25 ans pour la Game Boy

Un quart de siècle. Déjà. Bon anniversaire à la Game Boy, console portable de Nintendo conçue par Gunpei Yokoi, qui fête donc ses 25 ans aujourd’hui. Elle sortit en effet le 21 avril 1989 au Japon. La console sortira en juillet de la même année aux Etats-Unis, alors que la France devra attendre le 28 septembre 1990 pour en profiter. Le projet fut accouché dans la douleur, et le choix d’un écran noir et blanc  fut choisi pour pouvoir la vendre à bas prix. Chose qu’Atari avec la Lynx, et  Sega avec sa Game Gear, avec leur écran en couleurs, ne manqueront pas de railler. Cependant, le savoir-faire Nintendo en matière de jeu, et surtout sa très basse consommation (4 piles AA pour environ 30 heures d’autonomie, contre 6 et 2h30 au mieux, c’est à dire sans le son, pour ses deux concurrentes), lui permettront de s’imposer. La console connut  un franc succès, et était livrée chez nous avec le jeu Tetris. Le catalogue de jeux était de plus très varié, les grands éditeurs japonais développaient dessus, et bien entendu tous les grands jeux de licences Nintendo furent déclinés dessus. Super Mario avec Super Mario Land 1 et 2,  Wario avec Wario Land, mais si je devais en emmener un seul sur une île déserte, ce serait surement le magnifique Zelda : Link’s Awakening, qui est mon épisode préféré de la licence. Cette console portable vit aussi le développement du phénomène Pokemon en 1996, lui permettant ainsi de se relancer malgré des débuts difficiles.  La Game Boy fut la console la plus rentable de sa génération. 

Elle fut déclinées en des versions améliorées: il y eut la Game Boy Pocket, moins épaisse, la Game Boy Light, permettant de jouer avec un écran éclairé  ( un des défauts de la console était qu’il fallait se mettre dans un endroit bien éclairé pour y voir quelque chose sur l’écran), la Game Boy Color, qui eut son propre catalogue de jeu.

Un palier fut franchi en 2001 avec l’apparition de la Game Boy Advance, véritable évolution,avec un processeur ARM-32bit, permettant d’afficher de la 3D et de faire des portages de jeux essentiellement issus de la Super Nintendo. L’écran était assez fin, bien défini, mais une fois de plus,  n’était pas rétro-éclairé. Pour cela, il faudra attendre la Game Boy Advance SP en 2003 qui de plus était pliable pour prendre un minimum de place notamment en voyage. Ce fut d’ailleurs la première portable de Nintendo à utiliser une pile à lithium à recharger et non plus des piles jetables. La dernière version, la Game Boy Micro, ne rencontra pas le succès. 

Nintendo tourna ensuite la page Game Boy pour en écrire une nouvelle avec sa nouvelle gamme de consoles portables, la DS (pour Dual Screen). Mais cela  est une autre histoire…

Julius

Nintendo Gameboy

Publicités

Publié le 21/04/2014, dans All News, Back to the Pixels, et tagué , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Gargoyle’s Quest était aussi bon que difficile !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :