VI raisons de rejouer à Final Fantasy VI

Il y a des jeux, comme ça, pour lesquels on ne résiste jamais à refaire une partie même si on le connaît par cœur. Final Fantasy VI est « LE » FF culte qui met au moins tout le monde d’accord sur ses immenses qualités. Et bien que l’ayant fini en long, large, travers, je relance de temps en temps le jeu, et voici mes VI (6) raisons pur lesquelles j’y rejoue.

I-Son époque

final-fantasy-iii_00068

 

Une raison qui peut paraître à première vue bizarre. En effet, nous savons juste que FF VI se passe 1000 ans après la guerre de la Magie, conflit entre Espers et humains qui ruina le monde, mais la civilisation a survécu. Cependant, plusieurs éléments laissent penser que jeu s’inspire de la Révolution Industrielle anglaise et de l’époque « victorienne », notamment le mobilier de la plupart des habitations : horloges comtoises, poêles à charbon, phonographes, lits, étagères et armoires, redécouverte de la vapeur et du charbon comme combustibles, le premier « donjon » de Narshe est justement une mine de charbon. Ensuite, les transports dans le monde  du jeu sont les chocobos, les mascottes à plumes de la série qui font office de chevaux, le train à vapeur ( il est fait mention que la ligne de Doma a été coupée suite aux affrontements avec l’Empire, et le joueur emprunte un train bien particulier peu après, donc les chemins de fer existent) et Setzer possède un Zeppelin. Les armures Magitek sont à part car issues d’une technologie un peu trop avancée pour l’époque, mais apportent une pointe de cyberpunk.

II-Son histoire

final-fantasy-iii_00024

Ou plutôt « ses histoires ». FF VI contient 14 personnages qui ont tous un passé différent, qui sera parfois révélé sous certaines conditions (Locke, Shadow…) tandis que d’autres font véritablement avancer le scénario, et le fil rouge semble être celui de Terra. Toute ce canevas forme une tapisserie  unique, un scénario qui fait la grande force du titre, qui a su planter le décor dès le départ en nous résumant un conflit en quelques lignes. Mieux encore, le titre aborde des sujets graves, tels que le suicide, la culpabilité ou la grossesse d’une adolescente, ce qui en fait définitivement un jeu unique.

III-Ses moments cultes

final-fantasy-iii_00080

Inutile de nier : Final Fantasy VI possède des putains de moments cultes, et ce du début à la fin : de la scène d’introduction avec les armures Magitek qui marchent vers Narshe dans la neige, en passant par l’opéra, le basculement vers la seconde partie du jeu et la fin, le jeu est rempli d « epicness » à lui tout seul. Pourtant, le jeu ne dispose pas de cinématiques, juste de la technologie 16 bits de la Super Nintendo. Et certains commencent à y voir un aspect plus cinématographique, ce qui sera ensuite amplifié par les épisodes qui suivront sur PlayStation.

IV-Sa technique

final-fantasy-iii_00011

Final Fantasy VI était magnifique pour un jeu de 1994, et le pire c’est qu’il n’a pas vieilli d’un poil. Il est le digne représentant de ce que la technologie 16 bits savait faire de mieux. Et le jeu ne se prive pas de faire usage de tout ce que la console de Nintendo peut offrir : Mode 7 pour les déplacements en Zeppelin ou à dos de chocobo, zooms, sprites énormes et effets superbement travaillés. Et même si certains jeux sortis après lui ont fait mieux question graphismes, il ne faut pas nier que FF VI a son propre style, parvenant à se détacher des RPG trop génériques.

V-Ses musiques

final-fantasy-iii_00030

Le point qui mettra tout le monde d’accord je pense. La bande-son de FF VI n’est jamais prise en défaut par qui que ce soit et pour cause : elle est sûrement celle qui est le plus aboutie non seulement de la série, mais aussi de celle de la carrière de Nobuo Uematsu à mon sens. Pour vous dire, le thème de la carte dans la première partie du jeu a tellement résonné que mes parents savaient à quoi je jouais. Et de plus j’ai l’OST du jeu, que je mets de temps à autres dans mon lecteur CD chez moi ou dans ma voiture. « Ah ouais mais c’est pas de la vraie musique, puisque c’est des jeux vidéo ! » La ferme les élitistes, puisque je vous dis que cette OST est sublime. Impossible d’oublier les thèmes de chaque personnage, l’opéra (une performance pour la console), la forêt fantôme, la musique des combats, celle des boss… Bref, la musique utilise la puissance du processeur sonore et ne s’en prive pas.

De plus sachez que je dispose de l’album Grand Finale qui est une reprise de certains thèmes du jeu joués par l’orchestre de Milan que tout amateur de musique de jeux se doit de posséder. Sachez de plus que Uematsu a également déclaré que cette bande son était le travail dont il était le plus fier avec celle du IX. Le maître a également fait des reprises version rock avec son groupe The Black Mages.

Et puisque nous avons évoqué le neuvième épisode, sachez que le début du thème des combats est une reprise de celui du VI.

VI- Son méchant

final-fantasy-iii_00063

Si FF VI expose un postulat somme toute classique, à savoir gentils royaumes et groupes de rebelles contre un méchant Empire, il a sans doute le méchant le plus réussi de la série. Je parle bien sur de Kefka Palazzo, à la santé mentale inexistante, qu’il a perdu à cause d’une expérience Magitek ratée. Il ne vit que pour détruire, et régner sur un monde dans lequel il serait le seul maître face au néant. Ce que nos héros doivent l’empêcher de faire lors de la première partie du jeu mais ils arriveront malheureusement un peu tard… Toujours est-il que Kefka est juste extraordinaire dans sa folie. En effet, il ne paraît pas avec sa tête de clown, mais il  cache un être redoutable. Et que dire lors de l’affrontement final, en ange de la mort… A vrai dire, le cas Kefka mériterait une séance de psychanalyse à elle toute seule. Rien que pour ça, on dit Bravo Squaresoft.

Voici mes 6 raisons principales qui font que je rejoue à Final Fantasy VI. D’ailleurs, je sens que je vais me refaire une partie, d’autant qu’il dispose de retroachievements…

Et vous, quelles sont les vôtres  qui font que vous rejouez à un titre ?

Promis, je ne vous ferai pas le coup des « VII raisons de rejouer à FF VII ». Quoique…

Publicités

Publié le 24/09/2016, dans Divers, Jeux vidéo, Level Up !, et tagué . Bookmarquez ce permalien. 2 Commentaires.

  1. Ha bah tu m’as donné envie! 😛
    Même si je n’ai jamais joué à un jeu « plus vieux » que la PS1, côté graphisme ça va me surprendre hahaha!
    En ce moment je découvre le IX (j’en suis au début du CD 3) et je suis complètement fan de l’univers médiéval que je ne connaissais pas vraiment (ayant fait les 7 – 8 – 10 auparavant… et pas vraiment d’autre jRPG). J’ai bien envie de continuer sur ma lancée quand j’aurai finis, mais où jouer au VI? J’ai vu qu’il y a des versions sur PS et aussi sur WiiU, c’est pas un peu WTF? Je suis curieuse de savoir s’ils utilisent le pad dans l’expérience de jeu…

    • Ravi de t’avoir donné envie de jouer à FF VI. Pour la version Wii U, c’est probablement la version SNES du jeu, et je pense que la meilleure méthode pour y jouer est d’avoir la manette Wii U classique. Celle sur PS1 je l’ai aussi, et lorsque je l’ai achetée il y avait la démo de FF X pour ma PS2 quasi flambant-neuve. Le problème est que cette version est percluse de temps de chargement, mais elle ne s’en tire pas si mal, avec une fonction quicksave qui reste tant qu’on éteint pas la console et un bestiaire. Évite toutefois la version « Advance » sortie sur GBA : le son si bon est massacré par le haut-parleur mono de la portable, avec des notes qui hurlent parfois, certains thèmes, comme le château d’Edgar son littéralement massacrés. C’est dommage parce que seule cette version, hormis celles sorties sur smartphones, était traduite en français. Le jeu est assez dur à trouver en version physique.
      Et je te souhaite bon jeu pour FF IX, fais attention, le CD3 correspond à un pic de difficulté du jeu, qui augmente radicalement à partir de ce stade. Je me souviens avoir été surpris lors de ma découverte du jeu alors que les deux premiers disques ne m’avaient pas posé de problèmes particuliers.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :