Guns of the Kikoolols épisode #35

Le paradoxe de Neptune

Avec un tel titre,  vous vous demandez surement de quoi je vais vous parler.   Il s’agira de RPG japonais.  En effet,  sur cette génération, on ne peut pas dire que les consoles de salon ont été gâtées ( c’est un poil mieux sur portables).  Les très bons jeux de rôle se sont fait assez rares. Parmi les éditeurs,  certains on tenté de faire quelque chose de nouveau,  notamment Square Enix  avec Nier, développé par le studio Cavia,  et Sega avec Resonance of Fate  fait par tri-Ace.  Qu’on aime ou non, on ne peut leur reprocher leur originalité. Puis il y eut les autres, les petits, comme Hit Maker ou Compile Heart, qui pensaient faire des RPG à petits budget. Comprendre :  rendre un jeu techniquement indigne du support, mais qu’importe , car il y a l’univers, le gameplay et tant pis pour le scénario vu et revu.  Parfois, ça a foiré. Hit Maker nous a pondu The Last Rebellion, une énorme blague  n’ayant pour lui que  les artworks des temps de chargement, le reste étant à oublier très vite. Pour Compile Heart,  il y eut  Cross Edge,  un RPG fourre-tout  avec les persos venu de 5 éditeurs et licences différentes, dont Disgaea de Nippon Ichi et Darkstalkers de Capcom.  Celui ci a fortement divisé la presse et les joueurs. 

Mais Compile Heart nous a pondu en 2010 un jeu du nom de  HyperDimension Neptunia . Le jeu  se voulait être un allégorie de la guerre des consoles, un concept qui aurait pu marcher si  la réalisation n’était pas digne d’une PS2,  les combats justes rébarbatifs au possible et les donjons ne se résumaient pas à des enchaînements de couloirs  sans imagination. Sans compter un scénario et des personnages fan-service dont on a rarement vu plus niais et premier degré, bref ce n’était pas la joie. Ce qui n’a pas empêché une suite, mkII, en 2012. Même motif, même punition.  Puis là, vient de sortir le troisième titre, Victory.  Il fallait s’y attendre, le jeu s’est fait descendre  notamment dans EXP sur Nolife et par Gameblog. A juste titre à mon sens, parce que si vous mettez le premier et le troisième à côté, il n’y a aucune différence. 

Mais cela n’a pas empêché certains de dire que Gameblog n’y connaissait rien, dans les commentaires. Le fanboyisme, ça va bien un moment mais attention à ne pas tomber dans l’aveuglement.  La série des Neptunia n’apporte rien au genre RPG ni même à la niche du genre auquel il prétend s’adresser. 

Alors je concède que la critique de Gameblog est courte, mais d’un côté est ce que l’auteur aurait pu ajouter  quelque chose de plus par rapport à ce qui a déjà été dit sur les deux premiers  jeux ?  Faut-il s’acharner sur le vide d’une licence  se voulant RPG du ( très ) pauvre ?  Personnellement, je n’ai rien contre les RPG   » couloirs » et j’en apprécie même certains.  Je n’ai rien non plus contre le manque de sous,  car rares sont les développeurs à disposer des fonds de Square  Enix.  Mais en général, des jeux comme Shadow Hearts pour  faire une comparaison, ne bénéficiant que de peu de moyens, à défaut d’être techniquement irréprochables,  se rattrapaient au moins par les idées mises en place, sans pour autant faire dans le racoleur avec des jeunes filles mineures aux formes suggestives  pour otaku de base et dénué de cerveau, au Japon, cela s’appelle du Lolicon. C’est le cas de Neptunia. Et je comprends le malaise que ça peut engendrer. Faire un jeu, c’est bien, mais encore faut-il qu’il y ait un fond derrière la forme.

Mais c’est peut être là l’autre face  du problème : que faire pour tenter de sortir du lot si on a pas de sous pour  se faire remarquer avec les graphismes ?  Je ne suis pas d’accord  pour faire manger de la merde aux gens.  Même lorsqu’il s’agit de jeux de niche.  Je sais, je ne suis qu’un gros con  d’abruti qui ne veut pas  que les jeux japonais même les plus particuliers sortent pour empêcher certains  d’assouvir leur passion, c’est bien connu, intolérant que je suis.  Je sais aussi que les RPG japonais  ne sont pas à la fête depuis quelques années. Mais est-ce une raison pour  se jeter  sur tout ce qui sort dans le genre, sans distinction aucune ? Je ne pense pas, surtout lorsqu’on voit le prix des jeux.

Julius

Publicités

Publié le 30/04/2013, dans Guns of the Kikoolols, et tagué , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :