[Critique ciné] Sin City : J’ai tué pour elle

Il y a plus de neuf ans, Robert Rodriguez nous livrait le premier Sin City, l’adaptation du roman  graphique de Frank Miller.  Basin City, ou plutôt sous sa forme  courte Sin City, est  une ville où règne le vice et le chaos. Où les bandits  font  la loi, et les policiers comme les hommes politiques sont corrompus au delà même de la moelle. Mais la paix reste fragile.  Une réussite visuelle très esthétique majoritairement en noir et blanc avec des pointes de couleur, où on suivait quatre histoires différentes qui parfois s’entrecroisaient. Le propos était parfois plus discutable mais le film respectait l’esprit BD d’origine.

Sin City  : j’ai tué pour elle, est dans le même esprit. On suit trois histoires différentes. On y retrouve un casting  de premier ordre, certains reprennent du service, comme Mickey Rourke, Jessica Alba, Bruce Willis ou Rosario Dawson, d’autres  sont des  remplaçants, comme Josh Brolin qui remplace Clive Owen dans le rôle de Dwight ou Jamie Chung qui prend le relais de Devon Aoki dans le rôle de Miho. Sans compter les nouveaux venus, comme Joseph Gordon Levitt, Dennis Haysbert, ou encore une Eva Green sexy en diable, véritable femme  fatale dans tous les sens du terme, manipulatrice perverse passant les trois quarts du temps où elle apparaît à l’écran dans son plus simple appareil.

Esthétiquement, c’est la même chose que le premier film : du noir et blanc  avec de la couleur uniquement sur certains éléments. Le film est plus rythmé que le précédent, en misant beaucoup sur l’action.  Il reprend également la narration en voix-off du premier, et les phrases sont toujours aussi bien construites. Une suite directe, avec des acteurs bien dans leur rôle,  et j’ai déjà parlé d’Éva Green, mais c’est également un plaisir de retrouver Powers Boothe en sénateur Roark corrompu et fou de poker. Justement, il est la cible de Nancy, bien décidée à venger la mort d’Hartigan, qu’elle n’arrive pas à se pardonner car ce dernier voulait la protéger. Violence, vice, sensualité,vengeance , voilà les ingrédients de Sin City : j’ai tué pour elle. Mais ici, c’est poussé à l’extrême.Les personnages ne donnent pas dans la dentelle lorsqu’il s’agit de résoudre une affaire…

C’est un bon film dans l’ensemble, mais certains défauts sont assez flagrants. Il est assez déséquilibré au niveau des histoires, et surtout, se finit assez abruptement. Certaines scènes manquent d’intensité, notamment les parties de poker, ce qui rend le film parfois un peu long. De plus certains acteurs pourtant connus ne font que de trop courtes apparitions. Heureusement, l’histoire centrale  qui donne sont titre au film est en revanche bien conduite. C’est ce qui le sauve, car si j’apprécie l’esthétisme global, l’effet de surprise n’est plus là à ce niveau. Si vous avez aimé le premier, vous pouvez y aller sans soucis. Pour les autres, c’est un film qui se laisse tout de même regarder, mais pas sur qu’il reste dans les annales…

Julius

affiche sin city 2

Sin City : J’ai tué pour elle ( Sin City : A dame to kill for)

Réalisation : Robert Rodriguez et Frank Miller

Genre : Film noir

Avec : Jessica Alba, Eva Green, Mickey Rourke, Josh Brolin, Bruce Willis…

Distribution : Metropolitan Films

Durée : 1 h 42

Classification : Interdit aux moins de 12 ans 

En salles depuis le 17 septembre 2014

 

Publicités

Publié le 21/09/2014, dans Cinéma, et tagué , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :