Weekly Retro #4 : la fumée et les miroirs

Je n’ai pas joué à grand chose en matière de rétro cette semaine. Il faut dire que parfois, les choses font que je n’ai pas forcément eu le temps.

1-Squall, Linoa, Zell et les autres

slus_008-92_30102016_120354_0165

Ce qui ne m’a pas empêché de poursuivre Final Fantasy VIII, en attendant le XV qui sort dans 8 jours très exactement. 

J’en suis toujours au premier disque, j’ai passé l’examen du SeeD, j’ai terminé niveau 8 ( sur 10 possibles au début du jeu). Il faut dire que j’ai détruit l’araignée mécanique sur le pont de Dollet, avec un Golgotha boosté niveau puissance, ça a bien aidé. Cela fait 100 points de bonus. Mais avec mes GF, notamment celle-ci et Shiva surentraînées, même Sulfura, le boss de la tour satellite, n’a quasiment pas vu le jour. 2-3 invocations et ce fut fini.

Donc, je suis arrivé après des péripéties que je ne vous spoilerai pas si vous n’avez pas fait le jeu, après l’épisode de Timber. Je dois aller à la fac de Galbadia. Pour cela je dois traverser un bois où aura lieu le second flashback avec Laguna.

J’en ai aussi profité pour entraîner Ifrit et Ondine qui accusent du retard par rapport aux deux autres que je possède pour le moment, et je n’ai pas encore utilisé l’objet donné par Cid pour obtenir Nosferatu.

J’ai poursuivi le jeu sur console, parce que dans le cadre de la critique du jeu, j’ai un émulateur pour faire les captures, vu qu’un logiciel d’acquisition serait un peu compliqué à mettre en place au vu de ma configuration actuelle. Problème, en traversant un bois pour me rendre à l’endroit où se trouve Ifrit, je suis tombé sur le T-Rex. La joie des combats aléatoires… Et je n’ai pas réussi à fuir. Malgré une config de boutons optimale, rien n’y a fait et je me suis pris un cinglant Game Over. J’ai donc voulu voir si cela était normal sur le jeu d’origine. Apparemment, c’était mon ISO qui déconnait…

2-La vie, il faut s’en moquer avant d’en mourir

penn_and_tellers_-_smoke_and_mirrors

Il faut dire aussi que ce week-end, c’était le Desert Bus de l’espoir, mais si vous avez lu les deux articles précédents, vous le saviez déjà. Peut-être avez-vous donné. Mais je ne suis pas là pour juger.

Je vais en profiter pour parler du jeu en lui même, Desert Bus. En réalité, le titre fait partie d’une série de mini jeux qui était à la base prévue pour Mega-CD, intitulée Penn and Teller’s Smoke and Mirrors.  Les auteurs en sont les deux magiciens  Penn Jilliette et Teller. Comme vous le savez déjà, le jeu le plus connu de la compil consiste à conduire un bus vide pendant un trajet en ligne droite de huit heures en temps réel, sans pause, de Tucson à Las Vegas. Et chaque trajet, dans un sens comme dans l’autre, rapporte un point. Saviez-vous que le jeu en comporte un maximum de 99 ? Mais pour y arriver, il faudrait y jouer pendant 33 jours sans s’arrêter. Qui en aurait été capable ?

Il y a d’autres jeux, tels Mofo the Psychic Gorilla, un personnage issu du spectacle du duo comique, dans lequel un gorille prétend savoir quelle carte il va tirer du tas.

Il y a aussi Buzz Bombers, un shmup dans lequel on incarne une abeille,What’s Your Sign, un jeu basé sur l’astrologie et sert à montrer quelle fumisterie est cette pseudo-science, Sun Scorcher, un jeu inspiré de Space Invaders, et Smoke and Mirrors, dans lequel le joueur contrôle le duo comique dans un jeu mêlant plates-formes et énigmes.

Alors les jeux ne sont pas de grande qualité, voire complètement idiots dans leurs objectifs. Desert Bus est ennuyeux, d’autres ont un intérêt limité ou certains font vraiment dans le n’importe quoi. La plupart des jeux se terminent de façon inattendue, pour ne pas dire incompréhensible. Oui, mais c’est fait exprès. C’est là où cette compil fait fort, c’est qu’elle remplit son objectif, celui de se moquer des choses de la vie. La vie peut être belle, ennuyeuse, et n’importe qui peut faire n’importe quoi. Et que pour le coup, il vaut mieux en rire. Oui, il ne faut pas oublier que Penn and Teller sont des magiciens à la base… Mais qui en aurait vraiment compris le message ?

Cela explique  peut-être Smoke and Mirrors n’est jamais sorti, alors qu’il était également prévu sur PC et 3DO, si quelqu’un s’en souvient… Cette licence de développement de console 32 bits a fait l’effet d’une comète, à l’instar de l’Amiga CD32, entre autres.

Voilà, c’est tout pour cette semaine, et je vous dis à dimanche prochain.

À propos de Julius

Gamer aimant les jeux actuels et rétro, aimant aussi le cinéma les chats, la photo. J'écris aussi. Pour moi, ici, et aussi ailleurs.

Publié le 21/11/2016, dans Divers. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Un plaisir que de lire ces plongées dans la nostalgie du retrogaming
    Et puis contrairement à d’autres c’est descriptif juste ce qu’il faut
    Content de me dire qu’il m’en reste encore au moins une 20aine à lire 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :