Archives de Catégorie: Lis tes ratures

Tribune libre. Vous pouvez aussi demander à y écrire si vous avez un message ou de l’inspiration…Juste une consigne : pas de prosélytisme, aussi bien religieux que politique.

[contribution] La super croquette de Proust ou pourquoi j’aime Persona 4 golden

L’article présenté est une contribution offerte par Gaki, un ami. Il tenait à affirmer son amour pour Persona 4 Golden sur Vita et à rappeler  tout ce qu’il est possible de faire dans le jeu, en  se plaçant dans la peau du héros. En espérant que ce rappel sur cet indispensable de la console portable de Sony vous plaira. Je lui laisse maintenant la parole.

Soyons clair, dans la vie de chaque joueur, il y a des jeux qui nous ont marqués à vie, qui nous rappellent des souvenirs forts de notre jeunesse. Pour certains, ca va être le premier niveau de Super Mario Bros. sur NES, pour d’autres le combat contre Dracula dans Castlevania ou même pour les plus jeunes un combat épique dans God of War. Dans mon cas, mon jeu “Prousteque” est un jeu assez récent dans l’histoire du jeu vidéo : il s’agit de Persona 4 Golden, qui est simplement le remake PSVita de Persona 4 sorti sur PS2 en 2009.

Pourquoi mon choix s’est -il porté sur ce jeu en particulier alors qu’il existe des multitudes de jeux aussi bien ? Tout simplement parce que jouer a P4G est une expérience de vie unique. Je tiens a préciser que je ne vais pas faire une autre critique du jeu ( qui a déjà été magnifiquement chroniqué par Julius) mais simplement vous donner mes raisons de mon amour pour ce magnifique RPG et mes souvenirs liés a ce dernier. Je ne serai donc pas du tout objectif et je vous promets de ne pas “spoiler” nos lecteurs qui n’auraient pas encore joué a P4G .

2013-03-05-164205

Bienvenue a Inaba

Quand je relance ma sauvegarde New Game+ de P4G et que je redémarre un run, je me sens immédiatement chez moi,comme si Inaba était ma seconde ville natale virtuelle. J’y retrouve mes ami(e)s, mes ennemis, mes soucis et mes joies. Je me sens comme chez moi dans ma petite chambre avec mon canapé usé , mon futon bien roulé (avec, selon certains amis, des choses que j’aime cacher en dessous) et ma petite télévision. J’aime travailler sur ma petite table a faire des enveloppes ou bien monter des maquettes de Jack Frost ou de mon scooter .

2013-02-22-164056

Quand je sors en ville, je revis lorsque j’ interagis avec mon vendeur préféré d’armure un peu brut de décoffrage, à écouter les élans philosophiques de mon énigmatique mentor au long nez et de son assistante a la fois séduisante et mystérieuse. Je vais me renseigner sur le meilleur tofu puis vais admirer les tissus dans le nord du centre ville .

Lorsque je ne suis pas chez moi ou en ville, je profite de ma vie provisoire de lycéen d’une ville de campagne en rentrant en interaction avec mes ami(e)s et mes professeurs (même si certains me traitent ouvertement de crétin). Il m’arrive de sécher les cours pour faire du shopping avec une amie riche, ou alors vais aussi souvent travailler mon jeu d’acteur, mes talents musicaux ou bien perfectionner mes dribbles sur le terrain de basket .

2013-02-22-170010

Quand la réalité me rattrape et que je dois enquêter avec mes partenaires sur la vague de crimes qui touche ma ville d’adoption, il m’arrive de devoir attendre que le rayon télévision de Junes se vide de ses clients afin de pouvoir aller faire mon devoir et combattre le mal, même si parfois je dois affronter le coté sombre de mes ami(e)s,mais c’est pour leur bien. Mon mentor et son assistante sont encore là pour me soutenir et il m’arrive d’avoir un mignon petit animal en soutien même si ce dernier aime un peu trop l’argent parfois .

heartbeat heartbreak

Je suis apprécie dans ma ville et parmi mes amies pour mon charisme. Il m’arrive d’etre fidèle à une seule fille à qui je donne tout, que ce soit mon temps ou mon amour. Il m’arrive aussi, selon mon humeur , d’être un peu plus volage et de partager mon amour et mon temps libre avec plus d’une petite amie. Mais les événements de la vie me rattrapent assez vite et les choix cruciaux arrivent… Je dois donc choisir en conséquence qui sera avec moi pour Noël ou une certaine fête de février appréciée des couples.

Ces moments sont malgré tout une source de joie, quand mes amours me déclarent leurs flammes, en toute honnêteté et d’une manière vraiment craquante. Je peux prendre des risques pour elles, combattre à leur cotés ou les soutenir moralement dans leur problèmes de la vie .

2013-03-05-201703

Mais il n’y a pas que l’amour dans la vie et mes amis sont aussi une part importante de ma vie. Ils nous arrive de nous battre pour prouver notre amitié. Je suis aussi très souvent assez franc avec eux afin qu’ils réalisent qu’ils vont dans la mauvaise direction .

Ma famille est aussi primordiale et j’ai appris avec le temps à me faire accepter par mon oncle et ma jeune nièce. Grâce au temps consacré pour eux, je suis devenu un membre important de leur monde , malgré le fait que je ne les connaisais presque pas au début .

Pour moi, Inaba avec les trois mots suivants : famille, amis et amours .

2013-02-22-172042

no music, no life

Dans mon voyage , je suis accompagné par un certain Meguro-san qui m’aide a me sentir chez moi parfois, qui me fait comprendre que je dois profiter des moments avec mes amis ou bien que la situation s’aggrave et que je dois agir au plus vite. C’est là qu’on se rend compte de la puissance de la musique de ce jeu, qui arrive avec juste des notes et des arrangements, a faire que ma personne humaine puisse se projeter de manière totale dans mon avatar de 1 et de 0.

Jouer sans son à P4G est une hérésie à mon sens même si la musique de certaines “émissions” télévisées que je regarde peut parfois me lasser un peu . Et je ne parle pas de la musique du télé-achat que je regarde tous les dimanches a la recherche de la perle rare .

La période hivernale me fait me sentir nostalgique, l’aria du bureau de mon mentor au long nez me met en transe et le jingle de mon grand magasin me met en joie a chaque fois que je l’entends .

2013-02-22-163647

re-start

Par ces allusions que les fans de P4G reconnaitront surement , j’ai essayé d’exprimer mon amour envers ce bijou made in Atlus. J’ai presque 10 New Game + à mon actif et même si j’ai presque tout fini dans le jeu (à l’exception d’un trophée particulièrement difficile a obtenir), je n’hésite jamais a revenir dessus et a redevenir pour une semaine ou deux, un habitant d’Inaba , un héros, un petit ami attentionné ou bien un ami en or. Et croyez moi, je réussirai un jour en un seul run a obtenir tous les équipements d’une certaine entité qui se cache de manière fourbe dans des coffres au trésor, même si ce dernier peut s’avérer vraiment dur à vaincre.

2013-02-26-171408

J’aime de tout mon cœur P4G et pour revenir a la vie réelle, je regrette sincèrement que la gare de la ville japonaise qui a inspiré la gare de ma belle ville virtuelle d’Inaba soit désormais détruite et de n’avoir pas pu faire un pèlerinage sur place afin de me sentir, une fois dans ma vie, un peu comme un vrai habitant d’Inaba.

Merci encore à Julius et C2J pour m’avoir laissé carte blanche pour exprimer ma passion par rapport a ce fabuleux RPG et en espérant ne pas vous avoir trop spoilés, je vous invite de tout mon cœur a tester P4G au plus vite.

Gaki

Publicités

The Need For Criticism

Vous le savez, beaucoup de jeux  vidéo se sont retrouvés adaptés en films  depuis plus de 20 ans. En général, le résultat n’est pas glorieux, mais je ne vais pas tous vous les énumérer. Et ce mercredi 16 avril, c’est au tour de la licence Need For Speed de se retrouver en long-métrage. Autant vous le dire tout de suite, je n’irai pas le voir.  Mais jeuxvideo.com, eux, ont envoyé un des leurs à l’avant première (ou projection de presse, ce que j’en sais).  Et celui qui a vu le film en a écrit une critique sur le site. Pour moi, rien de plus normal,et pourquoi pas, ça change un peu des sempiternels tests de jeux. Après, on peut penser ce qu’on veut du site.

Mais pour certains, cette critique n’aurait pas du se trouver là. Le site ne doit se concentrer uniquement sur les jeux vidéo. Ah… Venant de la part de certains qui n’étaient même pas encore conçus lors de la sortie du premier NFS en jeu vidéo, je trouve ça un peu fort de café. Et ce d’autant que la critique ciné  publiée est construite et argumentée. Il faut dire aussi que ce JackBradford est un journaliste  free-lance collaborant pour plusieurs sites et magazines, dont certains de cinéma.  Autant dire qu’il connait les domaines pour lesquels il bosse. Mais ce n’est pas parce que pour une fois, il y a une critique cinéma sur un site spécialisé jeux vidéo que ce dernier va se transformer en un Allociné bis. Et ce n’est pas comme si le site n’avait pas une chronique vidéo consacrée au cinéma… Ah tiens, si, rien à redire les gens à ce niveau ?  Et Allociné dispose d’une émission sur les jeux vidéo intitulées Game In Ciné. Ce n’est pas un site spécialisé jeux vidéo pour autant. Et certains chroniqueurs de jeux vidéo sur les sites de vidéo en ligne font aussi des critiques de films. Donc, on peut en déduire que jeux et cinéma sont très liés. Depuis longtemps en fait. Donc non, contrairement à ce que j’ai lu ce ne sont pas forcément deux mondes différents. Mais à en entendre certains, pour les sites internet, c’est  » chacun son domaine ». C’est peut être là le gros problème du nom figuratif. Il y aura toujours des idiots pour vous rappeler que vous vous éloignez du sujet principal dès que vous dépassez du cadre. Pas étonnant donc que certains sites, blogs ou chaines de télévision thématiques portent un nom assez original. Ça évite aux veaux de gueuler sur la ligne éditoriale. Après, le reste est affaire de gout.

Julius

La folle Histoire de la semaine de la WWE

Si vous suivez le catch, vous n’êtes pas sans ignorer que la semaine a été très mouvementée à la WWE. Pour ceux qui ne suivent pas assidûment, sachez simplement que la WWE, ainsi que ceux qui la suivent, a vécu l’une sinon LA semaine la plus tendue de son histoire. Il y a d’ailleurs tellement de choses à dire à ce sujet qu’on va faire le point en abordant les différents évènements de manière chronologique :

Dimanche 26 Janvier: Si vous suivez le blog, vous savez que ce fut la date du Royal Rumble. Un PPV qui s’est déroulé dans une ambiance pour le moins bizarre. Si le début du show se passa sans heurts (avec, bien sur, des acclamations tonitruantes lorsque Daniel Bryan était en action), les choses commencèrent à dérailler sérieusement lors du match pour le WWE World Heavyweight Championship Match entre Randy Orton et John Cena. En effet, le public de Pittsburgh, pourtant pas réputé pour être un public ingérable, n’a pas vraiment apprécié le match offert par les deux Superstars et l’a fait ostensiblement savoir à la face du monde. « Boring », « This is awful » ou même « We want Divas » (chant qu’on peut considérer comme l’outrage suprême à la WWE) ne sont qu’un florilège des chants de mécontentements qu’on a pu entendre durant le match. Et les choses ne sont pas allées en s’arrangeant, bien au contraire. Lors du Rumble Match, les choses ont même pris une tournure quasi-apocalyptique lorsque le n°30 est rentré. Car quasiment tout le monde espérait que Daniel Bryan ferait partie du match, et ce même si son match du début de soirée l’avait mis bien à mal (et cela tout seul ne justifie pas sa non-participation. Après tout, Bret Hart avait bien gagné le Rumble en 1994 avec un genou en vrac). Et alors que « Booyaka » de P.O.D. résonnait dans l’Arena pour annoncer l’entrée de Rey Mysterio en n°30, s’en suivit une bronca assourdissante (pour retrouver pareilles huées, il faut remonter au Goldberg/Lesnar de WrestleMania XX) qui n’a quasiment pas discontinué jusqu’à la fin du match. Seuls CM Punk &, assez étonnament, Roman Reigns furent les seuls épargnés. Autant vous dire que quand Batista a gagné le Rumble, la WWE a été obligé de trafiquer le son pour éviter la débâcle (je ne sais pas exactement si ils ont mis la musique de Batista à fond ou si ils ont baissé fortement les micros du public). Et ce n’était pas tout puisque les réseaux sociaux se sont violemment exprimés à ce sujet, notamment Twitter, où plus de 650.000 tweets sur le Rumble ont été comptabilisés seulement quelques minutes après la fin du show.

Lundi 27 : La tempête sur les réseaux sociaux concernant le Royal Rumble continuait de battre son plein. Les anciens de la WWE ainsi que les légendes du catch se joignant au mouvement, jugeant la décision de la WWE inique. Et le (relativement) bon déroulement de Raw ne fut dû qu’à un public de Cleveland bien plus timoré que la foule de Pittsburgh. Néanmoins, une personne importante manquait à l’appel lors du show : CM Punk. Et pour cause…

Mercredi 29 : La nouvelle, bien que parue très tôt le matin à l’heure américaine, s’est répandue comme une traînée de poudre sur Facebook, Twitter et les sites spécialisés : CM Punk aurait claqué la porte de la WWE. Selon les rumeurs, c’est le fait qu’il n’était pas prévu sur le script de Raw qui a enclenché la décision. Mais après analyse de toute l’histoire, il s’avère que le feu couvait depuis plusieurs mois. Pour résumer, on peut dire que la frustration de Punk a fortement grandi ces dernières semaines, notamment à cause des vieilles gloires qui reviennent à temps partiel et qui volent la place dans les PPV qui revient de droit à ceux qui catchent toute l’année (Lesnar, The Rock ou encore Batista). Si on ajoute à cela le fait que Punk a visiblement beaucoup de mal à récupérer de ses blessures (n’oublions pas qu’il était revenu prématurément de sa pause post-WM 29) et le fait qu’aucun plan de Main-Event n’était prévu pour lui pour WM XXX, son retrait de Raw n’était finalement que la goutte qui a fait déborder le vase. Et visiblement, Punk semble bien décidé à s’arrêter là, même si Vince McMahon « himself » a pris le dossier en charge (il faut dire qu’au fil des années, un certain respect s’est instauré entre le Président de la WWE et l’enfant terrible de sa fédération).

Jeudi 30 : Il n’a pas fallu longtemps pour que la nouvelle du départ de Punk se répande chez les fans et pour que leur colère ne se manifeste de manière audible. En effet, le Jeudi 30 était la date d’enregistrement des prochains épisodes de NXT (le show des espoirs qui seront, pour la plupart, amenés à évoluer à la WWE) et ces enregistrements ont été très fortement perturbés par le public. A tel point que la WWE a dû interrompre temporairement les enregistrements pour appeler au calme le public, ainsi que pour confisquer les très nombreuses pancartes « CM PUNK ».

Vendredi 31 : Autre indication que la relation fans/WWE est en ce moment très compliquée, un groupement de fans a déposé une pétition sur le site de la Maison Blanche pour que Daniel Bryan soit dans le Main-Event de Wrestlemania 30. Une info qui prête quand même à sourire, mais durant les quelques heures où la pétition fut accessible (puisqu’elle fut retiré assez rapidement), elle recueillit plus de 100,000 signatures, signe que le mouvement semble prendre de l’ampleur.

Samedi 1er : Les différentes infos qui sortent font état d’un certain consensus : la WWE semble avoir de plus en plus de mal à gérer la colère des fans, à tel point que la fédération aurait aujourd’hui peur de leur réaction. A tel point que la carte prévue pour Wrestlemania XXX, qui semblait quasiment arrêtée et figée il y a quelques jours, vacille sur ses bases et pourrait bien se voir chamboulée dans les prochains jours. Même si, pour le moment, les choses ne bougent pas beaucoup (du moins, « officiellement »). Et visiblement, tous ces remous et surtout, l’affaire CM Punk, divisent le vestiaire : d’un côté, une moitié du vestiaire jugent que Punk a raison de s’exprimer ainsi tandis que l’autre pensent qu’il se comporte comme un enfant gâté. Une Superstar s’est même exprimée de manière anonyme pour demander (de manière assez trollesque quand même) aux fans de se calmer et que leurs menaces ne seront de toute façon pas accompagné d’actes. Néanmoins, pour les spécialistes, et d’après les propos tenus dans cette déclaration, la Superstar anonyme ne serait nulle autre que Randy Orton, qui aurait très mal supporté le camouflet que le public de Pittsburgh lui avait infligé la semaine dernière.

Dimanche 2 : Dernière info en date, il semble que les fans de CM Punk aient décidé de manière éclatante sur le FB de la WWE. En effet, la page de la fédération a été littéralement prise d’assaut par les fans mécontents du départ de Punk. Et même si la WWE tente de « nettoyer » ces messages qui font quelque peu désordre, les messages pro-Punk se font de plus en plus nombreux.

En conclusion, on ne peut que constater le décalage entre les dirigeants de la WWE et les fans. Mais ces derniers jours, il semble que le gouffre s’est encore plus creusé entre les deux. Et la WWE serait quand même bien inspiré de prendre au sérieux ce mouvement de gronde.

Car, s’il est vrai que le Chiffre d’Affaires de la fédération ne repose plus vraiment sur la vente des tickets et/ou du chiffre de vente des PPV (la preuve, l’action WWE est montée cette semaine, notamment grâce à un nouveau deal entre la fédération et BskyB et n’a ressenti aucune perturbation par rapport aux faits présentés), il faut toujours se méfier des conséquences d’un Bad Buzz que pourrait occasionner un trop gros mécontentement des fans.

Si jouer sur la frustration des fans est une tactique qui peut rapporter gros en terme d’image et de finances, cela revient aussi à jouer avec un élastique: Comme toute chose (et toute entité humaine), le « WWE Universe » a son point de rupture et même si ce point n’est pas encore atteint, force est de constater que ces derniers jours, on s’en est fortement rapproché. Et comme avec un élastique, le jour où le point de rupture sera atteint, le retour de bâton risque de faire très mal à la fédération.

Car ne pas écouter, ne-serait-ce qu’un peu, les demandes du public contrevient fortement à une des règles d’or du Commerce qui est que le Client a TOUJOURS raison. Or ici, le client, c’est le public, et si ce même public manifeste un sincère mécontentement face à un produit qui ne lui plaît pas, on ne peut pas faire comme si de rien n’était car il arrivera forcément un moment où les gens seront dégoûtés du catch et se détourneront du produit, quand bien même le fait est que la WWE soit en quasi-état de monopole sur son secteur.

Après tout, les alternatives existent : ceux qui ne suivent pas le catch intensément ont le MMA (UFC, Bellator,…) et ceux qui suivent le catch intensément ont les fédés indépendantes US ainsi que la NJPW qui s’ouvre de plus en plus à l’International et qui propose un produit, au final, presque plus intéressant que la WWE aujourd’hui par le seul fait de la qualité proposée dans le ring.

Mais la route vers Wrestlemania est encore longue, donc attendons de voir ce que la WWE va nous proposer dans les prochaines semaines avant de commencer à graver sa pierre tombale…

C2J

La relève, ça fait parfois peur…

En cet après midi gris d’une fin janvier, en flânant dans les quartiers chez un revendeur de jeux vidéo très fourni en occasion, voilà une scène dont le potentiel théâtral n’aurait pas démérité. Quand je regarde les jeux du rayon PS3/ Xbox 360, je sais par avance que je ne prendrai JAMAIS un Callof Duty. Mais voici que trois gamins/ados à peine entrés au collège entrent sur ma gauche et font pas mal de raffut. Bonbecs et bouteille de soda caramelisé dans les mains. Ils sont juste à côté de moi, à bavasser de choses et d’autres, comme quoi les « darons » c’est des cons, etc. Puis l’un d’eux, visiblement intéressé par les jeux vidéo prend la parole : «  Ouah, il est à combien Ghosts  (NDJUL : pour ceux qui n’auraient pas suivi, c’est le dernier épisode en date de la trop surestimée série Call of Duty?39 € ? ça va, il est pas cher, franchement ! »

Réaction épidermique de ma part 

-Si, ça reste trop cher pour du Call of Duty.

-Quoi ? Vous rigolez M’sieur, Call of Duty, c’est les meilleurs jeux du monde ! »

Putain. J’ai touché juste. Mais je n’avais point vu le curseur au dessus de leur tête , marqué « Kikoolol ». Ah bravo ! Elle est jaunie la jeulesse  comme disait Coluche! Ça promet pour l’avenir des jeux vidéo. Si c’est EUX la relève, alors les actionnaires d’Activision peuvent dormir sur des matelas de biftons. Une autre chose assez révélatrice, un des gamins s’est approché de Borderlands, et je dis que je préfère ce jeu à un CoD. Sa question, directe : « Il y a un mode zombie ? » Dans le premier jeu, il y a effectivement un DLC avec, intitulé «  l’île aux zombies du docteur Ned ». Mais ça ne dissuade pas l’autre, qui renchérit : « Je sens que je vais revendre mon GTA V pour acheter Ghosts ! »

Heing ? Ai-je bien entendu ? Revendre GTA V, qui est sûrement plus long, plus beau, plus diversifié pour s’acheter un PUTAIN DE FPS qui consiste la plupart du temps à aller tout droit et attendre que des éléments scriptés se déclenchent ??? Enfin, si on suit la logique des choses, ces gamins ne devraient MEME PAS jouer aux deux titres, vu que ce sont des 18+. Mais il faut bien vendre dans ce pays capitaliste et les revendeurs ne sont pas forcément regardants… Mais là je leur dis ce que je n’aime pas dans Call of Duty : outre le fait que les principes soient toujours les mêmes, c’est la propagande néo-cons va-t-en guerre du pays de l’Oncle Sam qui me débecte. Lorsqu’ils me voient prendre Alice Madness Returns, l’un d’eux demande : « ah, c’est un 18 + aussi ? » Ben…oui. Sur que ça à dû leur faire un choc s’il ont vu la version de Disney. De toute façon, Alice est sur la jaquette, elle a repris sa couleur de cheveux d’origine (brune) son tablier blanc est ensanglanté, le regard féroce et elle tient le couteau Vorpal dans sa main. «  Ah oui c’est pas elle qui se retrouve à Narnia ? » me lance l’un d’entre eux. Ah oui, très fort. Confondre Narnia et le Pays des Merveilles, il fallait oser. On ne biberonne plus les enfants à coups de Disney maintenant ?

Autre fait marquant : un jeune s’approche avec son copain des cartouches Super Nintendo en loose « tiens, c’est du Game Cube, ça. » Je ne savais pas que le GameCube était une console à cartouches… Je lui dis que c’est de la Super Nintendo. De toute façon c’est marqué sur l’étiquette du jeu, il suffit de savoir lire.

«  Mais mon père il l’a gardé, c’est pour ça que j’ai reconnu quand même. » me dit-il. L’espoir serait donc permis ? Avoir un papa rétrogamer ça peut aider à l’ouverture d’esprit en Jeux Vidéo. Et éviter de qualifier Call of de «  meilleur jeu de monde », je veux bien que l’âge excuse bien des choses, mais il ne faudrait pas exagérer non plus.

Je suis reparti (sans rien prendre) et je suis rentré en écoutant l’OST de Chrono Trigger. Encore un jeu qu’ils ne doivent pas connaître… Mais… le veulent-ils vraiment ?

 Julius

Où sont donc passés nos modes d’emploi de jeux ?

On peut effectivement se poser la question.  Plus  le temps passe, moins les jeux matérialisés contiennent de modes d’emploi dignes de ce nom.  Au nom de l’écologie et histoire de monter qu’on préserve les forêts ?  Parce que mine de rien, ces livrets de plusieurs pages,  ils étaient bien faits, la plupart du temps. Chez Nintendo, on avait droit  généralement à une partie en français et une autre en néerlandais. ils étaient bilingues et la séparation était clairement faite.  Mais il y avait de la couleur.En revanche, sur les consoles Sega, notamment pour la Master System et la  Megadrive, lors des premières années, ces fascicules rectangulaires qui accompagnaient les jeux étaient monochromes : encre noire  pour la MD, bleue pour la MS, avec des photos en noir et blanc.  De plus, nous avions droit à 8 langues parlées en Europe  : sur les pages de gauche, nous avions de gauche à droite : l’anglais, l’allemand, le français, le castillan ( espagnol). Sur la page de droite, venait ensuite l’italien, le suédois ( si, si), le néerlandais, et…le finnois ( je vous assure que c’est vrai).  Idéal pour enrichir son vocabulaire, non ?Ce n’était pas toujours le cas, certains éditeurs pouvant sortir des modes d’emploi  différents. Ou encore, la version européenne de Landstalker  ne contenait que trois langues (français, anglais, allemand).Vers la fin de la Megadrive, les sections des langues  étaient clairement séparées dans les notices de jeux de dernière génération, et le finnois ainsi que le suédois avaient disparu.  Il faut dire aussi, que du temps des 8/16 bits, faire une introduction de jeu n’était pas forcément facile. Donc, les notices de jeu permettaient , outre d’expliquer comment mettre en route la console et comment y insérer la cartouche, de poser un contexte, en racontant une histoire au lecteur, qui connaissait le pourquoi du comment lorsque le jeu commençait. On y décrivait aussi les principes de jeu, et les bonus qu’on pouvait trouver.  Par exemple dans la notice d’un Sonic, on savait que le super-anneau dans une télévision  en donnait 10 d’un coup.  Dans les jeux d’action plates-formes, on avait aussi un bref descriptif des niveaux, souvent traduits dans notre langue sur le papier.  Les notices ont continué  dans la génération 32 bits à être multilingues,  celle de Die Hard Trilogy  était d’ailleurs bien épaisse,  mais ce n’était pas toujours le cas. La génération d’après a vu la plupart des notices en français uniquement. Pour la septième, la génération PS3/ 360, Wii,  ça dépendait des cas, mais rares ont été celles qui faisaient plus de trente pages.  Certaines sont juste là pour y mettre les garanties  et les précautions d’usage,  dans la plupart des cas  les principes généraux et les commandes. Certaines font juste 4 pages. Pour la huitième génération qu’est ce que ce sera ?  Remarquez pour les jeux 3DS, vous n’avez qu’une double feuille avec photo d’écran vous expliquant les commandes…  Sur Vita , les notices des jeux sont à consulter sur la console elle même. Sur PC on se retrouvait  parfois avec une encyclopédie pour un RPG ou un city-builder!

Donc, les gens qui fabriquent les  modes d’emploi seraient devenus de grosses feignasses  avec le temps ? Non.  Seulement, les  technologies ont  évolué. L’évolution des supports de jeux (de la cartouche, nous sommes passés au CD, puis au DVD, puis au Blu-Ray), ont permis d’avoir plus de place.  Cet espace supplémentaire a permis l’arrivée d’introductions permettant de poser le contexte,  de raconter le début de l’histoire, lorsqu’on ne découvre pas cela en  cours de jeu par le biais de textes et de boites de dialogues à l’écran, et maintenant tous sont au moins doublés en anglais. plus besoin de coucher du texte sur un papier alors que les joueurs peuvent directement visualiser le cours des choses!  Pas mal de jeux ont maintenant des didacticiels pour vous apprendre à jouer, par exemple, « Appuyez sur Carré pour donner un coup de poing à votre adversaire » lorsque parfois les touches sur lesquelles appuyer n’apparaissent pas à l’écran, on appelle ça des QTE.  Au final il est vrai que l’utilité d’une notice complète peut être remise en question, maintenant que les gens peuvent  » voir »  les choses. L’inconvénient, c’est que ça tue l’imaginaire… Ça veut dire quoi « kuristusotteeseensa » en finnois ?

Julius