Le premier Mortal Kombat, ce n’était pas ça…

Je me demande encore comment la presse spécialisée de l’époque a réussi à lui donner des notes au dessus de 90%. Enfin si, j’ai mon idée ( au hasard, les pubs dans les magazines). Mais soyons honnêtes, le premier Mortal Kombat, c’était mauvais, même à l’époque de sa sortie. Mais pour une fois qu’un concurrent à Street Fighter II semblait sérieux, Acclaim n’a pas manqué de communiquer, notamment sur le côté violent et les fameuses  » fatalités » pour achever son adversaire, avec des combattants et décors « digitalisés », comprenez, on scanne une photo et on les réadapte pour les supports sur lequel le jeu tourne. Oui mais… Cela ne suffit aucunement à donner quelque chose de valable. En réalité j’ai l’impression que le jeu accumule les fausses bonnes idées lorsqu’il n’avait pas un temps de retard. Et si j’ai précisé qu’il « semblait » sérieux, le résultat final n’est franchement pas joli à voir. A l’heure où le dixième épisode va sortir dans un mois, il est bon de remettre en perspective ce qu’était vraiment le premier épisode de la franchise, sorti il y a plus de vingt ans, et comment on nous a menti.

Mortal Kombat (UE) (REV01) [c][!]000
Nombre de personnages disponibles : 7. Franchement, même le premier Street Fighter II en proposait au moins huit. Et au moment où le jeu est sorti sur Megadrive et Super Nintendo, les versions  » Turbo » et « Prime » du concurrent direct s’apprêtaient à sortir sur ces consoles, et elle allaient proposer chacune 12 combattants.Dans Mortal Kombat, tous sont typés, et ont un style particulier. Encore faut il arriver à sortir vos coups. Ce n’est pas très souple, tout ça… Quant aux manip pour les fatalités, je n’en parle même pas, il faut s’appeler Vishnu pour pouvoir faire la combinaison demandée, lorsqu’elle daigne marcher.
Du coup, je me retrouvais souvent à faire un coup de pied sauté dans un coin de l’écran, en attendant que l’adversaire daigne s’approcher. Pour certains adversaires, cette technique petit bras marchait à tous les coups. Et à propos de coups, certains ont été modifiés. Par exemple, pour ne prendre que la version Megadrive, la fatalité de Sub-Zero est … un uppercut puissant. Oui, vous avez bien lu… sur la console concurrente, en revanche elle était bien plus violente et correspondait mieux au personnage.
Le problème, c’est que le jeu n’offre aucun plaisir, même à deux. Un comble.
La version Megadrive est de plus un massacre auditif . Des voix ? A part pour le « Fight » de début, le « come here! » de Scorpion et le « Excellent » lorsqu’on place un uppercut,  il n’y en a aucune! les combattants sont muets, il y a également peu de bruitages, et la musique tape rapidement sur les nerfs avec ses rythmes répétitifs. La console niveau son, était capable du meilleur comme du pire, et MK appartient à cette deuxième catégorie. Ensuite, les graphismes… Si les combattants rendent assez bien, quoiqu’un peu petits, on voit où les programmeurs sont allés chercher leurs inspirations : Cage ressemble à JCVD ( au départ la franchise devait être basée sur l’acteur), et Shang Tsung me fait penser dans cet épisode au méchant du film Jack Burton dans Les Griffes du Mandarin de John Carpenter. Cette inspiration du septième art est peut être un des seuls points positifs du jeu. Pour les décors, certains sont trop chargés tandis que d’autres sont vides ou manquent clairement de couleurs. Ils sont de plus, assez peu nombreux. Dire qu’on nous survendait les graphismes  » digitalisés » n’est pas un vain mot. Quant à l’aspect « gore » du titre… Encore une fois un gros mensonge. Le sang, sur cette console, si vous ne connaissiez pas le cheat code, vous ne pouviez l’avoir. Inutile de chercher la même chose sur Super Nintendo, politique du constructeur de l’époque oblige.
Certes, il innovait avec son parcours particulier  en solo (combats en 1 contre 1, contre son propre perso, endurance contre deux adversaires à la suite) mais où est le plaisir quand l’ordinateur nous faisait vite savoir qu’il pouvait nous en mettre plein la tronche sans possibilité de réagir s’il décidait qu’on ne pouvait pas gagner ?
J’adore le retrogaming, mais la nostalgie ne permet pas tout, Mortal Kombat était et reste même avec le temps une mystification. Qui a marché, certes, mais mystification quand même. Les deux jeux suivants feront mieux, en même temps ce n’était pas dur, plus de personnages, de coups de  » fatalités », de décors, et plus souples à jouer,  et c’est effectivement le jour et la nuit entre ces deux épisodes  et le premier , et MK  devint ainsi une licence largement valable, avant de se perdre puis de se retrouver.  Mais revenons au premier jeu : Sur Megadrive, il a pu faire illusion l’espace d’un mois le temps que le tant attendu Street Fighter II’ arrive, faute de concurrence. Après c’est une toute autre histoire…

Mortal Kombat (UE) (REV01) [c][!]002

Avec le recul je ne comprends pas comment le jeu a pu obtenir des notes aussi élevées, notamment quand des magazines faisaient des comparatifs par rapport à Street Fighter II. Il s’avérait que MK ne tenait aucunement la comparaison sur des critères essentiels. Pire encore, à la sortie du deuxième épisode, un des testeurs du magazine Consoles+ a reconnu que le premier était une « une vieille daube puante »(SIC).  Difficile de ne pas lui donner raison, même s’il exagérait un peu.  Mais on a acheté, parce que sinon, il n’y aurait pas eu de suites et la saga ne serait pas là où elle en est…

Publicités

Publié le 14/03/2015, dans Back to the Pixels, et tagué . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Seul le côté violent a permis d’écouler des quantités d’exemplaires. Pour le reste, le jeu n’avait rien de véritablement mémorable. Cette rigidité affreuse justifie l’appellation de jeu « puant » … 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :