coup de cœur, un coup de gueule, un bonjour à passer, n’hésite pas à le faire dans cet espace de libre expression.

Merci à vous les boys, je suis heureuse de voir que DATA continue son chemin. J’espère que ce que je vais apporter va toucher quelques personnes, même si c’est dans le rectum. Dans la vie, il faut toucher. En cas d’herpès, prenez des gants et faites des bisous sur les parties saines !

Oh, et je suis amoureuse. De vous tous.

trombi1

Voilà… Vous en savez plus sur Riku, une amie qui est adorable IRL et que nous ne remercierons jamais assez de s’être prêtée à une interview pour son retour sur la toile. A l’heure de la publication de cette interview, sachez qu’elle vient juste de recevoir son matos de tournage et qu’elle a du commencer les premières vidéos.

Propos recueillis par Julius et C2J .

[contribution] La super croquette de Proust ou pourquoi j’aime Persona 4 golden

L’article présenté est une contribution offerte par Gaki, un ami. Il tenait à affirmer son amour pour Persona 4 Golden sur Vita et à rappeler  tout ce qu’il est possible de faire dans le jeu, en  se plaçant dans la peau du héros. En espérant que ce rappel sur cet indispensable de la console portable de Sony vous plaira. Je lui laisse maintenant la parole.

Soyons clair, dans la vie de chaque joueur, il y a des jeux qui nous ont marqués à vie, qui nous rappellent des souvenirs forts de notre jeunesse. Pour certains, ca va être le premier niveau de Super Mario Bros. sur NES, pour d’autres le combat contre Dracula dans Castlevania ou même pour les plus jeunes un combat épique dans God of War. Dans mon cas, mon jeu “Prousteque” est un jeu assez récent dans l’histoire du jeu vidéo : il s’agit de Persona 4 Golden, qui est simplement le remake PSVita de Persona 4 sorti sur PS2 en 2009.

Pourquoi mon choix s’est -il porté sur ce jeu en particulier alors qu’il existe des multitudes de jeux aussi bien ? Tout simplement parce que jouer a P4G est une expérience de vie unique. Je tiens a préciser que je ne vais pas faire une autre critique du jeu ( qui a déjà été magnifiquement chroniqué par Julius) mais simplement vous donner mes raisons de mon amour pour ce magnifique RPG et mes souvenirs liés a ce dernier. Je ne serai donc pas du tout objectif et je vous promets de ne pas “spoiler” nos lecteurs qui n’auraient pas encore joué a P4G .

2013-03-05-164205

Bienvenue a Inaba

Quand je relance ma sauvegarde New Game+ de P4G et que je redémarre un run, je me sens immédiatement chez moi,comme si Inaba était ma seconde ville natale virtuelle. J’y retrouve mes ami(e)s, mes ennemis, mes soucis et mes joies. Je me sens comme chez moi dans ma petite chambre avec mon canapé usé , mon futon bien roulé (avec, selon certains amis, des choses que j’aime cacher en dessous) et ma petite télévision. J’aime travailler sur ma petite table a faire des enveloppes ou bien monter des maquettes de Jack Frost ou de mon scooter .

2013-02-22-164056

Quand je sors en ville, je revis lorsque j’ interagis avec mon vendeur préféré d’armure un peu brut de décoffrage, à écouter les élans philosophiques de mon énigmatique mentor au long nez et de son assistante a la fois séduisante et mystérieuse. Je vais me renseigner sur le meilleur tofu puis vais admirer les tissus dans le nord du centre ville .

Lorsque je ne suis pas chez moi ou en ville, je profite de ma vie provisoire de lycéen d’une ville de campagne en rentrant en interaction avec mes ami(e)s et mes professeurs (même si certains me traitent ouvertement de crétin). Il m’arrive de sécher les cours pour faire du shopping avec une amie riche, ou alors vais aussi souvent travailler mon jeu d’acteur, mes talents musicaux ou bien perfectionner mes dribbles sur le terrain de basket .

