Weekly Retro #11 : Défouloir

1-Une histoire de tueur

ze-killer

Je suis joueur depuis presque un quart de siècle. Et avec l’arrivée de la Megadrive, est arrivée aussi … ma découverte de la presse vidéoludique quelques semaines plus tard. En 1993, internet n’était pas dans les foyers et encore moins dans mon village. Le premier magazine que j’ai eu était Consoles +. Un des « trois grands » avec Joypad et Player One, mais c’est une autre histoire. Et j’ai fini par accrocher aux tests, aux avis de testeurs, à une époque où le magazine, qui était à l’origine une traduction en français de la revue anglaise Mean Machines, tentait de s’en démarquer et d’avoir sa propre rédaction. (la maquette restera cependant  encore quasi identique pendant un moment). Certains reprocheront au magazine d’avoir manquer d’honnête sur ce point, ce qui est vrai, mais ce n’est pas le sujet. Une rubrique me faisait mourir de rire. Je vais vous expliquer pourquoi.

C’était une époque où on trouvait vraiment de très mauvais jeux. Et donc, qui ne méritaient pas qu’on s’y intéresse plus que ça, que consacrer une page entière serait gaspiller de l’encre et du papier chez l’imprimeur, mais pourquoi ne pas en parler dans une rubrique dédiée ? Son nom : Ze Killer. Personnage fictif du magazine, comme les nains Wieklen et Bomboy  ( à partir de 1994) pour le courrier, ce « tueur » masqué  est apparu dans le 13e numéro de C+. Petit à petit, la rubrique trouva ses marques, et surtout, son style inimitable. En effet, plus que les jeux eux-mêmes, c’étaient les textes qui me faisaient rire, parce qu’il en faut pas nier qu’il y avait une richesse indéniable : jeux de mots, utilisation d’argot, ou de termes rares, il y avait de la recherche pour se moquer des daubes. En général, trois jeux y passaient. Une époque où la pression des éditeurs n’était pas aussi forte que maintenant, sans doute. La première moitié de la page était consacré au texte principal et avait souvent une illustration bien sanglante.  Parfois,Ze Killer apparaissait aussi dans les tests, en général pas pour dire du bien des jeux, bien entendu. Cependant, la rubrique ne servait pas qu’à descendre les mauvais jeux, parfois, les bons y passaient aussi. Souvent pour des raisons de prix trop élevé (Street Fighter II, Sonic 3, Super Star Wars) ou de traductions foireuses, comme ce fut le cas pour LandStalker et Zelda: Link’s Awakening. La rubrique servait aussi à dénoncer certains abus des éditeurs.  Cela lui a valu quelques lettres et dessins  assez salés dans la rubrique courrier, certains demandant même son arrêt . Les fans de Dragon Ball Z (personnellement, je n’ai jamais apprécié la série qui passait dans le Club Dorothée),  espéraient qu’aucun des jeux ne finirait chez lui…

Qui rédigeait cette rubrique, allez vous me demander ? Eh bien, je sais, de source sure, que le premier rédacteur était Marcus. Oui, le même Marcus que nous connaissons tous sur Game One et Nolife, qui me l’a confirmé cet été, car l’homme a travaillé à Consoles+, sous le pseudo de Homer (c’est un fan des Simpson) et Tilt au moins jusqu’en 1993. Et le créateur de Level One m’a confié qu’au départ, la rubrique devait avoir un tout autre nom.

Je ne suis pas certain en revanche de celui qui rédigeait la rubrique ensuite, mais au vu du style et de certaines incursions dans le texte principal, mais je dirais qu’il s’agissait de Niiico.

Toujours est il que c’était LA rubrique pour moi incontournable, que j’allais voir en premier dès que j’achetais le magazine. Le Killer  a disparu en 1997, après une dernière apparition avec le test de Sonic R sur Saturn, dans lequel l’illustration le montre entrain de boire le cerveau du hérisson à la paille!

Bien entendu, la rubrique a fait des petits, chez les concurrents. Joypad n’avait pas d’équivalent connu ( à moins que…) mais Player One a mis en place les « Slayers » ( Tueurs), qui se démarquait de l’original. Etant élevé à l’école Sega j’achetais également Mega Force. Quelle ne fut pas ma surprise de voir qu’en 1995, le magazine avait mis en place Bad Brain, une  sorte d’équivalent qui se revendiquait comme  » défenseur des joueurs opprimés et de lui-même ». Mais elle n’a pas marché très longtemps. Et pour cause, elle était loin d ‘avoir la saveur de l’original. Il ne suffit pas de s’exprimer vulgairement pour que ça marche. Super Power, consacré aux consoles Nintendo, a fait de même, mais là, c’était un humain du nom de Trash Man. Idem elle n’a pas  vécu longtemps, d’ailleurs s’il y a un reproche à faire,outre que lui non plus, ne valait pas l’original, c’est que sa page était difficilement lisible avec un fond noir et une écriture verte évoquant  un écran d’ordinateur. De plus, le texte était fait d’un bloc, sans paragraphes, ni police différente pour citer les jeux. Un poil rude pour les lecteurs.  D’ailleurs, la naissance de deux apprentis Killer a été remarquée à Consoles+, où l’intéressé a dit « j’ai pondu deux gosses sans même m’en rendre compte ».

Faire revenir une telle rubrique de nos jours serait hélas impensable, parce que le monde du jeu vidéo est devenu une grosse machine avec des enjeux économiques colossaux. Les véritables mauvais jeux se font également plus rares, à vrai dire, je dirais qu’il faut vraiment vouloir pour  sortir un étron de nos jours.

2-La rage

streets-of-rage-2-jack

Vu la perte de la semaine dernière, j’ai tout de même eu un coup au moral. Mais les animaux sont surprenants, et Vanille m’aura témoigné de son amour jusqu’au bout, en m’attendant pour mourir. Mais 2017 peut déjà aller se faire voir, parce qu’il ne fallait pas me prendre Vanille, du moins, pas si tôt et pas comme ça. Parfois, j’avais une envie de taper  sur tout et tout le monde, contre cette injustice. Mais plutôt que d’aller au commissariat, voire en prison pour coups et blessures, j’ai préféré refaire quelques parties de Streets of Rage 2.  En mode de difficulté élevé, sinon ce n’est pas drôle. Je ne vais pas refaire la critique ici, il y en a déjà une, mais bordel qu’est ce que ça défoule… ce qui est dingue c’est que presque 25 ans (le coup de vieux…) après sa sortie, il reste un des meilleurs jeux dans son genre, alliant beauté technique et ludique, seul ou à deux. Les bons jeux sont intemporels, et celui-ci le prouve bien. La Megadrive, exploitée à fond, prouvait qu’elle pouvait faire très, très mal.

3-Un mot sur l’AGDQ 2017

agdq-2017

Une fois encore, le marathon caritatif Awesome Games Done Quick  vient de se terminer en début de matinée, et a battu le record de dons en une semaine. C’est même un record absolu, avec plus de 2,2 millions de dollars récoltés (plus de 2 214 000 dollars au moment où j’écris ces lignes, ça va surement encore monter un peu),  qui iront à la Prevent Cancer Foundation, qui lutte contre cette maladie grave qu’est le cancer. Une fois encore le jeu vidéo s’est présenté sous son meilleur jour, et lorsque le speedrunning sert pour la bonne cause, vous savez que sur ce blog, on aime ça. J’espère que les spectateurs français ont également été généreux. N’oubliez pas que les progrès sur cette maladie bénéficieront, à terme, à tout le monde. Il y avait, comme depuis plusieurs années, un restream entièrement en français. Mais vous pouviez également en plus de la langue d’origine, opter pour les commentaires et restreams espagnols, allemands, et russes.  Maintenant,  rendez-vous pour la Summer Games Done Quick, qui se déroulera elle du 2 au 9 juillet prochains. Entretemps, il y aura le RPG Limit Break qui se déroulera du 15 au 20 mai. Ça en fait des rendez-vous pour des bonnes causes, et ça… c’est bien.

Publicités

Publié le 15/01/2017, dans Back to the Pixels, et tagué , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Moi et les Beat Them All une grande histoire d’amour commencé avec Renegade
    Puis il y a eu Target Renegade et enfin le roi des rois Streets of Rage 2
    Tellement de parties seul ou à 2 (mon père et mon frère étant mes compagnons de jeu le plus souvent)
    Pour trouver un peu de challenge en revanche nous activions le mode Mania qui est au delà du Hardest déja assez corsé 😉

    Sinon pour rebondir sur Ze Killer j’aimais plutôt son ton satirique assez bien troussé et me souviens m’être bien marré devant la chronique de certaines daubes 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :