La presse à l’époque de Final Fantasy VII

Attendu depuis très longtemps, Final fantasy VII Remake sortira, au moins pour sa première partie, le 10 avril prochain sur PS4.

Refonte d’un jeu qui a fait beaucoup parler, en bien comme en mal, je vous propose de partir à l’époque de Final Fantasy VII, au moment où ce dernier allait débarquer en France. Vous allez voir, ce n’est pas triste.

Le contexte général en novembre/décembre 1997 est le suivant : les trois « grands » magazines généralistes de jeux vidéo, à savoir Consoles+, Joypad et Player One existent toujours, mais d’autres titres ont vu le jour : des généralistes, comme Playmag, CD Consoles ou consacrés à une marque, comme Mega Force (spécialisé Sega) ou Super Power ( pour Nintendo). La PlayStation, console très en vogue, a même droit à son magazine officiel : PlayStation Magazine, détenu par la même maison qui édite Joypad, et l’époque verra l’émergence d’un groupe : Future Corp. Mais là n’est pas le sujet.

Final Fantasy VII arrive, donc. Inutile de le cacher plus longtemps, les jugements sont unanimes. Le jeu récolte des notes exceptionnelles, 19/20 chez l’un , 97% chez l’autre… bref, le jeu est LE jeu de cette fin d’année, rivalisant avec la suite des aventures de Lara Croft, qui était aussi un des jeux du moment.

On notera aussi que certains, comme Playmag, donnaient même des conseils pour jouer, en révélant même certains des mini-jeux présents, ou comment exploiter les compétences et les matérias.

D’autres ont évidemment, fait un dossier sur l’historique du jeu de rôle sur PC et consoles…

Ce qui surprend, c’est que la quasi-totalité des tests prend entre 6 et 8 pages rien que pour ce jeu. Et si on compte les dossiers cela atteint plus de 20 pages.

Des tests souvent illustrés avec parfois des pages entières de captures d’écran. Niveau maquette, certains magazines comme Player One, utilisent un fond et une police d’écriture différente .

La plupart du temps, les photos sont légendées, et on a eu droit à d’énormes spoilers sur le scénario en lui-même : Consoles+, en toute innocence et ce dès la première page de son test, pose la question : «Votre héros est il un clone, une sombre machine programmée par la Shinra ? Vous le saurez en terminant le jeu. » Sachant que cela est un des enjeux du titre, ça la fout mal ! Idem pour les Armes…

Ou encore pire, Total Play, un magazine qui venait de se lancer en décembre 1997, spoile carrément la mort d’Aeris dans le descriptif du personnage !

D’accord, on voyait dans la pub qui passait (pas si souvent) à la télé que Cloud immergeait «son amour impossible », mais tout de même…

Comment les rédac’chefs ont ils pu laisser passer certains spoilers aussi gros ? Mystère.

Quoi qu’il en soit, le jeu emballe tout le monde. Mais comme le jeu parfait n’existe pas, on peut y lire comme défauts l’absence de voix digitalisées ou de cris, (récurrent), ou « on ne sait pas d’où viennent les Invocations » ( Player One), ou encore un scénario « moins romantique que dans FF VI » ( Joypad).

Mais le travail le plus complet de l’époque a été fait par Playmag, qui proposait, sur un total de 22 pages, une rétrospective de la saga, le système de jeu, les mini-jeux et le test proprement dit. Il y tellement de texte que le maquettiste a dû mettre celui du test en diagonale pour gagner de la place. Et pourtant, tout est clair.

Le retour de bâton se fait sentir, parfois de façon très dure, dans le courrier de certains magazines les mois suivants, avec des lecteurs pas du tout en accord avec les écrits des testeurs. Dans Playmag, le début 1998 a vu apparaître dans ses colonnes des avis parfois argumentés disant que « non, FF VII n’est pas si bien que ça, et vaut juste la moyenne », ou des avis plus énervés, par exemple disant avoir arrêté avec les ennemis en forme de maison du Secteur 6, parce que c’était trop ridicule…

Bref, Final Fantasy VII a fait beaucoup parler de lui, souvent en bien, parfois en mal, et on pouvait voir une certaine défiance envers la presse de l’époque de la part de certains lecteurs. Il ne fait nul doute que le Remake, dont la première partie sort le 10 avril 2020, fera lui aussi parler bien du monde, en bien comme en mal.

À propos de Julius

Gamer aimant les jeux actuels et rétro, aimant aussi le cinéma les chats, la photo. J'écris aussi. Pour moi, ici, et aussi ailleurs.

Publié le 08/03/2020, dans Divers, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :