Archives du blog

Geek Contest #10 : Les jeux vidéo

Bonjour et bienvenue dans un nouvel article, avec un nouveau Geek Contest. D’accord j’ai zappé le neuvième pour des raisons purement personnelles, mais je le rattraperai plus tard je pense. Pour cette nouvelle année, Kavaliero nous propose un de mes thèmes favoris, les jeux vidéo. Alors, que vais je choisir comme références ?

1-Le jeu vidéo : Chrono Cross

I am gonna kick yer arses

Ah ben ça… Encore un article classement dans lequel figure Chrono Cross, tu exagères, Jul’ ! Ben oui mais il n’est pas mon RPG favori d’entre tous pour rien non plus… Effectivement, j’en ai beaucoup dit dessus, il y a une critique, mais c’est un jeu qui m’a marqué à plus d’un titre et cette suite à Chrono Trigger ne se dévoile que petit à petit. Le titre exploite cette fois la théorie des mondes parallèles. Le héros, Serge, se retrouve transporté dans un monde alternatif au sien. Et dans ce deuxième monde, il apprend très vite qu’il s’est noyé dix ans plus tôt ! Dès lors, notre héros, accompagné de ses compagnons, fera des allers-retours entre les deux dimensions pour comprendre ce qu’il s’est passé et réparer au besoin les erreurs… Chrono Cross est magnifiquement réalisé pour de la PS1 : graphismes et cinématiques à couper le souffle, jouabilité excellente, et la bande son de Yasunori Mitsuda est un régal pour les oreilles, j’ai même acheté l’OST en CD pour l’entendre de façon séparée.  Et que dire du système d’évolution et de combat, qui tranche avec ce qu’on connait dans le RPG japonais. Bon, je ne vais pas m’étendre plus, parce que vous savez très bien que je le peux…

NB : je vous laisse faire vous-même la traduction de la capture d’écran…

2-La musique : Green Hill Zone, Sonic the Hedgehog

Sonic Compilation (E) [f1]005Cette rubrique remplace de façon exceptionnelle la rubrique  » série » car il n’y a pas trop de séries parlant de jeux vidéo, et je n’ai pas envie d’évoquer ici même les adaptations foirées de Super Mario en dessin animé, de Zelda (  » excussse-meee, Prinnncess ») ou encore de Sonic car je connais très mal les adaptations du hérisson bleu. Mais on va tout de même parler de lui, car le thème de Green Hill Zone a été un des premiers thèmes de jeu à retentir dans ma télé, après le « Sega » bien sonore et la page de présentation. Un morceau « catchy », rythmé,  bien en accord avec la zone traversée. En Europe, le morceau sera toutefois ralenti sur Megadrive, à cause des formats PAL/SECAM,  deux signaux analogiques qui fonctionnent en 50 Hertz et non en 60 comme le NTSC, utilisé au Japon et en Amérique du Nord.  J’aurais pu vous mettre aussi une musique tirée d’un RPG mais c’eut été trop facile…

3-Le film : Scott Pilgrim Vs. The World

Scott_Pilgrim_vs._the_World_teaser

Edgar Wright adapte le comics de Brian Lee O’ Maley et il réussit plutôt bien. Il respecte l’oeuvre d’origine, tout en prenant des libertés, et le film est rempli de références geek et jeux vidéo comme le faisait l’oeuvre originale, de façon subtile. par exemple, les ex-de Ramona explosent en pièces de monnaie, les portes sont des warp-zones, on entend des bruitages issus de différents jeux,  il y a plein de choses tellement bien amenées qu’il est impossible de toutes les lister. Mais il mérite aussi d’être dans cette liste car Scott Pilgrim est un film qui ne prend absolument pas le public visé, à savoir les jeunes adultes, pour des idiots. Au contraire, ce n’est pas un film sur la culture geek à proprement parler, le long-métrage raconte une histoire d’amour. On voit le cheminement de Scott et Ramona, qui résolvent leurs problèmes à leur façon dans un monde contemporain. Eh oui ce n’est pas facile d’être amoureux. Malheureusement, cet aspect n’a pas été vu par la plupart des critiques et pire que ça, le film a été très mal distribué dans les salles françaises, Universal ayant retardé le plus possible sa sortie. Il méritait largement mieux.

4-Le livre : Les nouvelles maisons d’édition spécialisées dans le JV.

Je triche un peu pour pour cette rubrique, mais comme j’avais déjà mis la rubrique musique en place… Et je ne voulais pas parler de Player One, d’Ernest Cline qui sera adapté cette année par Spielberg au cinéma et qui est vu comme une référence par pas mal de geeks et gamers. Ce n’est pas mon cas, pour la bonne et simple raison que Cline nous assomme de références toutes issues des 80’s en nous les livrant à la suite sans subtilité aucune, et comme si cela était la seule culture qui avait existé, sans compter les clichés ambulants à la pelle concernant certains personnages.  Là ou Scott Pilgrim, aussi bien en comics qu’en film, a su mettre des références de façon subtile pour servir leur propos et la narration, ce n’est hélas pas le cas dans ce livre. Bref, Player One est symptomatique de ce qui affecte ceux qui croient défendre la  » culture geek », en lui donnant une image de pré carré réservée à une élite et dans lesquels les non-initiés n’ont pas le droit de cité et à qui il faut tout expliquer. 

DSC02085

Alors plutôt que de dire du mal de quelque chose que je n’ai pas aimé,  je vais rendre hommage aux maisons d’édition qui se spécialisent dans le domaine des jeux vidéo. Par là, je veux citer Third Editions, Omaké Books, Pix’n’love, L’écureuil Noir, Mana Books et bien d’autres, qui font des livres spécialisés sur un genre, un jeu ou une saga. Dans tous les cas, ce sont de beaux ouvrages, aussi bien en contenu qu’en maquette pure, et qui ont chacun demandé un travail minutieux dans tous les domaines. Chaque passionné devrait y trouver son compte dans n’importe quelle série que ce soit. 

5-Personnage : Hironobu Sakaguchi

Hironobu_Sakaguchi_-_Tokyo_Game_Show_2006

Je ne pouvais pas rendre hommage à l’homme qui a été un des fondateurs et le scénariste d’une de mes séries préférées pendant de longues années. Hironobu Sakaguchi, qui a supervisé Final Fantasy du I au IX inclus. Dommage que Final Fantasy Les Créatures de l’Esprit n’ait pas marché au cinéma, provoquant son départ… et la fusion entre Squaresoft et Enix en 2003 pour devenir l’entité Square Enix que nous connaissons désormais. Mais sans lui, nul doute que Final Fantasy  n’aurait jamais existé. Il a en effet défini de façon claire les codes du jeu de rôle japonais sur consoles, et a créé notamment le système Active Time Battle dans les combats, offrant plus de stratégie dans le tour-par-tour classique. Et comme vous pouvez le voir sur ce blog, la saga a fêté ses 30 ans en décembre dernier, et si c’est le cas c’est aussi grâce à Hironobu, même s’il est parti vers d’autres horizons. Donc, il méritait bien que je lui dise merci. 

Voilà, c’est tout pour ce Geek Contest. Si vous voulez voir ce qu’ont choisi mes autres collègues blogueurs, n’hésitez pas à leur rendre visite via cette page ça leur fera plaisir. Je vous souhaite une très bonne année 2018 et vous dis à bientôt pour un nouvel article.

 

Publicités

TFGA S03 E02 : Les hérauts du genre

Après avoir pris le train de la hype dans le précédent TFGA, Alex nous confie cette fois -ci un sujet qui n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît. En effet, le thème de ce nouveau TFGA est : Les hérauts du genre. Pas les héros, ni le département qui a Montpellier pour préfecture, non, il s’agit d’autre chose.

Au moyen-âge, les hérauts étaient chargés entre autres, de transporter des messages importants. Donc, quels sont les 5 jeux, qui pour moi, transmettent un message aux joueurs, et qui comptent donc comme références ? Réponse ci-dessous.

5-Sonic The Hedgehog : La Megadrive était capable de rivaliser avec la Super Nintendo !

Sonic Compilation (E) [f1]005

Je suis fan du hérisson bleu. Je vous parlerai bientôt de Sonic Mania, mais sachez qu’avant ce retour aux sources, il y eut le premier Sonic sur Megadrive. Mascotte née d’un concours interne chez Sega, Sonic avait pour but de conquérir les marchés occidentaux, et de secouer un peu l’hégémonie du plombier. La Megadrive est lancée depuis quelques temps lorsque la Super Nintendo arrive, mais n’arrive pas à s’imposer et ce n’est pas avec le ringardissime Alex Kidd in Enchanted Castle, mettant en scène sa mascotte de l’époque et qui aurait pu tourner sur Master System, qu’elle va y arriver. Chez Big N, Super Mario World s’est imposé comme la vitrine de la 16 bits du constructeur et demeure encore aujourd’hui un des meilleurs jeux de plates-formes de tous les temps. Changement de plan chez Sega et les recherches aboutirent à… Sonic.

Le résultat ? Un héros « cool », speed, un jeu magnifique visuellement et une jouabilité exemplaire. Sonic a même réussi à s’imposer sur le marché américain et européen, et a réussi son pari. Sonic est un jeu très abouti, aussi bien sur le plan technique que dans son level-design, et il aura fallu le courage de Tom Kalinske, le directeur de Sega of America, pour imposer le jeu en bundle avec la console en remplacement d’Altered Beast, malgré la colère des dirigeants de Sega Japon. Sonic montrera ce dont est vraiment capable la Megadrive, devenant à son tour une vitrine technique de la console. La suite, tout le monde la connaît. Sinon, je vous la rappellerai sous peu…

4-Super Mario World : L’aboutissement du jeu de plates-formes, par Nintendo 

Super Mario World_00003

Puisque nous en avions parlé tout à l’heure, voici donc Super Mario World. Pourquoi ? Parce que cet épisode est la quintessence du jeux de plates-formes, dont ceux qui sortent aujourd’hui continuent de s’en inspirer. Ce n’est pas pour rien que le titre a été la vitrine technologique de la Super Nintendo. SMW c’est un monde interconnecté, chaque niveau est un ravissement et surtout, un défi pour le joueur, avec des idées à la pelle. La plupart des stages ont deux sorties, et trouver les 96 disponibles comptées par la sauvegarde est un challenge corsé. Si on connaît bien les trucs, les raccourcis, il est possible de finir très vite le jeu. Mais Mario World, c’est surtout Nintendo qui dit aux autres qu’un jeu de plates-formes, ça se fait comme ça et pas autrement. Bien joué.

3- Duke Nukem 3D : Les FPS peuvent être drôles et innovants !

Duke Nukem 3D: 20th Anniversary World Tour_20161012175932

Ce n’est qu’à-posteriori que Duke Nukem 3D se forgera une petite réputation. En effet, en 1996, le titre sortit juste avant Quake, qui mit une claque technique au genre, avec des ennemis et des armes modélisées en 3D. Pourtant, le premier prouve que le FPS peut être à la fois drôle et innovant.

Drôle, car tout le jeu est une parodie de la société américaine, qui est encore d’actualité aujourd’hui. Sans compter l’aspect du héros, des ennemis, des divers easter-eggs qui parsèment le jeu.

Innovant, parce que le jeu se démarquait par la qualité de son level-design, jouant parfois sur la verticalité, et certaines armes justes jouissives, comme le rapetisseur ou celle qui permettait de geler les ennemis. Dommage que cette course à l’innovation ne se soit pas poursuivie avec Forever

2-Deadly Premonition : Le fond, plutôt que la forme

1362282-redseeds_super

Oui, DP est un digne représentant des jeux mal aimés, car repoussants au premier abord. Il faut dire qu’il a tout pour déplaire : moche, raide, buggé. On est d’accord. Je ne nie pas ses tares et de ce fait le titre est ultra clivant. Tout comme le sont NieR et les Drakengard, pour citer d’autres exemples. Et pourtant, quand on se penche de plus près sur DP, on y découvre un héros ayant une double personnalité, des tas de personnages bizarres et des crimes commis dans un lieu trop tranquille. L’ambiance rappelle d’ailleurs la série Twin Peaks et le soft est bourré de références à la culture populaire. Le scénario met une bonne claque à certaines références du survival/horror, à commencer par Resident Evil 5 et 6 (en même temps,ce n’était pas bien dur). Deadly Premonition prouve que le fond compte peut-être plus que la forme et c’est peut-être ce qu’a voulu faire passer SWERY65, son génial créateur. En parlant de ça, j’ai hâte de voir le premier jeu de son nouveau studio, The Good Life, dans lequel les habitants se transforment en chats la nuit. Selon son concepteur, il devrait retrouver l’esprit de Deadly Premonition, et nous devrions en savoir plus lors de la Gamescom qui arrive dans quelques jours.

1-Final Fantasy VII : Oui, l’Europe veut du JRPG à la pelle !

SCES_008.68_09022013_182945_0236

Je sais que certains jeux du genre arrivaient déjà sur le vieux continent, mais c’était au compte-gouttes. Mais ça, c’était avant 1997. Final Fantasy VII fut le premier FF à arriver en Europe. Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais avant, aucun importateur n’avait voulu prendre le risque d’emmener officiellement Final Fantasy au-delà de l’Atlantique. De plus le jeu se paie le luxe d’avoir été (mal) traduit. Je ne reviens pas sur les qualités de FF VII, ce blog dispose de suffisamment d’articles pour que vous vous en rendiez compte, mais il n’empêche, qu’on l’aime ou non, il a ouvert les portes de l’Europe au genre entier, où les éditeurs se sont vraiment rendus compte qu’il y avait aussi une demande pour le genre. Depuis, le vieux continent a eu droits à tous les FF qui lui ont succédé, et même aux antérieurs via des rééditions sur différentes consoles. Et que dire de l’arrivée d’autres série concurrentes… Même si certains jeux cultes n’arriveront jamais de façon officielle, l’Europe a tout de même cessé d’être l’éternelle laissée pour compte du RPG. Bravo.

Voilà, c’est tout pour ce TFGA, et on se retrouve bientôt pour un nouvel article. En attendant, allez voir ceux des amis blogueurs à cette adresse, ça leur fera plaisir que vous leur rendiez aussi visite.

Sonic fête ses 25 ans

Décidément, 2016 est une année à anniversaires en tout genres dans le domaine du jeu vidéo, il y a tellement de licences qui passent un cap… Voilà que maintenant, c’est au tour de Sonic de fêter ses 25 ans. Un quart de siècle pour le hérisson bleu qui restera pour C2J et moi une de nos mascottes préférées.  Et ce même si cela n’a pas été de tout repos pour la mascotte supersonique de Sega, dont les jeux ces dernières années ont été de qualité assez aléatoire, allant du très bon au franchement mauvais. Cela à cause de désaccord entre les branches américaine et japonaise ou de jeux développés par des studios incompétents. Mais le hérisson est toujours là. Toujours debout comme dirait un célèbre chanteur français, mais reste à voir comment se présente son avenir.

sonic 25 ans

Je reste un inconditionnel des jeux Megadrive. Je ne pourrais jamais oublier le jour de Noël où j’ai reçu ma console et Sonic the Hedgehog fut le premier jeu à squatter son port cartouche. Forcément, ça marque. Mais l’épisode sur lequel j’ai passé le plus de temps est sans doute le deuxième : seul ou à deux avec ma sœur dans un mode deux joueurs techniquement plus que discutable, mais il avait le mérite d’exister.

Bon anniversaire Sonic, et je ne peux que te souhaiter le meilleur pour la suite.

Et vous, quels sont vos meilleurs souvenirs ou votre jeu préféré dans la série ?

L’histoire de Sonic The Hedgehog

Je me souviens encore lorsque j’ai introduit la cartouche du premier Sonic The Hedgehog  dans ma Megadrive… J’y joue toujours aujourd’hui. Ce jeu a été le début d’un saga capable de tenir tête à Mario. 

L’histoire de Sonic The Hedgehog  aura mis du temps à sortir, mais force est de constater que les éditions Pix’nLove  ont fait un travail de fourmi pour aboutir à un ouvrage extrêmement complet sur le hérisson bleu. En gros, c’est tout ce que vous avez voulu savoir sur Sonic sans avoir jamais osé le demander!  On y retrouve la genèse du hérisson,  un historique et descriptif des jeux, TOUS les jeux, ainsi que des différents protagonistes de la saga. Le livre apporte de plus des réponses à certaines questions : quelles étaient les mascottes pressenties avant Sonic ? Quelles furent les contraintes techniques de l’équipe avant de sortir le premier épisode ?  Pourquoi la Saturn est-elle la seule console Sega n’ayant pas eu droit  à  un véritable jeu le mettant en scène ? Vous saurez tout! 

La maquette, juste et sobre, à dominante bleue et blanche, elle reste lisible et a su trouver un juste équilibre entre  textes et images d’illustration,  avec images des jeux, concept-arts et artworks. J’y ai trouvé  quelques trames d’impression décalées, sur mon exemplaire, mais c’est vraiment très rare.

Extrêmement complet, cet ouvrage se doit d’être possédé par tout amoureux du hérisson bleu, ou même par ceux qui veulent en apprendre plus sur lui. En effet, il est à ce jour l’ouvrage le plus complet en langue française sur la mascotte de Sega.

Julius

L’histoire de Sonic the Hedgehog

Auteurs : Marc Pétronille et Wiliam Audureau

Editeur : éditions Pix’n Love

296 pages

Prix: 30 €

[Presse JV] Un top 100 pour la rentrée ?

Jeux Vidéo Magazine a sorti un hors-série pour cette rentrée… Plus précisément un top 100, c’est à dire les « 100 meilleurs jeux de tous les temps ». Je sais qu’il y aurait de quoi râler, mais il faut garder en tête qu’un tel type de classement  est toujours sujet à caution. En effet, il  existe autant de top 100 qu’il y a de joueurs. Il sera toujours subjectif, et donc apte à être remis en cause. Mon top 100  ne sera pas le même que celui de C2J, par exemple…

Pourtant, j’y ai trouvé quelques surprises à l’intérieur.

En numéro 96, vous avez  un RPG. Vous allez me dire sans doute un Final Fantasy… Non. C’est Shadow Hearts Covenant qui y figure.  Une bonne surprise donc,  étant donné que ce jeu est peu connu . Pour continuer dans le domaine on y trouve plus loin ( donc dans une position plus avancée) Suikoden II  » qui prouve qu’on peut toucher sans user d’artifices » ( ce qui est vrai) selon le magazine. On y trouve aussi le trio  Final Fantasy VI, VII et VIII dont la place dans le classement est en rapport avec le nombre, c’est à dire que le sixième épisode dispose de la meilleure place. Les fans de Square y trouveront aussi Secret of Mana,  et Secret of Evermore, qui  n’est, selon moi, pas un bon choix. Cet épisode n’apporte rien à la saga et n’arrive pas à se démarquer.

Mais s’il y  a un RPG de Square qui arrive loin devant , dans le top 20 je crois, c’est Chrono Cross. Une double page pour ce RPG, histoire bien mettre la rage aux européens en leur rappelant qu’il n’est jamais sorti chez nous de manière officielle. 

Evidemment, il n’y a pas que des RPG et on retrouve de grosses pointures sur les consoles actuelles, comme Red Dead Redemption, du retrogaming avec Monkey Island ou encore plusieurs Super Mario placés,  Sonic the Hedgehog sur Megadrive est 30ème, la saga Streets of Rage  28ème,et Resident Evil classe deux de ses jeux dans le top 10, un exploit. 

Quant au premier, pour le magazine,  il s’agit de… Non mais vous croyiez vraiment que j’allais vous révéler quel jeu se trouve sur la première marche du podium, franchement ???

Julius

Liens ( pour les curieux):

Critique Shadow Hearts Covenant:

https://datafr.wordpress.com/2012/04/30/critique-rpg-shadow-hearts-covenant/

Critique Chrono Cross:

https://datafr.wordpress.com/2012/04/01/critique-rpg-chrono-cross/

Critique Final Fantasy VI :

https://datafr.wordpress.com/2012/02/05/critique-jeu-culte-final-fantasy-vi/

Critique Sonic the Hedgehog:

https://datafr.wordpress.com/2012/04/22/critique-retro-sonic-the-hedegehog/