[critique film] Kingsglaive: Final Fantasy XV

Ce n’est pas la première fois que Square Enix s’essaie au long-métrage en images de synthèse, notamment quand il s’agit de décliner sa série phare, Final Fantasy. Cela remonte même à 15 ans avec un très mauvais souvenir pour la firme : Final Fantasy : les créatures de l’esprit. Un film qui n’était basé sur aucun jeu, réussi techniquement, mais au scénario bancal qui ne rapporta que 85 millions de dollars par rapport aux 137 millions engagés dans son développement, forçant Squaresoft à se marier avec son concurrent d’alors, Enix, pour donner l’entité que nous connaissons tous. En 2007, ce fut Advent Children, basé sur Final Fantasy VII, encore plus réussi graphiquement mais ne s’adressant véritablement qu’aux fans du jeu.

En 2016, Final Fantasy XV va sortir, et on sent que Square Enix joue gros, après une attente de plus de 10 ans, lorsqu’il était alors connu sous le nom de Versus XIII. Pour preuve, le jeu, qui devait sortir le 30 septembre, est finalement repoussé au 29 novembre.

Mais Kingsglaive, le long-métrage basé sur le jeu, lui est bien sortie à la date prévue. Que vaut ce troisième long-métrage de Square Enix ?

Critique longue, mais garantie sans spoilers.

Dans la catégorie Régis est un roi…

Laissez-moi tout d’abord vous exposer le cadre de l’histoire : Un conflit oppose le royaume de Lucis et celui de Niflheim. Le premier base se base sur le Grand Cristal, pourvoyeur de magie, pour sa protection et ses soldats. Le second, dispose d’armures Magitek et de vaisseaux pour asseoir sa force. Niflheim, de par sa supériorité technologique a déjà réussi à soumettre les autres nations à sa volonté, si bien que Lucis se retrouve être le dernier bastion de résistance grâce à un bouclier magique.

Le film se concentre avant tout sur l’unité Kingsglaive, chargée de la protection du roi Régis et d’Insomnia, la capitale de Lucis, mettant notamment en avant Nyx et Libertus. Nyx se verra bientôt chargé de protéger la princesse Lunafreya, dont le rôle sera déterminant pour l’avenir. Noctis, on ne le voit qu’au début très brièvement. Cependant, les événements racontés dans le film se passent parallèlement au jeu.

On le voit, nous avons droit ici à un cliché maintes fois utilisé, mais qui fonctionne tellement bien : le gentil royaume qui résiste au méchant empire, parce que tout le monde sait que les royaumes sont gentils et les empires forcément mauvais dans les univers de fiction. Mais ce n’est heureusement pas cela qui fait qu’un film est bon ou mauvais, et comme l’a dit Karim Debbache, un cliché bien exploité peut devenir un atout pour celui-ci.

Une claque technique

La première chose qui frappe, c’est le degré de technicité du métrage. On ne va pas se voiler la face plus longtemps, c’est magnifique. Square Enix n’a plus rien à prouver à certains concurrents de ce côté là. Kingsglaive est beau, et ne souffre d’aucun défaut dans son photoréalisme. Oui, on croirait vraiment que ce sont des acteurs de chair et d’os qui jouent ! L’animation n’est pas en reste, c’est ultra fluide, il n’y a aucun ralentissement. Pour un peu comparez les progrès faits depuis 15 ans depuis Les créatures de l’esprit, vous verrez, c’est impressionnant. Même certains détails comme les regards, ou les mains, ont été améliorés. On ne peut que féliciter les animateurs de la firme.

Le métrage est de plus très rythmé, et bien moins en dents de scie que ne l’étaient les deux autres à ce niveau. Mais, avec cette volonté de vouloir tout montrer, on passe parfois d’une scène à l’autre avant de revenir sur la première et ainsi de suite. Cela n’empêche pas le découpage de certaines d’être vraiment bien trouvées, mais je ne vais pas vous dire lesquelles parce que je ne vais pas vous spoiler.

De plus, on retrouve vraiment des éléments issus des jeux Final Fantasy : le Cristal, les armures Magitek, les vaisseaux. Il faut noter que le film se passe non pas dans un univers médiéval-fantastique ou purement futuriste, mais dans un univers plus contemporain, sombre et mature.

Pour les musiques, nous retrouvons certains thèmes du jeu, composés par Yoko Shimomura, ainsi que certaines pistes originales faites par John R. Graham. Le tout colle assez bien aux situations.

Kingsglaive2

 

Un bon prologue au jeu

Abordons maintenant la partie scénario et personnages du film. Globalement, l’histoire est bonne, se tient, grâce à un rythme soutenu comme je l’ai déjà mentionné, et le scénario se suffit à lui-même en tant que long-métrage. Nul besoin d’avoir fait les jeux de la saga, n’importe qui comprendra les enjeux mais il semble évident que certains détails parleront mieux à ceux qui suivent l’actualité de Final Fantasy XV, ou fait les démos sorties sur consoles,mais au moins, il n’est pas destiné qu’aux seuls fans. Il semble évident qu’il n’était pas facile de raconter quelque chose en presque deux heures de film de façon concentrée sur une durée réduite alors que les jeux durent en moyenne entre 30 et 50 heures. Pourtant, Square Enix y est arrivé. Et ce même si les rebondissements sont, pour la plupart prévisibles (mais les quelques surprises sont bien trouvées, toutefois) et que le casting s’avère assez inégal. J’ai eu parfois du mal à accrocher à certains personnages, assez peu charismatiques. Par exemple Nyx, qui tient pourtant un des rôles phares. Mais mettez Gray des créatures de l’esprit, c’est la même chose niveau caractère… Lunafreya semble un peu à l’ouest également (même si son doublage en VF devrait ravir les premiers spectateurs de Nolife), certains ne font que passer, et c’est bien dommage, tandis que d’autres, tels que le roi Régis sont plus réussis. Il en est de même pour les dialogues : la plupart d’entre eux sont très courts, renforçant la sensation d’être devant une cinématique de deux heures. Il est vrai que ça fait une longue introduction.

Quelques petites choses qui fâchent…

J’ai à peu près tout dit sur le film, donc je vais parler un peu du produit qui nous est vendu. Non, il n’y pas arnaque, mais demander 12 € pour une version SD ou 14 pour celle en HD, ça revient aussi cher qu’une séance au cinéma sur grand écran avec son 7.1. peut-être même en IMAX 3D pour le deuxième tarif. A la différence près qu’on ne se paie pas les 20 minutes de pub avant et qu’on peut revoir le film à volonté. Vendre le métrage un poil moins cher ne lui aurait cependant pas nui, je pense. Il faut toutefois noter que le film est disponible via le PS Store, Steam ou le Xbox Live en dématérialisé, mais qu’un DVD et un blu-Ray seraient prévus pour le 30 septembre prochain, selon Allociné.

Ensuite, quel dommage que Sony ne nous offre que la VF même si elle est plutôt bonne, alors qu’il aurait été tellement bien de pouvoir entendre si on le désirait les voix originales japonaises ou celles de Sean Bean ou d’Aaron Paul, entre autres…

Certains placements produits sont gros comme des maisons (oh, bonjour les voitures avec le logo Audi dessus!), mais existe-t -il un long métrage sans que certaines marques en profitent pour faire leur pub en 2016 ?

Verdict final :

Au final que retenir de Kingsglaive : Final fantasy XV ? Si on enlève la façon dont nous est vendu le produit, c’est un bon film, au rythme fluide, qui envoie sacrément au niveau technique, et qu’il est sûrement le meilleur métrage de Square Enix à ce jour. En tant que prologue à un jeu très attendu, ce n’est pas rien, à tel point qu’on lui pardonne aisément ses maladresses. Il n’est cependant pas certain qu’il puisse avoir un impact sur les indécis qui hésitent à acheter le jeu. Et il faut désormais se faire à l’idée que Final Fantasy devient de plus en plus une licence trans-médias. Voilà, maintenant que ce long-métrage a planté le décor, la suite, ce sera le 29 novembre avec la sortie du jeu…

Kingsglaive_Final_Fantasy_XV_main_key_visual

Kingsglaive : Final Fantasy XV

Réalisation :  Takeshi Nozue

Genre : Animation, prologue au jeu

Distribution : Sony Pictures Releasing France 

Durée : 1 h 55

Sortie  japonaise : 9 juillet 2016

Publicités

Publié le 04/09/2016, dans Cinéma, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 4 Commentaires.

  1. Heureuse de lire ta critique ! Je l’attendais depuis quelques jours 🙂 Visiblement, tu as beaucoup aimé le film. J’imagine sans problème que tu dois avoir super hâte de jouer au jeu à présent ^^

    • Pour le fait de jouer au jeu, oui et non en fait. Parce que j’ai peur d’être déçu au vu de l’attente énorme qu’il suscite. Je ne me suis pas positionné sur le test pour le site sur lequel j’écris à cause de cela. Il faut dire que je n’ai pas oublié FF XIII et ses promesses non tenues, pour rester das la série FF… J’espère que FF XV rattrapera le coup… Je l’attends donc avec méfiance.

  2. Merci pour cette très bonne critique ! Tu m’as sérieusement donné envie de voir le film, il va falloir que je me le procure rapidement ! Dommage qu’il ne soit pas sorti au cinèma toutefois, il aurait bénéficié d’une plus grande exposition !

  3. Je l’ai vu il n’y a pas longtemps et effectivement, ce Kingsglaive s’en sort plus qu’honorablement.
    Au final (Fantasy 😛 ), le seul vrai reproche que je lui ferais c’est son côté très confus dans l’exposition au début du film. À mon avis il y a des gens qui ont dû décrocher dans les 10 ou 20 premières minutes…
    Sinon, j’ai été épaté à quel point le film semble déconnecté de la saga de jeux. Je ne sais pas si c’était censé être une grosse pub mais ça m’étonnerait que ça draine beaucoup de gens vers l’achat de FF XV

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :