Archives du 16/06/2019

Voilà la PC Engine Mini

Puisque nous sommes en plein dans les consoles « Mini », restons-y. Lors de l’E3 de Los Angeles qui vient de se terminer, Konami a annoncé, entre autres, l’arrivée d’une PC Engine Mini. Si vous croyiez que ce serait terminé avec la MD Mini, vous vous trompiez.

Et Konami ne fait pas les choses à moitié, puisque l’éditeur japonais a annoncé pas moins de trois versions de sa console, selon le nom qu’elle portait dans les régions du monde ( Japon-Europe-Amériques) et une fois de plus, une liste qui diffère par entre le Japon et l’Occident. Par exemple, les premiers auront, à coup sur Rondo of Blood, c’est-à-dire un des meilleurs Castlevania existant, sur support original.

La console, conçue par NEC et Hudson sortie en 1987 et considérée comme appartenant a là catégorie des 8-bits, était pourtant techniquement plus avancée que la NES ou la Master System. Et ce grâce à un processeur graphique 16 bits. Mais alors me demanderez-vous, pourquoi est-ce Konami qui sortira cette mini-console ? Tout simplement parce que Hudson a été rachetée par l’éditeur de Probotector et PES il y a quelques années.

Mais je voudrais surtout revenir sur ceux qui râlent. Du genre  » encore une console Mini, y’en a marre, ça ne sert à rien. » J’avoue, c’est vrai que Sony a tout fait de travers avec sa PlayStation Mini, mais ce n’est point un exemple à suivre, et Sega l’a sans doute bien compris ( mouahaha… pour info, la console Mini de Sony se retrouve à 10 € dans Espace Culturel Leclerc de Gironde), et s’il y a bien une mini console qui peut servir et que serait sans doute la « moins inutile », c’est bien la PC Engine Mini.

Je m’explique : Cette console, connue chez nous sous le nom commercial de PC Engine Core GrafX et aux US en tant que Turo GarfX 16, en jouant pour le marketing sur le processeur graphique et non central qui lui, est 8 bits, n’était pas une rolls comme avait pu l’être la Neo Geo. Mais en France tout du moins, elle a été très mal distribuée par Sodipeng, entreprise qui a fait faillite en 1993. La console ne bénéficiait pas des circuits de Sega et Nintendo et a été distribuée en petit nombre. Dans les années 90, c’était très rare de tomber sur un possesseur de PC-Engine ! Et pourtant, elle aurait mérité un tout autre traitement. La console bénéficie d’une ludothèque assez originale, de près de 600 jeux, de shoot’em up, et c’est sur celle ci que Bomberman a vu le jour. Rien que ça. Je pense que c’est une console qui mérite d’être redécouverte, ne serait-ce que pour réparer l’injustice.

Alors, on ne sait pas combien de jeux seront présents, ni le prix de la PC Engine Mini à l’heure actuelle, mais si la liste est de qualité, que Konami ne prend pas l’occident pour la cinquième manette de la console, qu’elle n’est pas vendue trop cher ( Sony, mon amour!) et que la technique suit ( Re-coucou Sony! ) j’estime que celle-ci a besoin d’être réévaluée à sa juste valeur. Peut-être découvrirons nous des titres qui sont sortis exclusivement sur les extensions hors-de prix tels que le CD-Rom ( 3000 francs de l’époque!) ou la PC Engine GT ( 2 450 francs)… Je sais, je rêve sans doute…