[Critique jeu] Sonic and Sega All-Stars Racing

Sonic dans un jeu de voitures, c’est possible ? Je dirai même que l’idée de mettre le hérisson bleu au volant n’est pas nouvelle. En effet, Sega avait déjà fait deux petits jeux ( tout petits) qui s’appelaient Sonic Drift et Sonic Drift 2 pour la Game Gear. Mais cette tentative d’imiter Mario Kart ou encore Street Racer était ratée. En 1996, Sega tente de remettre notre hérisson bleu sur les rails en faisant Sonic R sur Saturn, ou 4 concurrents s’affrontaient lors de courses à pied. Le résultat ? Comment dire… catastrophique. Le jeu est absolument injouable accompagné de musiques « dance » pas du tout en phase avec l’univers proposé.  Sega tentera sur Wii Sonic Riders, sans réellement réussir à convaincre. En 2010, Sega  s’est dit qu’avec les machines actuelles, il serait bon de remettre le hérisson et sa bande dans des véhicules à moteur. Bien leur en a pris, car question contenu et conduite, ce jeu de course à moteur est tout de même bien troussé et a suffisamment de choses pour maintenir l’intérêt et être un concurrent valable à Mario Kart.

C’est Sumo digital, déjà développeur de Mario et Sonic aux Jeux Olympiques, qui s’est chargé de faire le jeu. Il est sorti sur les consoles de salon existantes. Sur Wii, vous pourrez même jouer avec vos Mii. Sur 360 , vous pourrez jouer avec votre avatar, mais aussi avec Banjo et Kazooie en tant que persos exclusifs à la console de Microsoft. Cette critique est d’ailleurs basée sur cette version du jeu.

 

Sonic and Sega All Stars Racing est donc un jeu de course. Mais quand il s’agit de « all stars », c’est vraiment « all stars » notamment au niveau du casting : outre les personnages incontournables comme Sonic, Tails, Knuckles,Eggman, Shadow, on trouve aussi des personnages d’autres jeux de l’univers Sega, dont de vieilles gloires: BD Joe de Crazy Taxi, Ulala de Space Channel 5, Billy de Billy Hatcher sur Gamecube, Beat, de Jet Set Radio, Alex Kidd, et Ryo Hazuki ( on se calme, ce n’est pas le signe que Shenmue 3 verra le jour!) pour ne citer qu’eux. Cependant, certains ne seront pas disponibles dès le départ, et devront être débloqués au fur et à mesure de vos progression avec les Sega Miles ( à ne pas confondre avec un système de réduction foireux existant en France), que vous pourrez dépenser dans le menu emplettes. Certains véhicules fonctionnent en binôme, comme Jacky et Akira de Virtua Fighter qui roulent dans la Ferrari rouge d’OutRun. Tous n’utilisent pas forcément des voitures ou des véhicules à 4 roues : Shadow et Ryo préféreront largement la moto, Ulala  utilise sont vaisseau pour voler au dessus de la piste, par exemple.

Le jeu vous propose 24 circuits tirés des univers suivants : Sonic, Billy Hatcher, Jet Set Radio Future, Super Monkey Ball, Samba de Amigo et The House of the Dead. Chaque univers aura 3 environnements différents, comme le lagon, l’usine d’Eggman ou le casino pour Sonic, par exemple… Le nombre de concurrents en course sera de 8. Un peu léger, lorsque l’on voir que Mario Kart Wii en propose 12 et qui est pourtant sorti avant…

Il faut toutefois noter que le nombre de personnages proposés peut varier selon la version que vous avez, celle sortie sur iPad2 s’est vue amputée d’une bonne dizaine de personnages.

C’est Nights qui donne le départ

Le jeu est un jeu de course purement arcade, aussi bien au niveau des circuits que de la façon de jouer. Vous devrez arriver à la fin de trois tours sur chaque circuit. Le mode principal en solo est le championnat, qui se découpe en 6 compétitions à la difficulté paramétrable ( débutant, confirmé, expert) qui sont la Coupe Chao, La coupe Graffiti, la coupe Œuf, La coupe Mutant, la coupe Samba et la coupe Singe, qui contiennent chacune 4 courses. Selon votre position, vous aurez plus ou moins de points, mais, même si vous arrivez dernier, le championnat continuera quoi qu’il advienne, et il ne tiendra qu’à vous de redresser la barre à la course suivante. Il vous faudra au moins terminer sur le podium dans les trois modes de difficulté pour débloquer les coupes suivantes. Les Miles obtenus varient en fonction non seulement de votre position, mais aussi de vos talents de pilote: si vous vous faites trop avoir, ou sortez du circuit trop souvent, vous en aurez moins que si vous aviez mené une course parfaite. Comme je l’ai déjà mentionné, les Miles se cumulent et servent de monnaie d’échange pour débloquer les différents personnages, musiques et circuits du menu emplettes. Pour gagner, vous éclaterez des boites à bonus sur les parcours, et les bonus seront les suivants :

 

Le gant de boxe vert : il permet de frapper l’adversaire le plus proche ou rebondit contre les parois.

Le missile rouge : ira automatiquement frapper l’adversaire le plus proche.

Le missile télécommandé: une fois lancé, il permet d’être déclenché à distance et d’éclater au milieu d’un groupe serré. Idéal pour bouleverser les choses.

L’espadrille rouge : vous offre un turbo.

L’arc en ciel : brouille la vue des concurrents.

L’étoile : sans doute le bonus le plus original du jeu, mais aussi le plus vicieux. Si vous passez dessus, les commandes et l’écran seront inversés. Pas facile de s’y retrouver ensuite…

Les bombes : au nombre de 3, elles roulent comme des boules de bowling pour exploser au niveau du véhicule le plus proche.

Certains de ces bonus peuvent parfois être déclinés en trois exemplaires.

 

Le coup « All Star » : le coup spécial propre à chacun des personnages : certains sont facilement identifiables : Sonic se servira des émeraudes et se transformera en Super-Sonic pour aller plus vite et tout défoncer sur son passage, par exemple, d’autres sont plus originaux : Banjo et Kazooie feront pleuvoir des pièces de puzzle dorées un peu partout sur le circuit, Amigo déclenchera une samba qui fera, entrer dans la danse tous les véhicules proches de lui, sans qu’on puisse faire quoi que se soit, avant de nous lâcher en plein milieu de la piste et à l’arrêt. Ce coup a plus de chances d’apparaître si vous êtes dans les dernières positions…

Le coup All Star de Sonic.

 

Pour le reste, on l’aura vu, le jeu plagie allègrement son modèle pour les bonus. Un peu plus d’originalité n’aurait pas fait de mal. Il n’en reste pas moins que si une bonne utilisation est requise, les bonus ne feront pas la victoire. Vos talents de pilote compteront également, tout comme la maîtrise des sauts et des dérapages . L’intelligence artificielle est d’ailleurs très agressive et les concurrents savent se battre, ils n’hésiteront pas à utiliser leurs objets à disposition.

Une figure lors d’un saut vous donnera un turbo à l’atterrissage.

Les graphismes sont très beaux, ils sont très colorés, et chaque univers est reconnaissable. On reconnaît également bien nos héros même si le look de certains pourra surprendre. On notera aussi l’effort fait sur les véhicules de chacun, dont l’apparence varie selon ses affinités. Toutefois les décors de fond sur certains circuits peuvent paraître un poil vides… De plus, on peut s’interroger sur le tracé de certains circuits, notamment ceux de l’univers de Super Monkey Ball, dont certains sont assez confus quant à la direction à suivre.

L’animation est fluide, ça va assez vite, les circuits sont très vivants, et ne souffrent plus qu’occasionnellement de chutes de frame-rate, alors que la démo en était truffée. On notera aussi avec attention les petits détails comme Nights agitant le drapeau de départ… Bref, sur ce plan, le jeu a une véritable identité.

 

Amigo, de Samba de Amigo

 

Vous ne serez pas dépaysés par la musique, pour peu que vous ayez joué à des jeux Sega entre 2000 et 2010: en effet, le jeu reprend les grand thèmes des hits de la firme, par exemple le thème par défaut des circuits du casino sera celui de Casino Park de Sonic Heroes… Certaines d’entre elles sont à débloquer, quelle joie de faire un circuit de l’univers JSRF sur Fly Like a Butterfly ! Oui, on peut crier au recyclage facile, mais les morceaux sont de qualité, au moins… s’il y en a plusieurs, vous pourrez les choisir au moment du chargement du circuit. Les bruitages sont nombreux et la seule vraie fausse note dans tout ça c’est…la voix du commentateur. Vraiment énervante, vous aurez envie de la faire taire plutôt que de l’entendre commenter la course… Heureusement, c’est possible de la désactiver en faisant un tour dans les options.

Jacky et Akira en plein dérapage.

Le gameplay est accessible immédiatement, peut être encore plus encore que dans un Mario Kart. Dans ces derniers, un joueur inexpérimenté n’avait aucune chance face à quelqu’un qui savait le maîtriser et utiliser les items à bon escient. Si la physique varie selon le type de véhicule choisi, ici, il ne faudra pas compter que sur les bonus pour gagner, le pilotage comptant énormément. Heureusement, faire un dérapage et bénéficier de l’accélération qui s’ensuit est à la portée du premier venu, mais elle est essentielle à maîtriser pour pouvoir bénéficier de l’accélération qui s’en suivra, ici, il faudra juste appuyer sur un bouton tout en continuant à rouler. Moins technique, mais plus fun et purement arcade, Sonic and Sega All Stars Racing est un bonheur à jouer. Pour la version Xbox360, c’est RT pour accélérer, LT pour freiner et déraper, et A pour utiliser un objet. 

La durée de vie est conséquente : 24 circuits, 20 pilotes, dont certains à débloquer et votre avatar sur 360, des championnats, des courses individuelles, des contre la montre, des défis, du multijoueur jusqu’à 4 : vous n’avez pas fini de vous amuser avec ce jeu.

 

 

Verdict:

S’il pompe un peu trop son modèle qui est Mario Kart, Sonic and Sega All Stars Racing se montre toutefois plus accessible et mieux calibré sur certains aspects. Au travers de ce jeu de course, Sega nous offre une belle preuve d’amour à ses différentes productions. Dommage toutefois que ce moteur bien huilé connaisse quelques ratés : commentateur énervant, bonus pas toujours utiles et sentant la copie directe, on aurait aimé la présence d’autres personnages, ainsi que quelques décors assez inégaux. Pas de quoi cependant qui justifie de le laisser au garage, car c’est le premier jeu de course vraiment valable et agréable à parcourir fait par Sega (cf. introduction ). Il représente une excellente alternative à Mario Kart, notamment sur les consoles HD, il est en effet difficile de trouver mieux sur Xbox 360 et PS3. Il est vrai que c’était un créneau à prendre sur ces consoles. Sa suite, Sonic All Stars Racing Trasformed, est prévue pour le 16 novembre. Il ne reste qu’à espérer qu’elle réédite, voire sublime l’exploit de ce jeu.

 Julius

 

Sonic and Sega All Stars Racing

Développeur : Sumo Digital

Éditeur : Sega

Sorti le : 26/02 /2010

Existe sur : PS3, Xbox360, Wii, 3DS, PC, iPad.

Genre : Mario Kart Like (course arcade)

Jusqu’à 4 joueurs simultanément

 

 

 

Publicités

Publié le 08/10/2012, dans Jeux vidéo, Passe la manette !, et tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :