Archives du blog

[Brief-Ring Saison 3 Episode 4] WWE Wrestlemania XXX

Nous y sommes ! Après plusieurs mois d’incertitude, de flottement et d’errances, la WWE va enfin lancer la 30ème édition de son Pay-Per-View phare, celui qui a permis à la fédération de de venir un phénomène culturel mondial : Wrestlemania. Cette année, l’évènement se tiendra dans l’antre des New Orleans Saints, le SuperDome de la Nouvelle-Orléans. Et le moindre qu’on puisse dire, c’est que les résultats de ce show sont très attendus, car la WWE pourrait bien emprunter une nouvelle direction à la suite de ce WrestleMania. Pour mieux comprendre ce qui se passera, je vous propose de passer en revue les huit matchs qui se tiendront Dimanche soir…

WWE-WrestleMania-301

Pre-Show Match

WWE Tag Team Championship Fatal 4-Way

The Usos (c’s) vs. Los Matadores vs. The Real Americans vs. Ryback & Curtis Axel

20140331_Fatal4Way_PreShow_LIGHT_HP

Cette année, le pré-show de Wrestlemania sera un match à quatre équipes pour le titre de la division. Il y a quelques semaines à Raw, les Usos sont parvenus à vaincre les New Age Outlaws et à devenir champions pour la première fois de leur carrière. Leur première défense de titre se fera face à trois autres équipes qui rêvent plus que tout d’accrocher le titre par équipes à leur palmarès et sur la grande scène de Wrestlemania qui plus est. Seront donc opposés aux frangins Uso les Real Americans et l’équipe Rybaxel, qui ont obtenu leur place de Kane en récompense de leur attaque sur The Shield et Les Matadores, qui ont gagné leur place en battant à de nombreuses reprises Rybaxel.

Pour moi, l’équipe qui repartira de la Nouvelle-Orléans championne ne sera autre que celle qui rentrera championne, c’est-à-dire les Usos.

Vainqueurs : The Usos

RAW_1086_Photo_025

The Shield vs. Kane & The New Age Outlaws

20140314_MatchPreview_LIGHT_HP

On vient d’en parler, le torchon brûle entre le Directeur des Opérations Kane et les Chiens de la Justice qu’est The Shield. Les trois mercenaires ont clairement fait comprendre à l’ancien Big Red Monster qu’il ne recevraient plus d’ordres de l’Autorité. Une volonté de reprendre leur liberté qui n’a pas plu au nouveau directeur des opérations puisque ce dernier a fait payer au trio leur attitude frondeuse en leur envoyant les Real Americans, Rybaxel et les New Age Outlaws. Ces derniers ont d’ailleurs été enrôlés par Kane pour Wrestlemania afin de donner une bonne fois pour toutes une leçon au trio qui a terrorisé la WWE durant ces derniers mois. Mais The Shield est toujours sur une bonne dynamique, malgré leurs défaites sur la Wyatt Family. Ils restent une menace d’autant plus qu’ils semblent plus unis que jamais. Donc je mettrais mon billet sur The Shield

Vainqueurs : The Shield

RAW_1086_Photo_168

The Andre the Giant Memorial Battle Royal

20140331_AndreCup_Match_LIGHT_HP

Vous en avez sûrement entendu parler, Wrestlemania XXX sera présenté par un hôte de choix en la personne de l’Immortel, The Hulkster, Hulk Hogan. Et l’une des premières décisions qu’il prit en tant que Guest Host du show fut de mettre en place une Battle Royale de 30 Superstars en hommage à André The Giant, le légendaire colosse Français de la WWE, qui est réputé pour avoir remporté plus d’une centaine de ces matchs. Je ne vais pas vous citer toutes les Superstars annoncées, mais je peux vous dire qu’il y aura par exemple Sheamus, Big E, Dolph Ziggler, Christian, Big Show ou encore The Miz. Il reste encore 3 places non attribuées et je pense fortement que le vainqueur se trouve parmi ces trois inconnus. Maintenant, puisqu’il faut bien donner un nom, je choisirais un homme fort mais pas un géant. Je choisirais donc Big E.

Vainqueur : Big E

RAW_1088_Photo_027

Vickie Guerrero Divas Championship Invitational

20140324_Diva_MatchPreview_LIGHT_HP

Ces dernières semaines, AJ Lee est devenue de plus en plus puante, allant même jusqu’à se laisser décompter volontairement face à Naomi à Raw. Ce comportement a eu le don de pousser Vickie Guerrero à bout et d’annoncer à la Championne des Divas qu’elle devrait affronter pas moins de 13 autres Divas dans un match où le titre sera donnée à la première Diva qui effectuera un tombé ou une soumission sur une autre Diva. Vous avez compris, AJ Lee peut perdre son titre sans même être impliquée dans le final. Et c’est justement cette subtilité qui me fait penser que l’actuelle championne saura redoubler de roublardise pour conserver son titre.

Vainqueur : AJ Lee

RAW_1088_Photo_168

Daniel Bryan vs. Triple H

(Le vainqueur de ce match fera partie du WWE World Heavyweight Championship Match)

20140306_MatchPreview_LIGHT_HP_BryanHHH

Nous arrivons enfin à l’un des, sinon le match le plus attendu de ce Wrestlemania. Depuis Summerslam, le GOAT et The Game se tournent autour sans pour autant lancer officiellement les hostilités. Mais pour Bryan, la ligne jaune a été franchie après Elimination Chamber, après une énième intervention de l’Autorité. Le leader du Yes! Movement a décidé de se payer HHH à Wrestlemania et ce une bonne fois pour toutes. Mais l’actuel COO de la WWE n’a cessé de traiter avec dédain les demandes de Bryan. Ce qui nous conduit au Raw du 10 Mars où le barbu le plus célèbre de la WWE a décidé de prendre le taureau par les cornes et de permettre à plus de 150 personnes d’envahir le ring de la WWE jusqu’à ce que HHH ne cède. Et ce dernier finit par céder, d’abord pour un match entre les deux à Wrestlemania, mais aussi à une demande de dernière minute selon laquelle si Bryan sortait victorieux du match, il serait intégré dans le match pour le titre. Le meneur de l’Autorité a, par la suite, usé de plusieurs moyens de se venger mais une nouvelle dispute entre Randy Orton et Batista au sujet de Daniel Bryan a conduit The Game à ajouter une nouvelle stipulation au match selon laquelle le vainqueur du match, peu importe de qui il s’agit, intégrera le match pour le titre.

Que d’incertitudes pour ce match ! Mais je pense que Triple H ne sortira pas vainqueur (du moins tout seul) du match, les conséquences pourraient bien être terribles pour la suite du show. Reste deux possibilités : D’abord, la plus probable, celle selon laquelle Bryan sortirait vainqueur (c’est d’ailleurs ce que je pronostiquerais) ; l’autre probabilité qui me semble plausible serait celle d’un match nul (double count-out, double DQ,…) qui nous conduirait à un Fatal 4-Way. Mais pour que ce match soit véritablement intéressant, il faudrait que ce F4W soit déclaré à élimination, et ce serait un trop-plein de stipulation pour ce match. Donc on va s’en tenir à une victoire de D-Bry nette et sans bavure…

Vainqueur :Daniel Bryan

RAW_1088_Photo_242

John Cena vs. Bray Wyatt

20140221_MatchPreview_CenaBray_LIGHT_HP

Une fois n’est pas coutume, John Cena n’est pas dans un match pour le titre cette année (bon, ça a déjà été le cas il y a deux ans quand il a affronté le Rock pour la première fois). Mais en face de lui se dresse un adversaire qui le déstabilise comme jamais un adversaire l’avait fait avant, j’ai nommé Bray Wyatt, le leader de la Wyatt Family. Avec l’aide de ses séides, le maître des charognards n’a eu de cesse de tourmenter l’ancien Champ’ un peu à la manière de l’Undertaker. C’est d’ailleurs pour moi le pronostic le plus incertain que j’ai à prononcer, parce que d’un côté, John Cena n’enchaîne pas forcément les bonnes performances ces derniers mois et je ne le vois pas vraiment perdre une fois de plus, à Wrestlemania qui plus est. Mais de l’autre côté, Bray Wyatt a le vent en poupe, il devient de plus en plus populaire et son talent au micro est unanimement salué. Donc qui doit sortir vainqueur ? Vu la proportion de favoris de la foule que j’ai pronostiqué comme vainqueur, pour garder une certaine cohérence et pour aussi permettre de lancer pour de bon Wyatt, je pronostiquerais donc le gourou au chapeau de paille.

Vainqueur : Bray Wyatt

ME_072_Photo_17

The Undertaker vs. Brock Lesnar

20140331_MatchPreview_LIGHT_HP

Ces dernières années, on s’est mis à surnommer l’Undertaker « Le Père Noël ». En effet, on ne le voit qu’une fois par an en action, mais à chaque fois c’est un vrai cadeau pour nous. Mais à Wrestlemania XXX, le Taker risque de ne pas être à la fête puisque se dresse devant lui la Bête incarnée, l’ancien Champion de la WWE et ancien Champion Poids-Lourds de l’UFC, Brock Lesnar. Et ces deux Superstars se sont déjà affrontés par le passé, notamment dans un Hell In A Cell dont Lesnar était sorti vainqueur. Mais ce soir-là, c’était un Taker en mode Motard qui affrontait The Pain et à la Nouvelle-Orléans, c’est au Deadman qu’il fera face. Et puis, n’oublions pas que nous sommes à Wrestlemania, l’écrin de la Streak, là où l’Undertaker est intouchable depuis 21 matchs. Et n’oublions pas que ce ne sont pas des débutants que le Deadman avait affronté. Alors aussi dangereux que puisse l’être Lesnar, le Taker restera invaincu à Wrestlemania.

Vainqueur : The Undertaker

RAW_1078_Photo_277

WWE World Heavyweight Championship Match

 

WWE World Heavyweight Champion Randy Orton vs. Batista vs. Vainqueur du match Daniel Bryan-Triple H

 

 

20140318_MatchPreview_LIGHT_HP_BatistaOrtonMystery

 

 

Qui dit Main-Event de Wrestlemania dit bien sûr Match pour le Titre suprême de la fédération. Et force est de constater qu’il aura fallu longtemps avant que ce match ne suscite un quelconque intérêt pour les fans de catch. N’oublions pas qu’à l’origine, nous devions assister à Randy Orton contre Batista, un match qui satisfaisait autant les fans qu’une bouteille de Villageoise puisse satisfaire un œnologue (c’est dire). C’est pourquoi nous verrons un match à trois (au minimum) avec les deux catcheurs déjà cités + Daniel Bryan ou Triple H, selon qui sortira vainqueur du match évoqué plus haut. Ici, je ne vais pas vous faire le coup du « un tel doit sortir vainqueur car a+b=c »… Non, je vais laisser parler mon cœur et parier sur Daniel Bryan car cela fait tellement longtemps qu’on attend qu’il soit enfin couronné qu’il ne peut être sacré qu’à Wrestlemania. Tout gain du titre à une autre date serait considéré comme insatisfaisant. YES! YES! YES!

Vainqueur : Daniel Bryan

SD_759_Photo_165

Et c’est sur cette note positiviste que se conclut ce Brief-Ring sur Wrestlemania XXX. On se retrouve bientôt pour Extreme Rules, un PPV qui se tiendra à Seattle et qui promet donc d’être explosif si Bryan n’y entre (et n’en sort) pas en champion…

C2J

Photos : Copyright © wwe.com

[Brief-Ring Saison 2 Episode 3] WWE Wrestlemania XXIX

Chaque année, il est une période de l’année que tout fan de catch attend plus que tout. En effet, tous les ans, entre fin Mars et début Avril se tient le plus grand événement de catch au monde, le show emblématique de la WWE : Wrestlemania. Mais force est de reconnaître que depuis quelques années, Wrestlemania a quelque peu perdu de sa superbe, la faute à des affiches moins attrayantes que les années précédentes et (aussi un peu) à l’abus d’utilisation de célébrités n’ayant pas forcément peu de rapport avec le catch. Néanmoins, cela reste une date attendue et cette année, ce n’est pas moins de 10 matchs qui sont à l’affiche de l’édition de cette année. Étudions donc la carte de plus près ensemble.

20121015_EP_LIGHT_WM-economy_C-homepage

Interactive Pre-Show Match

Intercontinental Championship Match

Wade Barrett (c) vs. The Miz

20120402_Light_WM_Pre_Match_WadeMiz_CopyLogos_HomepageLite

Affiche de prestige (enfin, si l’on veut) pour le show préliminaire à WM, puisque la WWE nous propose un match de Championnat Intercontinental entre l’actuel tenant du titre Wade Barrett et son challenger n°1, The Miz. Peu de choses à dire sur ce match si ce n’est que l’Anglais et le Californien se tournent autour depuis quelques semaines, surtout après que l’Awesome One ait définitivement échoué dans sa tentative de gagner le Titre US contre Antonio Cesaro. A savoir quand même que The Miz a déjà tenté de rafler la ceinture il y a quelques semaines à Raw lors d’un Triple Threat contre le champion et Chris Jericho. C’était finalement le champion en titre qui avait tiré les marrons du feu.

Mon pronostic : Même si Barrett est un champion qui ne possède que peu d’éclat, je vous quand même mal The Miz prendre la ceinture à Mania. Le challenger s’est avéré finalement peu inspiré ces dernières semaines et ne semble pas vraiment en position de mettre en menace l’actuel tenant du titre.

Vainqueur : Wade Barrett

Barrett

Chris Jericho vs. Fandango

20130327_Light_WM_Pre_Match_JerichoFandango_HOMEPAGE

Le Raw Old-School qui s’est tenu il y a un mois a vu les débuts d’une nouvelle Superstar : Fandango. Enfin, quand je dis « a vu », j’aurais du dire « aurait du voir » puisque la Superstar de la danse a refusé de monter dans le ring, prétextant que l’annonceur n’était pas capable de prononcer son nom correctement. Dès lors, Fandango n’a eu de cesse que de reporter ses débuts dans le ring, toujours sous le même prétexte. Il aura fallu attendre le 18 Mars pour qu’une Superstar ne vienne finalement se moquer de la lubie de cette nouvelle Superstar et c’est finalement la Rockstar de la WWE, Chris Jericho qui se paya le premier la tête de Fandango. Et bien mal lui en a pris puisque ce dernier lui coûta une victoire contre Jack Swagger le 22 Mars à Smackdown, victoire qui aurait pu lui rapporter la place de Challenger n°1 pour le WHC à Wrestlemania. La rivalité entre la Superstar dansante et l’ancien participant de la version US de « Danse avec les Stars » monta d’un cran lors du Raw suivant, les deux Superstars s’attaquant à tour de rôle au cours de la soirée. Il n’en fallait pas plus pour que Vickie Guerrero n’officialise un match entre les deux à Mania.

Mon pronostic : Même si Fandango est dans les petits papiers de Papy Vinnie en ce moment, il me semble évident que Jericho sortira vainqueur de cet affrontement.

Vainqueur : Chris Jericho

Y2J

Eight-Person Mixed Tag Team Match

Tons of Funk (Brodus Clay & Tensai) & The Funkadactyls (Naomi & Cameron) vs. The Rhodes Scholars (Cody Rhodes & Damien Sandow) & The Bella Twins (Brie & Nikki Bella)

20130320_Light_WM_PreMatch_8Man_C-homepage

C’est un peu le match chorale de la soirée. Il y a quelques semaines, les Bella Twins ont fait leur retour à la WWE, avec la ferme intention de remettre leurs mains sur la division des Divas. Elles ont donc décidé de cibler l’autre doublette féminine de la WWE, c’est-à-dire les accompagnatrices de Brodus Clay, les Funkadactyls. Néanmoins, cette attaque a réveillé l’ire des deux monstres dansants, qui n’ont pas hésité rentrer dans l’affaire. Il fallait donc deux alliés pour la paire de jumelles et qui de plus naturels que les actuels rivaux de Tensaï & Clay, j’ai nommé The Rhodes Scholars.

Mon pronostic : Cela fait des semaines que Rhodes & Sandow butent sur les « Tons Of Funk » et je ne pense pas que les sœurs Bella puissent peser dans la balance, surtout que les Funkadactyls s’avèrent être de très bonnes catcheuses (notamment Naomi). Mon billet ira donc à l’équipe funky.

Vainqueurs : Tons of Funk (Brodus Clay & Tensai) & The Funkadactyls (Naomi & Cameron)

Tons Of Funk

WWE Tag-Team Championship Match

Team Hell No (c’s) vs. Dolph Ziggler & Big E. Langston

20130318_Light_WM_Pre_Match_HellNoDolphBigE

Il y a un an, à Wrestlemania 28, Daniel Bryan faisait son entrée avec la ceinture de Champion du Monde Poids-Lourds sur les hanches et AJ Lee au bras. Depuis, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et c’est avec la ceinture de Champions par Équipes aux hanches et Kane… à ses côtés en tant que partenaire que l’ancien roi du circuit indépendant fera son entrée dans le MetLife Stadium. Pour ce qui est de AJ Lee, elle se trouvera dans le camp opposé, celui de nouvel amour, Dolph Ziggler et de son meilleur ami, Big E. Langston, l’actuel champion de NXT.

Mon pronostic : La plus grosse inconnue viendra, une fois encore, d’AJ Lee. La jeune Diva a démontré ces dernières semaines qu’elle pouvait avoir un poids déterminant dans l’issue d’une rencontre. Mais une chose m’empêche de donner ma voix aux challengers : la mallette de Mr. Money In The Bank. En effet, il reste environ 4 mois à Ziggler pour encaisser son contrat et je le vois mal s’alourdir de la ceinture par équipes, en sachant qu’il pourrait s’attirer encore plus les foudres de la Team Hell No, rendant ses tentatives d’encaissements encore plus compliqués. Donc pour le moment, je vois la Team Hell No conserver leur titre.

Vainqueurs : Team Hell No

Hell No

Ryback vs. Mark Henry

20120318_Light_WM_Pre_Match_RybackHenry_HOMEPAGE

Quand Mark Henry est revenu à la WWE, tous les observateurs étaient d’accord pour dire qu’un affrontement contre le nouvel homme fort de la fédération, Ryback, était inévitable. Et très vite, les premiers défis du regard s’installèrent entre les deux catcheurs. Mais l’affrontement semblait devoir attendre, Ryback étant déjà engagé dans la bataille contre The Shield. Mais lors du Smackdown du 15 Mars, alors que ce dernier avait maille à partir contre les trois justiciers, le World’s Strongest Man s’est mêlé à la bataille, permettant au trio d’avoir le dessus sur la Superstar affamée. Mais cela ne suffisait pas au maître du Hall of Pain puisqu’après ce passage à tabac, il asséna pas moins de 3 World’s Strongest Slam à Ryback. Il n’en fallait pas plus pour que Ryback ne décide de régler son compte à l’ancien Champion du Monde Poids Lourds dès que possible. Finalement, lors du Raw du 18 Mars, les deux General Managers de la WWE, Vickie Guerrero et Booker T (représenté ce soir-là par Teddy Long) accédèrent à la demande de l’affamé en lui permettant d’affronter Mark Henry à Wrestlemania, l’excluant de fait du match contre The Shield.

Mon pronostic : Le moindre qu’on puisse dire, c’est que Mark Henry a fait un retour fracassant ces dernières semaines. Sa performance lors de l’Elimination Chamber a d’ailleurs fait forte impression sur les observateurs. Mais en face de lui se dresse Ryback, qui a besoin de se remettre sur de bons rails après plusieurs défaites contre The Shield. Je pense que ce dernier va faire éclater toute sa colère à Mania pour venir à bout de Mark Henry, en espérant que cela ne nous donne une opposition toute en puissance pour les semaines à venir.

Vainqueur : Ryback

Ryback

Six Men Tag-Team Match

Randy Orton, Sheamus & Big Show vs. The Shield

20120318_Light_WM_Pre_Match_6man_UPDATE

Comme dit précédemment, ce match devait voir la revanche entre les deux équipes qui s’étaient affrontées lors d’Elimination Chamber et qui avait vu la victoire du Shield. Néanmoins, un nouveau larron s’est joint à la fronde contre le trio de justiciers en la personne du Big Show. En effet, l’Athlète le plus large au Monde a lui aussi été la cible des attaques du triumvirat en noir ces dernières semaines et quand The Shield a défié Randy Orton & Sheamus pour un nouveau match à 6 pour Wrestlemania, le Big Show s’est proposé de lui-même pour jouer le 3ème membre de l’équipe, en pure perte dans un premier temps. En effet, le choix de l’Irlandais et du natif de St-Louis

se portèrent d’abord sur Ryback. Mais quand ce dernier décida de partir à la chasse à l’homme fort, le Big Show fut désigné en remplacement, à contrecœur. Néanmoins, on ne peut pas dire que ce soit l’amour fou dans l’équipe, le Big Show ayant quelque peu pris ombrage du premier refus de ses deux coéquipiers.

