The Need For Criticism

Vous le savez, beaucoup de jeux  vidéo se sont retrouvés adaptés en films  depuis plus de 20 ans. En général, le résultat n’est pas glorieux, mais je ne vais pas tous vous les énumérer. Et ce mercredi 16 avril, c’est au tour de la licence Need For Speed de se retrouver en long-métrage. Autant vous le dire tout de suite, je n’irai pas le voir.  Mais jeuxvideo.com, eux, ont envoyé un des leurs à l’avant première (ou projection de presse, ce que j’en sais).  Et celui qui a vu le film en a écrit une critique sur le site. Pour moi, rien de plus normal,et pourquoi pas, ça change un peu des sempiternels tests de jeux. Après, on peut penser ce qu’on veut du site.

Mais pour certains, cette critique n’aurait pas du se trouver là. Le site ne doit se concentrer uniquement sur les jeux vidéo. Ah… Venant de la part de certains qui n’étaient même pas encore conçus lors de la sortie du premier NFS en jeu vidéo, je trouve ça un peu fort de café. Et ce d’autant que la critique ciné  publiée est construite et argumentée. Il faut dire aussi que ce JackBradford est un journaliste  free-lance collaborant pour plusieurs sites et magazines, dont certains de cinéma.  Autant dire qu’il connait les domaines pour lesquels il bosse. Mais ce n’est pas parce que pour une fois, il y a une critique cinéma sur un site spécialisé jeux vidéo que ce dernier va se transformer en un Allociné bis. Et ce n’est pas comme si le site n’avait pas une chronique vidéo consacrée au cinéma… Ah tiens, si, rien à redire les gens à ce niveau ?  Et Allociné dispose d’une émission sur les jeux vidéo intitulées Game In Ciné. Ce n’est pas un site spécialisé jeux vidéo pour autant. Et certains chroniqueurs de jeux vidéo sur les sites de vidéo en ligne font aussi des critiques de films. Donc, on peut en déduire que jeux et cinéma sont très liés. Depuis longtemps en fait. Donc non, contrairement à ce que j’ai lu ce ne sont pas forcément deux mondes différents. Mais à en entendre certains, pour les sites internet, c’est  » chacun son domaine ». C’est peut être là le gros problème du nom figuratif. Il y aura toujours des idiots pour vous rappeler que vous vous éloignez du sujet principal dès que vous dépassez du cadre. Pas étonnant donc que certains sites, blogs ou chaines de télévision thématiques portent un nom assez original. Ça évite aux veaux de gueuler sur la ligne éditoriale. Après, le reste est affaire de gout.

Julius

Publicités

Publié le 15/04/2014, dans Lis tes ratures, Un oeil dans le projecteur, et tagué , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :