Archives du blog

[Critique Jeu] Final Fantasy XII : The Zodiac Age

Longtemps espéré, le douzième Final Fantasy s’est fait attendre, après un onzième épisode qui tenta l’aventure du online. Le dernier épisode solo était donc Final Fantasy X, à une époque où Square et Enix n’avaient pas encore fusionné… Mais l’accouchement de cet épisode n’a pas été de tout repos, et pour cause… Square a décidé de confier la gestion de cet épisode à l’équipe Matsuno, qui a produit les fantastiques Final Fantasy Tactics et Vagrant Story. Deux jeux maîtrisés à la perfection, c’est dire le degré d’exigence mis dans cet épisode. Mais Square ne pouvant attendre trop longtemps, après maints reports, décida d’accélérer les choses. Voilà en gros pour l’histoire de la genèse du titre.

Final Fantasy XII est donc le fruit de quatre ans de travail, avec un développement chaotique qui a mené au départ du fondateur d’Ivalice de Square Enix, bien qu’il ait continué à bosser avec la nouvelle équipe pour sortir une version achevée. Le résultat fut grandiose bien qu’il ne contienne que la moitié des éléments qu’avait prévu Matsuno.

Dix ans plus tard, voici la version The Zodiac Age, remaster venu depuis peu sur PS4. La question est : le jeu vaut-il le coup d’être rejoué ? Réponse dans cette critique.

Cela fait de plus longtemps que je voulais vous parler de Final Fantasy XII. Parce qu’il est un épisode qui compte pour moi, parce que je l’ai apprécié, mais cela ne s’est pas fait pour diverses raisons. La sortie du remaster  est l’occasion de le faire. Accrochez-vous, nous partons tout de suite en Ivalice, le monde imaginé par Matsuno.

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170729172938

Ivalice, ça glisse

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170712192721

En Ivalice, il y a longtemps que l’empire de Rozarria et l’empire d’Archadia se font une guerre permanente, très souvent au détriment des petites nations de la Péninsule Galtéene prises en sandwich par les deux puissances. Et pourtant, en l’an 704 du calendrier Valendien, c’est jour de fête à Rabanastre, capitale du petit royaume de Dalmasca. En effet, la princesse Ashelia B’nargin Dalmasca, héritière du trône, se marie avec le Prince Rasler de Nabradia, le royaume voisin. Mais voilà, Archadia, dans une politique d’invasion agressive, envahit le soir même Dalmasca en attaquant la forteresse de Nalbina qui fait office de frontière. Rasler insiste pour participer à la bataille. Malheureusement, il se fait tuer par une flèche d’un soldat ennemi. Dalmasca perd la forteresse, et se fait de surcroît envahir. Le petit royaume est contraint de déposer les armes et de signer une capitulation sans condition, car ce qui a été perdu dans le déshonneur et par le fer se devait d’être signé avec un pacte de sang. De plus, la princesse Ashe, accablée de douleur, a mis fin à ses jours.

Deux ans ont passé. Vaan, jeune homme de 17 ans est un orphelin de guerre. Malgré les remontrances de son amie Penelo, il s’est juré de se venger d’Archadia, qui lui a tout pris, notamment son frère Reks. Lorsque le jeu commence, Rabanastre, la capitale, accueille Vayne Solidor, le nouveau consul venu d’Archadia, et fils de l’empereur Gramis.

Vaan réussit à s’infiltrer dans le château pour aller voler un trésor mais les choses ne vont pas tourner comme prévu… En réalité, il va se trouver au cœur d’une aventure dont les enjeux le dépassent. Oui, l’épopée de Final Fantasy XII.

La première chose que nous pouvons constater,c’est que les enjeux politiques sont beaucoup plus présents qu’avant dans la saga.

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170725133822

 

Quiconque a joué à Final Fantasy Tactics ou Vagrant Story rêvait d’un Final Fantasy canonique si se déroulerait dans le monde d’Ivalice. Ça tombe bien, c’est le cas avec Final Fantasy XII fait par les mêmes équipes, à peu de choses près. Et on imaginait pas à quel point le jeu nous donnerait l’opportunité de visiter ce monde a hauteur d’homme. Comprenez par là que les dimensions des villes, des différentes régions et des donjons sont beaucoup plus réalistes que par le passé, tous épisodes confondus.

Donc, ce monde est composé de trois continents principaux : Valendia au nord, là où se trouve l’empire d’Archadia, Galtea à l’ouest, où se trouvent Rozzaria et Dalmasca, et le Kerwon, au sud, dont on dit que certaines zones restent inexplorées car trop impénétrables. En effet, Ivalice offre une variété de climats, si Dalmasca est composée essentiellement de déserts, il peut arriver qu’une jungle côtoie de profonds glaciers. Cela est dû à l’influence des Jagd, zones tellement concentrées en énergie mystique appelée « myste », que les vaisseaux ne peuvent les survoler.

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170725203108

Diverses races peuplent ce monde : Les humains sont majoritaires, mais il y a aussi des viéras, peuple humanoïde fait de femmes ayant de grandes oreilles et vivant en harmonie avec la nature, de banga’as, sortes de crocdiliens, de Seeqs, qui ressemblent à des phacochères, de Nu’Mous et de Garifs, entre autres. Impossible également d’oublier les Moogles, charmantes petites boules de fourrure. Dans cet épisode, ils ont toujours un pompon sur la tête, mais des oreilles plus développées qui leur donne plus un aspect de lapin. Ces aimables créatures vous rendront plusieurs services, comme la location de chocobos, se déplacer plus rapidement dans la capitale, etc.

Ivalice regorge de monuments qui ont fait son histoire, pour le meilleur et pour le pire, et d’endroits qu’il vaut mieux ne pas explorer sans y être préparés.

Parce que dans Final Fantasy XII, vous allez marcher. Énormément. Même si pour les besoins de l’histoire, vous emprunterez parfois un engin volant, il y aura toujours un prétexte pour faire une bonne partie du chemin à pied. Mais au moins, nous avons l’occasion e visiter un monde qui a été pendant longtemps un fantasme de joueur. Cependant, il faut garder à l’esprit que ce n’est pas le même Ivalice que dans FFT.

Le titre a pour lui un véritable monde, bien plus identifié qu’avant et rien que ça, c’est un tour de force.

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170729175657

Ouvrez les Vaan

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170716225238

Mais je suis sur que vous allez me demander avec qui on partage cette aventure. Certes, il y a Vaan, le jeune garçon du début, mais très vite, ce dernier sera rejoint par Balthier, un pirate du ciel, autoproclamé « premier rôle » du jeu, accompagné de sa viéra Fran, puis Ashe, la princesse de Dalmasca, car on découvre très tôt que son suicide était faux, vient ensuite Basch, un ancien soldat de Dalmasca, et Penelo, qui est toujours là pour raisonner Vaan.

Certains personnages avaient été très critiqués à l’époque de la sortie du jeu d’origine, notamment Vaan et Penelo sous prétexte qu’il ne servaient à rien. C’est vrai que comme leader, on a vu mieux pour le premier mais, avec le recul j’opposerai deux choses à cela : les deux adolescents sont en réalité les avatars du joueur. Ils sont embarqués dans un conflit qui les dépasse. Ils sont témoins de la quête de rédemption de Basch, ou de la légitimité de Ashe. Ensuite, s’ils ne vous plaisent pas, eh bien, laissez-les en réserve, car le jeu n’impose pas de « vrai » héros imposé inamovible dans votre équipe. Et si on pose sur le casting les personnages de Star Wars, on obtient des copies à peu près conformes. Oui, c’est vrai. Mais cela fait longtemps que la saga s’inspire de celle de George Lucas et ne s’en est jamais cachée.

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170723095659

Pour résumer, le casting est composé de 6 personnages principaux, et le joueur peut en utiliser trois en combat, auxquels viendront parfois se greffer des « invités ». Les autres sont laissés en réserve mais le Game Over n’interviendra en cas de défait que si l’équipe principale et celle de réserve sont vaincues. Cependant, il n’est pas recommandé de laisser les combattants prendre trop de retard au niveau de leur évolution…

L’empire d’Archadia constitue la principale force d’opposition aux héros. Force occupante de Dalmasca, les villes peuplée de soldats et il feront tout pour empêcher la princesse de restaurer son autorité. Pour cela, Vayne, le consul, lancera notamment les Hauts-Juges à vos trousses. Ce corps d’armée fait autorité dans l’empire et leurs décisions sont irrévocables. Vous serez amenés à en affronter certains, et ils sont plutôt puissants.

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170716151939

Couscous Gambits

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170714213726

Le système de combat s’inspire des MMO. Certes, maintenant, c’est devenu courant, mais élaborer un système pour un jeu solo relevait du défi il y a 10 ans. Dans les faits, FF XII abandonne le tour par tour qui régissait les batailles dans les jeux offline de la saga, pour en implanter un autre, le Active Dimenstion Battle,ou ADB. Cette fois, nous voyons les ennemis à l’écran et nous les attaquons en temps réel. Différentes lignes de visée s’affichent : les bleues sont les lignes d’attaque de votre équipe, les rouges celles des ennemis et les vertes indiquent des sorts de guérison.

Mais justement un des défis du jeu était d’arriver à gérer une IA dans un type de jeu où les équipiers du joueur sont généralement des êtres humains. Et pour cela FF XII met en place les « Gambits ».

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170720233041

C’est simple, ce sont des fonctions logiques fonctionnant sur le principe du « si telle condition alors telle conséquence ». Le système est d’une simplicité remarquable. Il suffit d’aller dans les menus pour composer ses gambits en quelques secondes. Ils peuvent être défensifs (en bleu) ou offensifs (en rouge). Par exemple, si la condition est « Personnage avant moins de 50% de ses HP » vous pourrez mettre « Soin » en action à faire. Ou si l’ennemi est «  de type mort-vivant », vous pourrez faire en sorte qu’un de vos co-équipiers lance le sort «  feu ».

C’est très simple et intuitif et chaque personnage démarre avec trois emplacements pour un maximum de 12, les 9 autres commandes étant à débloquer dans la grille des permis, nous allons y revenir sous peu. Quelques gambits de base sont disponibles dès le début, histoire de ne pas se retrouver démuni dès le départ, mais la plupart seront à acheter en magasin.

Mais surtout, il faut faire attention à l’ordre d’exécution des commandes. D’une manière générale, il faut toujours privilégier les soins et faire en sorte qu’un personnage assure en cas de gros pépin dans l’équipe.

Astro-logique

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170708200623

Jusque là, vous me direz que c’est ce qu’on connaît déjà dans le titre original. Mais voilà que The Zodiac Age vient y ajouter une pointe de subtilités.

Tout d’abord, la grille des permis n’est plus identique pour chacun des personnages. Maintenant, vous devez, avant d’y accéder, choisir un job parmi 12 possibles sur la roue du zodiaque. Il faut faire attention car le choix est irréversible. Très vite, vous pourrez en choisir un deuxième. A chaque fois, la grille des permis sera différente selon les métiers de chacun.Cependant, vous pouvez finir le jeu avec n’importe quelle combinaison. Mais que sont les permis ? En réalité, ce sont des cases qu’on débloque sur un damier, contre des points qu’on obtient en terrassant les ennemis. La plupart d’entre eux, c’est à dire les mobs qu’on croise lorsqu’on se déplace, n’en donnent qu’un seul. Ceux qui sont l’objet de chasses ou les boss en donnent plusieurs d’un coup.

Autrement dit qu’il faut faire des combats pour en récolter plein et les redistribuer ensuite sur la grille. The Zodiac Age oblige le joueur à faire des choix, et c’est très bien, dans la mesure où perso, j’imagine mal Penelo avoir le même équipement que Basch. Donc, le système de classe évite cette fois de faire six fois le même clone au final.

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170728131030

On notera aussi que les monstres, dans leur immense majorité, ne laissent pas d’argent derrière eux, mais des objets que vous pouvez ensuite revendre aux marchands du jeu. Les coffres ont toujours un butin aléatoire, mais, bonne nouvelle, dans The Zodiac Age, vous n’avez plus à vous soucier des 4 coffres interdits pour avoir l’arme ultime du jeu. Vous pourrez prendre tout ce que vous voudrez sans culpabiliser.

La gestion du myste, utile pour les éons (invocations) et impulsions est désormais séparée des points de magie. Lorsque vous les débloquez, une barre de myste apparaîtra en dessous des points de vie de chaque personnage.

Les éons sont des créatures magiques qu’il faudra systématiquement combattre avant de les gagner. Il y en a 5 au travers de l’histoire, et donc que vous aurez de façon obligatoire, et les 8 autres sont facultatifs, mais les combats sont souvent basés sur la survie de l’équipe. En effet, vous aurez souvent lors de ces phases des handicaps, comme le drainage progressif des points de vie, de magie, ou un champ de force désactivant une commande, voire tout cela en même temps. Vous ne pourrez attribuer un éon qu’à un seul personnage à chaque fois. Pour l’invoquer, cela demandera de 1 à 3 charges de myste. De plus, on ne retrouve plus les noms habituels de la série : « Shiva », « Léviathan » et autres, c’est pour les vaisseaux de l’armée impériale, maintenant, place à Bélias, Zéromus, Mateus, entre autres.

Les impulsions sont les « limites » de cette épisode. On les débloque progressivement et chaque personnage en possède 3. Peu utiles contre les ennemis de base, elles peuvent l’être lors des combats contre un boss ou un monstre de chasse coriace. Le tout consiste à les enchaîner le plus possible via un influx de myste pour déclencher un super coup appelé « Fusion ». Bonne nouvelle, elles ne ruinent plus les points de magie. Ce qui fait que nous pouvons enchaîner ensuite sur un sort de guérison, si on a lâché les chevaux lorsqu’un adversaire a mis nous personnages en situation périlleuses. Il faudra d’ailleurs se méfier car les boss, dont la barre de vie est visible, disposent de techniques souvent redoutables et deviennent de plus en plus dur à tuer à mesure que leurs HP diminuent. Note pour ceux qui en avaient bavé sur le boss de la jungle de Golmore : Non, la console ne prévient toujours pas quand il lance son attaque « spores », infligeant de grosses anomalies de statut. Saloperie.

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170727171424

Les chevaliers du Zodiarche

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170728182424

 

Dix ans séparent la sortie du Final Fantasy XII original et de sa version The Zodiac Age, révisée pour la PS4. Même si le jeu n’est pas le plus beau de la console, le lifting en HD est plus qu’appréciable. Jamais Ivalice n’a été aussi jolie. L’équipe, pour faire ce monde, s’est inspirée des architectures méditerranéennes, byzantines et arabes, et ça se voit. Le résultat est très réussi. Les personnages ont aussi bénéficié d’une beauté avec des visages un peu plus détaillés. D’une manière générale, le jeu est plus coloré et contrasté. Il est vrai que le jeu d’origine passait assez mal sur les téléviseurs HD. Cela n’empêche cependant pas certaines textures d’être floues. Le bestiaire d’origine est toujours là.

Au niveau sonore aussi, il y a eu une évolution. Les musiques de Hitoshi Sakimoto, déjà géniales dans l’original, se retrouvent ici sublimées avec les réorchestrations. Le titre bénéficie aussi de huit nouveaux morceaux inédits. Et que dire des voix. Cette fois, nous avons le choix entre les voix originales japonaises et anglaises. Et les doublages sont de qualité dans les deux cas, et nous retrouvons les différents accents pour les voix, qui permettent de donner une origine, une identités aux différents peuples d’Ivalice. Et la traduction en français des textes suit. On se plaint souvent de leur qualité, mais celle de FFXII est sans doute la plus réussie, et recherchée. Le vocabulaire est riche, à tel point, par exemple que j’ignorais qu’il existait un verbe « atermoyer » dans notre langue.

Cela me permet d’enchaîner sur le scénario, que beaucoup ont trouvé superficiel à l’époque. Il est vrai que le soft fait un vrai retour au jeu, élimine la notion de couloir ou de ligne droite, et il n’ y a pas de cinématiques tous les deux pas pour apprendre à rire.Elles deviennent plus rares après les premières heures, mais interviennent aux moments clés du jeu. Cependant, le script est plus riche que ce que l’on pourrait croire. Intrigue plus politisée, mais vécue par des personnes qui sont en dehors des intrigues du pouvoir, de fait les événements se passent autour des personnages, sans qu’ils prennent part à ce qui arrive. Généralement, ils seront au courant de l’évolution du conflit par des personnes intermédiaires. Il est appréciable de voir les désaccords notamment à Archadia, avec les hauts-juges qui se disputent lors d’une scène mémorable, avec un méchant machiavélique prêt à tout pour arriver à ses fins, bien que manquant un peu de charisme. Dommage que la part de « fantastique » du script arrive un poil tard.

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170712014252

Un kilomètre à pied, ça use…

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170712194520

Côté durée de vie, vous en aurez pour votre argent. Ce Final Fantasy est très long et est dans des proportions réalistes, donc vous allez vraiment faire des kilomètres à travers tout Ivalice pour arriver à vos fins. Comptez 60 heures en temps normal de jeu, et beaucoup plus si vous compter faire les chasses et autres quêtes annexes du titre, qui en propose toujours une sacrée fournée. Certes, on a désormais la possibilité de jouer en mode accéléré en appuyant sur L1, mais ce serait insulter ce qu’a fait Matsuno et traverser les divers lieux façon Benny Hill, très peu pour moi. En effet, Ivalice n’est pas un monde à traverser au pas de charge. Il vaut mieux prendre son temps pour le visiter. Et personnellement, j’en retire toujours autant de plaisir. Et si vous êtes perdu, plus la peine de faire des manips fastidieuses par le menu, un clic sur le stick analogique gauche vous affichera une mini carte en surimpression, sans que cela ne gène trop la visibilité. Pratique.

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170723192358

Si vous vous vous lassez un peu de la quête principale, The Zodiac Age propose un nouveau mode, le mode «épreuves » dans lequel vous devrez enchaîner les combats contre des monstres et même des boss, et ne pourrez sauvegarder que tous les 10 niveaux. Faites attention car ça se corse très vite.

A ce propos, sachez que le jeu dispose désormais d’une sauvegarde automatique qui s’active à chaque changement de zone dans chaque région du jeu. Toutefois, les joueurs avertis savent qu’il ne faut pas exclusivement compter dessus et que dans un RPG, des backups peuvent sauver la mise…

Enfin, il faut savoir que ce qui nous est présenté là ne contient que la moitié de ce que Matsuno aurait voulu nous proposer, en perfectionniste qu’il est. On imagine même pas ce que ça aurait donné s’il y avait inclus toutes ses idées, vu que le résultat est déjà grandiose. Vous avez dit « inachevé ? » Pourtant, on ne dirait vraiment pas…

Final Fantasy XII The Zodiac Age dispose des mêmes défauts que le jeu d’origine. De par ses choix, son changement de système de combat et d’univers, il fut tellement radical pour l’époque qu’il mécontenta une partie des joueurs. La structure du jeu est la même, et avec la puissance de la PS4, il est regrettable de voir les différentes régions du jeu découpées en zones délimitées. De même, les problèmes de « structure » n’ont pas été gommés, et il est toujours aussi dommage de voir que certains lieux, pourtant décrits comme des villes, soient d’une taille ridicule, je pense notamment à Nalbina. Ou encore qu’une route parte d’un mur… Oui ça fait bizarre, mais nous allons dire que c’était les limitations de l’époque. Après, si vous ne l’avez pas aimé, il n’est pas certain que vous l’aimiez de nouveau, le déroulement étant le même malgré les nouveautés du côté du système de combat, mais qui sait, parfois, on a le droit à une deuxième chance…

FINAL FANTASY Ⅻ THE ZODIAC AGE_20170727180038

Conclusion : On valide

Final Fantasy XII The Zodiac Age est toujours l’aventure épique que nous avions connue il y a dix ans, avec les mêmes qualités et défauts d’origine. Cependant, on en peut pas nier les nouveautés du gameplay fort appréciables, et la révision technique du titre lui fait un bien fou au niveau visuel et sonore. Bref, Final Fantasy XII apporte des changements bienvenus, tout en restant lui-même, comme s’il avait subi une cure de jouvence. Une œuvre, qui même inachevée a apporté sa pierre au genre des jeux de rôle, et que je conseille grandement de redécouvrir.

 

Les points positifs :

Ivalice

Le scénario et ses enjeux

Le système de combat

Les Gambits

Le système de classes

Le lifting graphique

Les musiques réorchestrées de Sakimoto et les morceaux inédits

Choix entre voix anglaises et japonaises

Traduction littéraire

Durée de vie

Imaginons si il y avait eu toutes les idées de départ…

 

Les points négatifs :

Mêmes défauts que l’original

Un méchant qui manque de charisme

Quelques problèmes de structure et de réalisme

Test réalisé avec une version achetée par mes soins dans le commerce.

TFGA Spécial : Renaissance

Alors que nous avons cru que le concept des TFGA serait enterré à jamais, voilà que Alex surprend tout le monde en annonçant leur éventuel retour, du moins au moins pour un numéro spécial, intitulé « Renaissance ». Renaissance ? Oui, du concept. Mais le thème vise essentiellement les remakes de jeux, ou les titres qui ont connu une seconde jeunesse. Il est vrai qu’en cette période de « remasters » et remakes à tout va le thème est d’actualité. Alors voici les 5 jeux reliftés, ou réédités, que j’ai sélectionnés. Pour certains, j’y ai joué, et d’autres devraient vite arriver et j’ai hâte de les voir de nouveau.

5-Day of the Tentacle Remastered : le summum des jeux Lucas Arts

Day of the Tentacle Remastered_20160501103004

Le temps de mes années collège et du club informatique transparaît dans cette cinquième place. Day of the Tentacle m’a marqué, par ses personnages, son humour, et ses énigmes bien tordues. Si vous ne connaissez pas le jeu d’origine, je ne saurai que vous conseiller de faire le remake, qui reste absolument fidèle à l’esprit de l’original même dans ses graphismes. Je connaissais tellement bien le jeu que j’ai réussi à le platiner sur PS4, et pourtant, je ne cours pas forcément après, parce que faire 500 pompes en 30 secondes sur 1 doigt dans un jeu pour le décrocher, ça me gave sévère. Alors il est vrai que j’ai bouclé l’aventure en 5 heures, mais si vous ne connaissez pas, comptez au moins le double. Et pour les fans, la version remasterisée de Full Throttle vient de sortir. Mais je me demande, pour les deux, si cela vaut vraiment 15 €  notamment pour les connaisseurs des originaux, ou s’ils ne méritent pas une petite baisse de prix, quand même…

4-Tomb Raider : Anniversary : Un remake pour presque un autre jeu

Tomb_Raider_-_Anniversary

Rejouer au premier Tomb Raider dans sa version d ‘origine de 1996 relève aujourd’hui du supplice.Décors en 3D pixélisés et polygones anguleux-allant jusqu’à la poitrine triangulaire de Lara, sauvegardes limitées par l’utilisation de diamants, et surtout, une jouabilité archi-raide. Le titre est témoin d’une époque, et si on savait s’en contenter, il accuse son âge. Depuis, la série a connu des reboots, avec une histoire de Miss Croft réécrite au fil des développeurs et éditeurs. En 2007 sortit Tomb Raider Anniversary, sur  toutes les consoles de l’époque. Le jeu reprend la base de l’original, mais en améliore le level design, je peux vous dire que certains niveaux sont nettement moins chiants à passer, il est devenu également beaucoup plus beau, instaure des checkpoints et des sauvegardes plus fréquentes, mais surtout,  il bénéficie d’une jouabilité beaucoup plus souple. Lara a de nouveaux mouvements, et peut même ralentir le temps pour éliminer les ennemis. Mieux, elle est équipée d’un grappin, ce qui permet de faire de nouvelles énigmes. Bref, un remake de qualité, comme on aimerait en voir plus souvent.

3-Final Fantasy XII : sa beauté viendra bientôt sur écran HD

Ff12cast

Je fais partie de ceux qui ont adoré Final Fantasy XII malgré ses défauts. Oui, il est différent. Oui, il a été fait par une grosse partie de la team à l’origine de Vagrant Story. Final Fantasy XII peut se vanter d’avoir un monde ouvert crédible, et plus vivant que celui de FF XV, qui s’est lamentablement planté sur ce point. Ce douzième épisode est également très beau… sur TV cathodique. Lorsqu’il est sorti, la HD commençait tout juste à arriver, et le consommateur devait choisir entre un HD ready et un Full HD en matière de téléviseurs. Mais justement, sur écran HD, le jeu ne passe plus du tout. Les textures bavent, les couleurs sont plus ternes et le tout pixelise pas mal. C’est pour cela que j’ai hâte d’être au 11 juillet prochain, pour voir comment le lifting graphique fera des miracles sur écrans HD, avec, en plus les ajouts de la version Zodiac Job System japonaise… Square avait bien réussi le lifting de Final Fantasy X, donc je me dis qu’il n’y a aucune raison qu’ils se foirent là dessus.

2-Star Ocean : Till the End of Time: Un lifting pour effacer les ravages du 50Hz ?

SO 3 cover

Le troisième Star Ocean a subi moins de dégâts que le jeu précédent, et fait l’objet d’un remake qui est déjà sorti au Japon. Sa sortie européenne, uniquement sur le PSStore ne devrait plus tarder, du moins je l’espère. J’aimerais voir les améliorations, ne serait-ce que visuelles. Parce que, inutile de le nier, le titre avait déjà subi des dégâts en passant en Europe, et bien que le 50 Hz n’ait pas fait autant de ravages que pour Final Fantasy X à l’époque ( les personnages qui couraient au ralenti!), l’optimisation s’est faite au prix de deux grosses bandes noires en haut et en bas de l’écran. Alors oui, ce dernier très bon épisode de la saga (comment ça, je suis méchant ? Mais non, c’est une vérité…) méritait bien quelques retouches. Attention toutefois, si vous voulez vous lancer dans le jeu : la difficulté est assez élevée, et vous mourrez si vos MP arrivent à zéro. Et les ennemis ne se priveront parfois pas de vous en enlever. Je crois que j’en ferai enfin une critique sur le blog, d’ailleurs…

1-Persona 4 Golden : un remake en or pour la Vita

2013-02-23-222139

Et c’est un jeu Persona qui occupe la première place ! P4G est une version améliorée de P4. Pas forcément sur le plan graphique, si ce n’est des effets de lumières et des graphismes lissés et adaptés à l’écran de la Vita, mais le jeu propose des arcanes de tarot et des Social Links supplémentaires, un nouveau personnage, ainsi qu’une histoire enrichie.  Vous pouvez aussi demander de l’aide aux joueurs connectés si vous êtes coincés dans les donjons ou si un boss vous cause des difficultés. Impossible d’oublier ce grand jeu de la Vita, qui est maintenant à 5 ou 6 €, si vous ne l’avez jamais fait, c’est le moment ou jamais. D’ailleurs, je vais en profiter pour dire quelques mots sur Persona 5. Je ne le testerai pas sur le blog, parce que je suis rédacteur pour JVL et je l’ai fait là-bas. Mais je peux toutefois dire que le jeu est une claque, définitivement. Qu’il est sans doute un des meilleurs RPG japonais jamais faits, et que vous devrez vous attendre à des surprises dans tous les domaines. De plus, si vous n’avez pas de PS4, il est également sorti sur PS3. Oui bon, l’anglais, tout ça… Arrêtez de m’énerver, merci, parce que quand je vois les prétendus joueurs lui mettre entre 0 et 5/20 dans les tests des lecteurs d’un certain site très connu, juste à cause de la langue, ça me met dans une rage que vous ne pouvez pas imaginer. S’ils savaient ce que coûte une traduction… Non, ne me parlez pas de l’excuse Google Trad, vous voulez vraiment me fâcher ou bien ?

Mais Jul, tu n’as pas parlé de Final fantasy VII remake, et pourtant, dieu sait combien tu adores aussi ce jeu… C’est vrai. Mais je n’en ai pas parlé parce que j’ai peur. Enfin, peur… disons que j’éprouve vis à vis de ce remake, qui apparemment n’est pas près de sortir, un sentiment de curiosité de d’attente. Le fait qu’il soit découpé en épisodes me refroidit grandement. Et j’espère que les scénaristes, s’ils promettent d’explorer d’autres facettes et d’autres lieux, n’ont pas enlevé l’événement majeur de la fin de la première partie du jeu original. Que tout le monde connait, depuis 20 ans, mais bon…

Voilà, c’est tout pour cette fois, je vous dis à bientôt pour un nouveau TFGA.

Pour terminer, quelque chose qui n’a rien à voir avec cet article, je veux juste faire une mise au point par rapport à un commentaire qui m’a particulièrement déplu concernant Jeux Vidéo Pratique. On a le droit de ne pas être d’accord, bien que je soupçonne cette commentatrice d’être quelqu’un de l’équipe rédactionnelle. Mais pas d’affirmer que nous sommes payés pour dire du mal, ou du bien de quoi que ce soit. Ce blog est fait à titre bénévole, et ce sont nos sous qui sont investis lorsque nous parlons de quelque chose. Donc, si nos mains ne sont pas remplies d’argent, au moins, elles sont propres.

[médias]Final Fantasy à l’honneur sur D8

En général sur le blog, nous n’aimons pas trop parler de la télévision , à cause du traitement qu’elle réserve généralement aux jeux vidéo, notamment quand il s’agit de médias généralistes.  Mais, pour une fois qu’une chaîne nationale  va parler d’une saga très connue dans le milieu, on ne va pas s’en plaindre.

Donc, demain soir à 22h45, D8  va diffuser le documentaire intitulé Final Fantasy : La saga culte. Le programme durera une heure et demie,  et il y aura  entre autres, les interventions de Chloé Woitier, journaliste au Figaro et Erwan Cario de Libération.  Je n’ai pas vu le programme donc je ne jugerai pas,  et si les fans de la série  n’apprendront pas forcément quelque chose de plus, cela peut faire une ouverture au grand public,  donc pourquoi pas. Programmez vos box si vous n’êtes pas là ( quelqu’un se sert encore des magnétoscopes ?) car il serait dommage de ne pas voir un programme parlant de jeux vidéo en bien sur chaîne de la TNT…

Final_Fantasy_wordmark.svg

TFGA 11 : Les paradis de vacances pour joueurs (Julius)

Le soleil et la chaleur de cet été ont sans doute inspiré Alex pour ce TFGA d’août… Voici donc les lieux où on partirait bien en vacances. Mon agence de tourisme en a dégoté cinq qui vous feront voir du pays.

Bonjour et bienvenue chez VoyaJ, notre agence de tourisme virtuel ! En cette fin d’été, vous vous dites que partir en vacances pour des lieux encore chargés de mystère mais pas encore trop prisés des touristes serait une bonne idée ? J’ai pour vu le top 5 de cet été des lieux insolites qui ont le plus plu à nos clients.

5) Columbia- BioShock Infinite

Si vous aimez la vie au grand air, l’altitude et que vous cherchez du repos, pourquoi ne pas visiter Columbia, la célèbre cité céleste ? Découvrez l’aérotram, ses quartiers suspendus, ses monuments géants, ses mécanismes d’autrefois, dans un ciel toujours bleu. Prendre un café en terrasse n’a jamais été aussi agréable. Columbia, une ville douce comme un bonbon pour oublier tous vos soucis, une bouffée d’air frais dans votre quotidien.

Bioshock Infinite Columbia

4) Asgard et Midgard : Valkyrie Profile

Deux mondes pour le prix d’un, vous vous rendez compte ? Dans Valkyrie Profile, vous pourrez explorer la richesse de Midgard, de son patrimoine, de ses régions, de ses monuments. Partez sur les traces du Ragnarok, l’ancienne guerre des dieux. Irez vous vous recueillir devant la tombe de Platina dans le Weeping Lilly meadows ? Visiter les îles de l’Est ?

Asgard est cependant d’accès plus restreint, et peu de lieux sont ouverts au public mais la Cathédrale d’Odin, le Palais des Géants ou l’Yggdrasil sont ouverts.

Weeping_Lily_Meadow

3) Ivalice- Final Fantasy Tactics/ Final Fantasy XII/ Vagrant Story.

Ivalice est un endroit remarquable par la variété de ses architectures, de ses paysages et des gens qui y vivent. Vous voulez faire un trek dans la jungle de Golmore ? De l’alpinisme dans les Gorges de Paramina, ou explorer le patrimoine architectural d’Archadès, de Dalmasca ou de la région de Valendia ? Traverser le désert à dos de chocobo ? Ou même bronzer sur les plages de sable blanc de la côte de Phon ? C’est bien simple, Ivalice vous permet de tout faire. Je ne vous ai même pas mentionné les temples des rois de naguère eux qui ont forgé l’histoire de ce lieu,ou les différentes curiosités naturelles de ce monde. Pour un peu une vie ne suffirait pas à tout voir ! Et grâce à Air Ivalice, vous atteindrez les diverses destinations en un rien de temps !

Pharos_at_ridorana

2) Bordeciel-Skyrim

Combien d’heures n’ai-je passées dans Skyrim ? Je ne saurai dire. Toujours est-il que cette province du nord de Tamriel abrite des nordiques fiers et orgueilleux, mais c’est surtout une richesse sans précédent : hautes montagnes, villes et ruines millénaires de plusieurs civilisations, l’amateur de vieilles pierres trouvera de quoi visiter, de quoi commenter au niveau architecture. La faune et la flore valent aussi le détour. Le climat nordique en fait une région climatisée en cas de fortes chaleurs ailleurs en été. De plus, profitez du confort des auberges chauffées et du chant des trouvères pour égayer votre repas qui est réputé bien copieux. Bordeciel, une étape rafraîchissante au cœur de votre été.

Je me dois toutefois de vous informer des précautions prendre si vous voyez un dragon :

Les dragons pullulent en Bordeciel et ce sont des animaux puissants. Si vous en voyez un, n’intervenez pas vous-même, voici ce que vous devez faire :

mettez-vous à l’abri, ne laissez pas sortir vos enfants et attendez que le monstre passe, ne cherchez pas à attirer son attention. Vous êtes autorisé à demander asile à l’habitant, ceci étant un cas de force majeure. Parlez-en à un garde, à un soldat ou à un Dohvakhin, qui sont habilités à tuer les dragons trop menaçants envers les gens.

Ceci était un communiqué de l’office de tourisme de Bordeciel.

Markarth

1) El Nido –Chrono Cross

Et la destination vers le monde de Chrono Cross arrive chez nous en première position ! voyage dans les tropiques ça fait rêver ! Quasiment toute la carte est faite d’îles et il n’y a qu’à voir comment sont vêtus les habitants des différents lieux pour deviner qu’il ne fait pas froid dans ce monde…Un monde basé sur la mer, toujours bleue et chaude, des plages de sable blanc mais attention, certains lieux sont toutefois déconseillés à la visite, comme la Mer d’Eden, qui n’a rien d’un paradis, ou la Mer Morte, qui l’est vraiment… Cela n’enlève rien à la beauté des îles et des lieux qui sont ouverts aux touristes. Vous pourrez même converser avec de sympathiques dragons. Pour la plongée rien de mieux qu’un tour dans le Triangle d’El Nido pour y observer la faune sous-marine. El Nido, un véritable nid d’amour pour les touristes.

OpassaBeach

Voilà le top des destinations chez nous. Le Far-West et les environnements urbains sont en léger déclin mais ils sont au top chez nos concurrents et néanmoins amis. N’hésitez pas à aller les voir… A bientôt pour un prochain TFGA.

Adieu la PS2…

Sony a décidé de mettre fin hier à la production de la PlayStation 2. c’est à dire qu’une fois les stocks écoulés, elle ne sera plsu trouvable que sur le marché de l’occasion.  Console qui a connu le succès, maintenant deuxième console la plus vendue vendue de tous les temps derrière la DS de Nintendo, alors qu’elle était encore en tête quelques jours avant Noël. Lancée le 4 mars 2000 au japon ,le 26 octobre en Amérique du Nord et le 24 novembre de la même année en Europe, cette console au look de monolithe noir affublé de « PS2 » en dégradé de bleu sur une typo futuriste,  surfait sur la vague crée par la première PlayStation. Ça a marché, et pour cause, la console était 100% compatible, avec les jeux mais aussi les accessoires comme les cartes mémoires de cette dernière. De plus elle pouvait lire les DVD qu’il s’agisse de jeux ou de films, mais ce dernier usage était déconseillé ( usure de la lentille). La console connut une évolution en 2004, avec une forme plus légère.  J’ai vécu des moments de dingue avec elle. Alors voici une petite sélection maison de jeux qu’il faut avoir fait sur PlayStation 2 :

Devil May Cry

Le jeu qui m’a clairement donné envie d’acheter la console. Malgré une version 50 Hz ralentie, je me suis éclaté commejaquette-DMC1 un dingue en compagnie de Dante  dans cette aventure où combats homériques contre des ennemis ou des boss énormes sur fond de rock furieux  riment avec style. Car Dante, il est classe. On pouvait alterner deux style de combats : à l’épée  ou aux flingues. Sans compter les différentes orbes à ramasser pour faire évoluer son équipement auprès du dieu du temps… De plus le jeu était assez long et comportait des objectifs secondaires.

 

 

Jak and Daxter ; The Precursor Legacy

Jak daxter coverLicence apparue sur cette console, le premier Jak and Daxter détonait sur la console. On retiendra son aspect cartoon, ses beaux graphismes , son gameplay  bien pensé et l’excellent doublage français. Dans le jeu  Jak doit aider son meilleur ami Daxter transformé en loutre suite à une chute dans un chaudron d’Eko noire à retrouver sa forme originelle. Le jeu est très amusant et très drôle,  varie les plaisirs et est parfait pour des enfants. En revanche j’ai été moins emballé par les deux suites.

 

 

Time Splitters 2:

Un de mes FPS préférés. Plus long, mieux réalisé, plus mature que l’épisode précédent, Time Splitters 2 assurait déjà avecTS2 cover son mode solo conséquent, mais en multijoueur, il devenait jouissif. Seul face à des bots gérés par l’ordinateur ou avec des amis, les divers modes jouables jusqu’à 4  offraient suffisamment de plaisir pour y jouer très longtemps. Le jeu comportait 95 personnages à débloquer et un éditeur de cartes.

 

 

Resident Evil 4:

RE4 coverMis à part des différences graphiques somme toute assez mineures,  cette version n’a rien à envier à  celle sortie sur GameCube.  Leon Kennedy part sauver la fille du président des Etats-Unis  au fin fond de l’Espagne dans un village reculé sous l’emprise d’une secte. Une aventure de 15 à 20 heures offrant trois grands lieux de jeu, des combats de boss mémorables  et un gameplay plus souple qu’avant en font un incontournable, malgré un scénario de Série B. Cette version offre, de plus, des modes de jeu supplémentaires, ainsi que des costumes alternatifs.

 

 

Metal Gear Solid 2 : Sons of Liberty

Metal-gear-solid-2-sons-of-liberty-ps2-cover-front-eu-49555Un grand jeu. L’ histoire se passe en 2005, trois ans après les évènements du premier MGS . Je sais que beaucoup n’ont pas aimé à cause de l’arrivée de Rayden après un premier acte mémorable sur un bateau, et pourtant… Le jeu accroche,  avec une histoire complexe virant à la limite du surréalisme à la fin du jeu,  des boss superbes, et un gameplay  bien pensé tout en y incluant des nouveautés.

 

 

Metal Gear Solid 3 : Snake Eater

Cette fois, nous sommes plongés en pleine Guerre Froide, dans les années 60. Le gameplay change une fois de plus pourMGS3 cover une expérience incluant la survie : masques de camouflage, nourriture à trouver et dégâts à réparer seront à prendre en compte.  Mais MGS 3 n’est pas que ça. C’est aussi une histoire de trahison et de  prolifération nucléaire qui menace le monde. On y apprend les origines de Big Boss.  Les boss du jeu portent tous le nom de sentiments humains : The Fear, The Pain, The Sorrow… Et il  existe plusieurs façons de tuer The End!

 

 

Shadow Hearts : Covenantcover Shadow Hearts 2

Il ne pouvait pas ne pas figurer dans mon classement, car je l’ai préféré à Final Fantasy X et reste pour moi LE RPG marquant de la console. Suite directe du premier Shadow Hearts, on retrouve Yuri qui est cette fois ci victime d’une malédiction lancée par une secte du nom de Sapientes Gladio. Il va donc parcourir le monde en proie à la Première Guerre Mondiale pour tenter de l’arrêter… Ce deuxième épisode sublime son aîné en matière de réalisation, de musique, mais aussi au niveau du système de combat, grandement amélioré, avec plusieurs possibilités de coups et de combos très bien gérés. Le jeu tient sur 2 DVD, lui garantissant ainsi une durée de vie conséquente. une critique ( ainsi que celle des  2 autres SH) est présente sur ce blog à la rubrique « Level Up ».

Final Fantasy XII

Un FF fait par Matsuno  se  devait de figurer ici.  Soyons clair, il ne mérite pas un 40/40 . il est cependant beau, épique, FF XII coverlong, FF XII n’a pourtant pas fait l’unanimité à cause de son côté MMO Offline non assumé et certains de ses personnages.  Il est vrai que Vaan et Penelo sont deux gamins qui auraient dû avoir un rôle secondaire… S’ils vous débectent tant, laissez-les dans la réserve et combattez avec d’autres… Perso je salue la prise de risque pour le système de combat en semi-temps réel et le système de Gambits permettant de donner des ordres aux coéquipiers. Et j’ai toujours rêvé d’explorer Ivalice et sa mythologie propre, force est de constater qu’ici je suis servi. une critique longue est à venir ( sans doute en 2013),  parmi les défauts,  je regrette la grille des permis qui me semble juste inutile,  et de grosses incohérences dans la structure de certaines villes. Mais le jeu ne contient que la moitié de ce qu’il aurait du être, Squix ayant pressé les programmeurs de finir après avoir écarté Matsuno du projet . Mais le maître continua de travailler jusqu’au dernier moment sur les masters en donnant des ordres et des conseils à l’équipe de développement.

Drakengard

Drakengard coverLes deux Drakengard sont à faire, mais j’ai trouvé le premier plus marquant. Subtil mélange entre Panzer Dragoon et Dynasty Warriors, le jeu ne vous séduira pas par  sa réalisation technique : clipping et brouillards à gogo, personnages raides… Cependant le travail du scénario et des personnages est tel que si on accroche,  on est happé par cette aventure, qui propose des phases à pieds, à dos de dragon où mélangeant les deux, et qui est de plus assez longue. Plus on utilise une arme, plus elle évolue. le jeu comporte 4 fins, toutes étonnantes. Le studio cavia surprenait déjà son monde.

 

 

Zone of the Enders  : the second runner

Suite du premier ZoE,  ce deuxième volet signé Kojima commence lorsqu’un mineur de Callisto, une des lunes de Jupiter,zoe 2 cover tombe sur le Jehuty, un orbital frame enseveli sous une couche de minerai. Mais l’engin est aussi convoité par l’Empire Bahram… Scénario épique présenté en cinématiques animées,  gameplay nerveux, excellente réalisation, le jeu a tout pour plaire, et ne conserve qu’un seul défaut de son ainé : il est trop court. Mais si vous aimez les méchas et les jeux dans lesquels on a pas le temps de souffler,  il est clairement fait pour vous. 

 

 

J’aurais pu mettre ICO et Shadow of the Colossus. mais je ne les ai pas fait personnellement, donc je ne vais pas tricher. On ne m’en a dit que du bien et je pense que je ne vais pas tarder à les faire si je les trouve.

Voilà pour cette petite sélection personnelle… La PS2, des moments… bien.  Bien entendu, il y aurait d’autres jeux, et la console dispose de tellement de jeux ( et des bons) que tous les lister  prendrait un annuaire entier. Après, tout cela dépend de l’expérience de chacun. 

Julius