Mon pronostic : The Shield semble invincible. L’équipe a multiplié les matchs ces dernières semaines, confortant par la même leur statut d’équipe invaincue. En face, on retrouve un trio certes composé de membres forts, mais ô combien bancale. Mais à Wrestlemania, tout est possible, et c’est aussi pourquoi je parierais sur une victoire de Sheamus, Orton & Show.

Vainqueurs : Randy Orton, Sheamus & Big Show

SheShOrton

No Holds Barred Match

Triple H vs. Brock Lesnar

Si Lesnar gagne, Triple H devra mettre un terme à sa carrière

20120402_Light_WM_Pre_TripleHBrock_Shawn_HOMEPAGE

La dernière fois que Triple H et Brock Lesnar se sont retrouvés sur un ring l’un contre l’autre, l’ancien Champion UFC en était sorti victorieux et The Game avec un bras en rideau. Dès lors, on pensait l’ancien 13 fois Champion du Monde retiré des rings, préférant se consacrer à ses nouvelles responsabilités de dirigeant au sein de la WWE. Mais l’attaque vicieuse subie par Vince McMahon (le président de la WWE et accessoirement beau-père de Triple H) aux mains de Brock Lesnar poussa le Cerebral Assassin à sortir de sa réserve et à défier une fois de plus le monstre à Wrestlemania. Mais cette fois, Lesnar est accompagné de Paul Heyman, ennemi de longue date du clan McMahon. Et ce dernier (qui s’occupe aussi de CM Punk) a su créer un environnement idéal pour son protégé de toujours, se permettant ainsi de choisir la stipulation du match et de ne pas laisser d’autre choix à Triple H que d’accepter le deal. C’est donc ainsi que The Game s’est embarqué dans un match contre un authentique Béhémoth ancien Champion de la WWE, ancien Champion NCAA de lutte catégorie Poids Lourds et ancien Champion UFC Poids Lourds, où tous les coups seront permis et où sa carrière de catcheur sera en jeu.

Mon pronostic : Bon, présenté comme cela, il est difficile de penser que Triple H, qui n’a pas catché depuis le dernier SummerSlam, ait ne-serait-ce que l’ombre d’une chance contre Lesnar. Pourtant, les matchs de type « No Holds Barred » sont son terrain de jeu favori, étant notamment très doué dans le maniement du Sledgehammer. Mais The Game se fait vieux (bientôt 44 ans) et en face, on a un Brock Lesnar en pleine forme. Mais le fait que Shawn Michaels se soit inclus dans la partie lors du dernier Raw me fait pencher en faveur d’une victoire du beauf (façon de parler).

Vainqueur : Triple H

Trips

World Heavyweight Championship Match

Alberto Del Rio (c) vs. Jack Swagger

 20120318_Light_WM_Pre_Match_DelRioSwagger_HOMEPAGE

A Elimination Chamber, celui qui se fait maintenant appeler « The Real American » a choqué le monde en remportant le match pour désigner le challenger n°1 au World Heavyweight Championship pour Wrestlemania. Et le moindre qu’on puisse dire, c’est que le hasard est plutôt goguenard pour le coup. Comme vous le savez, Jack Swagger a fait son retour en Février accompagné d’un drôle de type appelé Zeb Colter, dont le discours (enfin, ici, on devrait plutôt parler de logorrhée verbale) ferait passer Marine Le Pen pour une personne progressiste. Or, le champion est toujours Alberto Del Rio, donnant ainsi du grain à moudre aux deux illuminés qui clament haut et fort qu’ils vont redonner leur valeur au titre et leur grandeur aux Etats-Unis en ramenant le titre autour des hanches d’un vrai américain. Ce à quoi Del Rio a répliqué sous le ton de l’humour, en parodiant et rendant grotesque le discours du futur adversaire de l’Essence de l’Excellence. Mais la rivalité est montée d’un cran lorsque Swagger s’est attaqué à Ricardo Rodriguez et lui brisant la cheville au moyen de son Patriot Lock.

Mon pronostic : Même si Swagger est devenu bien menaçant qu’avant, je ne le vois toujours pas avec le titre WHC autour des hanches. Depuis quelques mois, Del Rio s’avère un champion bien plus solide qu’attendu et Swagger a trop eu le dessus ces dernières semaines pour sortir vainqueur. Donc je donnerais ma voix à Del Rio.

Vainqueur : Alberto Del Rio

Del Rio

The Undertaker vs. CM Punk

20120318_Light_WM_Pre_Match_TakerPunk_HOMEPAGE

1 an. Cela fait un an que l’Undertaker n’était pas remonté sur le ring pour un match officiel, sa dernière performance remontant au dernier Wrestlemania où il était sorti de son affrontement contre Triple H, ajoutant ainsi à son palmarès une 20ème victoire dans le plus grand événement de catch au monde en autant de participations. Et alors qu’on pensait que le Mania de cette année se ferait sans le Deadman, c’est à la surprise générale que le Taker fit son retour lors du Raw Old-School du 4 Mars dernier, annonçant qu’il était à la recherche d’un nouvel adversaire et d’une possible 21ème victoire. Fut donc décidé un Fatal 4-Way entre Randy Orton, Sheamus, Big Show & CM Punk pour désigner qui serait donc l’adversaire du Phenom. Et c’est ce dernier, le détenteur du plus long règne de champion de ces 25 dernières années, qui remporta la timbale. Et on peut dire que Punk désirait plus que tout ce match, car n’ayant toujours pas digéré son éjection du match pour le titre suprême, après sa double défaite contre le Rock ainsi que sa défaite contre John Cena 8 jours après Elimination Chamber. Il avait dès lors déclaré que puisque le public avait décidé de lui prendre sa ceinture, son précieux, il leur prendrait la Streak du Taker, véritable symbole pour le WWE Universe. Mais la rivalité a pris une autre tournure après le décès de celui qui fut le manager légendaire de l’Undertaker, Paul Bearer. En effet, CM Punk a fait preuve ces dernières semaines d’un irrespect qui confère presque à la folie, multipliant les sacrilèges envers la mémoire de celui qui fut le père spirituel du Deadman à la WWE. Le sommet fut atteint lors du dernier Raw, lorsque le Best In The World attaqua le Phenom en traître avant de lui renverser des cendres sur le dos.

Mon pronostic : Soyons clairs. Tout a été fait pour que tout le monde puisse souhaiter voir l’Undertaker transformer Punk en bouillie pour bébé et le challenge a été plus que réussi. De plus, la Streak du Taker confère aujourd’hui quasiment au monument, donc je vois mal comment le Deadman pourrait ne pas gagner.

Vainqueur : The Undertaker

Taker

WWE Championship Match

The Rock (c) vs. John Cena

20120318_Light_WM_Pre_Match_RockCena_HOMEPAGE

Il y a un an, Wrestlemania s’était conclu sur la victoire surprise du Rock. L’heure de la revanche a donc sonné pour Cena sauf que cette fois, ce n’est plus seulement une question d’honneur puisque le titre de la WWE sera en jeu. En effet, depuis le Royal Rumble, The Rock est devenu Champion de la WWE, se défaisant de CM Punk qui en était pourtant à plus de 400 jours de règne. Quelques minutes plus tôt, John Cena était sorti vainqueur du Rumble, remportant ainsi le droit de défier le Champion à Mania. Quelques semaines plus tard, à Elimination Chamber, The Rock conserva son titre et 8 jours plus tard, Cena consolida son statut de Challenger n°1 au titre en venant à bout de CM Punk au terme d’un match déjà devenu légendaire. Depuis, les deux Superstars n’ont eu cesse de se défier au micro (enfin, quand Dwayne daignait nous honorer de sa présence) avec un assez net avantage pour le Courant d’Air le plus Électrisant de l’histoire du Catch. Mais lors du dernier Raw, Cena nous a gratifié d’un discours surprenant, se montrant étonnamment déterminé à repartir du MetLife Stadium avec le titre de Champion à l’épaule.

Mon pronostic : Si l’an dernier, la victoire du Rock semblait improbable, elle semble aujourd’hui carrément inconcevable. The Rock n’a pas montré grand chose ces derniers mois (si ce n’est qu’il est à peine capable de tenir dix minutes d’affilé sur un ring sans souffler comme un bœuf) et Cena en a suffisamment bavé ces derniers mois pour que Wrestlemania ne se conclue pas sur une victoire de la Superstar la plus emblématique de ces 10 dernières années.

Vainqueur : John Cena

Cena

Bien entendu, il y a fort à parier que d’autres matchs ne soient ajoutés à la dernière minute et Wrestlemania fera aussi la part belle à la musique puisque parmi les invités ont été annoncés Diddy et le groupe Living Colour, qui interprétera « Cult Of Personnality » en Live pour l’entrée de CM Punk.

Voilà qui conclut ce Brief-Ring, on se retrouve bientôt pour le Brief-Ring consacré à Extreme Rules.

C2J

Photos : Copyright © wwe.com

[Catch & Conséquences #3] Review de WWE Wrestlemania XXVIII

[Attention : Cette review ne prend en compte que le show en lui-même. Ne comptez donc pas sur cet article pour voir ce qui s’est passé depuis. Aussi, je sais que je suis encore une fois vachement à la bourre, mais j’y reviendrais lors de l’épilogue de cet article.]

WWE Wrestlemania XXVIII fait maintenant partie de l’Histoire du Catch et tout (ou presque) a été dit au sujet de la qualité de ce show. Un peu de temps a passé depuis et nous avons la tête suffisamment refroidie pour aborder les questions qui fâchent avec sérénité. Alors, est-ce que ce show fut à la hauteur de ce que l’affiche nous promettait ? Nous allons rentrer dans le détail pour tenter de répondre à cette question.

On passera vite sur le match pour les ceintures par équipes qui eut lieu avant le show à proprement parler (il fut diffusé gratuitement sur la chaîne YouTube de la WWE ainsi que sur le site de la fédération), on retiendra simplement que Primo & Epico, les champions en titre, ont conservé leurs ceintures et que le match en lui-même fut anecdotique.

Abordons l’évènement en lui-même et, comme l’an dernier, c’est le match comptant pour le titre de Champion du Monde Poids-Lourds qui fit l’ouverture. L’affiche était fort prometteuse (comme abordé lors du dernier Brief-Ring) puisque l’on retrouvait deux catcheurs dont les qualités physiques et techniques sont reconnus. Alors, que dire de ce match ?… Bah rien en fait, puisque 18 secondes et 1 Brogue Kick plus tard, l’affaire était entendue.

Tout a été dit (ou presque) au sujet de ce match, je ne rajouterais donc pas de pierres à l’immense flot d’insultes qui furent déjà prononcées quant à la décision de la WWE concernant ce match. Je me questionne seulement sur la pertinence du booking de ce match. En l’occurrence, on avait ici un match très alléchant sur le papier qui aurait pu constituer un parfait coup d’envoi capable de mettre le public dans les meilleures dispositions pour la suite. Alors pourquoi sacrifier une telle pépite potentielle au profit d’un « record » qui ne sera abordé au mieux que quelques fois dans l’année en remplissage de commentaire ? Quoi qu’il en soit, ce match eut un effet quelque peu « douche froide » sur l’assistance, et les chants en faveur de Daniel Bryan s’entendirent au moins jusqu’au milieu du show.

Après un petit segment concernant la Team Johnny, ce fut au tour du match entre Randy Orton et Kane. De ce match, soyons honnêtes, nous n’en attendions pas grand chose, les deux catcheurs n’étant pas franchement réputés pour le rythme qu’ils mettent dans leurs affrontements. Nous eûmes donc droit à une bonne Brawl à l’ancienne, brutale et solide. Le match, s’il ne fut pas enthousiasmant (loin de là), est quand même resté suffisamment bon pour ne pas avoir envie d’avancer la pause pipi. De plus, de manière plus étonnante, c’est le Big Red Monster qui sortit victorieux de l’affrontement. Il ne fait aucun doute que ce match ne soit que le début d’une rivalité entre les deux.

La show enchaîna avec un segment inutile (ou presque, un « DAMN ! » de Ron Simmons n’est jamais inutile) avant de laisser place au match pour le titre Intercontinental entre le Big Show et Cody Rhodes. Comme je l’avais dit lors du Brief-Ring, Rhodes a essayé lors des précédentes semaines de jouer sur la confiance de l’Athlète le plus large au monde en lui rappelant les humiliations subies lors des précédents Wrestlemania. Mais force était de constater qu’une fois l’un face à l’autre, le titre ne pouvait échoir qu’au Grand Spectacle. Pourtant, Rhodes vendit cher sa peau mais après un W.M.D. bien senti, le géant repartait avec la ceinture sur l’épaule. Ce ne fut pas un grand match, et ce dernier aurait peut-être gagné en qualité si Rhodes avait joué durant le match sur les vidéos qu’il avait diffusé au cours des semaines, mais pour un match de milieu de carte, cela reste convenable.

Enchaînons directement sur ce que beaucoup considèrent comme étant l’occasion de satisfaire quelques besoins naturels (je parle d’aller aux toilettes, bande de pervers), j’ai nommé le match des Divas. Comme l’an dernier, une célébrité était invitée à croiser le fer avec les Divas de la WWE mais contrairement à ce qu’on pouvait craindre, Maria Menounos ne joua pas les potiches. Si on prend en compte son état physique (je rappelle qu’elle s’était brisée deux côtes avant le match), elle n’a pas à rougir de sa performance et cette blessure a même apporté un supplément de suspense au match. Mais comme on pouvait s’en douter, ce sont Kelly Kelly et Miss Menounos qui remportèrent la victoire. En fait, si on veut bien comparer ce match à celui de l’an dernier, le match féminin de Wrestlemania XXVIII fut honnête. On est bien sur loin de la grande époque (je veux bien sur parler de celle du milieu des 90’s, où nous pouvions voir de vraies catcheuses), mais comparé aux standards actuels, ça pouvait aller.

Il est temps maintenant d’aborder le cas de ce qui était l’un des matchs les plus attendus de la soirée, j’ai nommé le match qui fut baptisé « The End of an Era », le Hell In A Cell entre Triple H et l’Undertaker avec Shawn Michaels en arbitre spécial. Et pour synthétiser, ce match fut un peu l’antithèse du match Sheamus/Bryan. En effet, si ce dernier fut porteur de belles promesses, le match entre HHH et le Taker était, lui, porteur d’inquiétudes, surtout au niveau de forme du Deadman, jusqu’alors inconnu. Et alors que le match pour le WHC fut une déception certaine, ce match fut à la hauteur de la légende des trois protagonistes.

Déjà, les inquiétudes concernant l’état physique du Phenom furent dissipés dès les premières secondes, puisqu’il donna un rythme assez enlevé au match dès le début. Il a d’ailleurs su tenir une sacrée cadence durant tout l’affrontement si on prend en compte son âge et son état global. Le Roi des Rois sut aussi tenir son rang comme il le fallait et proposa une partition nettement plus convaincante que lors de ses dernières sorties en tenue de combat. Et que dire de Shawn Michaels, qui sut broder une performance à la hauteur de sa réputation, jouant savamment de son rôle d’arbitre pas comme les autres, refusant de céder aux suppliques de son ancien collègue de DX qui lui demandait d’arrêter le match en sa faveur d’un côté, implorant le Taker d’arrêter là les frais et de quitter le ring certes vaincu mais debout de l’autre. Tout cela nous donna un peu plus de 30 minutes de match fantastiques et mémorables, véritablement dignes de l’évènement. Certes les entrées de cette année furent moins épiques que l’an dernier (mais remettez « Ain’t No Grave » à l’Undertaker, que diable!), mais le manteau du Deadman (Dohvakiin Style) ainsi que sa nouvelle coupe nous ont mis dans le bain au départ. Le reste appartient à l’histoire et je ne peux que vous conseiller d’aller voir ce match de bout en bout pour vous faire une idée réelle de sa véritable qualité. Si ce dernier marquait la fin d’une ère, comme le suggérait son sous-titre, ce fut alors une apothéose, un adieu en très grande pompe.

Difficile d’enchaîner après une telle prestation, mais le spectacle devait continuer, et ce fut donc le moment du match des General Managers.

Après des introductions qui avaient de quoi faire penser aux Jeux Olympiques, il était temps de rentrer dans le vif du sujet. Mais le problème avec ce genre de match « chorale », c’est que si le match n’est pas à élimination, il y a de fortes chances que certains des catcheurs présents passent complètement à l’as. Ce fut le cas ici, puisque David Otunga, pourtant capitaine de la Team Johnny, n’est jamais rentré de manière active dans le match (certains diront que ce n’est pas un mal connaissant son talent, je ne peux pas vraiment leur donner tort). De plus, le match, après une première partie plutôt sage et tenue, s’est vite transformée en foutoir, ce qui a nui à sa lisibilité. C’est finalement de manière assez confuse (surtout du fait de l’intervention d’Eve) que The Miz portit son Skull Crushing Finale sur Zack Ryder, donnant ainsi la victoire et les pleins pouvoirs au GM de Raw. Nous verrons bien si cette prise de pouvoir va aboutir à quelque chose d’intéressant et de long, mais s’il est bien une loi régulière à la WWE, c’est que Teddy Long, s’il n’est plus GM pour le moment, finira bien par revenir aux commandes un jour ou l’autre…

Plus que deux matchs à aborder et, comme vous pouvez vous en douter, ce fut l’heure pour Chris Jericho et CM Punk de rentrer en piste. Mais avant de rentrer dans le détail, John Laurinaitis profita de ses premières minutes de pouvoir absolu en ajoutant une stipulation de dernière minute à ce match. En effet, si CM Punk venait à être disqualifié, il pouvait dire adieu au titre. D’ailleurs, la première partie du match mit clairement l’accent sur ce fait. Jericho a en effet enchaîné les provocations pour tenter de faire sortir le champion de ses gonds, sans grand succès au final.

Le match fut bon, je dirais même très bon, mais il est vrai qu’il différait en de nombreux points avec la plupart des matchs qu’on peut avoir l’habitude de regarder à la WWE. Dans l’ensemble, il fut plus rude, plus porté sur les coups, plus proche de ce qu’on peut avoir l’habitude de voir au Japon, par exemple. Le finish fut particulièrement réussi avec un superbe enchaînement de soumissions mais au final, il manquait quand même ce petit rien qui aurait pu mettre ce match au niveau du Taker/HHH. Néanmoins, cet affrontement vaut le détour et vous pouvez le regarder sans inquiétude.

Le temps d’un énième segment inutile impliquant Brodus Clay, l’heure du Main-Event avait sonné.

Vous avez compris de quel match je veux parler, l’affiche que la plupart des fans attendent depuis maintenant un an, John Cena vs. The Rock.

A match exceptionnel, entrées exceptionnelles vous vous direz. Dans le cas qui nous intéresse, oui et non en fait, puisque les deux superstars ont décidé d’entrer en scène après que les deux thèmes du show ne soient interprétés (un chacun, vous vous en doutez). Même si je pense que ceux qui sont fans de R’n’B furent satisfaits (bien que je pense qu’il y en a peu qui lisent ces lignes), force est de constater qu’on a déjà connu bien plus épique (l’exemple de l’entrée de WM 25 est à mon sens bien marquant).

Concernant le match en lui-même, j’ai lu beaucoup de choses sur le Net avant de le voir, beaucoup de réactions hétéroclites, mais à titre personnel, je ne l’ai pas trouvé mauvais. En fait, il était plutôt solide, même s’il était clairement inférieur au Hell In A Cell et à Punk/Jericho. Néanmoins, Cena a fait le boulot en portant le match sur ses larges épaules (The Rock ayant eu l’air à bout de souffle pendant les deux tiers du match) et le résultat est tout à fait regardable. Cependant, il y a plusieurs choses qui m’ont gêné quant au Rock, son catch m’a paru quelque peu récité, très semblable à sa prestation des Survivor Series. Puis pour un type qui a eu un an pour se préparer à ce match, il est quand même consternant de voir qu’il n’est toujours pas capable de porter de manière correcte un Sharpshooter (même Bret Hart le dit).

Abordons maintenant le problème du résultat. Comme je l’avais dit dans le dernier Brief-Ring, il était à mon sens important de voir Cena gagner à Wrestlemania, afin de donner de l’importance et du poids à la génération actuelle de Superstars, comme la défaite d’Hogan avait permis de donner une certaine légitimité à l’Ere du Rock et d’Austin. Ici, la victoire du Rock a quelque peu balayé tout cela et ça fait un peu mal de se dire que finalement, un retraité plus intéressé à faire l’acteur dans des séries B à Hollywood que de vraiment s’intéresser au business qui a fait ce qu’il est (et peu importe finalement son passé à la fédé, puisque son dernier match avant les Survivor Series remontait à 2004 quand même) a réussi à battre celui qui est, qu’on l’aime ou non, la figure de proue actuelle de la WWE, celui qui finalement donne l’exemple en backstage à l’heure où j’écris ces lignes. Finalement, c’est un peu triste quand on y pense…

En conclusion, qui retirer de ce Wrestlemania vingt-huitième du nom ?

En matière de qualité absolue, le show se situe dans la bonne moyenne des Wrestlemania. Avec trois matchs qui sortent du lot (deux par leur qualité, le dernier par sa portée historique), le show possède un bon ratio comparé à d’autres WM (celui de l’an dernier était nettement moins bon).

En matière de portée à court-moyen terme, le constat est un peu moins flatteur. Revenons un peu dans le temps, en Décembre dernier pour être précis. Je ne sais pas si vous vous rappelez de l’après-TLC, mais le tableau des champions était fort attrayant. Nous avions de jeunes talents qui détenaient les titres (31 ans pour le plus âgé à l’époque il me semble), la plupart étant fort compétents sur le ring et venant tous d’horizons différents et ayant eu des parcours hétéroclites (allant des filières classiques des fédés-écoles de la WWE aux années passées chez les indépendants en passant par les globe-trotters). Tout cela nous laissait augurer de belles choses pour l’avenir. 4 mois plus tard, force est de constater que la fédération de Stamford est reparti dans une configuration plus classique. Quand on y pense un peu, c’est finalement un peu dommage, mais espérons que cela ne soit qu’une phase…

Enfin, je conclurais cet article par un mini-coup de gueule concernant ce qu’est devenu Wrestlemania. Je vais peut-être passer pour un vieux c** un peu passéiste, mais je pense que ce qu’on appelait « The Greatest Stage of ’em All » a perdu au fil des années une bonne partie de sa magie et de ce qui a fait sa légende. Avant, Wrestlemania était souvent l’occasion d’apporter une apothéose à nombre de rivalités, les faisant rentrer ainsi dans la légende. Les fans de longue date vous citeront souvent l’opposition entre Stone Cold Steve Austin / Bret Hart qui se conclut par un Submission Match fantastique à WM 13. On pourrait aussi parler du Rock/Austin de WM X-7 ou bien du fameux Iron Man Match entre Michaels et Hart à Wrestlemania 12. Aujourd’hui, j’ai l’impression que l’immense majorité des matchs qui se tiennent à Wrestlemania aurait tout aussi bien pu se tenir dans un autre PPV, enlevant ainsi un peu de la magie de cet événement.

Aussi, ces dernières années, on a pu voir se multiplier les segments inutiles et les interventions de célebrités sans rapport avec le catch. C’est d’ailleurs ce qui m’a un peu ralenti pour rédiger cette review, car j’étais pas très chaud à l’idée de devoir passer une bonne partie du show pour voir la seule chose qui m’intéressait, c’est-à-dire du catch. A mon sens, cela participe aussi à la perte d’aura du show car, après tout, Wrestlemania se doit d’être la fête du catch « made in WWE ». Or, on a quelque peu le sentiment que dans sa construction, Wrestlemania se rapproche plus d’un Raw géant que de ce qui doit être LE PPV de l’année.

C’est sur ce constat quelque peu amer que se termine ce Catch & Conséquences consacré à Wrestlemania 28. On se retrouve très bientôt pour Extreme Rules…

C2J

Photos : Copyright © wwe.com

[Catch & Conséquences #2] Review de WWE Elimination Chamber 2012

[Attention : Cette review ne prend en compte que le show en lui-même. Ne comptez donc pas sur cet article pour voir ce qui s’est passé depuis. Aussi, je sais que je suis vachement à la bourre, mais quand on est malade, c’est un peu compliqué d’écrire quelque chose de bien construit et rédigé.]

La porte de la Chambre d’Élimination s’est refermée et Wrestlemania est plus que jamais en point de mire. Alors, est-il nécessaire pour vous de regarder ce Pay-Per-View pour vous mettre en jambes pour ZE événement ? C’est ce que nous allons voir, bienvenue dans le second numéro de « Catch & Conséquences ».

Le show démarra sur les chapeaux de roues avec la première des deux Elimination Chamber Match de la soirée. Et contrairement au Rumble, ce fut au tour du match pour le WWE Championship qui ouvra le bal. C’est ainsi donc que Dolph Ziggler, The Miz, R-Truth, Chris Jericho, Kofi Kingston et le champion en titre CM Punk donnèrent le coup d’envoi du show.

Le début du match fut plutôt enlevé, CM Punk et Kofi Kingston savent bien bosser ensemble et ça s’est vu pendant les 5 minutes où les deux ont évolué en face-à-face. L’entrée de Ziggler a un peu ralenti le rythme mais le catcheur peroxydé a tout de même montré des choses intéressantes. R-Truth n’aura pas laissé un souvenir impérissable durant cet affrontement, mais Punk a su prendre les choses en main pour rehausser le niveau, le tout bien suivi par Ziggler et Kingston. L’autre moment creux du match est à mettre, encore une fois, à l’actif du Miz, qui certes aura fourni un travail solide, mais en-dessous du niveau des autres. Néanmoins, l’entrée en jeu de Chris Jericho fit entrer le match dans une autre phase. Phase qui conduit à l’élimination de Ziggler. Autre bon moment du match, le duel entre CM Punk et Chris Jericho, clairement le morceau de bravoure de cet Elimination Chamber, même si le mouvement du match est à mettre à l’actif de Kofi Kingston. Cependant, ce match connut une rupture de rythme assez brutale quand Jericho fut propulsé en-dehors de la cage (alors ouverte pour permettre à Kingston de sortir suite à son élimination) par un coup de pied asséné par CM Punk. Ce passage, qui fut synonyme de KO et donc d’élimination pour Jericho, fit quelque peu retomber le soufflé et le match mit un peu de temps à reprendre. Le match s’est conclut par la victoire et la conservation du titre pour le natif de Chicago avec la manière.

Dans l’ensemble, nous eûmes droit à un match de plutôt bonne qualité mais un peu trop inégal au niveau du rythme pour véritablement rester dans les mémoires du genre.

Après un segment « Rockyesque » proposé par Santino Marella, qui nous aura tenté le coup des œufs, avec un succès tout relatif le tout sur la musique d’entrée d’Eugene (ndla : sûrement un des pires personnages de l’histoire de la WWE, bien qu’il fut quand même divertissant), le match suivant fut le match féminin pour le WWE Divas Championship opposant Tamina Snuka, la fille du légendaire Jimmy « Superfly » Snuka, à la championne en titre Beth Phoenix.

La Glamazon en impose et n’hésite plus depuis quelque temps à dire à ses adversaires de quitter le ring pour éviter de se prendre une correction. Mais son adversaire a la tête dure (et pas qu’au sens figuré, visiblement c’est une particularité familiale). Hélàs, et ce malgré un retour en force plutôt crédible dans la seconde partie du match, Phoenix a complètement dominé le match et conserve son titre dans un match au-dessus de la moyenne de ce que les divas nous proposent habituellement. Cependant, ce n’est quand même pas transcendant. Maintenant, la question se pose : Qui pour défier la Glamazon à Wrestlemania ? A mon avis, il n’y a que deux noms crédibles : Natalya (enfin, quand on aura cessé de la faire passer pour une andouille dans des eegments pitoyables) et Kharma (même si, pour ceux qui suivent les infos de près, il y a peu de chances que cela n’arrive).

Le temps d’un autre segment à la Rocky impliquant une fois encore Santino (cette fois aux prises avec un jambon) que c’est (déjà) le moment du deuxième match impliquant l’Eliminaion Chamber, ici pour le World Heavyweight Championship, opposant le Big Show, Wade Barrett, Cody Rhodes, The Great Khali, Santino Marella et le champion défendant, Daniel Bryan.

Avant de rentrer des les détails du match à proprement parler, il faut noter que le meilleur accueil de la soirée est à mettre au crédit de Santino, sûrement grâce aux segments cités auparavant. Le match commença avec le Big Show et Wade Barrett, autant vous dire tout de suite que le début fut peu rapide. Barrett essaya d’intensifier le match en durcissant le match mais il s’est un peu trop concentré sur les jambes de l’Athlète le plus large au monde, rendant finalement l’ensemble répétitif. Rhodes fut le premier à sortir de sa cellule mais passa quelque peu inaperçu du fait qu’il passa pour une marionnette aux mains du Big Show.

Puis, ce fut au tour de Santino Marella de rentrer en jeu, et là le public se leva comme un seul homme pour celui qui serait leur favori du soir. Ce dernier livra d’ailleurs une bonne entrée en scène, n’hésitant pas à reprendre de manière hilarante les mimiques de l’Ultimate Warrior, ce « légendaire » catcheur des années 1990. Néanmoins, le Big Show mit les espoirs de l’Italien sur pause, au grand dam de l’assistance. Arriva alors le tour du Great Khali et… ce fut tellement rapide qu’il est difficile de porter un jugement sur sa prestation. En effet, 2 Punjabi Plunge (sa prise de finition), quelques atémis et c’est tout, le géant Indien ayant été éliminé après avoir subi un Spear du Big Show. Ce dernier devint alors l’homme à battre, sentiment renforcé par le fait qu’il est allé chercher tout seul Daniel Bryan avant que ce dernier n’ait pu entrer en action, tout simplement en brisant les chaînes qui servaient de toit à la cellule du champion. Heureusement pour l’ancien roi des fédérations indépendantes, il fut le suivant à sortir de sa cage, mais le châtiment ne prit pas fin pour autant, en passant notamment par le plexiglas de sa cellule.

Mais alors qu’on s’attendait à voir le Big Show survoler le match, un Big Boot de Barrett, suivi de 2 Disaster Kicks et d’un DDT de Cody Rhodes mirent fin aux espoirs de l’Athlète le plus large au monde. Le tombé fut à mettre à l’actif du « Beautiful Disaster », ce qui eut le don de le mettre en joie. Joie de courte durée puisqu’il fut le suivant à être éliminé par… Santino Marella. Et c’est là qu’on se rend compte que les deux segments qui impliquaient l’Italien avaient du sens. En effet, ces deux vidéos rendaient hommage à Rocky et Santino a semblé être habité par l’esprit de l’Étalon Italien puisqu’il s’est toujours relevé, même après s’en être pris plein la poire.

Finalement, le match aboutit sur une finale Santino/Bryan. Inutile de vous dire que le public exultait en voyant leur chouchou être à deux doigts de rempoter le titre. L’ambiance fut d’ailleurs au pinacle du délire quand Santino porta le Cobra sur le champion et tenta le tombé qui échoua malheureusement. Bryan tira finalement les marrons du feu en portant son LeBell Lock sur Santino qui n’eut d’autre choix que d’abandonner et ce malgré une belle résistance.

Au final, j’ai été quelque peu déçu par ce match. D’abord, à cause de la construction quelque peu bancale du match. Il est ainsi un peu étonnant de voir les deux géants impliqués dans le match être les deux premiers catcheurs éliminés. Même si je ne suis pas fan des deux mastodontes, on pouvait quand même s’attendre à les voir semer un peu plus de chaos. Ensuite, concernant Santino, je regrette qu’il ne doit sa place en finale qu’à son opportunisme et non à son talent car oui, Santino a du talent, et ce malgré son personnage.

Pour conclure sur ce match, il est à noter que Sheamus est venu défier le champion et lui porter sa nouvelle prise de finition, rendant ainsi « officiel » leur affrontement à Wrestlemania.

Après ce match, nous eûmes droit à un segment atterrant impliquant Natalya et son système intestinal (J’en resterais là, je souhaiterais rester poli). Mais le segment suivant fut un peu plus intéressant puisqu’il permit d’annoncer un match de dernière minute entre Justin Gabriel et Jack Swagger pour le compte du titre US.

Il n’y a pas franchement grand chose à dire sur ce match, si ce n’est que le public était complètement amorphe , que Gabriel montra quelques bonnes choses et que le match fut du niveau et de la durée d’un match de show hebdomadaire. Rien de bien excitant quoi…

Enfin, pour conclure ce show, ce fut l’Ambulance Match entre Kane et John Cena qui nous fut proposé. Après les habituels chants concernant Cena, le match commença de manière musclée à l’extérieur du ring. Les civières furent utilisées en guise d’armes et le rendu n’était pas moche à regarder. Les choses se gâtèrent quand les deux protagonistes retournèrent sur le ring. En effet, le match prit une tournure quelque peu ennuyeuse et lente. Il faudra attendre le second souffle de Cena pour voir un peu de nouveau puisque, pour calmer les ardeurs de l’ancien Champ’, Kane prit le parti de l’étouffer avec son gant. Dès lors, le match prit son rythme de croisière. La table des commentateurs hispanophones fut détruite (comme de coutume dans ce genre de match) et après un Attitude Adjustment porté du haut de l’ambulance, John Cena enferma son adversaire dans l’ambulance et remporta la victoire.

Au final, si on ne pouvait pas décemment s’attendre à quelque chose de mirobolant (surtout au vu du match du Royal Rumble), je ne peux m’empêcher d’être déçu par le match, ou plutôt par ce qui s’est passé avec Cena. Au final, ce dernier n’aura pas changé d’attitude et aura finalement su s’élever au-dessus de la haine. Si, en théorie, tout cela est très noble, en réalité, on ne peut s’empêcher de penser « Tout ça pour ça ». On a l’impression que rien n’a vraiment avancé, que Cena est au même niveau que lors des Survivor Series et que le Rock va le manger tout cru à Mania s’il reste à ce niveau (même si ce qui s’est passé lors des derniers Raw nous rassure quelque peu, mais je digresse).

En conclusion, WWE Elimination Chamber 2012 fut un PPV un peu bancal. Il y eut certes de bons moments, mais les choses n’ont finalement que peu avancé en vue de Wrestlemania. J’en veux pour preuve le Main-Event du show qui aura finalement accouché d’une souris alors qu’on s’attendait à quelque chose de bien plus excitant, et c’est bien là le problème…

Et c’est ainsi que se clôt ce second numéro de « Catch & Conséquences », on, se retrouve très bientôt pour le Brief-Ring consacré à Wrestlemania…

C2J

Photos : Copyright © wwe.com