Guns of the Kikoolols, épisode #70

 Occident, le Grand Satan de la culture

J’ai fait assez peu de Guns of the Kikoolols cette année, mais là, je vous garantis que je ne vais pas me retenir, et pourtant dieu sait que je consulte souvent le site du journal incriminé pour me tenir au courant de ce qui se passe dans le monde hors actualité geek ou vidéoludique. Désolé Le Monde, je ne peux pas laisser passer ce torchon publié dans la rubrique « Idées » et vomi par Nadia Khouri-Dagher. Et comme par hasard, ça parle de jeux vidéo et de violence. Je vous mets le lien, vous verrez , ce n’est absolument pas NORMAL que le rédac chef laisse passer cet étron réactionnaire dans ses colonnes.

http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/12/22/jeux-videos-et-violence_4836479_3232.html#lfYG5xzCs1ltIOgV.99

Pour résumer la chose, la dame dit que si les attentats du 13 novembre dernier ont eu lieu, c’est à cause des « jeux vidéos » et de la culture occidentale en général. Oui, jeux vidéoS parce qu’apparemment elle ne semble pas savoir que « vidéo » est invariable. Le pire, c’est qu’elle réitère cela plusieurs fois, ça montre la connaissance de la fille.

Traduisons, tant qu’on y est…et stigmatisons, aussi.

Comme exemples, elle a « ressorti la pile de jeux vidéos(SIC) de mon fils, maintenant jeune adulte ». Tout ça pour se donner une légitimité et faire le lien de causalité entre jeux vidéo et utilisation d’armes lourdes, voulant faire partager « son effroi ». Ma pauvre, il t ‘en faut peu pour te faire flipper.

Je vous passe le fait qu’elle cite des extraits écrit sur la jaquette des jeux comme soi-disant preuves, mais le truc c’est qu’elle traduit mot à mot les titres ! Non madame, personne, même un bon traducteur, ne traduit comme ça les titres, à fortiori les titres de jeux . Ce qui explique pourquoi il est très difficile parfois de trouver une traduction décente à un titre de livre… Un exemple ? Une nouvelle parue dans le premier recueil de 87ème District, écrite par Ed Mc Bain, s’appelle « Cop Hater » en version originale. En français, ça a donné de la part du traducteur «  Du Balai ! » et non «  Celui qui déteste les flics ».

Donc, ce que fait cette dame est juste nul et non avenu en traduisant pour montrer son propos. Imaginez vous que Darksouls devienne «  Amessombres » ? J’ai mieux : Burnout. Pourquoi pas « Brûle dehors »… Ou pire encore « Burnes à l’air ». Oui j’ai osé, oui…

Mais imaginez vous avant sa mort, que vous ayez assisté à un concert de Amy «  Maison de vin » ? Tout ça pour vous montrer le ridicule de la chose et qu’un titre ne justifie rien.

Et vas y pour le paragraphe sur le fait que les jeux vidéos violents ont été vendus par des éditeurs appartenant aux pays riches… Aah, l’opposition riches/pauvres, putain qu’est ce que ça vient faire là ? Et des «  Jeux auxquels tout garçon, ayant vécu en France, en Belgique, à Mollenbeck, à Saint-Denis a probablement joué, demandez autour de vous ».

Ah mais oui, et je vais même demander à des femmes, tiens, parce qu’elles sont majoritaires dans notre loisir. Pour autant, je suis persuadé que mes ami(e)s n’ont pas l’intention de prendre les armes et de faire un massacre.

Oh, tiens, le paragraphe nous demandant d’imaginer les « jeunes issus de l’immigration » jouant à ses jeux qui contiennent des armes… Faut bien stigmatiser quelqu’un hein…

Pays riches contre pays pauvres, ou les Etats-Unis comme source de tous les malheurs

Mais la dame ne s’arrête pas là. Elle dénonce ensuite l’industrie du cinéma où elle critique Strictly Criminal, Men In Black ou encore Django Unchained, « pareillement encensés par l’intelligentsia ».

Comprenez : « Moi je n’appartient pas à cette caste de béotiens crasseux j’ai une culture ».Mais va te faire voir, espèce de…de Jean-Bobo de la Branchouille ! Rigolez pas, j’aurais pu la traiter « d’Aurélien Ferenczi »…

Et si je n’ai pas vu le premier film cité, Men In black et Django sont deux excellents films, parodiant chacun un genre donné ( le film de SF pour l’un, le Western pour l’autre) mais cette femme n’y voit que des films où « yadézarmes dedans ». Sans doute par excès d’intelligence…

Mais comme les jeux vidéo ne lui suffisaient pas, et le cinéma non plus visiblement, cette femme s’en prend aux séries américaines et aux romans des auteurs américains. Ahh les US, Grand Satan ! Vade Retro !

Mais apparemment, les films policiers français ça avait déplu à sa grand mère aussi… Qu’est ce qu’on s’en fout… Mais justement dans tout ce qui est « policier » pour qu’il y ait une intrigue, il faut bien, dans l’immense majorité des cas, qu’il y ait un MORT, non ? Et l’histoire est justement développée pour savoir comment la victime a été tué et par QUI mais surtout… POURQUOI. Mais non, ça, c’est apprendre à tuer.

Et là, on revient ensuite au cœur du problème, selon elle, ce qui fait qu’un jeune tombe dans la délinquance, c’est la faute à la culture occidentale ! « On peut en effet s’interroger… » Oui, mais j’en envie de dire, toi la première, ma grande. Parce que si je remonte au début de l’article là où tu énumères et traduis les titres de jeux vidéo, ton fils est aujourd’hui «  jeune adulte ». Les titres que tu évoques sont des jeux PS2, donc sortis entre 2000 et 2008 chez nous. Ce qui suppose donc que ton fils était MINEUR durant cette période,et donc qu’ au moins une partie de ces jeux souvent estampillés d’un PEGI 18 ou 16 ont été achetés par TOI. Après c’est facile de se plaindre de la violence si on cautionne à l’achat…

Ah, tiens, une autre anecdote où elle revient du Tibet… Pour elle, les démons affreux sont là pour éloigner les mauvais esprits mais représentent le bien… Alors que pour elle, les jeux et le cinéma c’est trop racoleur, car nous pouvons nous identifier à eux, quelle horreur. Comparaison complètement foireuse et hors de propos. Si tu voulais convaincre, fais-le autrement. Et elle poursuit dans le paragraphe suivant en arguant que jouer aux jeux vidéo, c’est le mal !

Torchon de « rancitude » et de racisme

Alors oui, les ripostes, tu vas les entendre, et la mienne est longue. «  les jeux ne sont jamais innocents  et certains comme ceux-ci devraient être interdits ». Que dire devant tant de bêtise… Si, que les jeux restent des jeux, que la violence reste malgré tout virtuelle, que je joue à ce loisir depuis plus de 20 ans et que je n’ai jamais eu envie de tuer personne dans la vraie vie. Que la violence virtuelle peut faire office de défouloir pour éviter de vraiment passer à l’action mais aussi de sortir un peu de la réalité du monde réel ! Mais tu vas faire appel je suppose, aux politiques pour leur dire d’agir… Tiens, et pourquoi pas citer Ségolène Royal, pourfendeuse du Club Dorothée ? Oh, wait… Comme dit plus haut, les «  PEGI 16 » ou « PEGI 18 », ce n’est pas la note sur 20 du jeu,c’est pour montrer à quel type de public le titre s’adresse.

Je vous laisse sur le dernier paragraphe où elle invoque tous les penseurs français de la Renaissance et des Lumières, disant qu’ils auraient sans douté été d’accord avec elle parce qu’on  « valorise la barbarie au lieu d’élever les esprits ». Oh mon dieu , des armes, du sang c’est barbare ! Mais alors dans ce cas, pourquoi ne pas aller dans les cours de récré des écoles et interdire aux enfants de jouer aux cow-boys et aux indiens ? On a encore trouvé une pasionaria des croisades de moulins… Je rappellerai juste qu’au niveau de l’histoire, notamment si on prend les époques de tous les auteurs qu’elle cite, que la violence a toujours existé. Certes, il n’y avait pas le cinéma ou les jeux vidéo, mais l’idée de s’unir dans la paix n’est apparu que très récemment dans l’histoire des hommes. Et les armes ne se sont  (presque) jamais tues. La Révolution a été une période où tout n’était que paix et amour, bien entendu…

Bon alors ça y est, vous l’avez sentie, la bonne odeur de rance, de poussière ce cet article qui semble tout droit sorti des années 90, racisme latent en prime… Figurez-vous que cette dame est bibliothécaire en plus… Ah ben putain.., avec ce qu’elle a mis aux romans dans un paragraphe, elle doit être bien vide, sa bibliothèque… Nous avons droit à un torchon de la part d’une femme qui croit connaître mieux que personne ce qu’est la culture et retirant aux autres le droit de s’amuser même virtuellement, lire ou voir des films.

Alors oui, les attentats du mois dernier, c’est un drame. Mais stigmatiser les jeux vidéo ou plus généralement la culture actuelle montre juste la recherche de boucs émissaires faciles, notamment au travers de jeunes issus de l’immigration. Je ne cesserai de rappeler que les auteurs d’attentats n’agissent qu’en leur seul nom et non à celui d’une religion, d’un pays, d’une culture.

Je me demande ce qu’en pensent les rédacteurs des rubriques Pixels, Cinéma ou Culture du même journal où est paru ce truc, juste comme ça…

Publicités

Publié le 22/12/2015, dans Divers, Guns of the Kikoolols. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. neotsubasa

    Cet article est consternant voire même totalement incohérent dans son développement.

    Cette dame cite des jeux violents qu’elle a elle même acheté à son fils lorsqu’il était adolescent et sans pression traite l’ensemble du monde occidental (ou riche pour reprendre ses termes) d’inconscient pour avoir fait de même car c’est à cause de cela que les jeunes deviennent des terroristes… Du coup, je commence à m’inquiéter pour le fils de cette dame…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :