Archives du blog

Faut pas avoir honte…

En effet, il ne faut vraiment pas avoir honte pour oser sortir en DVD et Blu-Ray sans doute un des pires films de 2013 si ce n’est dans son genre.  Je veux bien sur parler de Die Hard: belle journée pour mourir, le cinquième film  de la franchise Die Hard, que John Moore, le réalisateur,  a allègrement massacré : filmé avec les pieds, scénario pourrave , méchants ayant autant de charisme qu’une huitre,  pour plus de détails je vous invite à voir  ma critique assassine  ici même  dans la rubrique  » les sous-doués font un film » ou sur le lien en fin d’article.  Gaspiller des ressources pour ça, quel gâchis. Déjà que ce truc innommable  ne méritait pas les 10 € d’une place de ciné ( merci le pass illimité, pour ma part),  il vaut encore moins le prix d’un DVD ou d’un Blu-Ray.  Cela n’a pas empêché Jeuxvidéo.com de faire un concours pour gagner le DVD… Un conseil, n’y participez pas. Quitte à faire gagner un film autant choisir autre chose… 

Donc, mercredi 26 juin, si vous voyez ce navet en tête de gondole, passez devant sans rien dire et ne le prenez sous aucun prétexte, à moins  d’aimer le masochisme… Vous ne pourrez pas le revendre dans le dernier Animal Crossing, malheureusement…  Pourtant le cours du navet est assez élevé je crois…

Julius

( un article plus consistant arrivera d’ici demain..)

https://datafr.wordpress.com/2013/02/23/critique-cine-sanglante-die-hard-belle-journee-pour-mourir/

[Critique ciné sanglante] Die Hard : Belle journée pour mourir

Je ne m’attendais pas à voir un chef d’oeuvre. J’ai vu une sombre merde sans queue ni tête.  En tant que fan des trois premiers films,  je me suis dit que je devrais lui laisser sa chance, mais quitte ou double , soit la  saga se relève, soit elle est définitivement morte. Ce fut la deuxième réponse.  Parce ce truc, pour un peu nous ferait réévaluer le quatrième film de la franchise. John Moore n’a visiblement pas vu un seul des trois premiers Die Hard, et viole tous les codes de la série. En fait, il y a tellement de choses qui ne vont pas…
Premier problème : lorsque le filme début, on se croirait dans un Jason Bourne. Une sombre histoire de dossier… pfff… ouais d’accord. Mais si je veux voir du Jason Bourne, je vais voir un film qui s’assume comme tel.
Deuxième problème : cette fois, ce n’est pas les ennuis qui arrivent sur la tête de MacClane, c’est MacClane qui va les chercher. Autrement dit, pendant que papa sauvait les citoyens, en tant que flic, il ne s’occupait pas du fiston, lequel a fait des bêtises, alors les deux hommes ne se parlent plus depuis des années mais le papounet décide d’aller lui sauver la mise alors que ce dernier est en Russie. Mais ici, c’est MacClane Rambo qui va apprendre au rejeton comment se débrouiller. Dans Die Hard 5, il n’a plus rien du flic cynique et désabusé qui faisait sa force dans les trois premiers, et si c’était déjà en perte de vitesse dans le quatrième avec ses relents néo conservateurs, il savait conserver quelques phrases bien ironiques. Dans cette bouse, l’humour ne fonctionne JAMAIS. C’est bien simple, ce n’est pas un flic au niveau de ses citoyens, là, c’est un super-héros. Moore n’a pas compris non plus que dans un Die Hard, les civils sont… des gens lambda. Ignorants des dangers mais qu’il faut protéger, voire sauver. Pourquoi MacClane met il un russe sur le carreau ??? C’est ça le boulot d’un flic ? Ah oui pardon, j’ai oublié, il est en vacances, officiellement… C’est cool aussi d’écraser PLEIIINNNN de voitures avec un 4×4, et vu l’état de certaines, si ce n’était pas du cinéma, je suis sur qu’il y aurait eu des morts au volant !!! Un tel mépris, c’est n’importe quoi.

Troisième Problème, et non des moindres, le scénario lui-même. Skip Woods, qui l’a écrit, n’a jamais vu un des trois premiers Die Hard. Le résultat est catastrophique. le duo Willis /Courtney ne fonctionne jamais. Outre ce que j’ai déjà évoqué, il ne respecte même pas l’unité de temps et de lieu. Quelle idée de faire la dernière partie du film se déroulant à… Tchernobyl! Que nos héros font en bagnole en deux heures de temps alors que dans la réalité, de Moscou, il y a facilement 1000 kilomètres,si ce n’est plus. D’autant que si les méchants du film y vont avec des combinaisons anti radiations, avant de pulvériser un gel qui neutralise la radioactivité, ( oui, vous avez bien lu!), les MacClane Père et fils, eux, y vont sans rien. Et bien entendu… ILS VONT TOUT FAIRE PETAY, survivant même à une grenade incendiaire sans être brûlés. Remarquez, le fifils avait déjà survécu à une balle de mitraillette d’hélicoptère…On en est plus à une invraisemblance près, n’est ce pas, après tout ce que j’ai déjà cité… En réalité, le scénario a une intrigue inexistante, aucune punchline digne de ce nom, des retournements de situations juste foireux, mais qu’on voit venir à des kilomètres, le résultat, c’est que rien ne fonctionne.

Quatrième problème : la réalisation du film a été confiée à John Moore. JOHN MOORE !!! Le responsable du pitoyable Max Payne au cinéma. Vous savez quoi ? A côté, Len Wiseman a fait du Tarantino avec le quatrième film. C’est raté à un point que vous ne pouvez même pas imaginer. Ça tremble de partout, à croire que Moore est atteint de la maladie de Parkinson, c’est flou sur beaucoup de plans, quand ce n’est pas zoomé à mort, bourré de faux raccords,mais surtout, les scènes d’actions sont justes illisibles. C’est filmé en dépit du bon sens, et pire encore, je crois que c’est à cause de ça que l’ennui vient, d’autant que des features de la bande-annonce ne sont même pas présents dans le montage final du film !!!! Le pire c’est que non seulement Moore ne sait pas réaliser, mais en plus, il ne sait pas diriger ses acteurs. Jai Courtney cabotine, Bruce en a marre ( et je le comprends), et au bout d’un moment, le spectateur aussi. Vous n’avez jamais baillé devant un film d’action auparavant ? Ça risque bien de vous arriver! La seule chose que j’ai aimée ? Mary-Elizabeth Winstead. Mais elle n’apparaît que trop brièvement et n’a que quelques secondes de dialogue.

Vous l’avez compris, ce film est un ratage total, et foirer quelque chose d’une série qui réinventa les codes du film d’action en son temps, on se demande encore comment cela est possible. Le film n’a aucun potentiel nanar,  et rate même le coche de demeurer  si un mauvais Die Hard, un film d’action sympathique.  Un exploit qui tient du prodige. Mais cela n’a pas empêché Bruce Willis de dire qu’il en ferait bien un sixième. Sauf que je n’en veux plus. Si un sixième film sort un jour, j’attendrai qu’il passe un dimanche soir à la télé, avec deux coupures pub.Le cadavre Die Hard, déjà agonisant, à terre, aurait pu se relever, mais vient d’être achevé à grands renfort de coups de pieds dans les côtes de la part de Skip Woods et John Moore. Yppie Kaï Yay, pauvres cons!

Julius

affiche die hard 5

Die Hard : Belle journée pour mourir ( A good day to die hard)

Réalisation : John Moore

Scénario : Skip Woods

Durée : 1h38 

Genre : navet

Avec : Bruce Wilis, Jai Courtney, Mary-Eklisabeth Winstead…

En salles depuis le 20 février 2013

 

Cinéréalité #1

Bienvenue dans Cinérealité, un article  pas du tout objectif qui permet de basher certains réalisateurs qui s’acharnent à massacrer le cinéma. Et on commence fort, en parlant de Michael Bay.  Surement frustré que l’un des auteurs du comics original des Tortues Ninja ait mis son grain de sel dans le script qu’il prévoyait de faire, et l’ait qualifié de   » bon pour la poubelle », voilà t-y pas qu’on annonce la sortie de Transformers 4 pour 2014. Et merde… Je me demande ce qui vaut mieux, en fait : massacrer une nouvelle licence, ou continuer à s’acharner le cadavre d’une  d’entre elles qui devra attendre pour  avoir un film digne de ce nom ? Une chose est certaine, il n’y aura plus de Shia LaBeouf  dedans. D’un côté,  j’ai du mal à le voir revenir en arrière après la performance  qu’il a faite dans Des Hommes Sans Loi

Puisqu’on est dans les tâcherons, tiens, laissez-moi vous raconter l’instant Kikoolol du jour aux abords d’un cinéma. Alors que je regardais le panneau des films diffusés pour la semaine dans les cinémas de ma ville, voilà-t-y pas que trois greluches se ramènent.  Et là, une d’entre elles sort texto en désignant le film du doigt :  » Han le nouveau Resident Evil, il a l’air trop bien , faut que j’aille le voir en revanche le reste c’est à chier! »  Me suis retenu de lui demander si elle avait joué ne serait-ce qu’à un seul jeu de la saga. parce que le Resident Evil Retribution,  il est fait par Paul W.S. Anderson, ce qui me fait craindre le pire, vu le massacre en règle des jeux dans les films. Mais kikoo, il est en troidé et ça c’est trop bien !  Perso je préférerais aller voir le dernier Oliver Stone, sorti le même jour…

La réalité du  monde du cinéma est actuellement celle-ci : Anderson et Bay , tâcherons des années 2000-2010 vivent dans leur villa peinards, avec des millions sur leur compte en banque. Pendant ce temps, John Mac Tiernan, réalisateur de certains des plus gros actionners  des années 80-90 ( Predator, Piège de cristal,  Une journée en Enfer ) a pris un an de prison ferme, impliqué dans une affaire d’écoutes illégales… Mais bon, fallait pas se comporter comme un imbécile, non plus…