2013-02-22-170010

Quand la réalité me rattrape et que je dois enquêter avec mes partenaires sur la vague de crimes qui touche ma ville d’adoption, il m’arrive de devoir attendre que le rayon télévision de Junes se vide de ses clients afin de pouvoir aller faire mon devoir et combattre le mal, même si parfois je dois affronter le coté sombre de mes ami(e)s,mais c’est pour leur bien. Mon mentor et son assistante sont encore là pour me soutenir et il m’arrive d’avoir un mignon petit animal en soutien même si ce dernier aime un peu trop l’argent parfois .

heartbeat heartbreak

Je suis apprécie dans ma ville et parmi mes amies pour mon charisme. Il m’arrive d’etre fidèle à une seule fille à qui je donne tout, que ce soit mon temps ou mon amour. Il m’arrive aussi, selon mon humeur , d’être un peu plus volage et de partager mon amour et mon temps libre avec plus d’une petite amie. Mais les événements de la vie me rattrapent assez vite et les choix cruciaux arrivent… Je dois donc choisir en conséquence qui sera avec moi pour Noël ou une certaine fête de février appréciée des couples.

Ces moments sont malgré tout une source de joie, quand mes amours me déclarent leurs flammes, en toute honnêteté et d’une manière vraiment craquante. Je peux prendre des risques pour elles, combattre à leur cotés ou les soutenir moralement dans leur problèmes de la vie .

2013-03-05-201703

Mais il n’y a pas que l’amour dans la vie et mes amis sont aussi une part importante de ma vie. Ils nous arrive de nous battre pour prouver notre amitié. Je suis aussi très souvent assez franc avec eux afin qu’ils réalisent qu’ils vont dans la mauvaise direction .

Ma famille est aussi primordiale et j’ai appris avec le temps à me faire accepter par mon oncle et ma jeune nièce. Grâce au temps consacré pour eux, je suis devenu un membre important de leur monde , malgré le fait que je ne les connaisais presque pas au début .

Pour moi, Inaba avec les trois mots suivants : famille, amis et amours .

2013-02-22-172042

no music, no life

Dans mon voyage , je suis accompagné par un certain Meguro-san qui m’aide a me sentir chez moi parfois, qui me fait comprendre que je dois profiter des moments avec mes amis ou bien que la situation s’aggrave et que je dois agir au plus vite. C’est là qu’on se rend compte de la puissance de la musique de ce jeu, qui arrive avec juste des notes et des arrangements, a faire que ma personne humaine puisse se projeter de manière totale dans mon avatar de 1 et de 0.

Jouer sans son à P4G est une hérésie à mon sens même si la musique de certaines “émissions” télévisées que je regarde peut parfois me lasser un peu . Et je ne parle pas de la musique du télé-achat que je regarde tous les dimanches a la recherche de la perle rare .

La période hivernale me fait me sentir nostalgique, l’aria du bureau de mon mentor au long nez me met en transe et le jingle de mon grand magasin me met en joie a chaque fois que je l’entends .

2013-02-22-163647

re-start

Par ces allusions que les fans de P4G reconnaitront surement , j’ai essayé d’exprimer mon amour envers ce bijou made in Atlus. J’ai presque 10 New Game + à mon actif et même si j’ai presque tout fini dans le jeu (à l’exception d’un trophée particulièrement difficile a obtenir), je n’hésite jamais a revenir dessus et a redevenir pour une semaine ou deux, un habitant d’Inaba , un héros, un petit ami attentionné ou bien un ami en or. Et croyez moi, je réussirai un jour en un seul run a obtenir tous les équipements d’une certaine entité qui se cache de manière fourbe dans des coffres au trésor, même si ce dernier peut s’avérer vraiment dur à vaincre.

2013-02-26-171408

J’aime de tout mon cœur P4G et pour revenir a la vie réelle, je regrette sincèrement que la gare de la ville japonaise qui a inspiré la gare de ma belle ville virtuelle d’Inaba soit désormais détruite et de n’avoir pas pu faire un pèlerinage sur place afin de me sentir, une fois dans ma vie, un peu comme un vrai habitant d’Inaba.

Merci encore à Julius et C2J pour m’avoir laissé carte blanche pour exprimer ma passion par rapport a ce fabuleux RPG et en espérant ne pas vous avoir trop spoilés, je vous invite de tout mon cœur a tester P4G au plus vite.

Gaki

Guns of the Kikoolols épisode #67

Fallout : new bêtas

Vous ne pouvez pas l’ignorer car tous les sites en ont parlé et ont publié le trailer ( que je vous ai mis en fin d’article),  Fallout 4 a été annoncé.  Beaucoup ont sauté de joie. Dont moi d’ailleurs. Mais ça n’a pas manqué, très vite, certains se sont mis à critiquer l’aspect graphique. Déjà critiquer les graphismes sur un seul trailer est quelque chose qui m’échappe totalement. Ensuite,  chercher la course au beau jeu à tout prix n’est pas forcément souhaitable. Parce que tout de même, Fallout se passe dans un univers post-apocalyptique ravagé par une guerre nucléaire… Et puis,  je vais être honnête avec vous, la série n’a jamais été  réputée pour ses merveilles graphiques. Le premier était dépassé graphiquement à l’époque de sa sortie. Il était de même pour le second épisode. Mais ce qui les rattrapait, c’était un système de jeu chiadé et bien trouvé,  une écriture quasi parfaite,  plusieurs solutions pour résoudre un problème ( par exemple dans le premier, il est possible de finir le jeu sans lever les armes contre le grand méchant), et une liberté d’action.  Bref, il y avait un INTÉRÊT tant les jeux étaient vastes. Clairement, les Fallout prouvent à eux seuls que les graphismes ne font pas un jeu. New Vegas a été jugé techniquement daté par rapport à son époque de sortie. C’est vrai.  Mais je me suis éclaté dessus. Pour en revenir aux deux premiers épisodes, leur  faiblesse graphique était en réalité un atout. Ils pouvaient aisément tourner sur des petites config, comme un Pentium 90 ou 120, permettant ainsi de ne pas léser ceux qui n’avaient pas les moyens de s’offrir le dernier Pentium III 500 MhZ.

De nos jours, alors que les résolutions s’affinent de plus en plus,  nous sommes paradoxalement « aveuglés »  par les graphismes. On veut du beau du magnifique , du 1080p à 60fps!  Oui, mais… vous dites quoi si un titre est beau mais chiant à mourir au niveau du gameplay ? Il ne faudrait peut être pas perdre de vue un point essentiel… Parce que si je suis votre raisonnement du « tout graphismes », vous ne jouez pas aux jeux indés parce qu’on est plus au temps des 16-bits  avec leurs pixels ? Ok j’extrapole, d’autant qu’un jeu indé n’est pas comparable à un jeu AAA, mais bon…

Pour Fallout 4, nous aurons plus de détails lors de la conférence E3 de l’éditeur, prévue pour le 15 juin à 4 heures du matin chez nous. Donc, ne jugeons pas le jeu uniquement sur un trailer et des graphismes. Lorsque je lis  que certains ont commencé une comparaison avec GTA V ( 65 Gigas  d’espace sur PC les mecs, voilà le poids de vos graphismes rutilants!) ou The Witcher 3 alors que d’une part , ce ne sont pas les mêmes développeurs, ni les mêmes ambiances, et d’autre part, pour ces titres… Il faut un PC de tueur pour les faire tourner. Pourtant dieu sait si j’aimerais y jouer… En attendant voici le trailer de Fallout 4, prévu sur XBox One, PS4 et PC.