Guns of the Kikoolols épisode #35

Sursaut urgent

Ça fait mal  de voir qu’un constructeur a décidé de  tout miser sur l’appât du gain et non de penser aux joueurs. Ça  fait mal de voir que la Xbox One représente tout ce qu’il ne faut pas faire en jeux vidéo. Kinect connecté en permanence,  tout comme internet , et bien que Microsoft  nous dise que ce ne sera  » qu’une  fois par jour », impossibilité de prêter ses jeux sans que celui qui en bénéficie ne paie de nouveau le prix fort, installation obligatoire sur la console, incompatibilité avec la Xbox 360 même avec les jeux du XBLA…

Bienvenue dans l’univers des jeux fliqués, les enfants.   Je me disais aussi que l’abandon du Online Pass ( grosse connerie, ça) par EA cachait quelque chose d’encore pire. Ca n’a pas loupé, mardi, on apprend que le géant américain  a fait un partenariat avec Microsoft… sans doute en ayant obtenu de leur part les garanties  de sécurité .

Cependant, il n’est pas dit que je passe à la PS4 de Sony. Si le constructeur japonais a affirmé que la console  ferait tourner les jeux d’occasion, elle est restée très vague sur les modalités, si ce sera payant, etc.

Et vous savez quoi, malgré des contraintes qui sont, pour ma part rédhibitoires,  c’est que les futures consoles vont tout de même marcher.  Forcément, du moment qu’il y a Fifa et Call Of Duty, ça plaira à la plupart des joueurs, qui fonceront tête baissée.  Que je retrouverai à pleurer 2 mois plus tard  après avoir vu les contraintes inacceptables imposées par les constructeurs.  Ils  auraient tort de se priver, puisque ça va marcher.  Mais comment en est-on arrivés là,  à ce pas de trop  qui consiste à  racketter les gens d’une manière encore plus violente ?  De par la volonté des constructeurs et des éditeurs ? Oui, certes. Mais ne blâmer uniquement qu’eux serait par trop facile.

Parce que ceux qui ont une grande part de responsabilité dans le fait qu’ils nous prennent pour des jambons,  c’est NOUS les joueurs. Il y a certaines choses que j’ai eu du mal à accepter, comme les DLC ( pour DownLoadable Content-Contenu téléchargeable) car cela pouvait ouvrir à des abus. Ça n’a pas raté. Que penser du fait que Capcom propose des tenues supplémentaires pour ses personnages de Street Fighter IV à 5 € pièce ?  D’un des Prince of Persia  sur Wii  qui propose la fin du jeu en payant un supplément  ? Des cartes multijoueurs des Call Of Duty sont vendu à un tel  prix qu’au final, c’est comme si on avait acheté deux jeux ?  Les éditeurs ont tendu un piège, dans lequel la plupart d’entre nous sont tombés.  Idem pour le Online Pass: si tu veux jouer en ligne, tu es obligé de  rentrer un code unique fourni. Celui qui rachète le jeu d’occase devra payer 15  € pour en  faire de même et avoir un nouveau code. Cela a malgré tout, marché, notamment aux Etats-Unis.

Dire qu’il suffisait de ne pas acheter pour que ça ne se vende plus, comme disait Coluche… Ben oui mais justement. En cela les joueurs sont coupables d’avoir alimenté  un marché qui maintenant, rend son cynisme visible.  Je sais bien, dans un monde libéral, tout éditeur qui sort un jeu  veut un retour sur investissement. Logique. Mais nous avons contribué à faire en sorte qu’ils nous en demandent encore plus. DONC, la remise en question doit se faire DES DEUX COTES. Côté constructeurs, il n’est pas trop tard pour reculer, et je pense que d’ici l’E3, tout est possible concernant les spécificités abusives des prochaines consoles.  Côté joueurs, il serait temps de penser que  nous ne sommes pas que des moutons justes bons à consommer ( la première syllabe  est très claire), et à acheter aveuglément.

Ne vous méprenez pas, je ne suis pas entrain de dire que le jeu vidéo doit être cantonné aux passionnés  comme il l’était à ses débuts. Qu’il s’ouvre, au contraire, c’est très bien.  Qu’il prenne les gens pour des imbéciles, en revanche je ne cautionne pas. Et si nous nous regardions  un peu dans le miroir ?  Il est encore temps de dire « Stop » à ceux qui veulent notre fric pour nous entuber.  A ceux qui veulent nous fliquer, nous imposer une machine unique avec jeux uniques.  Qui abusent de la novlangue pour cacher  des desseins bien plus perfides. A nous de voir ce qui n’  a pas ( ou trop bien) fonctionné dans la communauté.  Parce qu’au final,  c’est nous qui les les faisons vivre… Donc, nous sommes aussi responsables de cette évolution désastreuse. Une remise en question s’impose chez les joueurs. 

Certains disent que l’avenir est dans le retrogaming. Vous savez quoi,  au vu de ce qui se trame avec Microsoft,  j’ai bien l’impression qu’ils ont raison. Les boutiques de passionnés  centrés sur  ce mode de jeu  ont de beaux jours devant  elles, à moins d’un sursaut.

Julius

Publicités

Publié le 24/05/2013, dans Guns of the Kikoolols. Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. Je suis assez d’accord avec ton propos, le comportement du consommateur est pris en compte par les pro du marketing. Nous vivons dans un monde où nous sommes de plus en plus limités en terme de liberté d’expression (la censure revient au galop), et par conséquent en terme de créativité, et il ne faut pas se laisser faire. Les joueurs sont à présent gagnés avec de la poudre aux yeux (graphismes avancés, action et sensations fortes). Il n’appartient donc qu’à la communauté de faire découvrir à ceux qui débutent, ce que peut être le jeu vidéo en dehors de ce qu’ils connaissent, d’encourager le retro et de réorienter les axes de production des développeurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :