Weekly Retro #3 : Une histoire d’âmes et d’épées…

Bonjour.  Le Weekly Retro reprend du service après une pause estivale, mais c’est la rentrée pour tout le monde…  Je n’ai pas joué à grand chose en rétrogaming cette semaine,  pour diverses raisons mais sachez que si Soul Calibur reste la référence du jeu de baston à armes blanches,  sachez qu’avant lui vint le brouillon : Soul Blade.

1-Transcending history and the world…

SLUS_002.40_12092017_122358_0123

Mais parler de brouillon pour  ce jeu serait injuste. Car Soul Blade est également un coup de maître, fait par Namco. Après un Tekken 2 qui améliorait en tout points le premier jeu, la firme japonaise décide de sortir un jeu de combat en 3D avec l’utilisation d’armes blanches différentes pour chaque combattant, en marchant sur les traces de Toshinden. Sorti en arcade en 1995, Soul Edge fut rebaptisé Soul Blade pour les marchés occidentaux et fut porté sur PlayStation en 1996 au Japon et 1997 en occident. L’histoire se passe en 1584, année durant laquelle une rumeur se répand en Europe et en Asie comme quoi la légendaire épée maudite Soul Edge serait réapparue. Elle serait la possession du redoutable pirate Cervantes de Leon, mais cela n’empêche pas de nombreux guerriers d’être toujours à sa poursuite, pour des motifs différents. 

Le titre propose 10 personnages différents ayant tous leurs propres styles : Hwang, Rock, Taki,  Sophitia, Mitsurugi, Siegfried,  Seong Mina, Li Long  Voldo et Cervantes. Le jeu offre quelques personnages bonus comme Soul Edge, le boss du jeu, Seung Han Myong,et des variantes de Sophitia et Siegfried.

Welcome to the New Stage of History

SLUS_002.40_12092017_122644_0612

Au niveau de la jouabilité, le titre offre trois boutons de coups : un coup vertical, un autre horizontal et un coup de pied.  C’est la combinaison de ceux-ci avec les mouvements de direction avec la croix directionnelle qui feront faire les mouvements spéciaux. Chaque combattant dispose de deux projections et d’un coup imparable.  Car la nouveauté dans Soul Blade, c’est la possibilité de se mettre en garde grâce à un bouton, généralement Croix par défaut. Le jeu introduit la notion de Guard Impact, qui consiste à garder tout en imprimant une direction, ce qui désarçonnera l’adversaire.  Mais il fallait faire attention car une jauge en dessous de la barre de santé décroissait à chaque fois qu’on tentait l’imparable ou une garde. Si elle s’épuisait, nous devions terminer le combat à mains nues. Dommage que cela ne soit pas réapparu avec la série des Calibur. On pouvait aussi se déplacer dans  huit directions différentes, ce que Tekken ne permettait pas. En gros, on avait droit à une utilisation de la 3D dans le gameplay. 

La version PlayStation du jeu est un portage très fidèle à l’arcade, mais elle apportait en plus des bonus bien sympathiques. Le plus gros d’entre eux était le mode Edge Master, dans laquelle nous suivions  l’épopée d’un des personnages au cours de 10 étapes pour avoir Soul Edge à travers l’Asie et l’Europe.  L’histoire était racontée dans un livre et il fallait parfois faire des combos spécifiques pour vaincre les adversaires, comme par exemple les faire décoller du sol avant de les toucher.  Lorsque vous passiez une étape, il n’était pas rare d’avoir une nouvelle arme, que nous pouvions réutiliser ensuite dans les modes classiques. Mais attention, elles avaient des avantages, mais aussi des inconvénients :  Par exemple, l’une pouvait être très lourde et donc rendre le perso très lent, mais en contrepartie, la puissance était démesurée. D’autres drainaient votre santé (sympa pour les combats d’endurance), ou pouvaient au contraire la régénérer.  La plus puissante était bien entendu la Soul Edge, la dernière arme de tous les persos, sauf de Cervantes qui lui l’avait dès le début. 

SLUS_002.40_12092017_122623_0510

Techniquement, le titre était magnifique pour la console. La 3D était bien exploitée et les personnages faisaient voir le moins de polygones possibles. Les mouvements de caméras étaient dynamiques, les décors très travaillés et colorés et certains étaient même en mouvement. Certes, vingt ans plus tard, on voit tout de même que cela  a vieilli et que les décors de fond sont parfois un peu vides.  Les musiques étaient  également excellentes, la plupart des thèmes sont inoubliables  et on pouvait  la choisir en trois versions : la version pour console, celle sélectionnée par défaut, la version arcade et la version Kahn Super Session,  qui proposait des thèmes remixés. Le titre disposait de voix : les combattants européens parlaient en anglais et les asiatiques tous en japonais. Avec sa réussite technique et sa jouabilité exemplaire, Soul Blade fait partie de mes meilleurs souvenirs de la première PlayStation.

2-Retour sur Zevent

Comme vous le savez, l’ouragan Irma a ravagé les îles de Saint Martin et Saint Barthélemy dans les antilles. Un collectif de gamers de chez Zerator a alors monté Zevent, marathon caritatif dont les fonds récoltés sont allés à la Croix Rouge Française. Au final, ce sont 487 578,56 € qui ont été récoltés pour les victimes d’Irma par 30 streameurs qui se sont relayés pendant 52 heures. Un énorme MERCI à eux, mais aussi aux donneurs, qui prouve que non, jouer ne rend pas débile, et permet aussi de récolter des fonds pour la bonne cause.  Un autre exemple ? Peu de temps avant, Harvey avait ravagé le Texas. Le collectif Games Done Quick a réalisé un marathon à la hâte pour venir en aide aux sinistrés, baptisé Harvey Relief Done Quick, et a récolté au total 229 4454,94 dollars. Qu’on ose dire ensuite que les gamers ne sont pas généreux. 

Pour plus de  détails sur Zevent, allez voir l’article de ma copine blogueuse Fairysfox : elle donne tous les détails du marathon et je suis d’accord avec son coup de gueule au début d’article. 

Voilà, à bientôt pour un prochain Weekly Retro.

Publicités

Publié le 17/09/2017, dans Divers. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :