[Pop-culture anime] Evangelion débarque sur Netflix et c’est une bonne chose

Neon Genesis Evangelion a débarqué sur Netflix en ce premier jour d’été. Et c’est une bonne chose. Le service n’a pas fait les choses à moitié, vu que vous aurez aussi le droit aux OAV permettant de mieux expliquer la fin assez absconse de la série, mais cependant voulue par son réalisateur, Hideaki Anno, voire de la réinventer.

J’ai un rapport particulier avec cet anime, étant donné que c’est elle, avec Chroniques de la Guerre de Lodoss qui m’a fait comprendre que l’animation japonaise ne se limitait pas aux dessins animés du Club Dorothée, ni même à Dragon Ball Z. Pour tout vous dire, je n’ai jamais accroché à cette dernière. Evangelion, je l’ai découverte en passant du temps sur une petite chaîne de CanalSat, qui s’appelait C: . C’était littéralement l’ancêtre de Game One, qui sera son évolution en septembre 1998.

Mais Evangelion fait partie des claques dont j’ai eu du mal à me remettre, même 25 ans après. Si vu de très loin, on peut dire que ce sont des ados qui combattent des monstres de l’espace appelés Anges dans de gros méchas, la vérité est plus complexe. Hideaki Anno a signé une oeuvre à la fois sombre, et surtout terriblement humaine. N’allez pas croire qu’il y a un héros sans faiblesses, ce n’est absolument pas le cas. Tout le monde a ses qualités, mais aussi des défauts, ses failles, ses blessures et pas forcément des moindres, que le scénario prendra un malin plaisir à explorer. Ici pas de héros type de manga de l’époque. De fait, on ressent de l’empathie pour certains personnages, à un point que je n’imaginais même pas.

L’action se passe en 2015. En l’an 2000 un énorme météore frappe la Terre en Antarctique, c’est le Second Impact, qui donna lieu à un cataclysme, faisant fondre les pôles et disparaître la moitié de l’humanité Suite à cela , des créatures extraterrestres appelées « Anges » tentent de détruire Tokyo-3, la nouvelle capitale du Japon. C’est dans cette forteresse que se situe la NERV, une organisation chargé de combattre ces monstres grâce à des robots géants, les Evangelion ou EVA pour faire plus court.

Evangelion, c’est violent, déprimant la plupart du temps, une série sortie au moment où le Japon est traumatisé par deux événements d’ampleur : le tremblement de terre de Kobe et les attentats du métro de Tokyo au gaz sarin. Miroir des peurs et des failles du Japon mais également de l’humanité en général. Face aux monstres, des adolescents aux capacités spéciales se dressent, aux commandes des EVA. L’anime se centre sur le parcours de Shinji Ikari, un adolescent renfermé et ne sachant pas communiquer avec les autres.

Véritable concentré de trente ans de japanime, Evangelion est une oeuvre aussi majeure qu’Akira, car mature, d’une richesse inégalée, possédant aussi ses propres codes et développant des thèmes touchant à la fois à la religion, la philosophie ( notamment Nietzsche et son concept de « surhomme »), la psychanalyse (Anno n’hésitant pas à citer Freud), et aura également eu une énorme influence sur d’autres œuvres, telles que Serial Experiment Lain, parce qu’elle aura su bousculer les codes. Et ce malgré un manque de budget qui se ressent vers la fin.

Techniquement, la série est composée de couleurs vives, un peu comme pour s’opposer à l’aspect sombre de l’oeuvre. Le tout n’a pas trop mal vieilli , même si l’animation trahit un peu son âge, et la version Netflix a bénéficié d’un redoublage français qui a parait-il de bons retours, notamment quand on connait le doublage d’origine. Reste que les rumeurs disent qu’ils ont édulcoré également la relation entre Shinji et Kaworu… C’est dommage d’avoir fait ça, si c’est avéré. De même qu’il n’y aurait plus Fly Me to the Moon en tant que générique de fin… La musique de l’anime est signée Shiro Sagisu, qui était également à l’oeuvre sur Nadia : Le secret de l’eau bleue, l’autre projet de Hideaki Anno, et qui fera plus tard celle de Bleach ou encore de Berserk.

Depuis 25 ans, Evangelion a fait son chemin et déchaîne toujours autant les passions. Devenue emblème de la pop-culture japonaise, la série a acquis son statut d’oeuvre culte, avec produits dérivés, dont des figurines, des jeux vidéo, mais aussi à travers les cosplays. Vous l’aurez compris, si vous êtes fans de japanime et que vous êtes abonné à Netflix, et que vous ne la connaissez pas encore, Evangelion est à ne manquer sous aucun prétexte. Et à défaut, vous pouvez aussi lire le manga, qui comporte 14 volumes.

Publicités

À propos de Julius

Gamer aimant les jeux actuels et rétro, aimant aussi le cinéma les chats, la photo. J'écris aussi. Pour moi, ici, et aussi ailleurs.

Publié le 22/06/2019, dans Home Video, et tagué , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :